Navigation – Plan du site
Aux marges de l'histoire officielle

La littérature de la Caraïbe pour la jeunesse : des histoires à part ou l’histoire à part entière ?

Véronique Bonnet

Résumés

La littérature de jeunesse produite par des écrivains nés dans la Caraïbe est foisonnante. Elle demeure cependant moins connue que les récits franco-algériens et moins étudiée par les spécialistes. À l’instar de toute la production littéraire antillaise, elle accorde une place considérable à l’écriture de l’histoire : qu’il s’agisse de la mémoire de l’esclavage ou de l’histoire immédiate (faits divers, conflits, récits d’immigration). Le jeune sujet fait face à cette histoire dont il est témoin majeur et dont la traversée se révèle garante de sa formation et de son inscription dans le monde. L’analyse des textes pour la jeunesse de trois écrivains importants : Maryse Condé, Gisèle Pineau et Dany Laferrière permet de montrer comment des pans historiques non consignés, peu ou mal connus, trouvent leur juste lieu dans la littérature francophone et deviennent ainsi objets de questionnement et de savoir. Maryse Condé considère l’histoire comme un rébus politique susceptible d’être déchiffré selon un angle militant. Ses protagonistes questionnent, d’une façon éthico-politique, ses conflits récents, ses sinuosités, et apprennent ce que taisent les manuels scolaires. Les récits de Gisèle Pineau relèvent de « l’endofiction » : l’histoire de l’immigration antillaise en France, vécue par l’auteure, y est narrée avec ses déchirements, ses ambiguïtés et son horizon de réconciliation : l’espace caraïbe et le maintien de la mémoire insulaire. Les textes que Dany Laferrière dédie à la jeunesse englobent une partie de son œuvre antérieure qu’ils réécrivent et prolongent. Ils participent d’une mythologie personnelle qui situe Haïti et lui-même au centre de l’histoire : celle d’un exil politique et d’incessants retours littéraires vers l’île natale. Les récits des trois auteurs proposent in fine une mise en relation : le (jeune) lecteur acquiert sa propre place dans l’histoire par le partage des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien croisé de Lefilleul, Alice avec Schneider, Anne et Malanda, Élodie, « Très peu de récits (...)
  • 2 Nous renvoyons à la définition suivante : « l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemp (...)
  • 3 Les travaux des chercheurs en littérature de jeunesse sont assez réceptifs à son égard. Signalons n (...)

1Dans un entretien accordé à la revue Afriscope, Élodie Malanda souligne que « très peu de récits [pour la jeunesse] bousculent la blanchité comme norme »1, rendant ainsi malaisé pour les enfants noirs et métis le processus d’identification inhérent à la littérature de jeunesse. Au-delà des potentielles identifications, la relative absence du sujet noir au sein de la littérature de jeunesse française, ou son apparition dans des rôles subalternes, va de pair avec l’absence ou la présence tronquée de l’histoire des mondes noirs. Qu’il s’agisse de la période coloniale – souvent soumise aux seules énonciations et représentations des groupes humains majoritaires – ou de l’histoire immédiate2 dont la narration répond aussi aux présupposés idéologiques de ses énonciateurs, l’histoire des autres ne se décline que partiellement. Depuis la conquête de l’Algérie, la mémoire franco-algérienne hante cependant l’imaginaire français et s’est, au fil du temps, forgé une place non négligeable au sein de la littérature de jeunesse3. L’analyse des productions pour la jeunesse abordant l’histoire des départements d’outre-mer et celle des îles de la Caraïbe en général reste un relatif angle mort des perspectives de lectures tant postcoloniales que républicaines. La littérature caribéenne pour la jeunesse existe pourtant bel et bien au sein des champs littéraires francophones caribéens ; les nombreuses rééditions dont elle fait l’objet attestent de son indéniable succès auprès du lectorat.

2Nous avons choisi d’étudier les textes de Maryse Condé, Gisèle Pineau et Dany Laferrière ; ces trois écrivains dont l’œuvre et la réputation sont établies s’adressent aussi au jeune lectorat et accordent une place centrale à la situation du jeune sujet face à l’histoire. Nous souhaiterons montrer comment cette littérature se propose de remplir les blancs de la mémoire coloniale et postcoloniale, de mettre en lumière des moments historiques souvent non officiellement consignés, peu ou mal connus. Quelles sont les intentions qui guident ces textes ? Comment le récit souvent douloureux des migrations – antillaise ou afro-descendante en général – et de l’exil devient-il dicible et lisible ? En quoi les personnages d’enfants et d’adolescents – êtres de fiction ou doubles des auteurs – sont-ils façonnés par un usage socio-politique de l’histoire ? Comment ces récits poursuivent-ils l’objectif de revendiquer leur pleine inscription dans l’histoire littéraire et la pleine inscription de l’histoire en leur sein ?

Maryse Condé : l’histoire entre rébus politique et déchiffrement militant

3Maryse Condé est une des pionnières dans le domaine de la littérature de jeunesse. Elle justifie ainsi cette production :

  • 4 Pfaff, Françoise, Nouveaux entretiens avec Maryse Condé. Écrivain et témoin de son temps, Paris, Ka (...)

J’ai écrit pour la jeunesse pour une raison simple : les enfants me paraissent terriblement intelligents, mais il faut savoir attirer leur attention sur un fait ou sur un autre. J’ai vu de près avec ma petite-fille Raki, lorsqu’elle était enfant, que tout pouvait l’intéresser à condition qu’on sache comment le lui présenter. Je me suis donc dit que parler aux enfants du monde tel qu’il est, atroce, dur à vivre, et leur parler de la vie compliquée et scélérate, est une gageure que j’entreprends de bon gré pour les faire réagir. Par exemple comment parler aux enfants de l’esclavage ! Écrire pour la jeunesse est un désir de lui apporter une réflexion sur le monde tel qu’il a été ou tel qu’il est. […] Je crois que c’est un reste de militantisme !4

  • 5 Bonnet, Véronique, « Maryse Condé : logiques de l’engagement et pouvoir de la littérature », Iles / (...)
  • 6 Parisot, Yolaine, « Les écritures de soi dans la Caraïbe : leçons d’histoire et lignes de vie », Hi (...)
  • 7 Condé, Maryse, « Haïti chérie », Je Bouquine, n° 39, Paris, mai 1987 ; Haïti chérie, Paris, Bayard (...)
  • 8 Condé, Maryse, Rêves amers, Paris, Bayard jeunesse, 2001.
  • 9 Nom donné aux enfants placés comme domestiques auprès d’une famille pour laquelle ils accomplissent (...)

4Ses premiers récits à destination d’un lectorat adolescent sont publiés après sa réinstallation en Guadeloupe, durant une période d’engagement pour la cause d’un parti indépendantiste qu’elle représente lors d’élections régionales en 19925. Action politique et travail pédagogique se complètent et se répondent. Les fictions, souvent parcourues de traces biographiques, présentent l’histoire sous forme d’un rébus à déchiffrer politiquement, la grille de lecture est souvent marxiste. Les personnages d’enfants ne se contentent pas d’être les spectateurs des événements ou des tragédies vécus, ils en deviennent aussi les principaux protagonistes et les témoins actifs, n’hésitant pas à s’engager pour en dévier le cours, tentant ainsi de donner un sens plus humain à l’histoire. Marquée par le destin à la fois dramatique et souverain d’Haïti, île « synecdoque des tragédies modernes »6, Maryse Condé consacre son premier récit pour la jeunesse à cette île symbole de la négritude debout : Haïti chérie7 connaît un grand succès et est republié sous le titre Rêves amers8. Rose-Marie quitte la région du Cap pour chercher du travail à Port-au-Prince, devenue « restavec »9, elle fuit les mauvais traitements de sa maîtresse, tente de s’exiler aux États-Unis et meurt dans le naufrage de l’embarcation. L’histoire récente d’Haïti, dans ses dimensions sociales, politiques et humaines, est ici condensée.

  • 10 Condé, Maryse, « Victor et les barricades », Je Bouquine, n° 61, Paris, pp. 13-64.
  • 11 Condé, Maryse, Hugo le terrible, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, 1991.
  • 12 En 1985, un instituteur métropolitain frappe un élève noir et profère des insultes racistes à son e (...)
  • 13 Condé, Maryse, Savannah blues, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, 2009.
  • 14 Ibid., p. 44.

5« Victor et les barricades »10 et Hugo le terrible11 sont deux récits de formation ponctués par un happy end. Le premier, sous la forme d’un album illustré, interroge un fait divers peu connu hors de la Guadeloupe, immédiatement contemporain de son écriture, et qui déclencha un vaste mouvement de protestation locale et d’insurrection : « l’affaire Faisans »12 érigée en exemple de lutte contre le racisme et le colonialisme ; le second inscrit la découverte de l’histoire dans la nécessaire prise en compte d’une géographie marquée par le cyclone Hugo qui dévasta la Guadeloupe en 1989. Savannah blues13 transporte le lecteur en Géorgie, lieu toujours marqué par la discrimination envers les Africains-Américains qu’il s’agit de dénoncer, par la mémoire douloureuse de la ségrégation quand « les artistes noirs devaient emprunter une entrée qui leur était réservée [et] ne devaient pas se servir de l’ascenseur mais s’engouffrer dans l’escalier de service »14 et dont l’histoire se décline toujours sur le mode de la migration généralisée, chacun transportant avec lui d’irréductibles fragments culturels et linguistiques de son propre passé. Ces premiers récits rappellent, par bribes, la mémoire de l’esclavage que les enfants pressentent sans en avoir une nette conscience ; ils abordent aussi les rapports de race, de nation et de classe, strictement fixés dans l’environnement du multiculturalisme américain, plus ambigus mais non moins prégnants au sein du département français d’outre-mer.

  • 15 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, Paris, Bayard poche, 2008. Première publication, Je bou (...)

6Chiens fous dans la brousse15 illustre un engagement ferme au service d’une politique de la mémoire matérialisée par une loi mémorielle. En 2004, Maryse Condé devient présidente du comité de la mémoire de l’esclavage, créé après la promulgation de la loi Taubira en 2001 qui reconnaît la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité. Le rapport rédigé par le comité dénonce la place marginale de ce passé au sein du récit national :

  • 16 Comité pour la mémoire de l’esclavage, Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs a (...)

Aucune histoire de l’esclavage ne peut s’écrire aujourd’hui sans tenir compte des mémoires différenciées de l’esclavage. Ce n’est qu’en s’appuyant sur cette multiplicité des mémoires qu’il sera possible de créer une mémoire partagée et de construire une histoire commune. La mémoire de l’esclavage […] serait alors la promesse de cette mémoire partagée à venir, elle-même produisant ce que le philosophe Paul Ricœur a appelé un récit partagé.16

  • 17 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, op. cit., p. 89.
  • 18 « L’écriture de l’histoire antillaise est plus pertinente dans les romans et par la fiction que dan (...)

7Chiens fous dans la brousse relate, de façon étroitement symétrique, deux formes de traite négrière : celle pratiquée par les Arabes – la traite orientale – et celle pratiquée par les Occidentaux – la traite transatlantique. Au pays bambara, des frères sont capturés, séparés et déportés. Le monde ordonné dans lequel ils vivent explose soudainement. L’un est vendu à des Blancs, l’autre est destiné à être vendu à Fez. Tous deux doivent changer de nom et sont convertis à une nouvelle religion. L’un se suicide tandis que son frère quitte l’île de Gorée pour être embarqué sur un navire négrier qui se dirige vers Bahia, en compagnie d’une jeune princesse de Lagos elle aussi razziée, « unis dans la solitude, dans l’espoir de se protéger de la cruauté du monde »17. Ce récit répond, presque terme à terme, à la nécessité formulée dans le rapport susmentionné de faire de la traite négrière et de l’esclavage un objet d’enseignement accessible à tous et venant combler les lacunes du récit national. Il renvoie aussi dos à dos la traite pratiquée par les puissances occidentales et la traite orientale, ce qui n’est pas fréquent dans la littérature postcoloniale. Maryse Condé entend montrer comment l’Afrique fut disloquée ; le choix des jumeaux séparés se révèle symbolique : ils subissent le même traitement cruel et la même fragmentation identitaire. Il faut d’ailleurs rappeler que les écrivains antillais n’ont pas attendu la promulgation de lois mémorielles pour mettre au jour la mémoire de l’esclavage, la littérature caribéenne s’y emploie : encore faut-il qu’elle soit lue et enseignée !18

  • 19 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, Paris, Grasset jeunesse, 2006.
  • 20 Ibid., p. 31.

8Le dernier ouvrage publié à ce jour est un album pour enfants, richement illustré par Letizia Galli, À la courbe du Joliba19, dont l’intrigue est inspirée d’un voyage fluvial accompli par les filles de l’auteur. Des petites jumelles et leur mère quittent la Guinée et remontent le fleuve Niger depuis Bamako jusqu’à Gao. Le fleuve, « témoin d’une histoire millénaire »20, permet une traversée culturelle et une appropriation de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest. En toile de fond d’un quotidien aux apparences sereines et conviviales, sévit le conflit en Côte d’Ivoire : la rébellion de 2002 qui aboutit à la partition du pays entre le Nord – aux mains des rebelles – et le Sud du pays – sous contrôle du gouvernement. De cette guerre, les enfants retiennent la cruelle absence du père devenu soldat en lutte contre le pouvoir d’Abidjan. La beauté des illustrations aux délicates couleurs pastel – les jumelles sont vêtues de robes roses, leurs traits sont naïfs et atténués – contraste avec la guerre omniprésente dans les discours des adultes et dans le récit.

9Les petits héros de Maryse Condé accomplissent, en compagnie de personnages de leur âge, un apprentissage de la vie qui passe par la confrontation avec l’histoire de leur terre, que cette dernière soit département français d’outre-mer, île caribéenne sombrant dans la misère, Sud des États-Unis, royaume africain en proie à la violence précoloniale ou État-nation déchiré par des conflits ethniques. Ils questionnent fiévreusement cette histoire souvent violente d’une façon éthico-politique, renvoyant ainsi le jeune lecteur à des interrogations humanistes conçues comme des socles de son éducation citoyenne :

  • 21 Condé, Maryse, Rêves amers, op. cit., p. 42.
  • 22 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, op. cit., p. 31.
  • 23 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, op. cit., p. 11.

pourquoi des peuples sont-ils si riches, et d’autres si pauvres qu’ils doivent aller chercher hors de leur pays natal des moyens de subsister21, Pourquoi nous faites-vous [les gardes bambaras] du mal ? Nous prions les mêmes dieux, nous honorons les mêmes ancêtres. Ne sommes-nous pas vos frères ?22 Pourquoi cette mosaïque chatoyante [de la Côte d’Ivoire] se déchirait-elle ?23

L’œuvre de Maryse Condé se conçoit comme une leçon d’histoire et une contre-histoire dénonçant les discours porteurs d’aliénation, le discours pédagogique et celui de la presse, oublieux des réalités locales, passant sous silence les diasporas africaines et les minorités noires.

Gisèle Pineau : offrir un lieu à l’histoire orpheline de l’exil antillais

  • 24 Pineau, Gisèle, Un Papillon dans la cité, Paris, Sépia, 1992.
  • 25 Pineau, Gisèle, L’Exil selon Julia, Paris, Stock, 1996.
  • 26 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, Paris, Dapper, 1999.
  • 27 Le terme « endofiction » forgé par Crystel Pinçonnat désigne une « fable de soi produite depuis l’i (...)
  • 28 Giraud, Michel, « Le malheur d’être partis », Antilles : la République ignorée, Esprit, n° 332, Par (...)
  • 29 J’emprunte l’idée qui sous-tend cette notion à Crystel Pinçonnat qui explicite ainsi la notion de « (...)
  • 30 La création du BUMIDON (bureau pour le développement des relations intéressant les départements d’o (...)
  • 31 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, op. cit., p. 164.
  • 32 « […] au lieu de revenir en arrière, les personnages ne devraient-ils pas défricher leur propre che (...)
  • 33 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, op. cit., p. 170.
  • 34 Pineau, Gisèle, L’Odyssée d’Alisée, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2010.

10Gisèle Pineau est entrée dans les belles lettres par la littérature destinée aux adolescents. Un Papillon dans la cité24, dont la trame est reprise sous une forme destinée aux adultes dans L’Exil selon Julia25, et prolongée dans Caraïbes sur Seine26, situe d’emblée une large part de son œuvre sous le signe de l’autofiction et de « l’endofiction »27. L’auteur injecte dans ses récits des fragments d’une enfance passée en région parisienne. Elle poursuit la trace, ténue, invisible et tourmentée, des enfants de Domiens vivant en métropole une migration ambiguë, non reconnue comme telle, un déni de citoyenneté qui les rapproche de la condition de n’importe quel migrant28. Sur fond d’expérience du racisme, d’épreuve de la misère du monde, de relégation sociale et de nostalgie de l’île perdue, les petites héroïnes tissent les fils de leur propre destin. Ces histoires minuscules29, sur le mode de la micro-histoire, participent pleinement au récit de la migration antillaise massivement issue du BUMIDON30, permettent de l’inscrire quelque part, à la marge du récit national, et d’en faire émerger des traits culturels et humains. On assiste ainsi à un bris/collage identitaire qui forge des espaces de sociabilité, de négociation transculturelle et de (ré)conciliation. Les lettres envoyées à la grand-mère restée en Guadeloupe participent de cette narration de l’histoire et sont autant de marques épistolaires de la relation entre la métropole et l’île natale. Les enfants issus des migrations – antillaise, algérienne, africaine – finissent par devenir amis, soudés dans une culture de banlieue cosmopolite : « À Noisy, j’étais devenue une Black. J’étais aussi devenue choriste d’un groupe de rap et j’étais tombée amoureuse d’un Américain d’une île de New York qui avait eu peur de ma couleur… »31 Le lancinement insulaire demeure ancré : l’enthousiasme n’est jamais aussi fort que lors d’un voyage scolaire à la découverte de l’île de la mémoire dont la grand-mère, vestale de la tradition, est l’immuable garante. Le retour au pays natal persiste ainsi comme une constante obsessionnelle des récits que Gisèle Pineau consacre aux adolescents, rendant improbable, selon Élodie Malanda, l’appropriation d’une identité « afropéenne »32. Tout se passe comme si l’illusion politique d’une réinstallation définitive au pays natal s’éloignant, dans les années 1990, l’endofiction ne cessait pourtant de revenir, sur un mode irréductiblement nostalgique, au mythe du retour, à la quête d’une stabilité seulement possible « assise au pied du gros manguier de la cour, à quelques pas de la maison […] »33. Sous le signe de Césaire, dont l’intertexte est patent, la mémoire décline le vœu du retour. C’est bien de la condition d’exil – exil de la mémoire, exil dans l’histoire, exil perçu comme quasiment politique – dont il est question et non de citoyenneté française. L’échec de la départementalisation et du modèle d’intégration républicain semble ici flagrant. Même constat dans une fiction qui a pour personnage principal une adolescente haïtienne en pleine crise identitaire : Alisée34, adoptée par un couple français et blanc, ne peut construire sa personnalité et se réconcilier avec les siens que lorsque sa famille déménage en Guadeloupe et prépare un voyage en Haïti pour renouer avec l’histoire fragmentée de la jeune fille à laquelle le mythe grec (L’Odyssée qui donne son titre au récit) et la peinture naïve haïtienne se sont jusqu’alors imparfaitement substitués.

  • 35 Chamoiseau, Patrick, Texaco, Paris, Gallimard, 1992.
  • 36 Pineau, Gisèle, Les Colères du volcan, Paris, Dapper jeunesse, 2004.
  • 37 Pinçonnat, Crystel, op. cit., p. 356.

11Les héroïnes qui grandissent en Guadeloupe sont-elles pour autant en phase avec l’histoire de leur terre ? Rien n’est moins sûr. Cette histoire reste celle d’une relégation qui s’inscrit dans la béance du politique, qui témoigne de l’incurie des pouvoirs publics. Leurs géniteurs les ont aussi posées dans une histoire, individuelle et collective, tissée de mensonges et de silences. Les textes pour adolescents prennent la forme de récits de vie au sein desquels se lit, par bribes, une petite saga écrite du point de vue des femmes et des humbles, autre constante du roman antillais des dernières décennies. Djinala ignore que sa mère n’est autre que sa grande sœur tombée enceinte à l’adolescence : la trajectoire des femmes se noue dans la misère des bidonvilles et pointe l’absence des hommes, ce qui permet à tout le moins qu’elle s’écrive en dehors des normes du discours masculin sur l’histoire. Ces mêmes femmes militent aussi pour que les habitants de Quartier Roucou soient décemment relogés, comme Marie-Sophie Laborieux dans Texaco35. Il arrive aussi que l’histoire se dise dans l’apprentissage d’une géographie caribéenne dont le morcellement colonial est transcendé : une classe d’adolescents part à la rencontre de l’île voisine de Montserrat dans Les Colères du volcan36. L’endofiction de Gisèle Pineau comme celle des héritiers de l’immigration maghrébine, dont les textes paraissent durant la même période et possèdent souvent la même teneur, participe à la « lutte pour la récupération de la mémoire historique. Face au manque d’inscription massive de l’immigration dans la mémoire nationale française, les héritiers tentent de faire trace »37.

Dany Laferrière : poser l’histoire à hauteur d’enfant

  • 38 Il est élu membre de l’Académie française le 12 décembre 2013 sur le fauteuil d’Hector Bianciotti e (...)

12L’œuvre et le succès de Dany Laferrière sont déjà bien établis lorsqu’il commence à écrire pour la jeunesse ou plutôt, à la demande d’éditeurs, à adapter et à réécrire certains de ses textes à destination d’un lectorat enfantin. Le succès de l’auteur et sa consécration à l’Académie française38, qui compte d’ailleurs d’autres écrivains ayant produit des textes pour la jeunesse, n’est pas étranger à ces adaptations ; son œuvre tout entière procède de la réécriture et de la répétition des mêmes motifs tant pour des raisons poétiques que plus étroitement liées au marché. On peut suivre la piste indiquée par Yolaine Parisot qui suggère une lecture globale à partir de ces textes :

  • 39 Parisot, Yolaine, « Le roi, le courtisan et le jeune page », Dany Laferrière : mythologies de l’écr (...)

Les livres pour la jeunesse (Je suis fou de Vava, La Fête des morts, Le Baiser mauve de Vava et L’Odeur du café) pourraient constituer une initiation à l’œuvre laferrienne, à présent que les quelque vingt-six livres permettent d’avoir un peu une idée de la forme qu’elle prendra, et, plus encore, une initiation à l’art de la lecture, préalable à la vocation d’écrivain […] La série des Vava emprunte aux récits d’enfance, L’Odeur du café et Le charme des après-midi sans fin, comme aux récits du départ et du retour, Le Cri des oiseaux fous et Pays sans chapeau.39

  • 40 Laferrière, Dany, Je suis fou de Vava, Longueuil, La Bagnole, 2006.
  • 41 Ibid.
  • 42 Laferrière, Dany, La Fête des morts, Longueuil, La Bagnole, 2009.
  • 43 Laferrière, Dany, Le Baiser mauve de Vava, Longueuil, La Bagnole, 2014.
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46  Cazenave, Sophie, « Dany Laferrière retombe en enfance », http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/6617 (...)

13Dans ses albums pour la jeunesse comme dans les livres dont ils découlent, Dany Laferrière ne cherche pas à inscrire sa propre histoire dans l’histoire, ni à revendiquer une juste place à la mémoire haïtienne au sein de l’histoire mondiale, autant de considérations qui lui sont étrangères. Il s’agit plutôt de continuer à tisser et à diffuser le récit de son enfance et de la fin de cette dernière en le rendant plus directement accessible au jeune lectorat et en le posant au centre de toute fiction et de toute histoire. Se raconter soi-même – autre « fable de soi » cependant distincte de celles des héritiers de l’immigration – revient à s’affronter à l’histoire immédiate d’Haïti en partant exclusivement du microcosme où grandit l’enfant Laferrière et d’où il prit son envol. Dans un mouvement qui confond autobiographie et fiction, se défie des modes d’appréhension génériques, Dany Laferrière entend universaliser l’histoire de son enfance. Grâce à une lettre – « Je t’envoie cette lettre par mon complice, l’oiseau noir, pour te raconter l’été de mes dix ans »40 – l’auteur entre en relation avec le jeune lecteur. L’histoire du garçon haïtien relève dès lors d’une mythologie personnelle fortement ancrée dans l’imaginaire du réel, contenant ses héros et ses objets cultes dotés d’attributs aisément repérables : Dada, la grand-mère et sa tasse de café, le chien Marquis qui boitille, les fourmis qui renvoient à un temps quasiment immobile, le notaire Lomé traversant dignement la foule, la bicyclette rouge posée contre le mur et Vava, soleil jaune et flamboyant, premier amour immortel, qui illumine les images de l’album, l’enfance du narrateur et toute la vie de l’auteur. Je suis fou de Vava raconte un morceau d’enfance, lent, vivant, coloré, auquel les magnifiques illustrations en double page de Frédéric Normandin, inspirées de la peinture naïve haïtienne, donnent tout son éclat et qui semble épargné par les ravages de l’histoire politique haïtienne. Ses cicatrices seront révélées plus tard. L’album propose de fabriquer du lien entre les enfants, de les associer au sein du même monde sans poser la question des frontières ou de la représentation directe de l’histoire. L’enfance, comme dans le récit d’enfance, notamment antillais, serait alors ce lieu hors de l’histoire, sorte de préhistoire protectrice et faiblement historicisée. La grande histoire, dont on pressent pourtant l’imminente intrusion menaçante, en est quasiment absente hormis peut-être dans l’épigraphe « Grands faucons, noirs compagnons de mes songes qu’avez-vous fait du paysage ? qu’avez-vous fait de mon enfance »41. La citation du poète haïtien Jean-François Brierre, accompagnée, en première page de l’album, du dessin de deux oiseaux noirs qui brisent l’harmonie des couleurs vertes, bleues et jaunes, introduit une touche inquiétante, anticipe la séparation et renvoie à une mémoire littéraire haïtienne. La Fête des morts42 explore l’histoire culturelle d’Haïti : Baron Samedi, un personnage de la mythologie vaudou y fait son apparition ; l’histoire s’y décline encore sous la forme du mythe. L’histoire immédiate d’Haïti, dans ses dimensions politiques les plus acérées, est introduite dans l’album Le Baiser mauve de Vava43. Laferrière y traite de la dictature, celle de Duvalier père, à l’origine de l’exil politique de son propre géniteur, un opposant au régime, derrière laquelle se profile la terreur imposée par Duvalier fils, responsable de son exil à la fin des années 1970. « La dictature, c’est le Monstre qui empêche un enfant de dix ans de visiter son amoureuse qui a la fièvre »44 : l’esprit de l’album est ainsi condensé. Personnages inquiétants, vêtus de couleurs sombres, le visage dévoré par de grosses lunettes noires, les Tontons Macoutes arpentent les rues de la ville ; leurs ombres sinistres, grises et vieux rose, leurs armes dangereusement dressées, se profilent et s’impriment sur le mur de la chambre où l’enfant écoute sa grand-mère lui lire La Belle au bois dormant. Le petit garçon aura pourtant le courage d’aller donner un « baiser mauve » à son amoureuse pour la délivrer de la maladie. Il faut rappeler que Laferrière, alors âgé de quatre ans, est envoyé par sa mère à Petit-Goâve pour le protéger des représailles politiques que la fuite de son père allait entraîner. Il est y placé sous la responsabilité de Da : haute figure de son enfance. Le microcosme de l’enfance, paré de toutes les couleurs du bonheur, est donc déjà une forme d’exil intérieur que brise une lettre de la mère demandant à son fils de la rejoindre à Port-au-Prince : « Les hommes à lunettes noires contrôlent toujours la ville. Les gens sont inquiets. Da m’a dit : “Je sais que tu es triste, mais tu es un poète, et les poètes peuvent changer la couleur du jour” »45. Donner à voir et à lire le monstre du duvaliérisme, despote dont la figure se dessine en creux, et les ombres de ses sbires, est une gageure pédagogique réussie par Laferrière et Normandin et essentiellement destinée à expliquer aux enfants occidentaux « ce qui se passe dans le sud avec la dictature. On n’a pas la même enfance quand on naît à Bagdad ou à Outremont »46.

  • 47 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, op. cit., p. 78.

14C’est bien l’histoire à part entière dans ses déclinaisons passées et présentes que convoquent les romans pour la jeunesse de Maryse Condé, Gisèle Pineau et Dany Laferrière, sous forme d’histoires minuscules absorbant récits de vie, faits divers, mémoires enfouies, histoire immédiate ou encore histoire des femmes. Se dessine ainsi un sous-champ littéraire qui contient, par anticipation, prolongement et entassement, les questions humanistes que la littérature caribéenne francophone pose à l’histoire. « Tu n’aimes pas l’histoire ? Je te la ferai aimer, tu verras ! »47 : la remarque d’un professeur dans À la courbe du Joliba pourrait définir l’ambition didactique de ces récits qui s’intéressent peut-être moins à l’identification du lecteur noir à des héros qui lui ressemblent qu’à la mise en relation des enfants et des adolescents du monde (francophone), en insistant sur l’effort d’empathie que doit accomplir le lecteur occidental plus éloigné des réalités décrites que son homologue caribéen ou africain. Une des vertus de la littérature caribéenne pour la jeunesse serait de montrer qu’en devenant lecteurs, enfants et adolescents entreront pleinement dans l’histoire, une histoire globale et connectée, qu’ils regarderont ses monstres en face plutôt que de les reléguer dans l’ombre des oublis postcoloniaux ou des dictatures tropicales. Ces lecteurs dessineront aussi, par petites touches, par fines traces, ensoleillées comme la Vava de Laferrière, épurées comme les visages des voyageurs sur le Joliba, leur propre chemin dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Entretien croisé de Lefilleul, Alice avec Schneider, Anne et Malanda, Élodie, « Très peu de récits en littérature de jeunesse bousculent la blanchité comme norme », Afriscope, Littérature jeunesse, recherche nouveaux héros, n° 47, septembre-octobre 2016, p. 12.

2 Nous renvoyons à la définition suivante : « l’ensemble de la partie terminale de l’histoire contemporaine, englobant aussi bien celle dite du temps présent que celle des trente dernières années ; une histoire qui a pour caractéristique principale d’avoir été vécue par l’historien ou ses principaux témoins. », Soulet, Jean-François, L’Histoire immédiate, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je, 1994, p. 4.

3 Les travaux des chercheurs en littérature de jeunesse sont assez réceptifs à son égard. Signalons notamment Lévêque, Mathilde, Enfance et colonies : fictions et représentations, Strenae 3, 2012, essentiellement consacré à l’Algérie et Schneider, Anne, La littérature de jeunesse migrante. Récits d’immigration de l’Algérie à la France, Paris, L’Harmattan, 2013.

4 Pfaff, Françoise, Nouveaux entretiens avec Maryse Condé. Écrivain et témoin de son temps, Paris, Karthala, 2016, pp. 157-158.

5 Bonnet, Véronique, « Maryse Condé : logiques de l’engagement et pouvoir de la littérature », Iles / Elles. Résistances et revendications dans les îles des Caraïbes et de l’océan Indien (XVIIIe-XXIe), Andrianjafitrimo-Magdelaine, Valérie et Arino, Marc (dir), île de la Réunion, Éditions K’A, 2015, pp. 155-167.

6 Parisot, Yolaine, « Les écritures de soi dans la Caraïbe : leçons d’histoire et lignes de vie », Histoire, vues littéraires, Bonnet, Véronique (dir.), Notre Librairie, n° 161, Paris, ADPF, mars-mai 2006, p. 52.

7 Condé, Maryse, « Haïti chérie », Je Bouquine, n° 39, Paris, mai 1987 ; Haïti chérie, Paris, Bayard poche, 1998.

8 Condé, Maryse, Rêves amers, Paris, Bayard jeunesse, 2001.

9 Nom donné aux enfants placés comme domestiques auprès d’une famille pour laquelle ils accomplissent toutes les tâches domestiques avec un statut proche de celui d’esclave.

10 Condé, Maryse, « Victor et les barricades », Je Bouquine, n° 61, Paris, pp. 13-64.

11 Condé, Maryse, Hugo le terrible, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, 1991.

12 En 1985, un instituteur métropolitain frappe un élève noir et profère des insultes racistes à son endroit. Pour venger l’offense, le grand-frère du garçon blesse l’instituteur d’un coup de couteau. Condamné à une importante peine de prison, Georges Faisans entame une grève de la faim soutenue par une partie de la population et est libéré.

13 Condé, Maryse, Savannah blues, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, 2009.

14 Ibid., p. 44.

15 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, Paris, Bayard poche, 2008. Première publication, Je bouquine n° 268, Paris, juin 2006.

16 Comité pour la mémoire de l’esclavage, Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, Rapport à Monsieur le Premier Ministre remis le 12 avril 2005, p. 14. http://www.cnmhe.fr/IMG/pdf/Rapport_memoire_esclavage.pdf , consulté le 10 mai 2017.

17 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, op. cit., p. 89.

18 « L’écriture de l’histoire antillaise est plus pertinente dans les romans et par la fiction que dans les manuels d’histoire même écrits par les historiens antillais », Fonkoua, Romuald, « Littérature antillaise et histoire : écrire l’histoire des “peuples sans histoire” », Notre Librairie, op. cit., p. 110.

19 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, Paris, Grasset jeunesse, 2006.

20 Ibid., p. 31.

21 Condé, Maryse, Rêves amers, op. cit., p. 42.

22 Condé, Maryse, Chiens fous dans la brousse, op. cit., p. 31.

23 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, op. cit., p. 11.

24 Pineau, Gisèle, Un Papillon dans la cité, Paris, Sépia, 1992.

25 Pineau, Gisèle, L’Exil selon Julia, Paris, Stock, 1996.

26 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, Paris, Dapper, 1999.

27 Le terme « endofiction » forgé par Crystel Pinçonnat désigne une « fable de soi produite depuis l’intérieur de la nation [qui] dessine et structure une dramaturgie spécifique, qui met en relief la façon foncièrement contrastive dont le sujet se construit dans le pays d’accueil et s’articule dans sa langue », Pinçonnat, Crystel, Endofiction et fable de soi, Paris, Classiques Garnier, 2016.

28 Giraud, Michel, « Le malheur d’être partis », Antilles : la République ignorée, Esprit, n° 332, Paris, février 2017, pp. 49-62.

29 J’emprunte l’idée qui sous-tend cette notion à Crystel Pinçonnat qui explicite ainsi la notion de « fable de soi » : « Souvent, une histoire individuelle, minuscule, vient s’accrocher – du fait de référents historiques ou géographiques tissés de souvenirs communs – à une autre histoire, celle du lecteur, Pinçonnat, Crystel, op. cit., p. 9.

30 La création du BUMIDON (bureau pour le développement des relations intéressant les départements d’outre-mer) en 1961, transforme radicalement le caractère individuel du déplacement des Antillais vers la métropole en migration massive et organisée, destinée à une population sous-qualifiée. Cette politique est abandonnée au début des années 1980. Précisons toutefois que Gisèle Pineau n’est pas une enfant du BUMIDON.

31 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, op. cit., p. 164.

32 « […] au lieu de revenir en arrière, les personnages ne devraient-ils pas défricher leur propre chemin à la lisière des espaces culturels auxquels ils appartiennent ? Ne devraient-ils pas mettre à profit leur hybridité culturelle pour se réinventer au lieu de chercher dans le passé les réponses à leur quête identitaire ? », Malanda, Élodie, « "Habiter la frontière" ou errer dans un no-man’s land ? Les crises d’identités afropéennes dans les romans pour adolescents en France », Africultures, n° 99-100, Paris, 2014, p. 185.

33 Pineau, Gisèle, Caraïbes sur Seine, op. cit., p. 170.

34 Pineau, Gisèle, L’Odyssée d’Alisée, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2010.

35 Chamoiseau, Patrick, Texaco, Paris, Gallimard, 1992.

36 Pineau, Gisèle, Les Colères du volcan, Paris, Dapper jeunesse, 2004.

37 Pinçonnat, Crystel, op. cit., p. 356.

38 Il est élu membre de l’Académie française le 12 décembre 2013 sur le fauteuil d’Hector Bianciotti et présente son discours de réception le 28 mai 2015.

39 Parisot, Yolaine, « Le roi, le courtisan et le jeune page », Dany Laferrière : mythologies de l’écrivain, énergie du roman, Interculturel Francophonies, n° 30, Lecce, Alliance française, novembre-décembre 2016, p. 11.

40 Laferrière, Dany, Je suis fou de Vava, Longueuil, La Bagnole, 2006.

41 Ibid.

42 Laferrière, Dany, La Fête des morts, Longueuil, La Bagnole, 2009.

43 Laferrière, Dany, Le Baiser mauve de Vava, Longueuil, La Bagnole, 2014.

44 Ibid.

45 Ibid.

46  Cazenave, Sophie, « Dany Laferrière retombe en enfance », http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/661798/vava-dany-laferriere ?_escaped_fragment_ =, publié le 8 avril 2014, consulté le 10 mai 2017.

47 Condé, Maryse, À la courbe du Joliba, op. cit., p. 78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bonnet, « La littérature de la Caraïbe pour la jeunesse : des histoires à part ou l’histoire à part entière ? », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 16 novembre 2017. URL : http://amnis.revues.org/3147 ; DOI : 10.4000/amnis.3147

Haut de page

Auteur

Véronique Bonnet

Université Paris 13 / Sorbonne Paris Cité (France) et Universidade de São Paulo (Brésil) veronique.bonnet8@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org