Navigation – Plan du site

Le référendum du 21 février 2016 : quid de dix ans de gestion du pouvoir des mouvements sociaux en Bolivie

Christine Delfour

Résumés

Aujourd’hui, en Bolivie, le « proceso de cambio » est, pour les partisans du MAS, les « oficialistas », remis en question par les résultats du référendum du 21 février 2016. La faute aux medias, à l’opposition, aux réseaux sociaux, aux Chiliens, aux Américains du Nord, etc. Pour ceux qui ont voté contre la modification de l’article 168 de la NCPE permettant la réélection indéfinie du binôme Evo Morales/Alvaro García Linera, l’exécutif apparaît comme anti-démocratique et dans l’incapacité de gérer la succession au sein même du Mouvement vers le socialisme. Les vieux démons de la République sont apparemment bien présents dans la gestion du politique. Nous nous interrogerons sur la place des mouvements sociaux dans le processus de changement et leurs interactions dans la gestion du pouvoir. Nous analyserons les réussites et les échecs de la gestion de l’exécutif au nom des mouvements sociaux, pour conclure sur la nature de la culture politique bolivienne en termes de « rupture ou continuité ».

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Bolivie, Evo Morales, MAS

Keywords :

Bolivia, Evo Morales, MAS

Palabras claves :

Bolivia, Evo Morales, MAS
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Question du référendum : « Approuvez-vous la modification de l’article 168 de la Constitution polit (...)
  • 2 Nouvelle Constitution Politique de l’Etat (NCPE) approuvée par référendum en 2009.
  • 3 Le mot « République », synonyme d’inégalité, d’oppression et de « colonialité » a été supprimé de l (...)

1Aujourd’hui, le « proceso de cambio » est, pour les partisans du MAS, les « oficialistas », remis en question par les résultats du référendum du 21 février 20161. La faute aux medias, à l’opposition, aux réseaux sociaux, aux Chiliens, aux Américains du Nord, etc. Pour ceux qui ont voté contre la modification de l’article 168 de la NCPE2 permettant la réélection indéfinie du binôme Evo Morales/Alvaro García Linera, l’exécutif apparaît comme anti-démocratique et dans l’incapacité de gérer la succession au sein même du Mouvement vers le socialisme. Les vieux démons de la République3 sont apparemment bien présents dans la gestion du politique. Dans cet article, nous nous interrogerons sur la place des mouvements sociaux dans le processus de changement et leurs interactions dans la gestion du pouvoir. Nous analyserons les réussites et les échecs de la gestion de l’exécutif au nom des mouvements sociaux, pour conclure sur la nature de la culture politique bolivienne en termes de « rupture ou continuité ».

Une capacité exceptionnelle de mobilisation des secteurs populaires

  • 4 Tilly, Charles (edt.), « Citizenship, Identity and Social History », International Review of Social (...)
  • 5 Touraine Alain, La voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978, p. 104.
  • 6 Melucci, Alberto, Nomads of The Present, Cambridge University Press, Cambridge, 1996.
  • 7 Cefaï, Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découvert (...)

2Historiquement, les mouvements sociaux, dans les discours et les pratiques, laissaient percevoir qu’ils se situaient à distance de la politique institutionnelle (champs politique et syndical) tout en exprimant une volonté de changement d’un état du monde par la confrontation. Aujourd’hui, ils ne se limitent plus à des revendications particularistes4, mais ils sont animés par un souci de redistribution des richesses, de justice sociale, d’égalité des chances5, de reconnaissance des différences6 et de développement durable7 qui semble indiquer qu’ils sont parties prenantes de l’Etat. Ils se déploient en coïncidence avec les ONG, les associations, les partis, etc. et se connectent avec toute une gamme d’événements révolutionnaires, de transitions démocratiques, de nationalismes, d’intégrismes etc. dans un espace commun. En Amérique latine, des organisations militantes nouvelles interpellent ainsi les gouvernements (Coordinadora por el agua y la vida, à Cochabamba, en Bolivie, en 2000 ; mouvement des étudiants au Chili en 2013, etc.) et s’interrogent sur la qualité de la gestion démocratique du pouvoir par les élites.

  • 8 Matthieu, Lilian, L’Espace des mouvements sociaux, Paris, Editions du croquant, 2012.

3Si l’on regarde de près les « nouveaux » mouvements sociaux – mais est-on aujourd’hui autorisé à les qualifier de cette façon ? –, certains refusent d’être récupérés par l’Etat, d’autres se transforment en « forme syndicale » d’autres encore se constituent en partis politiques et sont la cheville ouvrière du changement de la nature de l’Etat (Mouvement vers le socialisme – MAS – de Evo Morales en Bolivie), d’autres enfin se cantonnent à être des lieux de discussion, de socialisation. Variété de formes et d’actions, multiplicités d’espaces dans ou en dehors des dispositifs institutionnels, diversité des modes d’agrégation 8tous semblent orientés vers le changement, changement qu’il ne faut pas envisager, par ailleurs, comme nécessairement dirigé vers le progrès et dont les effets (politiques, sociaux, sociétaux, y compris émotionnels) qu’ils produisent légitiment leur existence.

En Bolivie qui sont-ils ?

4Ce sont aujourd’hui les référents privilégiés du discours social et politique bolivien, présentés comme éminemment démocratiques. La Constitution de 2009 leur reconnaît le pouvoir d’être « contrôle social » de toutes les institutions de l’Etat. Evo Morales s’auto-définit lui-même comme le « Président des mouvements sociaux ».

  • 9 Barcelli, Agustín, Medio siglo de luchas sindicales en Bolivia, La Paz, Editorial de Estado, 1956. (...)
  • 10 Unidad Democrática y Popular (UDP) alliance constituée à la fin des années 1970 entre différents pa (...)
  • 11 Fermeture des mines d’étain, désorganisation des syndicats de « fabriles » et disparition de la Cor (...)
  • 12 García Linera, Alvaro, Sociología de los movimientos sociales en Bolivia. Estructuras de movilizaci (...)
  • 13 Delfour, Christine, « Quel devenir pour l’Etat, la nation, l’Etat-nation dans la Bolivie d’Evo Mora (...)

5Les mouvements sociaux ont été un des deux pôles ordonnateurs du champ politique de la Bolivie de 1964 à 1982 (la dictature militaire/et le patronat étant le second pôle) jusqu’à ce que les pouvoirs des syndicats9 principalement ceux des mineurs, perdent leur centralité historique dans les années 80. Le retour de la démocratie rend aux partis politiques leur rôle central mais ils sont essentiellement de droite devenant les chantres du « modèle néolibéral » suite à l’échec de l’UDP10. Le discours conservateur présenté comme éminemment rénovateur et progressiste se matérialise en une politique de libre marché associée à une présence extrême de multinationales dans les secteurs stratégiques (pétrole, gaz, eau) alors que parallèlement les militaires rentrent dans leurs casernes et la base organisationnelle ouvrière des grandes entreprises de l’Etat est démantelée11. Paradoxalement l’action collective qui avait provoqué la chute des régimes militaires, le rétablissement des libertés politiques et des procédures électorales est réduite. C’est la fin de l’époque où, comme le remarque Alvaro García Linera, le mouvement ouvrier eut « la mémorable incapacité à se projeter en tant que souverain. Il pouvait être le plus intransigeant et épique opposant à l’autoritarisme de l’Etat, mais toujours en présupposant sa qualité de sujet, insolent et audacieux qui a, au-dessus de lui, quelqu’un à interpeller, à qui réclamer ou exiger »12. Certes, il est vrai que le Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), s’était appuyé sur les mouvements sociaux (artisans, paysans et mineurs), les avaient encouragés dans leurs revendications, les avaient cooptés en leur donnant des ministères emblématiques (Mines, Affaires paysannes) mais le MNR les avaient également mis en concurrence afin de mieux les maîtriser. Bref, le MNR avait fait une véritable politique d’instrumentalisation13 et de subordination en imposant la « dialectique de l’obéissance négociée dans les rues » qui fait défaut aux mouvements sociaux quand le parti au pouvoir décide de changer les règles du jeu.

  • 14 Libermann Godinez, Armando, Territorio y libertad. Pueblos indígenas y medio ambiente en Bolivia, C (...)
  • 15 La « guerre contre la drogue » est menée sous l’égide des Etats-Unis et se traduit par une militari (...)

6Les syndicats des années 80 ont donc un besoin impératif de se réinventer. Ils vont le faire, entrainés par d’autres organisations qui, jusqu’alors, étaient en retrait, mais actives sur le territoire local. Il s’agit, d’une part, du mouvement indien de hautes terres de l’Altiplano des années 70/80 et de son discours indianiste et culturaliste, rejoint par le mouvement des Indiens des basses terres (années 90) qui manifestent contre leur invisibilité politique et sociale séculaire et pour la récupération de leur territoire (Tierra y territorio)14. Enfin, troisième acteur, les cocaleros15 qui résistent aux politiques d’éradication de la feuille de coca et deviennent, de par leur dynamisme, incontournables au sein de la CSUTB, au niveau national. Ces mouvements sociaux s’articulent à partir de modes d’organisation différents à la « forme syndicale », à partir d’autres répertoires culturels et de revendications d’une autre nature. Ils revendiquent des pratiques et une mémoire indigènes (« originaire » paysannes). Ils sont porteurs de revendications spécifiques qui vont se révéler complémentaires des revendications de classe. Ils se retrouvent sur trois registres « nouveaux » : la culture, le territoire et les besoins de base pour les oubliés de la société. Dans ce sens, on peut les définir comme étant les « nouveaux » mouvements sociaux boliviens.

La rue était tout. L’Etat, peu de chose…

7Dans le contexte du « Cycle rebelle » (1995-2005) (Guerre de l’eau, et guerre du gaz) les rapports entre mouvements sociaux, partis et Etat se transforment radicalement. Ils sont, d’une part, trop puissants pour être instrumentalisés par l’Etat et, d’autre part, trop multiformes et contradictoires pour revitaliser des partis qui ont perdu toute crédibilité et/ou se muer, eux-mêmes, en « partis ». – au sens habituel du terme. C’est dans cet entre-deux –entre mobilisation populaire et structure partisane – que réside la force, la faiblesse, l’ambigüité des acteurs du Cycle rebelle qui constituent plus qu’une juxtaposition de revendications multiples et sectorielles mais beaucoup moins qu’un dispositif cohérent de la nation capable de s’incarner et de réaliser un projet politique national. Ils étaient encore peu structurés pour certains et multiples dans leur composition : des associations de quartiers, de syndicats, en particulier les fédérations de planteurs de coca (cocaleros), des instituteurs, des paysans, des indigènes. Ils étaient enfin multi-ethniques, très remontés contre l’exécutif et exprimaient avec forte émotivité et intensité les fractures historiques du pays : la ségrégation, le racisme, les inégalités, la spoliation interne et externe des ressources du pays, l’invisibilité sociale, etc.

  • 16 Antezana J, Luis H., La diversidad social en Zavaleta Mercado, La Paz, CEBEM, 1991, p. 123.
  • 17 Terme emprunté à René Zavaleta Mercado.
  • 18 Iglesias Turión, Pablo, Espasandín Lopez Jesús, (coords.), Bolivia en movimiento. Acción colectiva (...)
  • 19 Ibid., p. 55.
  • 20 Delannoi ,Gil et Taguieff, Pierre-André, Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, (...)

8C’était les années où la rue était tout et l’Etat peu de chose ou, pour paraphraser René Zavaleta Mercado, « la force de la masse et de la multitude en marche »16occupait l’espace public (formule empruntée aux années 1960). Ce sont enfin les années où on assiste à « l’irradiation de l’identité ethnique »17 à d’autres sphères et espaces subalternes en articulant luttes des classes et luttes ethniques18, où le répertoire culturel s’élargit combinant des éléments historiques et culturels sélectionnés avec des inventions et des recyclages créatifs existants pour leur usage dans un nouveau contexte19. La dimension ethnique de l’identité se réarticule avec des ensembles plus complexes : la dimension régionale, le genre, la classe entre autres. L’identité n’existe pas en soi et pour soi mais comme le fruit d’une négociation entre l’auto affirmation identitaire et l’assignation externe dans un conflit pour la légitimer. De là sa plasticité : son adaptabilité, sa malléabilité et son caractère stratégique20.

  • 21 Aux élections législatives de 2009 et de 2014, 7 députés indigènes (soit 5 % de la chambre des dépu (...)

9En 2016, l’identité n’est plus autant un marqueur de la discursivité nationale puisque le trait central de la démocratie dans le proceso de cambio de l’Etat plurinational est l’inclusion de nouvelles identités dans le champ politique. C’est la démocratie communautaire qui définit aujourd’hui le caractère interculturel du modèle politique bolivien et qui s’exerce de plusieurs façons : autogouvernement, représentation qualitative et exercice des droits collectifs selon des normes et des procédures propres à chaque nación y pueblo indígena originario campesino. La formation des autonomies indigènes et les représentants élus des pueblos indígenas aux Assemblées législatives21 en sont la réalisation.

  • 22 Zavaleta Mercado René, El poder dual, México, Siglo XXI editores, 1974, p. 171.

10Le répertoire de protestations est très varié : usage de la force, de la violence – dynamite, jets de pierres avec des frondes, marches, crucifixions, grèves de la faim, etc., blocage de chemins, de routes pratiquement tous les jours. Certains les qualifient de représentants de « la démocratie de haute intensité », d’autres les définissent comme les représentants de la démocratie « insurgée », ou de la démocratie « plébéienne » face à la démocratie « de pacte » et « néolibérale ». Retenons enfin que les organisations syndicales laissent un héritage de pratiques violentes dans l’action collective et le souvenir de la politique du « co-gouvernement » sans médiation (Centrale Ouvrière Bolivienne COB et MNR [1953/1954], Assemblée populaire [1971]) où le social s’entremêle avec le politique22. Dans leur format de mobilisations, les mouvements sociaux d’aujourd’hui ont intégré, d’une part, cet héritage de « gestion directe » des masses avec un puissant potentiel d‘ingouvernabilité sociale quand ils se mélangent et se connectent et d’autre part, les expériences ratées de co-gouvernement. C’est la spécificité bolivienne des mouvements sociaux.

L’affinité structurelle entre le « corporatisme » des mouvements sociaux et le projet de l’Etat « corporatiste et plurinational »

  • 23 Leurs représentants sont élus et siègent dans les différentes instances du pouvoir législatif et de (...)

11Ce qui est réellement « nouveau » en Bolivie, c’est le changement dans la forme des relations des mouvements sociaux avec le pouvoir ce qui eut un très puissant impact sur la nature même de ces mouvements dit « sociaux ». De « porteurs de revendications », ils sont devenus « contestataires », puis de « contestataires » à « insurgés » pour finalement prétendre au pouvoir. Le vide institutionnel des années 90 laissait à penser que le changement n’était pas uniquement une question de « participation populaire » (LPP en 1995, loi de décentralisation, municipalités, etc.) ni de « participation au pouvoir » mais qu’ils pouvaient être (devenir) pouvoir (Pacto de Unidad). C’est ainsi qu’ils se sont convertis constitutionnellement, en décembre 2005 puis en février 2009 en une « partie » de la « structure » de l’Etat et en « contrôle social » de toutes les institutions étatiques. C’est alors construite une sorte d’affinité structurelle entre le « corporatisme » des mouvements sociaux et le projet de l’Etat « corporatiste et plurinational » actuel qui les a cooptés et convertis en instrument du pouvoir. Bref, ils accèdent au pouvoir par la « voie » syndicale dans un premier temps puis par voie électorale « démocratique » depuis décembre 200523. Evo Morales Ayma, président de l’Etat plurinational, concilie « naturellement » la présidence de l’Etat avec ses fonctions de président des 12 fédérations de cocaleros du Trópico de Cochabamba.

12Mais nous savons tous que le gouvernement « du » peuple – et toutes les figures rhétoriques équivalentes – est une fiction pour légitimer le pouvoir de ceux qui l’ont réellement. Les gouvernés peuvent élire une élite gouvernante ou en être la base de soutien et de mobilisation mais ils ne peuvent prétendre être le gouvernement direct. Un gouvernement d’assemblée est de moins en moins réalisable au fur et à mesure qu’il change d’échelle. Etre gouvernement du peuple à la manière « populiste », c’est en fait gouverner avec le soutien social en échange de politiques clientélistes, d’avantages, de privilèges, de postes qui ne bénéficient qu’aux couches sociales cooptées. Est-ce cas en Bolivie aujourd’hui ? Et les mouvements sociaux ?

  • 24 Hobbes Thomas, Eléments de philosophie, De corpore politico, (1655), II, pp. 8-9.

13Tout ceci est bien différent d’un gouvernement « du » et « pour » le « peuple », c’est-à-dire prenant des mesures ciblées en sa faveur. Est-ce le cas également aujourd’hui en Bolivie ? Evo Morales se dit président des mouvements sociaux. Cela signifie-t-il que les mouvements sociaux sont le peuple, au sens de la fraction de la communauté politique qui se situe au rang inférieur ? Ou encore au sens de souveraineté du peuple telle qu’elle a été formulée par Rousseau ? Ou enfin, au sens plus moderne du terme, d’une teneur voisine de celle des vocables Nation ou Etat, selon que l’accent est mis sur la dimension culturelle, voire ethnique, ou bien sur la dimension purement politique que revêt cette unité. La notion de peuple ne cesse d’être complexe, voire équivoque pour paraphraser Thomas Hobbes24. Mais la notion de « président des mouvements sociaux » ne l’est-elle pas également, complexe voire équivoque ?

14Certes, la différence entre gouvernants et gouvernés est ontologique mais en démocratie, ceux qui gouvernent ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent et des mécanismes freinent les autoritarismes potentiels. Le référendum du 20 février 2016 en est la preuve. C’est pourquoi penser que les mouvements sociaux peuvent être pouvoir ou être au pouvoir, c’est mettre en danger leur propre autonomie ou simplement la perdre – caractéristique fondamentale d’un Mouvement social – en épousant l’idéologie du pouvoir, bâillonnant ainsi les dissidences internes ou multipliant les divisions. Est-ce ce qui se passe actuellement en Bolivie ? Enfin, un mouvement social est un acteur constitué dans une société « civile » également autonome et sa finalité intrinsèque c’est d’exprimer et de défendre les intérêts et les droits en dehors du pouvoir et presque toujours contre le pouvoir. Pour un mouvement social, arriver au pouvoir sert à ceux qui détiennent ce pouvoir qui ont tendance à les faire disparaître en tant que « mouvement social » ainsi que la démocratie dont ils sont issus ou, dans d’autre cas, en les transformant en « bras exécutif » des actions du « président des mouvements sociaux ». Aujourd’hui, des mouvements sociaux très proches du gouvernement du MAS recueillent des signatures pour organiser un second référendum susceptible d’être favorable à la pérennité du binôme Morales/García Linera à la tête de l’exécutif.

Dix ans de gouvernement des mouvements sociaux

  • 25 Les 9 régions que constituent le territoire national sont appelées « departamentos » en Bolivie.
  • 26 Barrios Suelvza Franz Xavier, Hacia un pacto territorial en Bolivia. Conflictos, conceptos, consens (...)
  • 27 2005-2009 : première présidence sous l’égide de la Constitution de 1995 ; 2009-2014 et 2014 (en cou (...)
  • 28 A titre d’exemple : le budget de la 1ère année de gouvernement de Morales (2006) équivaut au budget (...)

15Evo Morales gagne les élections présidentielles en décembre 2005 sur la base d’un programme qui transforme les demandes de mouvements sociaux en politiques de gouvernement. Il s’agit de la nationalisation du gaz, de la convocation d’une Assemblée constituante et de la mise en place de la redistribution des terres communautaires, mais il s’agit aussi de répondre aux demandes d’autonomies régionales25 des comités civiques en les intégrant à l’agenda du processus constituant26. On peut distinguer trois phases dissemblables dans la gestion du gouvernement du MAS qui correspondent aux trois gestions présidentielles27. La première phase, caractérisée par une polarisation politique extrême autour des clivages ethniques et régionaux, se résout par l’approbation de la NCPE et la réélection d’Evo Morales en 2009 d’une part, et d’autre part, par la réalisation des promesses électorales majeures (récupération des ressources nationales, empowerment des nations indigènes et des plus pauvres, déplacement significatif des classes traditionnelles dominantes dans un contexte de croissance économique exponentielle)28. C’est également la période de redistribution des revenus de la croissance en allocations, subsides pour les femmes enceintes, les retraités (Renta Dignidad), les enfants scolarisés (Bono Jacinto Pinto), etc.

  • 29 La Razón, La Paz, 22/01/2007.

16C’est aussi, en 2007, le regroupement au sein d’une super structure politique – la Coordinadora Nacional por el Cambio (CONALCAM) – des organisations indigènes et paysannes, de l’Instrument Politique (MAS-IPSP) et de leurs représentants à l’Assemblée législative et à l’Assemblée constituante. Evo Morales lors de sa création, le 22 janvier 2007, la définit comme étant « la principale instance de décisions politiques, au-dessus de l’exécutif, pour approfondir les changements »29. L’année suivante, en octobre 2008, la Centrale ouvrière bolivienne (COB) se joint à CONALCAM. Les organisations indigènes ouvrières et populaires se mobilisent alors pour exiger la convocation du référendum constitutionnel en février 2009, ratifié en décembre de cette même année aboutissant au triomphe à la réélection Evo Morales avec 64 % des suffrages, la majorité des 2/3 au deux chambres législatives et le contrôle de la plupart des régions.

  • 30 A titre d’exemples : Loi de la révolution productive communautaire ; Loi cadre sur la Madre Tierra  (...)
  • 31 Bolivia : resultados de un nuevo modelo económico, La Paz, Ministerio de Economía y finanzas públic (...)
  • 32 Rada Veléz, Alfredo, » En defensa de los movimientos sociales » in : El cambio a fondo. Miradas plu (...)

17Il s’agit alors du démarrage du nouveau modèle d’économie plurielle30 (privée, publique, communautaire et coopérative) qui se consolide au cours de la seconde mandature en seconde phase de notre démonstration. Les indicateurs sociaux et économiques de progrès sont en hausse : entre 2005 et 2011 l’extrême pauvreté passe de 38,2 % à 24,3 %, le PIB per capita est doublé et le SMIC bolivien passe de 440 Bs à 815 Bs. Les dépôts et crédits bancaires en Bs atteignent parallèlement les 64 % et 72 %31. Ces mesures sont l’expression de l’engagement politique du MAS avec « Les multitudes qui, confiantes dans le triomphe, ont donné le rôle principal à leurs dirigeants de partis et syndicaux alors que, au gouvernement, la technocratie dominait dans la prise de décision »32. Elles sont aussi révélatrices du déploiement de la capacité hégémonique du projet de l’Etat plurinational et de la centralisation du processus décisionnel en la personne d’Evo Morales. L’absence de représentation pluraliste au Parlement affaiblit alors les contrôles de la gestion du MAS par le « pouvoir social » (en majorité proche du gouvernement) d’autant plus que d’autres pouvoirs (judiciaire, électoral) sont subordonnés au pouvoir exécutif.

La mobilisation citoyenne : nouveau registre de mobilisation

  • 33 « Gazolinazo » : nom donné à l’annulation du décret d’augmentation de l’essence en décembre 2014 su (...)
  • 34 Territorio Indígena Parque Nacional Isiboro Sécure (TIPNIS).
  • 35 Rosanvallon, Pierre, La legitimidad democrática, Buenos Aires, Manantial Ediciones, 2009.

18Des divisions émergent alors au sein de la CONALCAM entre oficialistas et critiques qui aboutissent au départ de la COB et à la rupture du Pacto de Unidad à cause de décisions prises par l’exécutif sans concertation avec la CONALMAC : le Gazolinazo en décembre 201033, le conflit du TIPNIS (2011)34. C’est alors que surgit un nouveau mode – informel – de contrôle des décisions gouvernementales par les mouvements sociaux. Il s’agit de la mobilisation citoyenne (au-delà des mouvements sociaux institutionnalisés) qui force l’exécutif à retirer ou modifier ses décisions. C’est que, comme le rappelle Pierre Rosanvallon, la qualité dans la gestion et la pertinence des mesures prises par l’exécutif sont scrutées et analysées « en continu », dans une société démocratique, par le citoyen35.

  • 36 Mayorga, Fernando, « Bolivia : segundo gobierno de Evo morales y dilemas del proyecto estatal del M (...)
  • 37 Ipsos Apoyo, Informe de opinión de Bolivia, La Paz, enero de 2011.

19Le MAS et les organisations syndicales forment une coalition instable, variable et flexible36 qui fonctionne au gré de l’agenda politique national et des réponses de l’exécutif aux demandes des acteurs sociaux. Le MAS n’est pas seulement un parti de gouvernement qui entretient des relations clientélistes avec ses bases électorales et des pactes avec des syndicats, mais aussi qui est uni par des liens identitaires et idéologiques avec la base sociale qui soutient l’exécutif, principalement les syndicats paysans et « originarios ». Enfin le Pacto de Unidad n’a pas pu renaître en grande partie à cause de l’existence de conflits très clivants : les membres de coopératives de mineurs (cooperativistas) contre les travailleurs salariés dans les mines, les indigènes contre les paysans colonisateurs pour l’exploitation des ressources naturelles, les travailleurs du secteur de la santé et les associations de quartiers dans les discussions sur la journée de travail, etc. La personnalité, même charismatique du leader, son origine ethnique ne suffisent pas (plus ?) à nourrir sa légitimité pendant et au-delà des crises. La popularité d’Evo est, à ce moment-là, au plus bas37.

  • 38 Ibid., p. 34.
  • 39 La popularité d’Evo Morales remonte clairement dès la fin de l’année 2012. En décembre 2013, 60 % d (...)
  • 40 Dans le conflit du TIPNIS, des organisations de quartiers, les media, les militants écologistes, de (...)
  • 41 Ibid., p. 42.

20Face à cette situation, le MAS a dû, presque intuitivement, exécuter un virage idéologique et programmatique pour récupérer le soutien de ses partisans, d’une part, et inventer une nouvelle coalition avec les organisations syndicales paysannes38 et une nouvelle méthode de fonctionnement. Ce sont, dès la fin de l’année 2011, les cumbres sociales, sorte de réunions annuelles d’évaluation de la gestion de l’exécutif et de réorientation des politiques publiques par les alliés du gouvernement39. La nouveauté ce fut l’inclusion d’autres secteurs sociaux y compris des chefs d’entreprises et l’absence des organisations indigènes (Confederación de pueblos indígenas, CIDOB et CONAMAQ). Ces dernières s’affrontent avec le gouvernement non seulement sur le tracé de la route qui traverse le TIPNIS mais également sur d’autres sujets de caractère plus général comme la politique énergétique, la représentation directe des nations et peuples indigènes originarios au sein des toutes les instances du gouvernement et des institutions de l’Etat. Cette absence est à interpréter, comme une remise en question de l’existence/présence du mouvement indigène comme acteur stratégique. Elle est en plus, révélatrice des divisions au sein du mouvement indigène « originaire » paysan entre ceux qui tendent vers un « Etat plurinational Communautaire » (CIDOB et CONAMAQ) et les organisations syndicales paysannes (CSTUCB), femmes paysannes (CNMOIB-BS – Bartolina Sisa) et paysans colonisateurs (CSB) soutiens de l’exécutif40. « De manière paradoxale », remarque Fernando Mayorga, « les exigences de la construction de l’Etat Plurinational semblent conduire à un processus de désarticulation du mouvement indigène, dont l’identité et le projet ont donné un sens au processus constituant qui a dérivé à l’instauration d’un nouveau modèle d’Etat »41.

  • 42 Agenda patriótica 2025. La méthode utilisée est celle qui a fait « gagner » le MAS : un grand rasse (...)
  • 43 http://www.presidencia.gob.bo/
  • 44 La Epoca, La Paz, 12 octubre 2013.

21Parallèlement aux cumbres sociales, le gouvernement présente, en janvier 2013, les grandes lignes et les actions du programme politique des 10 prochaines années : l’Agenda patriótica del Bicentenario 202542. Ce document se décline en 13 piliers de nature très différente mais dont certains sont analogues aux Objectifs de développement du Millénaire des Nations Unies. L’Agenda propose « une alternative différente et meilleure au capitalisme » et un objectif de « développement intégral ou Vivir bien ». Il prévoit aussi une évaluation de la gestion gouvernementale en termes de qualité et de résultats dans la mise en place des politiques publiques43. Pour ce faire, l’exécutif met l’accent sur le rôle déterminant des autorités des autonomies départementales (qu’il avait minimisé depuis huit ans de gestion) en matière d’implémentation des politiques publiques selon leurs compétences sans lequel les objectifs ne peuvent être atteints : « dans ce sens, l’Agenda Patriótica 2025 peut être l’instrument de concrétisation de l’Utopie »44. La coopération intergouvernementale est le maître mot pour retrouver la crédibilité du gouvernement remise en question par les mouvements sociaux et l’opinion publique.

22On assiste donc à un repositionnement stratégique du gouvernement du MAS qui veut se situer désormais au « centre » de la scène politique et qui élargit ses soutiens au secteur privé tout en s’éloignant paradoxalement de certaines organisations indigènes. Troisième phase du processus. On assiste également à un revirement rhétorique qui contredit le discours de refondation de la Bolivie. Jusqu’alors, l’opposition fondamentale entre République et Etat plurinational constituait la base du discours dominant. Aujourd’hui, la référence au bicentenaire de la création de la République de Bolivie est l’expression de la volonté du MAS de minimiser l’idée de rupture et de refondation et de récupérer la vision de la continuité historique du processus de l’Indépendance. L’adjectif « pluri national » est presque abandonné au profit de « patriotique » dans le discours officiel. Aucune référence non plus à l’ « Etat colonial », pour exprimer le rejet, il n’y a pas encore si longtemps, de la République et du nationalisme-révolutionnaire de 1952 !

Epilogue

  • 45 Stefanoni, Pablo, « Bolivie : Référendum : Evo a perdu contre Evo », A l’encontre, 28 février 2016. (...)
  • 46 « Maintenant qu’Evo est Président, je peux me regarder dans la glace », disait, la voix remplie d’é (...)
  • 47 Frères, soeurs, processus de changement, « campesino originario », populaire, etc. 
  • 48 Même si les organisations sociales se disputent aujourd’hui la légitimité d’être les interlocuteurs (...)

23Le changement dans l’agenda politique que suppose la convocation du référendum du 21 février a été envisagé par l’exécutif comme un nouveau plébiscite de la gestion du gouvernement d’Evo Morales alors que le mandat s’achève en 2019. Tel ne fut pas le cas : « Evo a perdu contre Evo »45. Il est vrai que les réussites sont structurelles et nombreuses. Il s’agit, d’une part, de la redéfinition de l’horizon des changements désirés et possibles. Les référents symboliques de la communauté politique imaginée et les principes légitimateurs de la citoyenneté46 ont radicalement changé : par exemple, l’utilisation d’un nouveau vocabulaire dans les discours politique et national47 ; la revalorisation profonde politique et symbolique du « populaire » et de l’«  indigène » dans une société structurée ethniquement et par classe depuis l’Indépendance ; l’inclusion d’acteurs d’extraction populaire (Indiens et métis majoritairement) dans l’administration de l’Etat et à la tête de l’Etat (et à tous les niveaux des autonomies). Au niveau international, la Bolivie est considérée aujourd’hui comme le promoteur d’un nouveau modèle de développement (solidaire, inclusif, pluriel48 et durable) dans une période de croissance économique exceptionnelle. Elle s’insère, enfin, dans le concert international comme le pays ayant revendiqué constitutionnellement le principe pluraliste de l’organisation de l’Etat : un laboratoire d’innovations en somme.

24Mais il est vrai que les échecs sont là : corruption institutionnalisée y compris de certains mouvements sociaux (scandale de la gestion du Fonds Indigène, adjudications opaques de contrats publics, etc.), manque d’indépendance du pouvoir judiciaire, absence de politiques en matière d’égalité de genre, de la santé et de l’éducation, etc. Le plan d’industrialisation est trop général, basé sur une économie trop dépendante de ses matières premières et dirigée par l’Etat, désavouant, d’une part, le slogan des années 2000 d’une Bolivie « puissance énergétique souveraine » et, d’autre part, diminuant l’investissement public dans le secteur agricole tout en marginalisant l’économie communautaire. Certes, ces dix dernières années l’économie bolivienne a changé de dimension. La pauvreté et les inégalités se sont réduites, les emplois ont été créés dans les services, la construction, les transports. Une nouvelle classe moyenne consommatrice a émergé.

25Même si le gouvernement d’Evo a été un bon gouvernement, le sentiment généralisé et exprimé dans les urnes le 21 février 2016, surtout parmi les secteurs urbanisés, est qu’il doit faire le jeu de l’alternance (démocratique) et éviter de se « perpétuer » au pouvoir. Le MAS tire sa dynamique, héritier des partis national-populistes latino-américains (et du MNR) de sa capacité à mobiliser toutes les forces populaires (tout particulièrement les mouvements sociaux). Il a réussi, en la figure de son leader charismatique, Evo Morales Ayma, à unir des revendications et des espoirs multiples et parfois contradictoires. En ce sens-là, il apparaît plus comme un mouvement que comme un parti. Il semble néanmoins avoir échoué dans la réflexion prospective de l’après-Evo.

  • 49 Calderón Fernando, « Prólogo », Mayorga Fernando (dir.), Incertidumbres tácticas. Ensayos sobre dem (...)

26L’orientation à la fois étatique et communautaire qui a dominé les premières années de gouvernement du MAS et qui a débouché sur la nouvelle Constitution, penche aujourd’hui plus sur la primauté de l’exécutif et sur le rôle charismatique du président Morales. Mais en même temps, la politique continue dans la rue avec force et violence. Il semblerait, comme le souligne Fernando Calderón, que « l’interculturalité démocratique repose sur une sorte de contradiction entre pluralisme politique et hégémonie étatique. Le pluralisme politique interculturel est nécessairement conflictuel et inclusif, mais aussi inachevé étant donné que toute démocratie a un besoin de renouvellement constant »49. Il poursuit :

  • 50 Ibid., p. 15.

il n’est pas seulement de la responsabilité du gouvernement et de l’opposition mais aussi de la société toute entière, de sa capacité d’action et d’autonomie. C’est l’unique garantie d’une interculturalité démocratique soutenable. En ce sens, la seule hégémonie démocratique possible dans un pays comme la Bolivie serait celle du pluralisme politique. Dans ce cadre, les notions de vivir o convivir bien ou de « communauté de citoyens » auraient un autre sens. Il est clair, par ailleurs, que tout autant que la société bolivienne a une immense force créatrice, elle a aussi des traits séditieux, clientélistes et paternalistes, qui limitent quand ils ne détruisent pas les mêmes processus de changement qu’ils ont créés.50

  • 51 Erbol, La Paz, 24 octobre 2015. « Le vice-président des sept fédérations de cocaleros du Trópico de (...)

27N’était-ce pas ce qui est en marche quand les cocaleros déclarent garantir la réélection de Morales jusqu’en 2035 ?51

Haut de page

Notes

1 Question du référendum : « Approuvez-vous la modification de l’article 168 de la Constitution politique de l’Etat afin que la présidente ou le président et la vice-présidente ou le vice-président de l’Etat puissent être réélues ou réélus à deux reprises de manière continue ? ». Résultats officiels : 51,3 % NON ; 48,7 % OUI à la modification de l’article 168.

2 Nouvelle Constitution Politique de l’Etat (NCPE) approuvée par référendum en 2009.

3 Le mot « République », synonyme d’inégalité, d’oppression et de « colonialité » a été supprimé de la Constitution de 2009 : art.1. « La Bolivie s’organise en un Etat Unitaire Social, de droit plurinational communautaire, libre, indépendant, souverain, démocratique, interculturel, décentralisé et avec des autonomies. La Bolivie est fondée sur la pluralité et le pluralisme politique, économique, juridique (consitudinaire, culturel y linguistique, dans le processus intégrateur du pays) ».

4 Tilly, Charles (edt.), « Citizenship, Identity and Social History », International Review of Social History Supplements, New York, 1­996 et El siglo rebelde, 1830-1930, Zaragoza, Prensa universitaria de Zaragoza, 1997.

5 Touraine Alain, La voix et le regard, Paris, Le Seuil, 1978, p. 104.

6 Melucci, Alberto, Nomads of The Present, Cambridge University Press, Cambridge, 1996.

7 Cefaï, Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, 2007.

8 Matthieu, Lilian, L’Espace des mouvements sociaux, Paris, Editions du croquant, 2012.

9 Barcelli, Agustín, Medio siglo de luchas sindicales en Bolivia, La Paz, Editorial de Estado, 1956. Ne pas confondre syndicat de mineur et syndicat paysan. Ils n’ont de commun que le nom. Le syndicat de paysan désigne un type d’association traditionnelle de familles unies par des obligations et des droits (us et coutumes) dans le cadre de terres communautaires et de responsabilités politiques locales. A titre d’exemples : la Confédération syndicale unique de travailleurs paysans de Bolivie (CSTUB), le Conseil national des Ayllus et Markas du Qullasuyu (CONAMAQ).

10 Unidad Democrática y Popular (UDP) alliance constituée à la fin des années 1970 entre différents partis de gauche. Entre autres : le Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), le Mouvement nationaliste révolutionnaire de gauche (MNR-I), le Parti révolutionnaire de la gauche nationaliste, le Parti communiste de Bolivie (PCB).

11 Fermeture des mines d’étain, désorganisation des syndicats de « fabriles » et disparition de la Corporación minera boliviana (COMIBOL).

12 García Linera, Alvaro, Sociología de los movimientos sociales en Bolivia. Estructuras de movilización, repertorios culturales y acción política, La Paz, Plural, 2004, p. 14.

13 Delfour, Christine, « Quel devenir pour l’Etat, la nation, l’Etat-nation dans la Bolivie d’Evo Morales ? », Les Cahiers ALHIM, Amérique latine, Histoire et Mémoire, Etat et Nation II (20ème siècle), n° 16, Université de Paris 8, Paris, 2008, p. 136.

14 Libermann Godinez, Armando, Territorio y libertad. Pueblos indígenas y medio ambiente en Bolivia, Caracas, ILDIS, Bolivia, Nueva Sociedad, 1992.

15 La « guerre contre la drogue » est menée sous l’égide des Etats-Unis et se traduit par une militarisation du Chapare (zone de plantation de la coca) et dont Evo Morales est, depuis 1993, le leader de la « Coordination des producteurs de coca du Tropique de Cochabamba ».

16 Antezana J, Luis H., La diversidad social en Zavaleta Mercado, La Paz, CEBEM, 1991, p. 123.

17 Terme emprunté à René Zavaleta Mercado.

18 Iglesias Turión, Pablo, Espasandín Lopez Jesús, (coords.), Bolivia en movimiento. Acción colectiva y poder político, Madrid, El viejo topo, 2007.

19 Ibid., p. 55.

20 Delannoi ,Gil et Taguieff, Pierre-André, Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, Paris, Editions Kimé,1991 ; Poutignat, Philippe, Streiff-Fenart, Jocelyne, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p. 182.

21 Aux élections législatives de 2009 et de 2014, 7 députés indigènes (soit 5 % de la chambre des députés) ont été élus dans un système complexe du scrutin uni-nomimal combinant des critères de représentation qualitative (les candidats sont indigènes) et les règles de la démocratie représentative – désignés par des partis et élus au suffrage universel.

22 Zavaleta Mercado René, El poder dual, México, Siglo XXI editores, 1974, p. 171.

23 Leurs représentants sont élus et siègent dans les différentes instances du pouvoir législatif et de l’Etat.

24 Hobbes Thomas, Eléments de philosophie, De corpore politico, (1655), II, pp. 8-9.

25 Les 9 régions que constituent le territoire national sont appelées « departamentos » en Bolivie.

26 Barrios Suelvza Franz Xavier, Hacia un pacto territorial en Bolivia. Conflictos, conceptos, consensos en torno a las autonomías, La Paz, PNUD,2008 ; Delfour Christine, « La recomposition du territoire « à la bolivienne » : l’invention d’un nouveau mode de gouvernance démocratique ? », in Pandora, Territoire(s), n° 10, Université de Paris 8, Paris, 2010, p. 53-68 ; INSTITUTO PRISMA, Propuestas para la Asamblea Constituyente. Regímenes económicos, social y territorial del Estado con autonomías, La Paz, Plural, Prisma, 2007, 416 p.

27 2005-2009 : première présidence sous l’égide de la Constitution de 1995 ; 2009-2014 et 2014 (en cours jusqu’en 2019). La Nouvelle Constitution Politique de l’Etat plurinational n’autorise que deux mandats présidentiels consécutifs.

28 A titre d’exemple : le budget de la 1ère année de gouvernement de Morales (2006) équivaut au budget des 4 gouvernements précédents et environ la moitié provient de l’exportation des ressources naturelles nationalisées cette même année et des excédents économiques (entre 2005 et 2011 l’extrême pauvreté a diminué de 38,2 % à 24,3 %.

29 La Razón, La Paz, 22/01/2007.

30 A titre d’exemples : Loi de la révolution productive communautaire ; Loi cadre sur la Madre Tierra ; Loi des organisations économiques paysannes et communautaires, Loi générale des coopératives, Loi cadre des autonomies, etc.

31 Bolivia : resultados de un nuevo modelo económico, La Paz, Ministerio de Economía y finanzas públicas, 2014, http://www.economiayfinanzas.gob.bo.

32 Rada Veléz, Alfredo, » En defensa de los movimientos sociales » in : El cambio a fondo. Miradas plurales sobre 16 sectores clave del Proceso de Cambio, Edición especial quinto aniversario de Página Siete, La Paz, 19 de abril de 2015, p. 4.

33 « Gazolinazo » : nom donné à l’annulation du décret d’augmentation de l’essence en décembre 2014 suite à la mobilisation citoyenne et des mouvements sociaux.

34 Territorio Indígena Parque Nacional Isiboro Sécure (TIPNIS).

35 Rosanvallon, Pierre, La legitimidad democrática, Buenos Aires, Manantial Ediciones, 2009.

36 Mayorga, Fernando, « Bolivia : segundo gobierno de Evo morales y dilemas del proyecto estatal del MAS », in La actualidad política de los países andinos centrales en el gobierno de izquierda, Murakami Yusuke (editor), Lima, IEP, CIAS, 2014, p. 36.

37 Ipsos Apoyo, Informe de opinión de Bolivia, La Paz, enero de 2011.

38 Ibid., p. 34.

39 La popularité d’Evo Morales remonte clairement dès la fin de l’année 2012. En décembre 2013, 60 % des interviewés en zone urbaine approuve la gestion du président, Ipsos Apoyo, Informe de opinión de Bolivia, La Paz, diciembre 2013.

40 Dans le conflit du TIPNIS, des organisations de quartiers, les media, les militants écologistes, des associations de jeunes, l’opposition parlementaire et l’Eglise catholique soutiennent la démarche de la CIDOB et de la CONAMAQ.

41 Ibid., p. 42.

42 Agenda patriótica 2025. La méthode utilisée est celle qui a fait « gagner » le MAS : un grand rassemblement avec les syndicats et mouvements sociaux mais également des représentants de l’entreprise privée favorables à « un pacte indigène-entrepreunarial pour consolider la croissance du pays ». Impensable deux ans plus tôt. Il s’agit de l’« Encuentro plurinational para profundizar el cambio » (2012) au cours de laquelle est soumise aux délégués une longue liste de demandes dans la tradition syndicale des pliegos petitorios.

43 http://www.presidencia.gob.bo/

44 La Epoca, La Paz, 12 octubre 2013.

45 Stefanoni, Pablo, « Bolivie : Référendum : Evo a perdu contre Evo », A l’encontre, 28 février 2016. Résultats : 51,3 % de Non et 48,7 % de Oui.

46 « Maintenant qu’Evo est Président, je peux me regarder dans la glace », disait, la voix remplie d’émotion, Gerarda Flores, institutrice et activiste du MAS en distribuant des tracts en faveur du Mouvement vers le socialisme (MAS), en 2008, sur le Paseo del Prado de la ville de Cochabamba.

47 Frères, soeurs, processus de changement, « campesino originario », populaire, etc. 

48 Même si les organisations sociales se disputent aujourd’hui la légitimité d’être les interlocuteurs de l’Etat en matière d’économie communautaire et plurielle (Loi 144 et 338) pour la gestion du Fondo Indígena.

49 Calderón Fernando, « Prólogo », Mayorga Fernando (dir.), Incertidumbres tácticas. Ensayos sobre democracia, populismo y ciudadanía, La Paz, Plural Editores, 2014, p. 14.

50 Ibid., p. 15.

51 Erbol, La Paz, 24 octobre 2015. « Le vice-président des sept fédérations de cocaleros du Trópico de Cochabamba, Leonardo Loza, a précisé que, lors de la cérémonie qui aura lieu dans la région, ce 24 octobre, pour fêter le record de permanence à la Présidence d’Evo Morales, les producteurs de coca réfléchiront aux modalités pour garantir la continuité de Morales à la tête de l’Etat jusqu’en 2035. La décision émane de l’ampliado des affiliés des fédérations de cocaleros organisé ce dimanche au Chaparé. [...]. Nous avons résisté de nombreuses années au pouvoir, sans aucun doute nos camarades vont réfléchir, faire des propositions et analyser la situation », a déclaré le dirigeant syndical dans un entretien sur ERBOL.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Delfour, « Le référendum du 21 février 2016 : quid de dix ans de gestion du pouvoir des mouvements sociaux en Bolivie », Amnis [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://amnis.revues.org/2890 ; DOI : 10.4000/amnis.2890

Haut de page

Auteur

Christine Delfour

Université de Paris-Est Marne la Vallée, France, UPEM, LISAA EA4120, christine.delfour@u-pem.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org