Navigation – Plan du site
Varia

Espaces urbains en transformation. Les enjeux des associations de quartier et leur dynamique : vers de « nouveaux » mouvements sociaux ?

Céline Beugnot

Résumés

Cet article étudie l’évolution des mouvements sociaux, dans le cadre de la transformation sociopolitique de l’Espagne contemporaine, à travers l’analyse des dynamiques qui façonnent l’un des principaux acteurs du conflit urbain : l’association de quartier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’équivalent français serait « associations de quartier ».

1L’histoire espagnole des associations de quartier est relativement récente. Les cinq décennies qui ont suivi le 24 décembre 1964, date de la publication de la Ley de Asociaciones, ont vu naître et se transformer divers modèles associatifs à échelle locale. Ainsi, de la fin des années 1960 au début des années 2010, les asociaciones de vecinos1 (AAVV) ont suivi une dynamique fluctuante symptomatique des évolutions de l’appareil politique qui, selon les périodes, répondait plus ou moins aux nécessités du milieu urbain et des populations qui y vivaient.

2Les associations de quartier sont des ONG à but non lucratif et indépendantes de toute institution gouvernementale, dans la mesure où leur création est due à la seule volonté des habitants souhaitant faire entendre leur voix. De ce fait, elles forment un cadre légal qui permet aux individus et aux groupes de participer à la vie publique urbaine des lieux où ils résident. Dans le cas de l’Espagne, les espaces urbains, et plus particulièrement les villes situées sur les côtes méditerranéennes, ont subi de nombreuses transformations en lien avec l’évolution sociopolitique et culturelle du pays, caractérisée notamment par le passage de la dictature franquiste à la démocratie. De tels bouleversements ont contraint les associations de quartier à modifier leur mode de fonctionnement et leurs pratiques, soulignant à quel point l’adaptation permanente aux évolutions de l’environnement local et national constitue un enjeu essentiel à leur survie en tant qu’acteurs de l’espace public urbain. C’est donc afin de mieux comprendre le rôle et l’évolution des associations de quartiers que cet article analyse deux exemples particulièrement représentatifs des mobilisations sociales qu’engendre la transformation de l’espace urbain depuis les années soixante : les associations de la Barceloneta (Barcelone) et du Cabanyal (Valence).

Vers une défense des quartiers populaires en danger : la construction de mouvements associatifs urbains.

  • 2 Bennassar, Bartholomé et Bessiere, Bernard, Espagne : histoire société culture, Paris, La Découvert (...)
  • 3 « Plan d’aménagement urbain » en français.
  • 4 Période (des années 1960 au début des années 1970) qui se caractérise par un intense développement (...)
  • 5 « Plan partiel » en français.

3Dès le début des années 1960, le littoral urbain barcelonais et valencien fait l’objet d’importantes transformations. Pour les autorités et les promoteurs, il s’agit de faire face à l’arrivée massive de touristes sur les côtes méditerranéennes ainsi qu’à la croissance démographique fulgurante auxquelles sont confrontées ces deux villes et la plupart des agglomérations du pays2. Le Plan General de Ordenación Urbana (ou PGOU)3, approuvé à Valence en 1966, en est un parfait exemple. Cet outil de planification urbaine, défini par la règlementation espagnole de l’époque (Ley sobre Régimen del Suelo y Ordenación urbana, LS56, Ley de 12 de mayo de 1956), permet aux autorités d’organiser un espace urbain en plein essor, confronté aux défis du desarrollismo4. Grâce à cette législation, on crée des zones industrielles, des voies de circulation et des pôles touristiques qui bouleversent la forme, le fonctionnement et l’organisation des villes. Le PGOU valencien, divisé en Planes Parciales5 pour une gestion plus précise de l’espace urbain, soumet l’intégralité de la planification de la ville au trafic routier. De ce fait, le Plan Parcial 13, approuvé par la municipalité en 1975 afin d’aménager le quartier maritime du Cabanyal, établit le prolongement à travers ce quartier de l’une des plus grandes artères de la ville – la Avenida Blasco Ibáñez. Dans le but de la relier à une future autoroute qui doit emprunter l’ancien lit du fleuve Turia, l’avenue scinde le quartier en deux parties, longe la plage et rejoint l’embouchure du fleuve. Parallèlement, le Plan Parcial 13 envisage la possibilité de construire des zones touristiques entre l’autoroute et le quartier du Cabanyal (Cf. annexe 1).

  • 6 L’urbanisme fonctionnel a été défini par la Charte d’Athènes (1933), laquelle établissait que les q (...)
  • 7 « Bidonville » en français.
  • 8 Carballes, Jesús Alonso, La Transition en Espagne : 1975-1986, Neuilly, Atlande, 2012.
  • 9 PCE « Parti Comuniste Espagnol » en français
  • 10 Vaz, Céline, « Les promoteurs immobiliers de l’Etat franquiste : de la dépendance à l’émancipation  (...)
  • 11 Vaz, Céline, « Les promoteurs immobiliers de l’Etat franquiste : de la dépendance à l’émancipation  (...)
  • 12 Donzelot, Jacques, La ville à trois vitesses, Paris, Editions de la Vilette - Penser l’espace, 2009

4Cet exemple est représentatif de l’urbanisme, que l’on peut qualifier de fonctionnel6, au cœur de la « politique de la ville » du franquisme. Celle-ci prétend résoudre les problèmes de logements récurrents dans le pays qu’illustre, en particulier, le phénomène de chabolismo7 dans la périphérie madrilène. Responsable de nombreux dysfonctionnements, l’urbanisation massive génère un fort mécontentement et des mobilisations sociales au sein d’une société déjà en proie à des formes de contestation qui tendent à se généraliser progressivement. Dès la fin des années 1960, en effet, le régime du général Franco fait face à une crise de légitimité qui s’accompagne de mouvements de protestations provenant de divers horizons sociaux et politiques. Initialement ouvriers, ils s’étendent au-delà du monde du travail avec la participation des étudiants, des intellectuels, voire d’une partie de l’Eglise catholique8, et ils émergent, en général, dans les périphéries des villes. Cet associationnisme, déjà présent dans certains quartiers avant la mise en place du cadre légal autorisé en 1964, est officiellement apolitique. En réalité, nombre d’associations sont infiltrés par le Partido Comunista Espagnol9, les anarchistes ou d’autres formations antifranquistes. Ceci étant, parmi les diverses entités figurent également des associations de commerçants ou des coopératives professionnelles qui sont le reflet d’une certaine tradition. Dans le quartier de la Barceloneta, par exemple, on peut signaler la présence d’organisations telles que les Asociaciones de Cabezas de familias, autorisées par le régime afin de veiller à la sécurité des quartiers dans un esprit conservateur. On y trouve aussi l’Asociació de Comerciants de la Barceloneta, créée dans les années 1950 pour valoriser le commerce et les activités entrepreneuriales locales. Parallèlement se manifestent des groupes plus politisés, semi-clandestins, marqués à gauche, comme Bandera roja ou les Ateneus llibertaris qui ont canalisé les luttes ouvrières dès le début du XXème siècle et qui dénoncent le manque de logements ou d’infrastructures publiques, aggravé par une politique franquiste de spéculation et d’abandon de ces zones10. Nous sommes donc face à un ensemble d’organisations hétéroclites où les questions politiques et urbaines s’entrecroisent et qui, au-delà des clivages, transforme en objet de réflexion publique les problèmes rencontrés par les citadins. Ces associations constituent également un réseau soucieux d’être partie prenante dans la transformation et l’aménagement de l’espace urbain11. Ce « phénomène revendicatif » théorisé par Manuel Castells et Henry Lefebvre, sous le nom de « question urbaine » dénonce « les méfaits de l’urbanisme fonctionnel produit dans le cadre de la société industrielle, la perte du cadre de vie qui […résulte…] de la soumission – relative – de l’urbain aux exigences de l’industrie. […C’est…] la qualité de la ville qui se […trouve…] alors en cause, la capacité de celle-ci à faire place aux « usages » de ceux qui y habitent et non au seul souci de l’échange marchand et de la production »12.

  • 13 « Plan régional » en français.

5A Barcelone, l’aménagement des côtes et la mise en place de structures destinées au tourisme de masse transforme génèrent donc des tensions qui traversent l’espace urbain, notamment peu après la mise en place du Plan Parcial de Ordenación Urbana de la Ribera de Barcelona, plus connu sous le nom de Plan Ribera, adopté par la ville en 1969 et proposé par Catalana Gas y Electricidid et Maquinista Terrestre y Marítima. Ce plan prévoit de réaménager les zones industrielles occupées par ces deux entreprises dans le district de Ciutat Vella, et plus particulièrement à la Barceloneta, et d’y construire des espaces résidentiels d’où est exclue la population ouvrière. Cette proposition s’inscrit dans une démarche globale de réorientation de la ville vers le secteur tertiaire. Dans cette optique, il est nécessaire pour la ville de revaloriser les espaces occupés par les industries. Dès ses débuts, ce projet soulève diverses oppositions et ce pour plusieurs raisons. D’une part, il va à l’encontre du Plan Comarcal13 de 1953, qui prévoit dans ce secteur de la ville de nombreux espaces verts et qui essaie de réduire considérablement la densité de la population (le projet Ribera envisage de reloger quelques 180 000 personnes). D’autre part, une fraction de la population vivant dans le quartier, et plus particulièrement les commerçants et les ouvriers, craint d’être expulsée au profit de classes sociales plus élevées. Ce plan urbain orienté par la spéculation, à savoir la réalisation d’opérations immobilières dans le seul but d’en tirer un profit financier, implique le renouvellement du tissu social dans le quartier. Dans la mesure où la revalorisation du secteur signifie implicitement la construction d’infrastructures et de logements d’une qualité supérieure, ce projet répond aux exigences des classes aux ressources économiques plus élevées et à celles des touristes qui disposent de revenus plus importants que ceux de la population originelle de la Barceloneta.

  • 14 Actuellement appelé en France Plan Local d’Urbanisme, depuis 2000.
  • 15 Tatjer Mir, Mercedes, La Barceloneta, del siglo XVIII al Plan de la Ribera, Barcelone, Saturno, 197 (...)

6C’est entre 1967 et 1968 que les personnes affectées par ce plan urbanistique vont se regrouper et former l’Associació de Veïns de la Barceloneta, qui établit les lignes directrices d’un mouvement civique défendant la réhabilitation du quartier. A partir d’août 1970, les riverains se mobilisent largement contre le Plan Parcial proposé et approuvé par les autorités municipales, lesquelles par diverses manœuvres dont le changement du Plan d’Occupation des Sols14 transforment cette zone anciennement industrielle en un espace résidentiel. Une coalition, où figurent des personnes aux origines sociales diverses ainsi que différentes entités parmi lesquelles l’AAVV de la Barceloneta, se met en place en mars 1971 pour lutter contre le plan d’aménagement du littoral. Elle constitue l’un des premiers mouvements sociaux urbains de la ville de Barcelone15. Il faudra néanmoins attendre la Transition pour que son action commence à obtenir des résultats. Après plusieurs actions, de nombreux débats publics et un concours organisé par le Collège d’Architectes afin de trouver des alternatives au projet municipal, l’opposition des habitants se traduit par la remise à la mairie en 1978 d’une étude intitulée Estudi previ a la remodelació de la Barceloneta. Celle-ci défend la réhabilitation du quartier en présentant des données analytiques telles que l’état des logements, la densité de population locale, l’évolution démographique, le manque d’infrastructures et de services. Cette étude présente également les résultats d’une enquête menée auprès des riverains, qui témoigne de leur volonté de continuer à vivre dans le quartier de la Barceloneta.

7Au-delà des revendications strictement urbaines, cette coalition, et plus particulièrement l’AAVV, constitue une plateforme qui structure une coalition politique née de l’opposition au franquisme et qui, en raison cette expérience, demeure mobilisée et particulièrement méfiante à l’encontre des autorités locales et nationales.

  • 16 AAVV Barceloneta, Quart de Casa, Butlleti de l’Associació de Veïns Barceloneta, Barcelona (imprime (...)

Le Plan de la Ribera (1971) et les propos de la mairie (1979) ne changeaient rien à la situation et nous dérobaient les terrains de la Maquinista y Gas pour les céder aux spéculateurs. Désormais, le Plan Comarcal nous octroie une partie de ce que nous demandions mais il expulse chacun d’entre nous. Une fois de plus, mais combien de temps cela va-t-il durer ! Le Plan actuellement proposé est une attaque à la Barceloneta, une insulte envers nous tous. Ce Plan démontre une très grande méconnaissance de la réalité de notre quartier, de nos inquiétudes, de nos problèmes. 16

  • 17 Harvey, David, Le capitalisme contre le droit à la ville-néolibéralisme, urbanisation, résistances, (...)

8Comme le montre ce document, le rejet de la politique urbaine de la municipalité traduit un désaccord profond avec les pratiques du pouvoir en place – qu’il soit démocratique ou pas – et la prise de conscience qu’il est indispensable de lutter pour améliorer les conditions de vie tout en se mobilisant sur le plan politique. Au-delà, l’émergence de mouvements sociaux urbains reflète ce que le géographe britannique David Harvey définit comme la revendication du « droit à la ville ». Selon lui, « revendiquer le droit à la ville […], c’est prétendre à un pouvoir de façonnement fondamental et radical sur les processus d’urbanisation, c’est-à-dire sur les manières dont nos villes sont sans cesse transformées »17. Les habitants réclament donc leur implication dans les processus d’aménagements urbains dans une Espagne qui, politiquement parlant, est alors en pleine transformation. En définitive, ils réclament un droit de regard sur la façon dont le pays et surtout leur environnement immédiat est géré, revendication au cœur du système démocratique.

Une Transition démocratique décevante : démobilisation du tissu associatif

  • 18 Nomination réalisée par Juan Carlos Ier.

9Avec la mort du général Franco en 1975 et la progressive démocratisation du pays, la société espagnole est confrontée à d’importants bouleversements. À la mairie de Barcelone, la Transition démocratique est marquée par la nomination de Josep Maria Socías Humbert à la tête de la municipalité18 qui déclare le jour de son investiture en tant que maire :

  • 19 « Socías Humbert nombrado por el Rey a petición del Ministro de la Gobernacion », ABC, Madrid, 04/1 (...)

« Je suis conscient qu’il me revient de diriger un gouvernement en transition au cœur d’une phase pré-démocratique […] Le processus qui s’ouvre se dirige vers un épanouissement qui doit conduire à la démocratisation des équipes municipales et logiquement du maire » […] Il a également assuré qu’il maintiendrait un dialogue constant avec les associations de quartier, dans le cadre d’une politique de compréhension et de dialogue afin que des alternatives surgissent.19

  • 20 Fête de la Mercé, sainte patronne de la ville de Barcelone.

10Socías Humbert ouvre ainsi la voie à la transition démocratique locale en encourageant la participation des habitants dans la gestion publique et en appliquant une politique d’ouverture et de dialogue avec les partis anciennement illégaux sous le franquisme. Il incite également les Barcelonais à renouer avec des festivités traditionnelles qui permettent aux citadins de se réapproprier les rues et les espaces publics. Par exemple, il redonne à la Fiesta de la Mercé20 son esprit populaire en autorisant la célébration d’un carnaval, prohibé sous le franquisme. Par ailleurs, le nouveau maire axe sa politique urbaine sur l’exécution du Plan Comarcal. Il a pour objectif, d’une part, de récupérer des zones précédemment occupées par des complexes industriels afin de les convertir en habitations à loyer modéré et, d’autre part, d’associer les riverains aux différentes décisions de la municipalité sur le plan urbain. C’est pourquoi un nouveau projet prévoyant des équipements publics, des logements et des espaces verts est élaboré en collaboration avec les habitants.

  • 21 « Ministère de la Culture » en français.
  • 22 « Ensemble historique et artistique » en français.
  • 23 TER MINASSIAN, Hovig, Changer Barcelone. Politique publique et gentrification dans le centre ancien (...)

11Pendant la Transition, les politiques urbaines replacent donc les habitants au cœur de l’action municipale. Les quartiers centraux et les banlieues proches font alors l’objet de réflexions pour apporter des améliorations au quotidien urbain. Par exemple, la connexion des divers espaces périphériques avec le centre-ville devient un point important des politiques municipales de rénovation, comme le montre l’exemple de Valence. Dans cette ville, les voies ferrées qui séparent le Cabanyal du reste de la ville sont ensevelies dans les années 1980 : la dernière barrière physique qui sépare la ville du front de mer disparait avec les voies ferrées de la Renfe. Ainsi ce projet d’enfouissement, qui a longtemps fait l’objet de revendications populaires dans le quartier, aboutit après une longue période de lutte. L’Associació de Veïns i Veïnes Cabanyal-Canyamelar, créée en 1977, est d’ailleurs l’un des principaux acteurs de combat. Cette période s’accompagne aussi d’une plus grande prise en compte, par les pouvoirs publics locaux, de la voix des habitants. Tant à Valence qu’à Barcelone, il est question à ce moment-là de renouer avec la confiance des citadins envers les autorités. Après les quarante années de régime franquiste, les nouvelles municipalités élues en 1979 ainsi que les autorités nationales de la Transition essaient de rompre avec la période précédente, en proposant des politiques de réhabilitation et de préservation des centres et des périphéries. Ainsi, par exemple, le Ministerio de Cultura21 décide en 1978 de classer Conjunto Histórico y Artístico22 six zones de Valence, parmi lesquelles se situent el Grao, el Cabanyal-Canyamelar et la Malvarrosa. Quelques années plus tard, en janvier 1982, le Tribunal Supremo poursuit cette démarche en suspendant le Plan Parcial 13. Il avait été approuvé par la maire de Valence en 1975 et prévoyait le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez à travers le quartier du Cabanyal, afin de la connecter à l’autoroute du Turia. La préservation du quartier semble alors acquise. Davantage à l’écoute des habitants et valorisant les anciens quartiers, « [les autorités] réhabilitent – dans tous les sens du terme – la place du district et de ses habitants dans l’imaginaire collectif de la ville et [leur] rôle dans la construction historique des métropoles »23.

12Ce contexte d’ouverture du dialogue entre autorités et citadins se traduit également par la construction formelle et institutionnelle de nouvelles entités associatives qui obtiennent des statuts stables et indépendants, à l’instar de la Peña valencianista Unión de pescadores à Valence. Néanmoins, cet essor suppose très rapidement une transformation du tissu associatif et une fragmentation de celui-ci. En effet, les associations de quartier qui, jusque-là, réunissaient divers collectifs tels que El Club Juvenil par exemple, se voient tronquées d’une partie de leurs membres.

  • 24 AA.VV. CABANYAL-CANYAMELAR, Butlletí de la Associació de Veïns del Cabanyal-Canyamelar, Any 6, n° 1 (...)
  • 25 31 de enero de 1984 : Carta de la AAVV al Gobernador.

13Une certaine démobilisation au sein de ces mêmes associations de quartier est alors perceptible au vue de la diminution des effectifs. Les productions écrites des organisations reflètent d’ailleurs cette situation, comme le montre, entre autres, un appel récurrent au militantisme lancé par l’association du Cabanyal-Canyamelar dans son bulletin d’information : « Si tu te sens concerné, que tu as de nouvelles idées, de nouvelles suggestions, l’envie de collaborer à chacune d’entre elles, ta présence dans les commissions, les comités, les assemblées, etc. est indispensable »24. Ce qu’Hovig Ter Minassian qualifie d’« essoufflement du mouvement associatif » est renforcé par le fait que surgissent au sein des administrations municipales de nouveaux services (culturels et sociaux), qui privent les associations d’une partie des activités qu’elles assumaient auparavant. À titre d’exemple, on peut citer le rôle de l’AAVV dans la médiation entre les habitants du quartier et des familles d’origine gitane qui s’installent en grand nombre dans le quartier au cours des années 198025, fonction qu’assument les services municipaux à partir de 1989. Cette évolution réduit le rôle des associations dans l’espace public et limite leur capacité de mobilisation, d’autant qu’un certain nombre de militants est recruté par les municipalités dans l’administration et abandonne le militantisme. Une période de desencanto touche également l’ensemble de la société espagnole au cours des années 1980. Alors que La Transition démocratique a été synonyme d’une mobilisation politique intense, une certaine lassitude commence à se manifester au sein de la population. Les changements plein de promesses que laissait entrevoir l’instauration de la démocratie ne sont pas toujours au rendez-vous, phénomène qui déçoit tout particulièrement les électeurs d’extrême gauche. Plus spécifiquement, dans le milieu urbain, l’euphorie des premières années de l’ère démocratique est rapidement rattrapée par le souvenir des politiques menées sous le franquisme et caractérisées par le déplacement des populations et leur relégation dans des quartiers périphériques éloignés. Percevant de façon négative les transformations urbaines à grande échelle, une partie des habitants et certaines associations deviennent sceptiques quant aux projets que proposent les nouvelles municipalités. C’est pourquoi, par exemple, les urbanistes de Valence décident de différer les travaux prévus dans l’espace maritime de la ville. Craignant des manifestations violentes dans le quartier du Cabanyal, ils demandent en 1988 aux autorités municipales de repousser la mise en œuvre du nouveau PGOU (toujours en vigueur actuellement).

14Tous ces éléments (contexte national, questions propres aux associations…) sont à l’origine d’une rupture entre les pouvoirs publics, tant locaux que nationaux, et les associations de quartier, porte-parole des habitants. Cette fracture va progressivement prendre de l’ampleur. Elle va permettre, à la fin des années 1990, l’émergence de nouvelles pratiques associatives et formes de mobilisation contre des politiques urbaines accusées d’être au service de la spéculation immobilière ou de ne pas tenir en compte du patrimoine local.

Vers un renouveau associatif ?

15Après quelques années de repli et une visibilité moindre des associations de quartier, les militants reprennent, à la fin des années 1990, une place majeure dans la vie politique locale de ces quartiers qui sont au cœur de zones stratégiques de Barcelone et de Valence. Cela est d’autant plus vrai que les espaces urbains situés sur la façade maritime et les zones attenantes sont de plus en plus menacés par les promoteurs et, notamment avec l’arrivée du Partido Popular au pouvoir, se retrouvent au cœur de la politique économique d’un gouvernement qui parie sur la construction pour relancer l’activité. Dès lors se multiplient des projets d’aménagements de la côte méditerranéenne dont le caractère massif suscite de vives inquiétudes.

16Parmi les divers projets proposés, on peut citer celui adopté par la mairie de Valence en 1997, qui relance l’idée de prolonger l’avenue Blasco Ibáñez. D’abord classé Conjunto Histórico y Artístico en 1978 puis Bien de Interés Cultural en 1993, le quartier du Cabanyal est à nouveau menacé de destruction suite à la promulgation du Plan Especial de Protección y Reforma Cabanyal-Canyamelar (PEPRI). Dans sa version définitive, ce projet prévoit le prolongement de l’avenue Blasco Ibáñez à travers le quartier avec quelques modifications, soit une réduction de la largeur initiale de l’avenue, à savoir de 300m à 48m de largeur (voies, trottoirs et jardins compris). De plus, il inclut l’édification d’immeubles de cinq étages, l’installation de nouveaux équipements sportifs et éducatifs, la création de parkings et d’une zone de loisirs aux abords de l’avenue qui s’achèverait par un rond-point, situé à proximité de la plage. Pour ce faire, les pouvoirs publics veulent scinder le quartier en deux parties et détruire 1651 logements et 450 bâtiments. Dès le début, le projet suscite des débats quant à sa réalisation et il provoque une mobilisation sans précédent dans cette zone de la ville.

  • 26 « Plateforme citoyenne » en français
  • 27 « Portes ouvertes », « Cabanyal archives vivantes » et « Cabanyal festival intime » en français.
  • 28 Beugnot, Céline « La lutte pour le quartier : l’aménagement conflictuel de l’espace urbain valencie (...)

17A la fin des années 1990, la situation évolue donc rapidement. On passe du repli des années 1980 à une nouvelle phase d’expansion de la mobilisation en rupture avec les anciennes structures. En effet, selon une partie des militants, dont certains n’ont jamais participé aux mouvements antérieurs, les associations de quartier manquent de combativité. Elles sont synonymes d’une lutte qui a été certes essentielle des années auparavant, mais qui n’est plus adaptée aux attentes des personnes vivant dans le Cabanyal de la fin du XXe siècle. Dès lors, certains membres estiment qu’il est indispensable de renouveler l’activisme local. Cette nouvelle génération de militants pense les structures associatives, leurs fonctions et leurs actions de façon différente. Ainsi émergent de nouvelles entités associatives qui se veulent plus revendicatives que les traditionnelles associations de quartier desquelles elles souhaitent se distinguer. Connues, entres autres, sous le nom plataformas ciudadanas26, ces nouvelles structures se consacrent spécifiquement aux problèmes urbains, contrairement aux AAVV qui, par exemple, assuraient parfois la promotion culturelle des quartiers. De ce point de vue, la « plateforme » Salvem el Cabanyal est particulièrement intéressante. Cette association valencienne est créée le 22 avril 1998 afin de contrer les projets de la municipalité menaçant le quartier maritime. Elle se propose notamment de préserver certaines caractéristiques du quartier telles que la trame urbaine, les valeurs historiques ou la cohésion sociale, objectifs qui permet de réunir de façon hebdomadaire de nombreux habitants du quartier. Parallèlement, elle bénéficie du soutien d’universitaires, de professionnels de l’urbanisme et de personnalités politiques membres des partis d’opposition à la Mairie ou encore du Ministère de la Culture. Cette convergence de différents acteurs opposés au projet de la ville permet notamment l’organisation de multiples tables rondes, de manifestations regroupant des centaines de personnes ainsi que la réalisation d’évènements artistiques tels que Portes Obertes, Cabanyal Archivo Vivo ou Cabanyal Festival Intim27. Ces diverses actions se traduisent par la rédaction de projets alternatifs parmi lesquels on peut signaler un projet intitulé La Pepri à travers lequel Salvem el Cabanyal propose de nouveaux aménagements et, surtout, une nouvelle perception du quartier. Celui-ci ne serait plus une zone périphérique mais le second centre historique de Valence28.

  • 29 Également appelé : “Modificació del Pla General Metropolità en la regulació de l’edificació tradici (...)
  • 30 « Quart de maison » en français.
  • 31 « Association de l’hostie » en français, qui tire son nom de l’appellation traditionnelle du quarti (...)

18Ce renouveau associatif n’est pas exclusif au cas valencien, comme le montre la mobilisation que suscite le Plan de ascensores29 lancé en 2007 et qui concerne le quartier de la Barceloneta. Il prévoit de réaménager les immeubles afin de faciliter l’accès à ses habitants. Pour ce faire, il propose la destruction d’une partie des quarts de casa30, à savoir l’architecture intérieure typique des immeubles de ce quartier, afin d’y placer des ascenseurs, ce qui déclenche la mobilisation des habitants concernés par le projet. Outre la destruction du squelette originel du bâti, les riverains craignent leur éviction au profit d’une classe sociale aux ressources économiques plus élevées. C’est ainsi qu’en 2007 née l’Asociació de la Óstia31créée par une partie des habitants pour lutter contre le Plan de Ascensores et dénoncer la spéculation immobilière et le processus de gentrification de la Barceloneta. Comme la « plateforme citoyenne » valencienne, l’Asociació de la Óstia se veut plus engagée et plus active que la traditionnelle AAVV, sans pour autant être en opposition avec cette dernière.

19L’heure est ainsi au renouvellement des structures revendicatives dans un contexte de modernisation des fronts de mer tant sur les côtes catalanes que valenciennes. Les politiques urbaines s’articulent autour de deux axes : d’une part, la transformation des anciennes structures urbaines si caractéristiques des quartiers maritimes et, d’autre part, la réalisation de grands événements à dimension internationale (régates, circuits de formule un…). Les intérêts des habitants sont alors placés au second plan au profit de projets considérés comme plus ambitieux.

  • 32 Lecardane, Renzo, « Le front de mer de Valencia et l’héritage de l’America’s Cup 2007 », Méditerran (...)

20Barcelone est l’exemple paradigmatique de ce dernier type de transformations urbaines, tout particulièrement depuis la préparation des Jeux Olympiques de 1992, comme le démontre la récurrence du dénommé « modèle Barcelone » dans l’analyse urbanistique des villes espagnoles, voire européennes. Suite à la nomination de la ville en 1986, comme siège des Jeux Olympique de 1992, divers plans urbanistiques prévoient le réaménagement de la ville en créant, entre autres, des logements destinés au village olympique, des structures sportives, des espaces de loisirs ainsi que des infrastructures de transports et de télécommunication. Ce projet lancé à l’occasion des Jeux Olympiques essaie certes de faire face aux besoins matériels d’un tel événement, mais envisage surtout la refonte de l’espace littoral dont la Barceloneta fait partie, afin de répondre aux demandes des secteurs liés aux activités touristiques. A l’instar de la capitale catalane, Valence tend à suivre ce « modèle Barcelone ». Les autorités souhaitent « moderniser » l’image de la ville à travers l’organisation de « grands événements » internationaux. La ville de Valence est élue, en 2003, siège de la 32e Coupe d’Amérique de 2007. Pour mener à bien les opérations liées à l’organisation de la course nautique, on crée la société anonyme Consorcio Valencia 2007 dont les principaux administrateurs sont le gouvernement, la région de Valence et la municipalité. À la tête de celle-ci on retrouve Rita Barbera, maire de la ville de Valence32, qui a également œuvré pour la mise en place du PEPRI Cabanyal-Canyamelar, ce qui conduit une partie de population vivant dans la zone du Cabanyal-Canyamelar à se méfier du projet sportif.

21Ainsi, on constate à travers ces exemples que l’écart se creuse peu à peu entre une classe politique qui souhaite moderniser les villes en les rendant mondialement plus visibles et des habitants qui revendiquent un droit de regard sur l’évolution de leur environnement proche. La défiance de la part de la population à l’encontre des autorités décisionnelles ressurgit et se renforce donc à mesure que les projets se multiplient. De surcroît, au cours des années 2000, la vie politique espagnole est successivement marquée par plusieurs cas de corruption tels que le Caso Marbella en 2005 ou encore l’affaire Gürtel en 2009, des affaires qui renforcent les tensions entre une partie de la population et la classe dirigeante. Ce phénomène est accentué par l’éclatement de la bulle immobilière de 2008 et l’ampleur de la crise économique qui s’abat sur l’Espagne.

  • 33 « Des milliers de logements » en français.
  • 34 « Je vis dans le Cabanyal » en français.

22Dans un contexte d’« indignation » généralisée, le tissu associatif se resserre donc rapidement. On assiste à un rapprochement entre des associations, des plateformes et des collectifs récemment créées. Dans le cas de la Barceloneta, par exemple, des relations se tissent entre l’Asociació de la Ostia et un mouvement d’okupas appelé Miles de viviendas33. Initialement constitué pour investir des immeubles inoccupés dans le but de se loger gratuitement et dénoncer la spéculation immobilière à Barcelone, ce collectif joue un rôle essentiel dans la lutte des habitants de la Barceloneta contre le plan de la municipalité : occuper illégalement une maison permet de ralentir l’avancée des travaux prévus. Un phénomène identique a lieu dans le quartier du Cabanyal, lorsqu’en 2011, une nouvelle initiative voit le jour ; nommée Viu al Cabanyal34, elle est impulsée par le Moviment 15M dels Pobles de la Mar, à savoir une branche locale du mouvement des Indignés. Dans le but de rendre le quartier plus dynamique et plus attractif, elle souhaite faire venir de nouvelles populations, généralement plus jeunes, en favorisant les squats mais surtout en créant un réseau qui regrouperait locataires et les propriétaires et qui permettrait de relancer la location des appartements et d’éviter ainsi leur dégradation. Néanmoins, dans le cas du Cabanyal, malgré l’efficacité de quelques actions ponctuelles, ce rapprochement est de courte durée. En dépit de la célébration de plusieurs rencontres et réunions entre les différentes entités associatives, une certaine incompréhension devient perceptible entre les militants du 15M et ceux des associations qui estiment que leurs revendications sont parfois trop éloignées de celles des indignés. En revanche, à Barcelone, le collectif Miles de viviendas se dissout pour mieux se greffer à la Plataforma de Afectados por la Hipoteca, un mouvement social en lien avec le 15M qui lutte pour le droit à un logement digne. Cette diversité des cas de figure souligne que l’émergence du mouvement du 15M ne s’est pas systématiquement traduite par une convergence des luttes, malgré l’espoir que nourrissaient certains militants profondément engagés dans la lutte contre les bouleversements urbains majeurs induits par la spéculation foncière.

Conclusion

23Les mouvements sociaux urbains qui se sont développés depuis les années 1960 dans les quartiers de la Barceloneta et du Cabanyal témoignent de la volonté des habitants de prendre part aux décisions qui modifient leur environnement immédiat. Afin de porter leurs revendications de façon légitime, des associations, d’abord illégales puis autorisées à partir de 1964, ont rapidement permis d’encadrer les militants en désaccord avec le pouvoir en place, tant local que national. De dimension variable, ces organisations ont su adapter leurs structures et leurs fonctionnements, afin de faire face aux réalités politiques et sociales auxquelles elles étaient confrontées. Néanmoins, avec l’instauration de la démocratie et notamment à partir de la fin des années 1990, elles ne semblent plus capables de répondre aux attentes d’une nouvelle génération de militants mobilisés contre les dysfonctionnements qu’engendre le système politique et économique. Surgissent ainsi de nouvelles entités qui font appel à de nouvelles formes de mobilisation (Internet, squats…) et qui rompent avec les traditionnelles associations de quartier. Grâce à elles, la contestation et la mobilisation à l’échelle locale reprend de l’ampleur, même si la convergence avec des luttes plus globales telles que le combat contre l’austérité, la corruption ou pour une place effective du citadin au sein de l’espace politique n’a pas toujours été possible. Néanmoins lorsque ce type de rapprochement s’est produit, on assiste à un élargissement des champs d’action et, surtout, à la mise en place d’un réseau militant aux revendications plus complexes et susceptible de répondre aux attentes de populations menacées par un phénomène (la spéculation foncière) dont les solutions se situent tant à l’échelle nationale que locale.

Haut de page

Annexe

ANNEXES

Annexe 1 : Plan Parcial 13 (1975)

Haut de page

Notes

1 L’équivalent français serait « associations de quartier ».

2 Bennassar, Bartholomé et Bessiere, Bernard, Espagne : histoire société culture, Paris, La Découverte, 2009, p. 130.

3 « Plan d’aménagement urbain » en français.

4 Période (des années 1960 au début des années 1970) qui se caractérise par un intense développement économique du pays qu’illustre le passage d’une société rurale à une société urbaine ou encore le début de l’industrialisation fulgurante du pays.

5 « Plan partiel » en français.

6 L’urbanisme fonctionnel a été défini par la Charte d’Athènes (1933), laquelle établissait que les quartiers devaient s’organiser selon quatre fonctions, à savoir habiter, travailler, se recréer et circuler. WEIL, Michel, L’urbanisme, Toulouse, Editions Milan, 1997, p. 30

7 « Bidonville » en français.

8 Carballes, Jesús Alonso, La Transition en Espagne : 1975-1986, Neuilly, Atlande, 2012.

9 PCE « Parti Comuniste Espagnol » en français

10 Vaz, Céline, « Les promoteurs immobiliers de l’Etat franquiste : de la dépendance à l’émancipation », EspaceTemps.net, 2013. URL : http://www.espacestemps.net/articles/les-promoteurs-immobiliers-et-letat-franquiste/

11 Vaz, Céline, « Les promoteurs immobiliers de l’Etat franquiste : de la dépendance à l’émancipation », EspaceTemps.net, 2013. URL : http://www.espacestemps.net/articles/les-promoteurs-immobiliers-et-letat-franquiste/

12 Donzelot, Jacques, La ville à trois vitesses, Paris, Editions de la Vilette - Penser l’espace, 2009.

13 « Plan régional » en français.

14 Actuellement appelé en France Plan Local d’Urbanisme, depuis 2000.

15 Tatjer Mir, Mercedes, La Barceloneta, del siglo XVIII al Plan de la Ribera, Barcelone, Saturno, 1973.

16 AAVV Barceloneta, Quart de Casa, Butlleti de l’Associació de Veïns Barceloneta, Barcelona (imprime la AAVV) 1976, p. 5 : « El Plan de la Ribera (1.971) y la Alegación del Ayuntamiento (1.975) nos dejaba como estábamos y nos quitaba los terrenos de la Maquinista y Gas para entregarlos a los especuladores. Ahora el Plan Comarcal nos da algo de los equipamientos que pedíamos, pero nos echa a todos nosotros. Una vez más ¡cuántas veces van ! El actual Plan propuesto es un ataque a la Barceloneta, un insulto a todos nosotros. El Plan demuestra un fatal desconocimiento de la realidad de nuestro barrio, de nuestras inquietudes, de nuestros problemas” (traduction personnelle).

17 Harvey, David, Le capitalisme contre le droit à la ville-néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Éditions Amsterdam, 2011, p. 9.

18 Nomination réalisée par Juan Carlos Ier.

19 « Socías Humbert nombrado por el Rey a petición del Ministro de la Gobernacion », ABC, Madrid, 04/12/1976, p.37. URL :http://hemeroteca.abc.es/nav/Navigate.exe/hemeroteca/madrid/abc/1976/12/04/037.html : « Soy consciente de que me toca gobernar un tránsito en una etapa predemocrática […] el proceso abierto va a una plenitud que tiene que llevar a la democratización de las corporaciones municipales y lógicamente del Alcalde. » […] También aseguró que mantendrá un diálogo permanente con las asociaciones de vecinos en una política de entendimiento y diálogo para que salgan alternativas” (traduction personnelle).

20 Fête de la Mercé, sainte patronne de la ville de Barcelone.

21 « Ministère de la Culture » en français.

22 « Ensemble historique et artistique » en français.

23 TER MINASSIAN, Hovig, Changer Barcelone. Politique publique et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013.

24 AA.VV. CABANYAL-CANYAMELAR, Butlletí de la Associació de Veïns del Cabanyal-Canyamelar, Any 6, n° 16, Gener 1984. “Si te sientes vinculado, tienes nuevas ideas, nuevos planteamientos, ganas de colaborar en cada uno de ellos, tu presencia en las comisiones, junta, asambleas, etc., es imprescindible.” (traduction personnelle).

25 31 de enero de 1984 : Carta de la AAVV al Gobernador.

26 « Plateforme citoyenne » en français

27 « Portes ouvertes », « Cabanyal archives vivantes » et « Cabanyal festival intime » en français.

28 Beugnot, Céline « La lutte pour le quartier : l’aménagement conflictuel de l’espace urbain valencien du “Cabanyal” », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013. URL : http://ccec.revues.org/4778

29 Également appelé : “Modificació del Pla General Metropolità en la regulació de l’edificació tradicional de la Barceloneta per millorar la seva accessibilitat vertical”.

30 « Quart de maison » en français.

31 « Association de l’hostie » en français, qui tire son nom de l’appellation traditionnelle du quartier

32 Lecardane, Renzo, « Le front de mer de Valencia et l’héritage de l’America’s Cup 2007 », Méditerranée [En ligne], 2008, p. 3, disponible sur http://mediterranee.revues.org/2827.

33 « Des milliers de logements » en français.

34 « Je vis dans le Cabanyal » en français.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://amnis.revues.org/docannexe/image/2946/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Beugnot, « Espaces urbains en transformation. Les enjeux des associations de quartier et leur dynamique : vers de « nouveaux » mouvements sociaux ?  », Amnis [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/2946 ; DOI : 10.4000/amnis.2946

Haut de page

Auteur

Céline Beugnot

Aix-Marseille Université, TELEMME, France celine.beugnot@gmail.com

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org