Skip to navigation – Site map
Figures imposées. Entre tradition et renouvellement

Le Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse

Patricia Richard-Principalli

Abstracts

While the social and international current events highlight the process of destruction of the gains and hopes that 1936 inaugurated, the commemoration of the 80th anniversary of the Popular Front (1936-2016) resulted, quite timidly, in a number of manifestations and appearances, which were not relayed in the media. Similarly, literature for adults has scarcely taken hold of the Popular Front for this anniversary, although this year's commemoration has not given rise to any publication in youth literature. This relative discretion in the commemoration of the 80th anniversary of the Popular Front is thus a weak memory transmission, which this study seeks to observe how it is reflected in the construction of the privileged collective memory that constitutes the youth literature. It is a question of understanding the place, quantitative and qualitative, of the Popular Front among historical narratives for youth, to analyze their writing strategies and their stakes, in order to understand what transmission is here at work. The study is based on a corpus of 6 publications (1996-2013).

Top of page

Full text

  • 1 Expositions : « Le Front populaire en photographie », Hôtel de Ville de Paris, 19 mai-23 juillet 20 (...)
  • 2 Sur la sélection proposée par le site Babelio, on ne trouve qu’un seul roman, Un parfum de bonheur, (...)

1Cependant que l’actualité sociale et internationale met en évidence le processus de destruction des acquis et des espoirs que le Bel été 36 a inaugurés, la commémoration des 80 ans du Front populaire (1936-2016) s’est traduite, assez timidement, par un certain nombre de manifestations et de parutions, peu relayées médiatiquement : expositions, films, émissions de radio, ouvrages et numéros spéciaux dans la presse, émission d’un timbre postal spécifique1. La littérature à destination des adultes ne s’est quasiment pas emparée du Front populaire à cette occasion2, et pour ce qui concerne la littérature de jeunesse, cet anniversaire n’aura donné lieu à aucune publication, alors que par exemple 2014, l’année du centenaire de la déclaration de la Grande Guerre, avait vu se multiplier les parutions.

2Cette relative discrétion de la commémoration des 80 ans du Front populaire relève donc d’une transmission mémorielle aujourd’hui faible, dont nous souhaiterions observer comment elle se traduit dans la construction de la mémoire collective privilégiée que constitue la littérature de jeunesse. Il s’agira donc ici d’observer quelle est la place, quantitative et qualitative, du Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse, d’analyser leurs stratégies d’écriture et leurs enjeux, afin de comprendre quel type de transmission y est à l’œuvre.

Les périodes traitées par la fiction historique de jeunesse

Un inégal intérêt pour les différentes périodes du passé

  • 3 Louichon, Brigitte et Brehm, Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au (...)
  • 4 Brigitte Louichon (Ibid.) rappelle que le genre historique arrive en tête des genres de romans appr (...)
  • 5 http://www.histoiredenlire.com/, consulté le 07/04/2017.

3Le récit historique pour la jeunesse, dont B. Louichon et S. Brehm3 ont récemment publié une éclairante mise au point, est aujourd’hui un genre majoritaire dans les ouvrages de fiction destinés à la jeunesse. En témoignent l’engouement des lecteurs auquel répondent le nombre de collections spécifiques et le nombre de titres au catalogue, ce dont le Ministère de l’Education Nationale prend acte, en l’intégrant sur les listes de référence en littérature4. Une telle production va de pair avec une diversité d’approches, tant pour les choix narratifs que pour les périodes envisagées. La recension de 2017 du site spécialisé, « Histoire d’en lire »5 (2006-2017), identifie ainsi 1179 titres de fiction, et montre un déséquilibre entre les différentes périodes historiques. Le XXe siècle est le plus représenté, avec 352 fictions. Vient ensuite l’époque moderne, avec 241 fictions parmi lesquelles 78 se focalisent sur Louis XIV. Suivent l’Antiquité (165 fictions), le XIXe siècle (111 fictions), le Moyen Âge (103 fictions), la préhistoire (45 fictions), et enfin, le XXIe siècle (10 fictions), ce à quoi s’ajoutent des publications plus transversales.

  • 6 Cette formule, résultat d’un long processus sur le rôle de la mémoire entamé dès les années soixant (...)
  • 7 Caute, Adeline, « A quoi l’on fait rêver les jeunes filles : étude des héroïnes de la fiction conte (...)

4Cet inventaire, régulièrement actualisé, n’est pas exhaustif, mais il permet d’observer des périodes massivement représentées, qui le sont pour diverses raisons. La place majeure du XXe siècle peut s’expliquer, en premier lieu, par la relative proximité générationnelle et temporelle avec les deux guerres et le traumatisme collectif durable qu’elles ont causé (75 fictions pour la Première Guerre, 76 pour la Seconde), et, en second lieu, par l’émergence du devoir de mémoire6 dans les années 1990 (57 fictions pour la Shoah). Quant au règne de Louis XIV, incontournable des programmes d’histoire, il trouve à s’illustrer par ces fictions dans une vie de cour « marquée par le luxe, les intrigues, les complots et les arts »7, cadre propice à l’imaginaire.

5Cette recension signale également la minoration d’événements qui ont accompagné l’émergence du peuple comme acteur politique. Ainsi la Révolution française n’est l’objet que de 28 fictions, la Commune de 7, Mai 1968 d’une seule ; les Trois Glorieuses et 1848 ne font l’objet d’aucune fiction recensée. Pour le Front populaire, qui nous intéresse ici, le site fait état de trois fictions.

Pourquoi cette minoration du Front populaire ?

  • 8 Grenouillet, Corinne, « La mémoire littéraire de l'événement ouvrier », Mémoires de l’événement, Gr (...)

Loin d’être un champ autonome, la littérature de jeunesse traduit les mouvements et les choix profonds de la société qui la produit, au même titre que la littérature : les travaux de C. Grenouillet sur la mémoire de l’événement ouvrier8 montrent que dans les œuvres littéraires contemporaines s’intéressant aujourd’hui au monde ouvrier, 1936 est perçu comme relevant d’un temps désormais révolu.

6Comment expliquer cette minoration d’une période qui inscrivit des fondements essentiels dans le droit du travail français : les congés payés de deux semaines, la semaine de 40 heures, les conventions collectives dans les entreprises ?

  • 9 Chambarlhac, Vincent, « Retour(s) sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire cr (...)
  • 10 Prost, Antoine, « La centralité perdue de la classe ouvrière », Autour du Front populaire. Aspects (...)
  • 11 Ibid., p. 8.

7L’épisode de février-août 36, bref, même si les grèves et les congés payés se sont ancrés dans la mémoire collective de manière durable, a été effacé par l’événement qui suit, la Seconde Guerre, et ses corollaires la résistance et la Shoah. D’autres raisons expliquent cette absence généralisée. Les commémorations successives du Front populaire ont progressivement complexifié la vision de cet épisode. Il apparaît comme la « clôture de processus (politiques, culturels, sociaux) entamés auparavant, en deçà souvent de la Grande Guerre », ainsi que le constate V. Chamberlhac9, en même temps que l’annonce de la fin d’un temps, avec la « centralité [désormais] perdue de la classe ouvrière » analysée par A. Prost10. Si, comme le rappelle cet historien, l’expression « la classe ouvrière » circulait dans les années 50 « avec l’évidence de ce qui va de soi »11, aujourd’hui l’ouvrier, devenu transparent, a disparu du discours politique même si le contexte électoral récent tend à le faire réapparaître sous l’appellation de « peuple ».

  • 12 Formule récurrente, reprise par le candidat Emmanuel Macron lors de son discours au soir du premier (...)

La situation a encore évolué depuis cette analyse de 2006 : tout ce qui était lié à un certain imaginaire de 1936 a volé en éclats. L’unité entre les partis « de gauche », pour éphémère et fragile qu’elle fût, a disparu. Les acquis sociaux, issus du Conseil National de la Résistance, sont contestés comme obsolètes et inappropriés à la « mondialisation », il s’agit de « libérer le travail »12 ; la grève loin de traduire une lutte légitime est désormais vue comme une manifestation archaïque quand elle n’est pas considérée comme un abus de pouvoir des salariés ; la durée du temps de travail aujourd’hui de 35 heures par semaine est remise en cause. Les usines sont délocalisées. Le contexte conjoncturel du printemps 2016, avec la loi Travail, a sans doute contribué à minorer délibérément la portée du Front populaire. Mais, sur un temps plus long, la dynamique libérale depuis les années 1980 a opéré un changement d’hégémonie culturelle qui semble une explication majeure à l’absence de représentation du Front populaire dans la littérature de jeunesse, même chez des éditeurs dont la production s’intéresse particulièrement au XXe siècle, à ses tragédies et à ses combats, comme Oskar Jeunesse ou Actes Sud Junior.

Quel corpus pour le Front populaire ?

  • 13 Ce corpus de six textes (sauf erreur) a été constitué par le dépouillement attentif des catalogues (...)
  • 14 Bordier, Roger, J’étais enfant en 36, Paris, Le temps des cerises, 1996 ; Bigot, Robert, Dans les j (...)

8Six récits de fiction13, si l’on y inclut un très court récit publié dans un magazine, parus sur une période de 17 ans (entre 1996 et 2013, avec deux publications commémoratives, mais aucune en 2016), sont disponibles à ce jour, dont trois, signalés par une astérisque, sont répertoriés par le site « Histoire d’en lire » : J’étais enfant en 36 de Roger Bordier (1996) ; *Dans les jardins d’mon père de Robert Bigot (2000) ; Le fils de mon père d’Evelyne Brisou-Pellen (2003) ; *La mer en vrai : 1936, les premiers congés payés de Bertrand Solet (2006) ; *Quand la révolte gronde d’Anne Lecap (2011) ; « 1936 : les premières vacances de P’tit Louis » d’Agnès Aziza (2013)14.

9On observe aussitôt une différence entre les auteurs. Trois des auteurs (Robert Bigot, 1933-2015 ; Roger Bordier, 1923-2015 ; Bertrand Solet, 1933-2017) sont des hommes d’une génération née dans les années 30 fortement politisée ou à tout le moins engagée, qui a connu l’apogée du parti communiste français ; ils représentent, par leur vie singulière, l’histoire du XXe siècle dont ils ont connu tous les tumultes. Le Front populaire, au même titre que la Révolution française ou la Commune, fait partie de la geste populaire qui a inspiré l’essentiel de leurs publications, destinées ou non à la jeunesse. Leurs éditeurs sont eux-mêmes des éditeurs militants ou humanistes. Des trois autres auteurs, des femmes, l’une, Evelyne Brisou-Pellen, romancière de jeunesse reconnue, appartient à la génération des années 50, cependant que les deux autres, Anne Lecap, professeure d’histoire et Agnès Aziza, scénariste, sont nées dans les années 70. 

  • 15 Wolikow, Serge, 1936, le monde du front populaire, Paris, le cherche midi, 2016, p. 6.
  • 16 Ibid., p. 3.

10Le Front populaire est dépeint par chacun d’entre eux comme un épisode glorieux et fondateur dont sont repris ce que Wolikow, évoquant un « processus historique protéiforme » qui nécessite l’analyse de tous les aspects, locaux et internationaux pour pouvoir le saisir15, désigne comme des stéréotypes (les quarante heures de travail hebdomadaires, les congés payés)16. Si trois des textes visent explicitement à expliquer ce qu’est le Front populaire aux jeunes lecteurs, les trois romans sont surdéterminés par cet épisode. Sa chronologie constitue la toile de fond sur laquelle se déroulent les histoires de Jean, de Théo et d’Emilie, du printemps à l’été 1936, même si Dans les jardins d’mon père débute en juillet 1919, avec de nombreuses ellipses. Les échanges entre des personnages de différents statuts et de différents camps politiques autant que les unes de journaux ou les slogans permettent d’insérer quantité d’informations réelles sur les conditions de vie et de travail, la condition féminine, la haine des « métèques » des « bolcheviks », des « moscoutaires » ou des « salopards à casquettes » qui témoignent du travail documentaire des auteurs. Les romans mettent en scène l’unité entre les communistes et les socialistes, les grèves, les manifestations, les occupations d’usine, les accords de Matignon, la menace franquiste en Espagne, l’apparition des loisirs, avec les auberges de jeunesse, les billets de train « populaires », les voyages en train, tout cela étant incarné et vécu par les personnages, nombreux, ancrés dans la réalité parisienne ou provinciale, découvrant la liesse inédite qu’apporte le sentiment d’appartenance au corps nation. Pour tous, le Front populaire a apporté des acquis fondamentaux grâce aux luttes des classes populaires. L’examen attentif de ce corpus montre cependant une première démarcation, générique, liée aux contraintes éditoriales des publications.

Une démarcation générique

Un dispositif mixte fictionnel et documentaire

  • 17 Richard-Principalli, Patricia, « La Révolution française racontée aux enfants : la co-construction (...)

11L’organisation en un double système, fictionnel et documentaire, aux modalités variables de succession ou de coprésence17, existe depuis longtemps pour le lectorat jeunesse : il permet de jouer à la fois sur l’identification du jeune lecteur au personnage et sur l’apport de savoirs encyclopédiques à un lecteur en cours d’apprentissage. Trois des publications relèvent de ce cas. Elles mettent en scène un enfant, Pierre (qui est aussi le narrateur), Quentin, P’tit Louis, selon une trame narrative identique et dynamique : le départ en vacances. Ce scénario désormais stéréotypé trouve ici sa raison d’être originelle, le premier départ en vacances de l’été 36, et va de pair avec des apports informatifs, selon le format éditorial dans lequel elle s’inscrit.

12La Mer en vrai, comme tous les albums de la collection « Histoire d’Histoire »18, publiée par Rue du monde, déroule parallèlement au récit une trame explicative et chronologique. Celle-ci articule entre elles dix courtes vignettes réparties au fil de l’album, en haut ou en bas de page, pouvant se lire indépendamment du récit de fiction et constituer un récit historique didactique. Le double système textuel va de pair avec un double système iconique : le texte de fiction est illustré par des dessins de Pef, qui s’inspire des peintures de Fernand Léger auquel il rend explicitement hommage ; les vignettes informatives sont associées à des photos d’époque en noir et blanc. 1936 : les premières vacances de P’tit Louis (2013) relève du genre dénommé « docufiction » par le magazine mensuel Histoires vraies, destiné à plonger le jeune lecteur « dans le quotidien d’un enfant de son âge à différentes époques historiques »19. Il s’agit d’un court récit (environ sept pages) illustrant une période historique dont le personnage principal est un enfant, personnage fictif mais inscrit dans une réalité historique, éclairée par des apports informatifs20. Le récit, illustré, est ponctué de petites vignettes informatives, qui sont relativement autonomes les unes par rapport aux autres, et directement associées à un passage du récit qu’elles éclairent, par exemple le krach boursier de 1929 et la crise économique de 1931, lorsque P’tit Louis se souvient de la crise et des luttes des ouvriers pour « Du pain du travail et la paix ! ».

  • 21 Le récit de J’étais enfant en 1936, alors illustré par Véronique Boiry, fut initialement publié sou (...)
  • 22 Le site du dessinateur, Christian Goux, en propose des exemples : http://www.goux-bd.com/57-christi (...)

13J’étais enfant en 1936 reconfigure le récit d’origine21 dans un dispositif où sa place est relativement mineure (37 pages) au regard de la part documentaire (60 pages) qui témoigne d’une visée clairement didactique. L’ouvrage est en effet organisé en deux parties successives : un texte de fiction de 37 pages, illustré de dessins en noir et blanc représentant des scènes emblématiques (occupation d’usine, départ en vacances en train, départ en vacances par la route, arrivée à la plage)22 ; un dossier documentaire successivement constitué de 20 pages de photos d’époque légendées retraçant en images la geste du Front populaire, d’une chronologie détaillée de 21 pages de janvier 1934 jusqu’en septembre 1939, suivie de 19 pages d’extraits d’articles de presse d’époque anti- et pro-Front populaire illustrés de caricatures.

Des romans

14Les trois autres productions sont des romans. Dès lors que la contrainte documentaire disparaît, le récit excède très largement la peinture d’un épisode héroïque, l’écriture longue permettant de rendre compte du parcours d’un personnage, et non plus seulement du déroulement d’un épisode.

Une quête individuelle

15Dans ces romans, la quête collective (un engagement pour le progrès social et donc le bien commun) s’entrecroise avec une quête individuelle liée à la famille, ou s’y superpose. Cette quête suppose un temps long, et nécessite que l’empan chronologique déborde largement l’épisode du Front populaire. Dans Le fils de mon père, la véritable dynamique du roman est mise en place d’emblée, et repose sur la quête du père. L’incipit in medias res plonge le lecteur sur un champ de bataille le 28 septembre 1918, où de deux amis l’un meurt et l’autre est blessé. L’un est le père, pauvre, de Théo, le jeune narrateur, dont la mère s’est remariée. L’autre, un riche héritier, est l’oncle de l’autre protagoniste, la petite Clémentine. Toute la quête de Théo consiste à savoir lequel des deux est son père. Dans les jardins d’mon père est fait de quêtes individuelles : celle de la mère, Marie, jamais remise du silence du père de son fils, celle du père, Fernand, jamais remis de la domination et de la cupidité familiales qu’il n’a pas réussi à briser pour revenir vers sa femme (Marie), et surtout, celle du fils, Jean, jamais remis du manque de père. Entre février et juillet 36, le texte tait la situation politique, au profit des évènements personnels qui agitent Jean. Enfin, la réalité sociale prégnante dans Quand la révolte gronde se conjugue à un jeu de relations complexes et privées, l’amour d’Emilie avec Vincent, la reconstruction du lien familial qui réunit et apaise la grand-mère, la mère et la petite-fille.

L’horreur de la guerre

  • 23 Le « domaine Coudon », à La Valette -du- Var, a été acquis en 1934 par le colonel Picot, fondateur (...)
  • 24 Lecap, Anne, Quand la révolte gronde, op. cit., p. 181, pp. 183, 84.

16Le titre Dans les jardins d’mon père, est un vers de la chanson que chantaient les « poilus », Auprès de ma blonde. Or, le personnage de Fernand est un ancien poilu, dévasté par la Grande Guerre. Comme en écho, Le Fils de mon père s’ouvre en 1918 sur un champ de bataille dont toute l’horreur est dite en quelques mots, et se referme par la tragédie des « Gueules cassées », au domaine de Coudon23Quand la révolte gronde met en scène des personnages profondément travaillés par cette même tragédie de la Grande Guerre : l’oncle d’Emilie, Robert, n’en est jamais revenu. Pourtant, Robert n’est pas mort. Il a déserté et réapparaît en 1936 comme milicien briseur de grève. Emilie découvre progressivement l’histoire terrible de cet homme, soldat dans « l’enfer des tranchées » de 1916. Le Front populaire est ainsi saisi diachroniquement. Comme dans les autres romans, il apparaît comme une suite logique de la longue boucherie, mais aussi comme un épisode fragile. Les forces fascistes nourries par les violences de 14-18 menacent. Les Espagnols fuyant Franco, Pétain appelant « les Français à anéantir les forces de gauche », la haine des « bolcheviks »24 constituent autant d’indices, implicites, de la suite. Mais cette première distinction, générique, est traversée par une seconde, d’ordre idéologique.

Une démarcation idéologique

17On observe en effet une différence entre des ouvrages qui rendent compte d’une adhésion absolue aux luttes alors menées qu’ils exaltent, et d’autres qui, s’ils racontent un juste combat pour des mesures sociales, n’en font pas leur objectif premier. L’époque est ainsi diversement envisagée, selon un degré d’adhésion plus ou moins absolu ou distancié, qui est aussi lié à la personne des auteurs et à la visée de l’ouvrage.

Un regard distancié

18Cette distanciation se manifeste dans deux textes qui résultent d’une commande éditoriale, dans lesquels le Front populaire n’est pas l’objectif premier du récit.

Ecrire pour apporter des savoirs historiques factuels : 1936 : les premières vacances de P’tit Louis

19Les thèmes des « docufictions » sont fixés à l’avance par la rédactrice en chef du magazine, en l’occurrence en 2013, Sophie Crépon. Traiter le thème du Front populaire suppose qu’on adhère à ses valeurs. Cependant, sous couvert d’une courte fiction, l’objectif du genre « docufiction » est bien d’apporter des savoirs au jeune lecteur, et compte tenu de son format court, des savoirs factuels. Les vignettes informatives ont un rôle tout aussi important que le récit, qui en est à la fois une forme d’illustration et le prétexte. Tout en mettant ces savoirs en scène, le récit, inévitablement bref et schématique, permet ici d’évoquer les congés payés de juin 1936 au moment du départ familial de la gare Saint-Lazare, l’alliance des partis de gauche en avril 1936 et le gouvernement de Léon Blum lorsque le Front populaire est mentionné, les trains à vapeur et leur progressive disparition lorsque les enfants sont noircis par la suie pendant le voyage, les cinq semaines actuelles de congés payés depuis François Mitterrand en 1981, quand les enfants jouent dans l’eau. S’y ajoutent trois notes de bas de page : une note lexicale (la définition de « godillots »), deux notes historiques (la crainte de la guerre due à l’invasion de la Rhénanie par Hitler en 1936, le sens et l’origine de l’expression « salopards à casquette »).

Ecrire pour raconter une histoire dont le Front populaire est essentiellement une trame : Le Fils de mon père

20Evelyne Brisou-Pellen est une auteure de fictions historiques pour la jeunesse très connue et très productive. A la date de janvier 2017, son site personnel répertorie 114 titres, dont elle commente la genèse, et dont la plupart se déroulent antérieurement au XXe siècle, avec une prédilection pour le Moyen Âge. Signalant que Le Fils de mon père est une commande de l’éditeur, elle montre comment elle reconfigure le thème imposé pour imaginer une histoire où 1936, outre les apports sociaux, permet de traiter la Grande Guerre, mais aussi de tisser une intrigue parallèle. La petite Clémentine, garçon manqué, intrépide et attachante, rêve de transformer la fonderie paternelle en fabrique à bonbons ; pour cela, elle se spécialise dans la collecte de recettes de confiseries qu’elle passe son temps à expérimenter, et à faire tester par Théo : ce personnage qui réinterprète la Fifi Brindacier d’Astrid Lindgren, et dont le rêve évoque la chocolaterie de Willy Wonka imaginée par Roald Dahl, apporte une forme de légèreté à la difficile quête du narrateur, sans être exempte de profondeur, par exemple dans ses rapports difficiles avec des parents indifférents et la détestation de sa pension pour filles25. La commande éditoriale est ainsi honorée, mais de manière personnelle et distanciée26.

Un degré d’adhésion maximal pour la transmission de valeurs 

21A l’inverse, les quatre autres publications éclairent le passé et le présent de la lumière historique et politique du Front populaire.

Ecrire pour transmettre la mémoire d’une geste héroïque et fondatrice

  • 27 Suleiman, Susan, Le roman à thèse ou l'autorité fictive, Paris, PUF, 1983, p. 14.
  • 28 Au sens des personnages exemplaires du réalisme socialiste.

22J’étais enfant en 1936 est porteur d’un message militant univoque selon une démarche similaire à celle du « roman à thèse ». S. Suleiman définit celui-ci comme un roman réaliste « qui se signale au lecteur principalement comme porteur d’un enseignement, tendant à démontrer la vérité d’une doctrine politique, philosophique, scientifique ou religieuse »27, et imposant un sens et une axiologie. Les temps forts entre mai et juillet (les grèves, les occupations d’usine, les accords de Matignon, la loi sur les 40 heures et les congés payés) sont ainsi vécus avec exaltation par Pierre, le narrateur, sa famille et leurs amis. L’histoire des personnages se déroule sous l’égide de grands noms de référence (Hugo, Barbusse) et se situe dans la lignée de la Révolution française, à l’instar de la déclaration de Blum qui clôt l’ouvrage : « Je ne me suis jamais targué, mais je ne me suis jamais caché non plus d’appartenir à une race qui a dû à la Révolution française la liberté et l’égalité humaines et qui ne devrait jamais l’oublier » (Léon Blum, 15 mai 1936. Discours au Club américain de Paris). L’ouvrage vise à transmettre aux jeunes lecteurs la mémoire d’une période glorieuse qui nourrit notre présent mais qui éclaire aussi le chemin de l’avenir, comme les y invite l’adresse initiale de Paul Mercieca, député du Val de Marne et maire de Vitry sur Seine : « 60 ans plus tard, ces progrès nous appartiennent, parce qu’ils sont notre histoire, mais aussi parce qu’ils donnent tant d’espoirs pour le présent, tant d’ambitions pour l’avenir ». Anne Lecap évoque les « passeurs de mémoire » dans ses remerciements finaux : son roman lui-même, Quand la révolte gronde, se donne cette fonction de transmission de la mémoire du Front populaire, prégnante et servie par les choix narratifs même. Ainsi les extraits de journal intime permettent une évocation détaillée des conditions de travail et de leurs effets sur une toute jeune fille, les lettres de la mère, vendeuse aux galeries Lafayette, font une peinture détaillée des conditions de travail dans les grands magasins et dans l’usine Renault où travaille le père. Tous les personnages servent à éclairer de la manière la plus large et la plus précise possible la réalité sociale de l’époque, dont tout concourt à montrer la dureté, l’inégalité et le juste renversement : Vincent, le cheminot cégétiste, mais aussi le marchand de légumes arménien de Privas, la cousine postière à Béziers, le viticulteur biterrois rencontré dans le train, la famille espagnole fuyant Franco à Valras-Plage. La relation d’Emilie et de Vincent touche sans doute les jeunes lecteurs, mais elle vaut surtout pour la chronologie politique à laquelle toutes ses étapes correspondent : l’histoire amoureuse, entre deux personnages qui sont avant tout des « héros positifs »28, débute puis croit et se conclut très exactement au rythme des temps forts du Front populaire.

Ecrire pour transmettre la mémoire d’une glorieuse lignée

  • 29 Bigot, Robert, Dans les jardins d’mon père, op.cit., pp. 132-133.

23Dans les jardins d’mon père se clôt par la demande posthume adressée par le grand-père à son petit-fils de raconter l’épisode historique qui vient de se dérouler. Cette demande est le miroir du projet du roman : raconter une histoire qui transmette le souvenir de luttes capitales et glorieuses. Le Front populaire y est envisagé d’un point de vue plus général comme réplique de la geste ouvrière de la Commune, sans cesse rappelée par le vieux Pascal, jusqu’à la comparaison finale : « Notre Commune de 71 fut sans doute la dernière des révolutions romantiques, baignée, inondée du sang des humbles. Ce Front populaire que nous vivons aujourd’hui, soixante-cinq ans plus tard, ne peut être comparé à la Commune et pourtant, à bien des égards, il rend concret ce que nous avions autrefois rêvé »29.

Ecrire pour agir sur le présent 

  • 30 Solet, Bertrand, La Mer en vrai, op.cit., p. 32.
  • 31 Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur, avait fait polémique en évoquant les « sauv (...)

24Dans La Mer en vrai, les apports informatifs situent le Front populaire dans ses origines, dans une lignée et dans sa chronologie. Mais ils s’achèvent en soulignant l’une des injustices de notre temps : « Aujourd’hui, la durée légale du travail est de 35 heures et les congés payés ont été étendus à 5 semaines. Mais le droit aux vacances est-il vraiment une réalité pour toutes les familles, quand on sait qu’un enfant sur trois ne part pas en vacances, faute de moyens ? »30. Le récit, lui, est entièrement construit sur un système d’échos entre présent et passé : Quentin qui part de nos jours en vacances en Normandie permet la remémoration de son grand-père, enfant de 36 découvrant la mer pour la première fois. Surtout, les enfants de banlieue effrayant les braves gens de la plage normande et traités de « sauvages à casquettes » renvoient inévitablement aux « sauvageons » de 199931, et apparaissent comme les modernes descendants des « salopards à casquette ». L’évocation du Front populaire permet de regarder notre société selon une perspective diachronique, en mettant à nu les processus d’exclusion et en indiquant que d’autres combats sont à mener. Cet album est ainsi la seule publication où Le Front populaire est utilisé comme prisme d’un regard explicitement critique sur la société d’aujourd’hui.

Conclusion

  • 32 Cariou, Didier, « Littérature de jeunesse et enseignement de l’histoire au cycle 3 », Repères, n° 4 (...)

25Si les fictions historiques sont un genre très important en littérature de jeunesse, on a vu qu’elles minorent les révoltes et révolutions françaises, et que le Front populaire notamment y est très peu représenté. C’est que les conditions de production de la littérature de jeunesse sont celles-là même de la société dont elle émane, dont elle porte les valeurs, la dynamique, l’idéologie : les valeurs du Front populaire ne sont plus à l’ordre du jour, ceux qui les portaient, essentiellement les communistes, ne sont plus acteurs du champ politique, ceux qui les ont défendues, les ouvriers, ont été gommés du champ social, l’idéologie dominante est aujourd’hui libérale. Dès lors il n’y a rien d’étonnant à ce que les livres traitant du Front populaire ne soient ni nombreux ni récents (hormis le très court « docufiction » de 2013) et que nul ouvrage ne vienne en saluer les quatre-vingts ans. Si les six publications du corpus témoignent de la souplesse générique que prend le récit historique lorsqu’il s’adresse à de jeunes lecteurs, au sein de dispositifs hybrides qui favorisent l’acquisition de savoirs factuels, elles témoignent aussi, et surtout, de la place de l’idéologie dès lors que l’on écrit l’ histoire, fût-ce pour un lectorat jeunesse. Le positionnement politique ou axiologique des auteurs, plus ou moins visible, et en grande partie lié à leur génération, est déterminant dans le traitement de la période et subsume les différences génériques, générationnelles, genrées. On peut se demander à quel moment ce positionnement permet ou empêche ce que le didacticien de l’Histoire Didier Cariou appelle la compréhension des hommes du passé, par « une réflexion sur la conscience du temps historique faite d’identification et de mise à distance »32. Lorsque ce positionnement relève de la démonstration presque prescriptive, on peut penser qu’il laisse trop peu d’espace au lecteur pour que celui-ci puisse réellement se projeter dans la fiction. A l’inverse, lorsque ce positionnement est concurrencé par la volonté dominante de construire des savoirs factuels ou par la prise en compte exclusive de l’identification du lecteur, la fiction apporte des avantages et du plaisir au jeune lecteur, mais sans peut-être engager véritablement la compréhension du passé.

Top of page

Notes

1 Expositions : « Le Front populaire en photographie », Hôtel de Ville de Paris, 19 mai-23 juillet 2016 ; « 1936 : nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », Histoire vivante de Montreuil, 9 avril-31 décembre 2016 ; « Photographies du Front populaire : le regard de Marcel Cerf », Médiathèque Marguerite Duras, Paris, 7 juin -25 septembre 2016. Films : édition d’un coffret triple DVD « La Vie est à nous, Le Temps des cerises et autres films du Front populaire » aux éditions Ciné-Archives. Ouvrages : la liste sélective publiée par le site Babelio sur le Front Populaire, ne comprend que 9 publications ou republications de 2016 sur un total de 20 titres (https://www.babelio.com/liste/6342/1936). Numéros hors-série : Hors-série en avril 2016 : L’Humanité, Marianne, Le Monde … et thématiques : Historia, juin 2016. Emissions de radio : La fabrique de l’Histoire, France Culture, juin 2016. Timbre dessiné par Ernest Pignon-Ernest : « Front populaire (1936-2016) : les premières femmes au gouvernement ». 

2 Sur la sélection proposée par le site Babelio, on ne trouve qu’un seul roman, Un parfum de bonheur, de Didier Daeninckx (Gallimard, 2016). On peut y ajouter Le Feu aux poudres de Philippe Huet (Rivages, 2016).

3 Louichon, Brigitte et Brehm, Sylvain (dir.), Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2016.

4 Brigitte Louichon (Ibid.) rappelle que le genre historique arrive en tête des genres de romans appréciés pour l’ensemble de la population, et en troisième position pour les jeunes de 15 à 19 ans, selon l’étude d’Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, Enquête 2008, ministère de la Culture et de la Communication/La Découverte, 2009, http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/histoire.php.

5 http://www.histoiredenlire.com/, consulté le 07/04/2017.

6 Cette formule, résultat d’un long processus sur le rôle de la mémoire entamé dès les années soixante, est apparue dans les années 80, et désigne particulièrement la mémoire de la Shoah dans les années 1990 : voir Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire. Paris, CNRS Éd., 2016.

7 Caute, Adeline, « A quoi l’on fait rêver les jeunes filles : étude des héroïnes de la fiction contemporaine au féminin pour la jeunesse située à l’époque de Louis XIV », Louichon, Brigitte et Brehm, Sylvain (dir.), op. cit., p. 189.

8 Grenouillet, Corinne, « La mémoire littéraire de l'événement ouvrier », Mémoires de l’événement, Grenouillet, Corinne et Mangeon, Anthony (dir.), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. Configurations littéraires, 2018.

9 Chambarlhac, Vincent, « Retour(s) sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 103, 2008, p. 79.

10 Prost, Antoine, « La centralité perdue de la classe ouvrière », Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social au XXe siècle, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2006, pp. 7-16.

11 Ibid., p. 8.

12 Formule récurrente, reprise par le candidat Emmanuel Macron lors de son discours au soir du premier tour des présidentielles, le 23 avril 2017.

13 Ce corpus de six textes (sauf erreur) a été constitué par le dépouillement attentif des catalogues d’éditeurs et de sites spécialisés.

14 Bordier, Roger, J’étais enfant en 36, Paris, Le temps des cerises, 1996 ; Bigot, Robert, Dans les jardins d’mon père, Actes Sud Junior, 2000 ; Brisou-Pellen, Evelyne, Le fils de mon père, Paris, Hachette, 2003 ; Solet, Bertrand, La mer en vrai : 1936, les premiers congés payés, Paris, Rue Du Monde, 2006 ; Lecap, Anne, Quand la révolte gronde, Paris, Flammarion Jeunesse, 2011 ; Aziza, Agnès, « 1936 : les premières vacances de P’tit Louis », Histoires vraies, n° 228, mai 2013.

15 Wolikow, Serge, 1936, le monde du front populaire, Paris, le cherche midi, 2016, p. 6.

16 Ibid., p. 3.

17 Richard-Principalli, Patricia, « La Révolution française racontée aux enfants : la co-construction d’un mythe fondateur dans des albums de jeunesse mi-fictionnels mi-documentaires », Devoir de mémoire et pouvoir des fictions, Dumortier, Jean-Louis, Granata, Veronica, Raxhon, Philippe et Van Beveren, Julien (dir.), Namur, Presses universitaires de Namur, 2015, pp. 241-262. 

18 Richard-Principalli, Patricia et Fradet, Marie-Françoise, « “Histoire d’Histoire”, une collection d’albums historiques composites : quelles caractéristiques et quels apprentissages en français ? », Repères, n° 48, pp. 85-101.

19 https://www.fleuruspresse.com/magazines/juniors/histoires-vraies (consulté le 19/04/2017).

20 Richard-Principalli, Patricia, « Le récit historique destiné aux enfants à travers l’exemple du magazine Histoires vraies : réinventer le passé ? », Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, op. cit., pp. 205-228.

21 Le récit de J’étais enfant en 1936, alors illustré par Véronique Boiry, fut initialement publié sous forme d’album en 1986 dans la collection « J’étais enfant » des éditions Sorbier.

22 Le site du dessinateur, Christian Goux, en propose des exemples : http://www.goux-bd.com/57-christian-goux-bd-illustrations-romans-illustres-j-etais-enfant-en-1936.html (consulté le 19/04/2017).

23 Le « domaine Coudon », à La Valette -du- Var, a été acquis en 1934 par le colonel Picot, fondateur des « Gueules cassées », pour accueillir, provisoirement ou définitivement, les nombreux mutilés de la face de la Première Guerre Mondiale, puis des suivantes.

24 Lecap, Anne, Quand la révolte gronde, op. cit., p. 181, pp. 183, 84.

25 Le roman est d’ailleurs dédicacé par l’auteure à ses cinq frères et sœurs « qui ont passé le plus clair-ou sombre- de leur enfance en pension ».

26 Le site personnel de l’auteur, http://brisou-pellen.fr/ebp-notfilsdemonpere.html, propose le commentaire suivant : « Je viens de découvrir, me dit un éditeur, que nos enfants ne savent même plus ce qu’est un communiste. - Les communistes, les syndicats, les grandes grèves, 1936... Non, ça ne m’inspire pas.... Attendez. 36, c’est aussi une France saignée à blanc par la première guerre, peu de jeunes, presque plus d’hommes. Et puis les droits pour les travailleurs, les premiers congés payés, les vacances, les voyages, le train... Ce qui fait aujourd’hui le sel de notre vie, quoi ! Et le sucre de notre vie ? Eh eh... Je vais introduire là-dedans des bonbons. De quelle manière ?... Ça y est, j’ai trouvé. Allo, cher éditeur, j’ai une idée ! Ça se passe en 36. C’est l’histoire d’un...Des communistes ? Si si, on en parle. Enfin... un peu. » (consulté le 24 avril 2017).

27 Suleiman, Susan, Le roman à thèse ou l'autorité fictive, Paris, PUF, 1983, p. 14.

28 Au sens des personnages exemplaires du réalisme socialiste.

29 Bigot, Robert, Dans les jardins d’mon père, op.cit., pp. 132-133.

30 Solet, Bertrand, La Mer en vrai, op.cit., p. 32.

31 Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur, avait fait polémique en évoquant les « sauvageons » des banlieues.

32 Cariou, Didier, « Littérature de jeunesse et enseignement de l’histoire au cycle 3 », Repères, n° 45, 2012, p. 178.

Top of page

References

Electronic reference

Patricia Richard-Principalli, « Le Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse », Amnis [Online], 16 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://amnis.revues.org/3033 ; DOI : 10.4000/amnis.3033

Top of page

About the author

Patricia Richard-Principalli

Université Paris-Est, EA 4384 Circeft, Université Paris 8, UPEC, France, patricia.richard-principalli@u-pec.fr

Top of page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org