Navigation – Plan du site
Figures imposées. Entre tradition et renouvellement

Les grandes guerres du XXe siècle dans No pasarán le jeu de Christian Lehmann : écrire et réécrire l’histoire pour les adolescents, du roman à la bande dessinée

Eléonore Hamaide-Jager

Résumés

En utilisant les jeux vidéos comme entrée dans l'histoire des grands conflits du XXe siècle, la trilogie de Lehmann No pasaran, le jeu, Andreas le retour et No pasaran, endgame séduit d'emblée le public adolescent par son côté immersif. Le registre fantastique permet aux personnages d'être à la fois ancrés dans leur époque et d'expérimenter dans leur chair la violence, la responsabilité et les doutes inhérents aux prises de décision décisives qui font basculer le devenir de l'humanité, avec une connaissance précise des événements du passé que n'ont pas d'ordinaire les protagonistes. Ainsi, la trilogie dépasse les caractéristiques scripturales du roman historique pour la jeunesse en confrontant de manière directe les personnages à l'Histoire et à ses répercussions dans leur actualité qui est aussi celle du lecteur. L'adaptation en bande dessinée tient davantage de la réécriture, par des effets de condensation et de réorganisation interne, qui complexifient la réception. Elle autorise une narration en images du ressenti des personnages, bien plus apte à rendre compte d'un état de sidération face aux événements, là où le roman utilise davantage les armes de l'argumentation et de la prise de recul. Certes ni l'un ni l'autre ne semblent suffisants à la transmission factuelle des guerres qui ont façonné la géopolitique du XXIe siècle. Ils sont en revanche en mesure de rendre proche des individus qu'ils réinscrivent dans une histoire familiale, sociale et politique et de confronter les lecteurs aux choix des personnages dans des fictions à double niveau pour, in fine, les faire adhérer à des valeurs humanistes et les inciter à des prises de conscience citoyenne.

Haut de page

Texte intégral

1En 1996, lorsqu’il fait paraître son roman No pasarán le jeu, Christian Lehmann, médecin par ailleurs, ancre son propos dans l’univers du jeu vidéo qu’il connaît bien. Il met en scène trois amis adolescents dont la vie bascule en jouant devant leurs ordinateurs. Très vite, ce jeu nommé « l’expérience ultime » a des conséquences sur le quotidien des personnages, sur leurs relations et les engage pleinement dans des événements historiques, comme la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre mondiale ou la guerre de Yougoslavie, durant lesquels ils choisissent d’incarner un personnage. En 2005, près de dix ans après le premier volume, prévu pour être unique, paraît Andreas, le retour ; l’ouvrage répond aux demandes des lecteurs qui réclamaient une suite. En 2012, sortent simultanément le dernier volume de la trilogie, No pasarán, endgame et l’adaptation en bande dessinée de la première moitié du premier volume puis en 2014, sort l’intégrale No pasarán, le jeu. Le récit historique n'est donc pas seulement une toile de fond mais est également constitutif de la fiction.

  • 1 Thaler, Danielle et Jean-Bart, Alain, Les Enjeux du roman pour adolescents, Paris, L'Harmattan, 200 (...)

Le roman historique pour jeunes est un Janus qui regarde d'un côté vers le passé et d'un autre vers le présent. Tout romancier qui a l'ambition d'écrire des fictions historiques pour jeunes doit donc répondre à deux exigences : son récit doit convaincre à la fois les historiens et les jeunes lecteurs.1

2Lehmann met en scène l'Histoire dans ces romans d'une manière très particulière qu'il serait bon de confronter avec cette gageure de l'écriture pour le jeune public. J’aimerais montrer dans quelle mesure ces ouvrages se confrontent à la tradition du roman historique, mais aussi examiner si les spécificités des genres littéraires peuvent participer d'une meilleure saisie des événements historiques par le jeune lecteur, en interrogeant en particulier la condensation ou l’expansion de certains épisodes dans la bande dessinée. Parallèlement, la multiplicité des supports est-elle facilitatrice de sens pour les lecteurs, notamment dans l’appréhension complexe des conflits du XXe siècle ?

Des romans historiques atypiques ?

3Dans un chapitre consacré au roman pour la jeunesse, Pierre Bruno et Philippe Geneste listent quatorze critères qui caractérisent le roman historique destiné au jeune public. L’intérêt de la trilogie de Lehmann est qu'elle met à mal plusieurs d’entre eux, tout en proposant un niveau supplémentaire de fictionnalité. Les adolescents du récit vivent à la fin du XXe siècle une vie normale, mais le jeu introduit un second degré de fiction, présenté comme la réalité, dans laquelle les adolescents prennent part à des événements historiques majeurs. Leurs prises de décision entraînent des conséquences tant dans le passé que dans leur présent. Pour les lecteurs, la frontière entre vérité et fiction, ainsi redessinée, devient mouvante.

  • 2 Bruno, Pierre et Geneste, Philippe, « Le roman pour la jeunesse », La littérature de jeunesse. Itin (...)
  • 3 Lehmann, Christian et Carrion, Antoine, No pasarán le jeu, Paris, Rue de Sèvres, 2014, p. 95.

4S'il est incontestable que les lecteurs visés sont bien des adolescents par les préoccupations des protagonistes – éveil à la sexualité, goût exacerbé pour les jeux vidéos –, et que les événements historiques sont avérés, il n'y est pas seulement question d'histoire nationale, critère que retiennent Pierre Bruno et Philippe Geneste2. Dans cette trilogie, le premier volume se focalise certes sur la Seconde Guerre mondiale (conflit sans doute le plus connu des adolescents grâce à l'école et à sa relative proximité temporelle), et plus particulièrement sur la rafle du Vel d'Hiv. Mais Thierry, l’un des protagonistes, le plus réfléchi, qui s'intéresse à la stratégie militaire, s'incarne dans un officier qui participe à la Première Guerre mondiale. Les caractéristiques de chacun des personnages vont ainsi être l'occasion de confronter le lecteur à un conflit différent. La bande dessinée l'énonce très clairement, en particulier lorsque la jeune fille serbe, Elena, s'étonne des images qu'elle a pu voir et qui semblent destinées à elle seule. Elles lui apportent la conviction que son père aimé est aussi un criminel de guerre sanguinaire. Fort de son expérience, Éric, un autre personnage, le confirme : « L'ordinateur nous envoie les images qui sont en nous, cachées. Je crois qu'il nous met en face de ce que nous refusons de voir »3. D'autres conflits ont donc une place dans la trilogie, de manière rapide, la guerre du Vietnam, de façon beaucoup plus centrale, la guerre d'Espagne et le conflit en ex-Yougoslavie, ces deux derniers rapprochés sous l’appellation de « guerre civile ». Ces conflits ont tous trait au XXe siècle mais sont inégalement connus des lecteurs. Bien plus, les lecteurs de 1996 lisent une fiction sur un événement qui est encore en train de se dérouler. La frontière entre réalité et fiction s'en trouve particulièrement amincie. Le roman bascule vers le docu-fiction en distillant des éléments d'analyse transposables dans la réalité, tout en mettant en scène des personnages fictionnels mais réalistes.

5Même si la diversité des points de vue est représentée à cette occasion, s'impose très nettement une dimension idéologique qui a le mérite de s'afficher clairement par les valeurs de tolérance défendues. Ainsi, dans la fiction publiée en 2012, No pasarán, endgame, les personnages politiques évoqués font largement référence, jusque dans leurs noms seulement légèrement modifiés, à des membres de la classe politique dont les identités ont encore joué un rôle dans les élections présidentielles françaises de 2017 :

  • 4 Lehmann, Christian, No pasarán, endgame, Paris, l'école des loisirs, 2012, pp. 29-30.

Longtemps cantonné au rôle de pitbull de la politique, le vieux leader d'extrême droite avait confié six mois plus tôt les rênes à sa fille Marianne, charge à celle-ci de « nettoyer » l'image du parti, ce à quoi elle s'était attelée avec zèle, faisant d'une pierre deux coups. […] Son dernier tour avait consisté à passer le flambeau à sa propre fille, évinçant son bras droit de toujours, Bruno Verninck, un universitaire brillant qui avait longtemps servi de caution intellectuelle aux dérives antisémites du parti.4

6La trilogie établit donc des ponts très nets entre les événements passés et l'actualité politique. L'auteur suggère combien la connaissance du passé éclaire le présent. La fictionnalisation des conflits du passé dans No pasarán offre une clé de lecture du quotidien des lecteurs et une mise en garde contre des discours séduisants mais dangereux qui engagent l'avenir d'un pays. Le dernier volume est d'ailleurs l’occasion de donner une épaisseur psychologique à certains personnages plus figés dans les deux précédents, que ce soit Anissa, jeune fille, sous la coupe de son frère islamiste dans le second volume, qui s’émancipe, ou encore Andreas, à qui ses changements de personnalités multiples ont fait prendre conscience de la valeur de chaque être humain.

7Dans leur classification, Pierre Bruno et Philippe Geneste notent que le roman historique se centre sur un parcours individuel plutôt que sur des masses. C'est ici partiellement vrai, dans la mesure où le premier volume de la trilogie se focalise surtout sur un trio d'amis. Leurs déambulations dans le jeu les confrontent en revanche à des groupes constitués, une armée et une organisation cachant des enfants juifs. Dès lors, l’œuvre de Lehmann échappe au travers qui consiste à faire coïncider fin du récit et fin de l'épisode historique. En effet, Pierre Bruno et Philippe Geneste constatent que « s'il campe un cadre historique, le roman historique pour la jeunesse en retire le mouvement même de l'Histoire. Cela tient probablement au parti pris de tracer l'itinéraire d'un héros, […] qui traverse l'Histoire plus qu'il n'est traversé par elle »5. Les choses sont nettement plus complexes dans le corpus proposé. La confrontation des personnages aux grands événements du passé influe sur leur destinée présente. D'une certaine manière, l'auteur historicise le présent des protagonistes et, partant, des lecteurs. L'inscription dans un genre proche du fantastique qui transporte les personnages, sur des périodes plus ou moins longues, dans d'autres vies que les leurs et les place face à des choix qui engagent d'autres personnes qu'eux-mêmes, engage une confrontation à l'Histoire plutôt dysphorique. La violence, que les deux critiques semblent exclure du roman historique, est ici bien présente, entre autres dans les descriptions romanesques qui permettent de décrire la souffrance des personnages amenés à tuer. Seize planches, entre autres, presque sans texte se concentrent sur la bataille de Guernica6 : les images de la bande dessinée traduisent une grande violence face à la surprise de l'attaque et tentent de faire saisir autrement que par les mots la portée des événements. L'immersion des personnages est transcrite par des changements de couleurs, dégradant des teintes très vives jusqu'au noir et blanc, traduisant aussi le mélange des époques. Si les trois adolescents sont en effet plongés dans le passé, ils acquièrent cependant une double personnalité : ils sont pleinement un personnage réel du passé tout en ayant encore la conscience de leur identité première. Bien plus, fait très rare en littérature de jeunesse, certains personnages principaux meurent. Certes, la fin de la trilogie leur laisse parfois une vie à l'intérieur du jeu mais elle inscrit tout de même la douleur de la perte au cœur du récit. Par un jeu de construction, le dernier volume se clôt sur l'annonce, à cinquante ans de distance, de l'intrigue du premier roman. Enfin, le leitmotiv de la bande dessinée (« ça ne finira jamais ») souligne l'enjeu didactique de la connaissance de l'histoire et surtout la nécessité de connaître le passé pour mieux vivre le présent.

8Le va-et-vient entre les différents lieux d’inscription du récit participe de l’appropriation par le lecteur de l’univers fictionnel et surtout des événements historiques décrits. Lui revient la tâche de se documenter sur la chronologie des faits, sur la mise en place des événements. Il en aura en effet une représentation plus émotionnelle que factuelle. Un lien très net est proposé dans No pasarán le jeu entre l'expérience traumatisante d'Éric dans les rues de Guernica, les renseignements qu'il prend sur la guerre civile et l'achat par son grand frère de L'Espoir de Malraux. Quelques pages plus loin Éric discute avec le médecin de famille et découvre tout un pan caché de la vie de son frère et les raisons véritables de son départ pour l'ex-Yougoslavie où le contexte, comparable à la guerre d'Espagne, l'incite à s'engager. C'est donc la littérature ou la réalité fictionnelle d'un personnage qui permettent d'envisager les événements historiques, y compris au sein de la fiction. Dans la bande dessinée, lors de sa première apparition, le grand frère, Gilles, tient en main le livre de Malraux. Éric le manipule, mais son œil est plus attiré par une photographie d'ex-Yougoslavie, glissée entre les pages du livre, que par le livre lui-même. La fin de la bande dessinée éclaire, beaucoup plus nettement que le roman, les choix d'Andreas de s'incarner dans un personnage de la légion Condor, le passé trouble de son père ou encore les enjeux de la guerre d'Espagne, déclinés de manière très pédagogique pour Éric par son frère, avec au passage une reproduction du tableau de Picasso, au moment où Gilles achète le livre de Malraux. Le premier volume est en effet beaucoup moins explicite. La connaissance des faits est progressive sur les trois volumes romanesques, à mesure que les personnages s'y intéressent et se documentent sur le passé. Dans Andreas le retour notamment, les épisodes historiques prennent peu à peu sens et épaisseur. Les deux derniers volumes présentent certes des personnages plus matures mais l'auteur a aussi davantage conscience peut-être de son lectorat et il glisse plus volontiers des informations historiques situant les événements. Il n'en demeure pas moins vrai qu'en l'absence totale de connaissances historiques, la lecture peut s'avérer très complexe. Est-ce vrai de la même façon pour les romans et pour la bande dessinée ? En d'autres termes, un genre littéraire permettrait-il d'accéder plus facilement aux connaissances historiques ou à la perception de l'incidence des événements ? Quelle articulation entre bande dessinée et romans dans la présentation des événements historiques ?

Une bande dessinée fidèle au(x) roman(s) ?

9À dix ans de distance, Christian Lehmann publie les trois volumes de sa trilogie et parallèlement à la sortie du troisième roman paraît le premier tome d’une bande dessinée mêlant l’intrigue du premier volume à quelques événements des deuxième et troisième volumes. L’adaptation d’un récit en bande dessinée est toujours une gageure, ainsi que le rappelle Dürrenmatt :

  • 7 Dürrenmatt, Jacques, Bande dessinée et littérature, Paris, Classiques Garnier, coll. « Études de li (...)

La transposition d’un média à l’autre doit relever plusieurs défis afin de livrer une traduction réussie des codes employés. Il faudrait, par exemple, prendre en compte " la mise en image de l'enchaînement narratif […] et le travail du rythme narratif ", " le choix d'un point de vue, qui peut évoluer à l'intérieur du texte […] et la manière dont [l'auteur] va introduire les discours du narrateur et des personnages " et " la recherche ou non d'une équivalence de style entre écriture et dessin ".7

  • 8 Les quatorze premières pages de la bande dessinée sont en ligne sur le site de l'éditeur Rue de Sèv (...)

10Au premier abord, l’adaptation en bande dessinée d’Antoine Carrion semble extrêmement fidèle d'autant que Christian Lehmann en a conçu le scénario. Elle correspond également aux canons de la bande dessinée tels que les définit Groensteen dans Système de la bande dessinée. En témoigne la scène d’ouverture, qui présente un premier bandeau central qui plante le décor puis une présentation en gaufrier classique, c’est-à-dire une disposition en petites cases régulières. Devant cet incipit, l'amateur de bandes dessinées retrouverait d'abord ses habitudes de lecture avant de se heurter à des blancs narratifs. Ceux-ci seraient d'autant plus difficiles à combler que la période historique évoquée est mal connue, alors qu'ils correspondent généralement à des flash-backs déterminants dans la construction du personnage. Afin de confirmer cette hypothèse, je voudrais m’arrêter en particulier sur la première confrontation centrale avec l’Histoire en la personne du vendeur de jeux vidéo8. Cette scène témoigne des capacités de condensation de la bande dessinée. Elle est également intéressante car, de l’aveu même de l’auteur, elle prend en compte des informations que ne contient pas le premier volet de la trilogie romanesque mais que le lecteur découvre dans le dernier volume No pasarán, endgame, écrit en même temps que la bande dessinée.

  • 9 Lehmann, Christian, No pasarán, le jeu, Paris, l’école des loisirs, coll. « Médium », 1996, p. 30.

11En voyage à Londres, les trois adolescents se voient offrir une disquette dans une boutique de jeux par le propriétaire, un vieillard, qui réagit très violemment à l’insigne que porte Andreas, le symbole de l’appartenance à la légion Condor. Andreas s’enfuit et laisse ses deux amis face à des questions et des remarques de l’homme qu’ils ne comprennent pas. Le roman clarifie d’emblée une partie de l’identité du vendeur : « Le regard d’Éric fut attiré par le tatouage qui dépassait de sa manche, au creux de l’avant-bras. Quelques lettres noires perdues dans une forêt de poils blanchis par les ans »9. Dans No pasarán le jeu, celui qui apparaît comme un ancien déporté est un personnage secondaire mais par lequel tout arrive ; il resurgit dans le dernier tome et son identité s'en voit complètement reconfigurée. Peut-être d'ailleurs faudrait-il nuancer cette affirmation de lisibilité identitaire : en effet, le début du roman très réaliste se colore de touches de merveilleux à partir du moment où les trois jeunes gens franchissent la porte de la boutique (l'un des personnages va, de fait, jusqu'à citer La Belle au bois dormant). Certes, l'un des jeux qui semble séduire Thierry, le plus cultivé des trois garçons, se situe en 1942, année du siège de Stalingrad par les Allemands comme il le rappelle à son camarade, mais cela suffit-il pour que, près de dix pages plus loin, le lecteur adolescent voit dans ce tatouage exhibé par la narration une trace de la solution finale, d'autant qu'il est question de lettres et non de chiffres ? Rien n'est moins sûr, encore moins aujourd'hui, le tatouage étant devenu une pratique largement partagée.

12Dans la bande dessinée d’Antoine Carrion, il est tout à fait possible de passer complètement à côté de cette information. Le bras du vieil homme est coupé à l'image. Bien plus, la vignette se centre sur l’insigne nazi : celui-ci a été montré en gros plan sur la planche précédente et, par une vue en contre-plongée, il est démesurément grossi sur la vignette suivante. Enfin, l'extension du phylactère focalise le regard vers le haut de l’image d'où vient la parole, en pointant directement l'insigne. Pourtant, le passé du personnage, ses images mentales sont bien plus approfondies dans la bande dessinée que dans le premier volume de la trilogie romanesque : la bande dessinée permet, sans beaucoup de moyens et avec une grande lisibilité, le passage d’une narration externe concernant les personnages secondaires à une focalisation interne qu’autorise, entre autres, un jeu de gros plans sur les yeux des personnages ou une vignette entièrement centrée sur le vendeur, qui fait basculer la fiction soit dans le passé soit dans ses pensées. La bande dessinée serait plus à même de faire passer un contexte historique. Tel est, du moins, l’avis de Jacques Dürrenmatt :

  • 10 Dürrenmatt, Jacques, op. cit., p. 83.

Tout comme le roman se pique désormais de sciences sociales, la bande dessinée s’empare d’autres genres, assez naturellement de l’Histoire qui épouse bien sa forme séquentielle. L’action peut se dérouler dans un cadre historique, certains personnages historiques peuvent devenir héros de bande dessinée, en se fondant sur des représentations connues de tous. Les plus inventives nous aident à réfléchir au sens de la représentation du réel et à la question de la transmission du savoir historique.10

  • 11 Poulou, Bernadette, « La prise de conscience du fait historique par les jeunes : la réception de No (...)
  • 12 Dossier « Christian Lehmann », L'École des lettres collège, n° 1, 2012, pp. 61-78.

13Aussi voudrais-je confronter les deux genres. Lire cette bande dessinée relève d’un apprentissage de certains codes, d’autant plus ici que le lecteur est placé dans une situation d’ignorance. Dès la sortie de No pasarán, le jeu, plusieurs témoignages d’enseignants (Bernadette Poulou, par exemple, dans Nous voulons lire11 ou le dossier de L’école des lettres12 consacré au roman) soulignent la difficile contextualisation par les élèves des événements se déroulant dans ces romans. Bernadette Poulou signale d’ailleurs que l’appropriation du roman et de son contexte ne s’est paradoxalement faite que grâce à des documents renvoyant à des témoignages, des autobiographies de personnes qui avaient vécu les événements de l’intérieur.

  • 13 Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée, 2, Paris, PUF, coll (...)

14Thierry Groensteen suggère que la bande dessinée contemporaine sort de « la mise en page régulière, avec sa stricte orthogonalité et sa scansion rythmique imposant une cadence »13 mais que la disposition des cases, les procédures d’articulation ou d’associations entre les images peuvent néanmoins être signifiantes. Je voudrais éprouver cette affirmation à l'aune des pages qui suivent celles que nous avons déjà évoquées, en particulier une double page ponctuée en début et fin par le marchand de jeux vidéo répétant une phrase qui scande le roman, « ça ne finira jamais ». Antoine Carrion y fait le choix de se focaliser sur le vieil homme. Cette dernière double page est-elle lisible par les adolescents ?

L’illisibilité en bande dessinée

  • 14 Beaulieu, Jean-Philippe, « La continuité temporelle et ses expressions graphiques dans la bande des (...)

15Jean-Philippe Beaulieu14 considère que la raréfaction des textes narratifs dans une bande dessinée signale le début d’une nouvelle séquence temporelle avec un retour à des plans d’ensemble et un jeu des couleurs particulier. Ici, ces principes sont à la fois utilisés mais modulés avec beaucoup de finesse. La quatrième vignette de la double page, qui adopte des couleurs froides dans une planche dominée par les couleurs chaudes, marque aussi une rupture en investissant toute la largeur de la planche. Elle pourrait apparaître comme une vignette de transition, même si elle se centre sur les mêmes protagonistes. Ils sont de dos comme sur la seconde vignette ou bien leur corps est tronqué. La case suivante, en bandeau toujours, réinvestit, en une variation sépia, les couleurs utilisées pour peindre la boutique et associe alors l’image au vieil homme. Pour qui a lu le roman, elle suggère la superposition temporelle à l’œuvre dans ce roman où les personnages peuvent en même temps vivre à la fin des années 90 mais aussi intervenir dans les conflits armés du premier XXe siècle et leurs périodes troublées. Cette vignette comporte de forts indices comme les étoiles jaunes. Dans le premier tome, les personnages, adolescents de quinze ans, ont une connaissance très rudimentaire de la Shoah, hormis Andreas qui baigne dans un milieu familial néo-nazi. Les uniformes des gendarmes français ainsi que la piste du vélodrome visibles cette fois sur les sixième et huitième vignettes renvoient à la rafle du Vel d’Hiv. Encore faut-il connaître la pèlerine qui valut, entre autres, leur surnom d'hirondelle aux agents de police et identifier le célèbre vélodrome aujourd'hui détruit. Rien dans les pages précédentes ne permet de suggérer un quelconque intérêt pour cette période de la Seconde Guerre mondiale ou la possibilité de croisements d'époques au sein du récit. Dès lors, le personnage du vieil homme n’est vu que de dos dans la narration première, tourné vers le passé selon la sémiotique de l’image. Le gros plan sur la pancarte « closed » affichant la fermeture de la boutique est aussi un jeu d’écho à l’enfermement des Juifs au vélodrome d’hiver.

16Cet enfermement est d’ailleurs un motif de la page suivante. Le rouge qui caractérisait la boutique est remplacé par une teinte froide bleutée sur toute la double page et l’actualisation des souvenirs du vieil homme se manifeste par une sorte de renversement où les couleurs sont utilisées pour suggérer le flash-back, à l’inverse des conventions filmiques. La page de droite réinstaure une sorte de rythme avec une petite et une grande vignettes par « bande » qui basculent d'une temporalité à l'autre : l'image étroite dépeint le retour du vieil homme chez lui, en pendant d’images de la déportation, des rafles aux camps, sur la vignette plus grande. La vue en plongée signale le poids de l’expérience du passé, ravivée par l’altercation avec Andreas. Quant aux vignettes évoquant le passé, elles témoignent toutes de la thématique de l’enfermement : enfermement dans le train, enfermement symbolique des deux jeunes gens, avec une insistance sur l’innocence de l’un par le biais de la présence de l’ours en peluche dans ses bras, sur la résistance de l’autre, d’emblée tenue en échec, comme le suggère l’encadrement par les manches noires des nazis qui le cernent. Elles laissent apparaître la croix gammée qui ne laisse plus de doute sur le contexte historique, pas plus que le gros plan sur le portail fermé d’Auschwitz et son inscription tronquée « macht frei », symbole de l’univers concentrationnaire dans son ensemble.

17Le fragile équilibre de l’alternance, déjà mis à mal dès sa troisième occurrence dans la page par une légère divergence des dimensions des cases, est rompu sur la dernière bande avec un retour dans le présent. L’intérieur domestique de l’homme est très sommaire, le gros plan sur ses mains montre son désarroi paralysant, tandis que les barreaux de son lit font pendant au portail du camp en dessous. Les dernières cases ne sont pleinement compréhensibles qu’à la lecture du dernier tome de la trilogie, où la mention d'une photographie suggère un rapprochement inattendu entre cet homme et Andreas. Sans que la photo soit visible, il apparaît pourtant clairement qu’elle ramène l’homme vers son passé et celui des siens, probablement morts en déportation. Les dernières vignettes sont d’ailleurs marquées par la mort : les mains fermées sur la photo, le vieillard prend la position des gisants de la statuaire. L'image annoncerait donc sa mort prochaine, ce qui contredit sa dernière phrase « ça ne finira jamais ».

  • 15 Langlade, Gérard, « Le sujet lecteur auteur de la singularité de l’œuvre », Le sujet lecteur. Lectu (...)

18Ainsi cette double page autorise à la fois une complexification du personnage du vieillard dont la figure réapparaît dans le troisième tome romanesque mais autorise d’emblée une plongée dans l’Histoire, qui peut paradoxalement la rendre difficilement lisible par certains de ses lecteurs. L’image prend en charge la focalisation interne, en faisant le choix de supprimer le texte, manière de laisser au lecteur le choix de son interprétation et l’appropriation des émotions des personnages. Par sa subjectivité, le lecteur investirait paradoxalement plus en profondeur sa lecture et favoriserait « le trajet interprétatif jusque dans sa dimension réflexive »15. Ainsi, l'image remplace par des gros plans certains passages descriptifs du roman évoquant les sensations des personnages. Des choix de focalisation sur le personnage ou sur ce qu'il voit visent à favoriser une identification avec les personnages plutôt qu'une connaissance historique. L'image plante un décor historique, avec l'utilisation d'emblèmes, le coq français contre l'aigle nazi, avec une atmosphère, comme la chaleur et le jeu de cache-cache entre Américains et Viet-Congs pour la guerre du Vietnam. Si certains conflits sont mieux connus grâce à l'école ou au cinéma, d'autres conflits comme la guerre de Bosnie-Herzéguovine sont certes présentés dans des scènes violentes d'exécution sans beaucoup de paroles, mais bénéficient, au plus près du roman, d'échanges animés entre les personnages afin d'éviter une lecture de l'histoire univoque. Elena, par exemple, dit sa colère face aux journaux télévisés français qui lisent les événements de manière biaisée selon elle.

19Le passage par la bande dessinée autorise peut-être encore mieux que le roman la conviction que les personnages vont vivre dans deux temporalités parallèles, être à la fois des adolescents d’aujourd’hui mais également s’immerger dans le jeu bien au-delà de ce qu’ils imaginent. Alors que les trois amis installent le jeu et qu’il se met en route tout seul, ils sont étonnés de découvrir le degré de réalisme du graphisme. La planche passe de leur visage surpris au jeu, dont la violence se matérialise par les gros plans de personnages en train d’agoniser16. La troisième image place Andreas, Éric et Thierry au même niveau que les autres personnages, via leur ordinateur dont le clavier occupe un tiers de la vignette17. Les trois garçons sont présentés comme des protagonistes à part entière du jeu, avant même qu’ils en prennent conscience. Dans le jeu, Thierry, d'abord séduit, – » c’est comme si tu étais vraiment sur place, et pas assis devant ton écran »18 – meurt en mutin, tué par un peloton d’exécution et garde, dans la réalité de la fiction, les trois balles fichées dans les poumons. Comme dans les paysages anamorphiques, l'illustration du profil de Thierry fait du champ de bataille un prolongement de ses cheveux. Est ainsi marqué le lien très fort qui va s'établir entre ses prises de décision au sein du jeu et les conséquences réelles sur le terrain.

20De même, la mise en image autorise, plus encore que le roman, la matérialisation de ce que Bayard appelle la « personnalité potentielle », ici par l’intermédiaire du jeu vidéo. Il la définit comme

  • 19 Bayard, Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2013, pp. (...)

cette partie de notre personnalité qui ne surgit et ne se développe que dans des circonstances exceptionnelles, même si nous pouvons en pressentir l’existence dans certaines situations de la vie quotidienne […]. Le surgissement de la personnalité potentielle est en effet souvent lié à une crise des valeurs, c’est-à-dire à une situation où il est difficile d’identifier des repères sur le plan éthique et donc de choisir les comportements appropriés, parce que les soutènements extérieurs de notre personnalité se sont effondrés.19

21Ainsi, l’incarnation d’un nazi dans le jeu vidéo libère la violence d'Andreas qui, jusqu’à présent, était confinée aux jeux de combats. Il trouve dans le réalisme du jeu, du Vietnam à la Seconde Guerre mondiale, le lieu de réalisation de ses fantasmes de sang et de meurtres qui dépassent enfin le seul affichage de la svastika. Lorsque Christian Lehmann trace, par le discours d’Éric, le portrait d’Andreas, il est très proche de ce que Bayard affirme :

  • 20 Lehmann, Christian, Andreas le retour, Paris, l'école des loisirs, coll. « Médium », 2005, p. 127.

Cela avait toujours été son désir secret, son seul mode de relation aux autres : prouver sa supériorité, l’affirmer par tous les moyens, un humour dégradant, une brutalité à peine dissimulée sous le couvert du divertissement, un sadisme latent. Toutes qualités, que le Jeu avait exacerbées, portées à leur paroxysme, comme s’il n’était qu’un simple révélateur de ce que chacun portait en lui.20

22Chaque apparition d'Andreas à l'image exacerbe cette relation inégalitaire aux autres. Quant aux dernières pages de la bande dessinée, elles se focalisent sur le devenir du jeune homme mais aussi sur sa rancœur : plusieurs vignettes le montrent les mâchoires serrées, les poings fermés. Les émotions, plus que les faits, sont au cœur de la bande dessinée.

Conclusion

23L’univers du jeu vidéo est extrêmement séduisant pour les lecteurs mais ne suffit pas pour autant à rendre accessible la trilogie de Christian Lehmann, dans ses enjeux et ses implications historiques, d’autant que, de l’avis même de l’auteur, son écriture s’est complexifiée en même temps que ses personnages, d’un volume à l’autre de la trilogie. Un des intérêts des romans est de jouer sur la frontière déjà souvent poreuse entre vérité et fiction, entre roman historique et discours historique, porté par le narrateur ou les personnages. Le mélange des registres d'écriture entre fantastique et réalisme implique les personnages fictionnels avec autant de force dans le présent que dans le passé et en font des protagonistes convaincants des événements historiques. Par ce biais, Lehmann réussit le tour de force de réunir et historiens et adolescents dans son lectorat. Rarement une écriture aussi juste que celle de Christian Lehmann aura été déployée dans une fiction pour décrire les conditions de vie indigentes des Juifs enfermés au Vel d’Hiv, peut-être justement parce que son personnage témoigne de son effarement, avec le regard de celui qui sait ce qu’il va advenir des Juifs ainsi parqués.

24Le choix de l’adaptation en bande dessinée traduit à la fois la volonté de proposer d’autres modes narratifs, mais joue aussi du double discours verbal et iconique. En effet, pour certaines mentions historiques, particulièrement en lien avec la Shoah, les scénaristes délèguent toute une partie du discours à l’image, insistant sur le non-dit, la fracture, l’absence, tandis que le texte reste très elliptique et exige, beaucoup plus que le roman, une connaissance historique des événements. Le va-et-vient d’un support à l’autre favorise une appréhension plus fine de l’œuvre et des motivations des personnages. Au roman il reviendrait de proposer des analyses plus poussées de certains épisodes historiques, tandis que la bande dessinée permettrait, grâce aux illustrations, de faire vivre au lecteur l'expérience d'une forme de dédoublement de personnalité dont les personnages sont les victimes au contact du jeu. Par la lecture conjointe des romans et de la bande dessinée, le lecteur dépasse les oppositions fiction/vérité, passé/présent. Il est invité à devenir lui aussi un maillon de l'Histoire, entre lecteur, témoin et protagoniste.

Haut de page

Notes

1 Thaler, Danielle et Jean-Bart, Alain, Les Enjeux du roman pour adolescents, Paris, L'Harmattan, 2002, pp. 119-120.

2 Bruno, Pierre et Geneste, Philippe, « Le roman pour la jeunesse », La littérature de jeunesse. Itinéraires d'hier à aujourd'hui, Denise Escarpit (dir.), Paris, Magnard, 2008, p. 417.

3 Lehmann, Christian et Carrion, Antoine, No pasarán le jeu, Paris, Rue de Sèvres, 2014, p. 95.

4 Lehmann, Christian, No pasarán, endgame, Paris, l'école des loisirs, 2012, pp. 29-30.

5 Bruno, Pierre et Geneste, Philippe, op. cit., p. 416.

6 Voir le site d'actua BD pour la première des images http://www.actuabd.com/No-Pasaran-le-Jeu-l-Integrale-par (dernière consultation juin 2017)

7 Dürrenmatt, Jacques, Bande dessinée et littérature, Paris, Classiques Garnier, coll. « Études de littérature des XX et XXIe siècle », 2014, p. 83.

8 Les quatorze premières pages de la bande dessinée sont en ligne sur le site de l'éditeur Rue de Sèvres. Voir http://www.editions-ruedesevres.fr/content/no-pasaran-le-jeu-lint %C3 %A9grale (dernière consultation juin 2017)

9 Lehmann, Christian, No pasarán, le jeu, Paris, l’école des loisirs, coll. « Médium », 1996, p. 30.

10 Dürrenmatt, Jacques, op. cit., p. 83.

11 Poulou, Bernadette, « La prise de conscience du fait historique par les jeunes : la réception de No pasarán, le jeu », Nous voulons lire, n° 157, 2004, p. 14-16.

12 Dossier « Christian Lehmann », L'École des lettres collège, n° 1, 2012, pp. 61-78.

13 Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée, 2, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2011, p. 55.

14 Beaulieu, Jean-Philippe, « La continuité temporelle et ses expressions graphiques dans la bande dessinée », Études littéraires, vol. 29, n° 1, 1996, pp. 59-70, http://www.erudit.org/revue/etudlitt/1996/v29/n1/501147ar.pdf.

15 Langlade, Gérard, « Le sujet lecteur auteur de la singularité de l’œuvre », Le sujet lecteur. Lecture subjective et enseignement de la littérature, Langlade, Gérard et Rouxel, Annie (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 85.

16 Voir le site planète BD qui rend compte de la sortie de la bande dessinée et reproduit cette image, http://www.planetebd.com/bd/rue-de-sevres/no-pasaran/integrale/22474.html, (dernière consultation juin 2017)

17 Voir le blog des médiathèques d'Anthony, http://leglob.viabloga.com/images/extrait_No_pasaran.jpg, (dernière consultation juin 2017)

18 Lehmann, Christian, No pasarán le jeu, op. cit., p. 34.

19 Bayard, Pierre, Aurais-je été résistant ou bourreau ?, Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2013, pp. 24-25.

20 Lehmann, Christian, Andreas le retour, Paris, l'école des loisirs, coll. « Médium », 2005, p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Hamaide-Jager, « Les grandes guerres du XXe siècle dans No pasarán le jeu de Christian Lehmann : écrire et réécrire l’histoire pour les adolescents, du roman à la bande dessinée », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://amnis.revues.org/3012 ; DOI : 10.4000/amnis.3012

Haut de page

Auteur

Eléonore Hamaide-Jager

Université d’Artois, centre Robinson, France, ehamaide@free.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org