Navigation – Plan du site
Aux marges de l'histoire officielle

Réécrire l'Histoire pour les enfants du point de vue des Amérindiens : devoir de mémoire, devoir d'imagination (Brésil, États-Unis)

Pauline Franchini

Résumés

Dans le roman historique pour la jeunesse, l'Histoire est souvent le prétexte, la toile de fond dépaysante devant laquelle se déroule un récit d'aventures. Il ne pourrait en être ainsi dans les romans historiques qui traitent des périodes coloniales et pré-coloniales, a fortiori écrits par des auteurs amérindiens ou afro-descendants concernés par les problématiques postcoloniales : dans ces romans, l'interprétation des événements historiques en fonction du point de vue depuis lesquels ils sont racontés – celui des vaincus de l'Histoire – y est l'enjeu central. En particulier, les fictions qui mettent en scène la « rencontre », imminente ou récente, entre l'Européen et les peuples premiers américains, à travers l'expérience de ces derniers, décentrent le regard de l'enfant vers le hors-champ de l'Histoire et proposent des alternatives à la version officielle. Le pouvoir d'identification aux héros, qui caractérise le roman pour la jeunesse, prend ici une dimension politique, dans la mesure où, rendu étranger à lui-même, le jeune lecteur fait l'expérience de l'altérité, de la relativité des valeurs et des injustices de l'Histoire. La fiction est alors, paradoxalement, le moyen d'accéder à une vérité occultée par l'Histoire officielle, et de dénoncer cette Histoire – et ses silences – comme une fiction, que l'on songe au mythe de la « découverte », à la glorification des pionniers et aux stéréotypes véhiculés sur les amérindiens. Edwidge Danticat et Louise Erdrich aux États-Unis, Daniel Munduruku et Joel Rufino dos Santos au Brésil, font partie de ces auteurs qui mettent leur plume au service de ce devoir de mémoire, qui est en même temps un devoir d'imagination.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean-Bart, Alain et Thaler, Danielle, Les Enjeux du roman pour adolescents. Roman historique, roma (...)
  • 2  « the voices of all those unaccounted for « others » who have been silenced and domesticated under (...)

1Dans Les Enjeux du roman pour adolescents. Roman historique, roman-miroir, roman d'aventures, Alain Jean-Bart et Danielle Thaler constatent que, si le roman historique pour la jeunesse n'a plus vocation à susciter le sentiment patriotique, il n'en reste pas moins que le genre demeure, aujourd'hui encore, un genre national, favorisant « le sentiment d'appartenance à une civilisation », si bien que les auteurs concluent à un certain conservatisme du genre : « L'objet de la fiction historique pour jeunes n'est pas d'interroger l'Histoire »1. La visée de cette étude est de montrer qu'il existe néanmoins une catégorie de fictions pour jeunes lecteurs dont le but est justement d'interroger l'Histoire, la version officielle des événements relatée par les vainqueurs. Il s'agit de la fiction historique postcoloniale, l'adjectif « postcolonial » étant compris non pas au sens où la fiction renverrait à des événements situés après la période coloniale, mais en référence à la théorie postcoloniale qui s'attache à l'étude de textes qui donnent la parole à ceux « qui ont été réduits au silence et domestiqués sous le signe de l'Europe »2.

  • 3  Danticat, Edwidge, Anacaona, Golden Flower, New York, Scholastic, 2005.
  • 4  Erdrich, Louise, The Birchbark House, New York, Hyperion, 1999, puis The Game of Silence, 2005 ; T (...)

2Aux États-Unis, les best-sellers Edwidge Danticat, haïtienne émigrée à New York, et Louise Erdrich, amérindienne Ojibwe par sa mère, font partie de ces plumes contemporaines qui font entendre la voix des minorités. Leurs romans historiques pour les enfants entendent montrer comment vivaient les peuples premiers avant l'arrivée des colons et comment leurs existences ont été bouleversées. Dans Anacaona, Golden Flower, sous-titré « Haïti, 1490 », Danticat raconte l'arrivée des Espagnols sur l'île de l'actuelle Haïti du point de vue d'Anacaona, cacique (reine) de la tribu des Taínos, figure héroïque des premières résistances3. Erdrich publie une saga en cinq tomes – « The Birchbark House series » – narrant les aventures d'une famille Ojibwe dans les années 1840, au temps de l'Acte de déplacement des Amérindiens4.

  • 5  Mundurku, Daniel, O Karaíba. Uma História do Pré-Brasil, São Paulo, Amarilys, 2010.
  • 6  Rufino dos Santos, Joel, Ipupiara, o devorador de índios, São Paulo, Editora Moderna, 1985.
  • 7  Le terme bandeirante désigne les explorateurs qui, à partir du XVIIème siècle, ont conquis l'intér (...)

3Nous rapprocherons cette démarche de celle d'auteurs brésiliens moins connus. Daniel Munduruku, de la tribu Munduruku, milite pour expliquer aux enfants brésiliens que l'histoire et la culture indigènes font partie de leur identité. Dans le roman O Karaíba. Uma História do Pré-Brasil5, il imagine les inquiétudes de trois tribus qui font la paix pour se préparer à lutter contre une calamité annoncée par une prophétie. L'historien et spécialiste de la culture afro-brésilienne Joel Rufino dos Santos a beaucoup écrit pour la jeunesse. Nous nous pencherons plus particulièrement sur le roman Ipupiara, o devorador de índios6, consacré à Domingos Jorge Velho, bandeirante7 célèbre pour avoir exterminé plusieurs milliers d'Amérindiens et pour avoir mené campagne contre le quilombo (communauté organisée d'esclaves révoltés) des Palmares et son chef Zumbi dos Palmares, défait en 1695.

4Parce qu'ils proposent des alternatives ou des amendements au récit officiel, ces romans ont en commun de décentrer le regard de l'enfant vers le hors-champ de l'Histoire. Plus encore, ils engendrent une réflexion sur le concept même d'Histoire. Le roman historique traitant des périodes coloniale et pré-coloniale du point de vue de l'Autre (l'indigène, l'esclave) accomplit non seulement un devoir de mémoire, mais aussi ce que nous appellerons un devoir d'imagination.

Des fictions historiques postcoloniales pour la jeunesse : le point de vue de l'Autre

Le paratexte et la visée documentaire

5Ces romans se caractérisent par un important paratexte – avertissements, notes, glossaires, dossiers pédagogiques, iconographies – entourant le texte littéraire pour apporter des informations sur le contexte historique. Cette documentation semble venir compenser et autoriser les libertés prises avec la réalité, d'abord dues au genre même du roman historique, dont Rufino dos Santos donne sa propre définition :

  • 8  « A novela histórica não é verdadeira ; é verossímil. […] Quero advirtir, em suma, que não é este (...)

6Le roman historique n'est pas véridique, il est vraisemblable. […] Je veux avertir, en somme, qu'il ne s'agit pas d'un livre d'Histoire, mais d'un roman qui se passe dans une période historique précise, avec des personnages et des situations réels mis en fiction.8

  • 9  « Esta é uma historia de ficção. Não aconteceu de verdade, mas poderia ter acontecido. […] Não exi (...)
  • 10  « we have imagined her thoughts and experiences and how she might have kept track of them using a (...)

7Mais ce que les auteurs mettent le plus souvent en évidence, c'est la nécessité de recourir à un « exercice d'imagination »9 à cause de l'absence de document écrit dans ces sociétés orales : « nous avons imaginé ses pensées, ses expériences et comment elle aurait pu en avoir gardé une trace à l'aide d'un cycle lunaire de vingt jours »10, écrit Danticat pour faire accepter aux lecteurs la convention anachronique du journal intime que lui impose la collection « The Royal Diaries ».

  • 11  « the Orientalist tendancy to homogenize colonized people. », Bradford, Clare, Unsettling Narrativ (...)

8Outre le paratexte didactique, une autre façon de donner des informations sur les mœurs de l'époque est de les distiller dans la fiction elle-même : ce sont les actions des personnages qui mettent en scène l'organisation de la société, les coutumes, les rites. Si ce procédé est typique du genre, dans une perspective postcoloniale, ces informations sont autant d'occasions de démonter les stéréotypes que la culture populaire (le western, les cartoons) divulgue sur les « peaux-rouges ». Ces romans montrent ainsi la diversité des tribus, avec des langues et des croyances différentes, par opposition à ce que Clare Bradford nomme « la tendance orientaliste à homogénéiser les peuples colonisés »11. Munduruku explicite cette volonté de rétablir une vérité historique contre les préjugés racistes hérités de l'histoire coloniale :

  • 12  « O que sabemos é o que os europeus deixaram escrito. Claro que estes textos abordam uma visão eur (...)

Ce que nous savons correspond à ce que les Européens ont écrit. Il est clair que ces textes abordent une vision européo-centrée […]. Dans cette vision, les indiens brésiliens étaient sauvages, en retard, désorganisés, cannibales et paresseux. […] Ce roman cherche à reconstituer un peu de la culture pré-cabraline.12

Une écriture du renversement

  • 13  « the two sticks of wood, nailed together, that Angeline called a cross », Erdrich, Louise, The Bi (...)
  • 14  Cf. Ginzburg, Carlo, « L’estrangement », in À distance, Neuf essais sur le point de vue en histoir (...)
  • 15  « monstros devoradores de almas », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 28.

9Faire voir le monde à travers les yeux de protagonistes amérindiens suppose de défamiliariser le lecteur, de lui rendre étranges et exotiques des concepts familiers. Dans The Birchbark House, Omakayas a une amie blanche qu'elle surnomme « The Break-Apart Girl » parce que son accoutrement (robe et corset) lui font une silhouette « cassée ». Tout, dans le mode de vie des Blancs, est objet d'étonnement et de perplexité, depuis « les deux bâtons de bois, attachés ensemble, qu'Angeline appelle une croix »13, jusqu'à l'habitude de boire du lait de vache ou d'élever des poules pour « voler » leurs œufs. L'inversion du bizarre et de la normalité permet de questionner les valeurs et initie l'enfant de façon ludique à une réflexion sur la relativité des mœurs. Le sauvage, le barbare, n'est pas celui que l'on croit : le sens de la famille, l'hospitalité, le respect de la nature et du vivant sont autant de contrastes avec le mode de vie capitaliste des sociétés occidentales passées et présentes. Cet estrangement14 passe surtout par la traduction systématique des concepts européens dans la réalité indigène correspondante, nécessitant de se reporter au glossaire. Les colons sont mis à distance par les périphrases qui les désignent : dans les rêves prémonitoires du Karaíba, ils sont les « monstres dévoreurs d'âmes »15.

L'identification aux vaincus

  • 16  Wilder Ingalls, Laura, Little House on the Prairie, New York, Harper Collins, 1971 [1932]. Sur la (...)

10Dans Anacaona, la figure historique de la reine guerrière est rendue familière à l'enfant par le dispositif du journal intime. La série littéraire The Birchbark House, qui se situe à l'époque de la conquête de l'Ouest et qui se veut le pendant amérindien de Little House on the Prairie16, raconte à la troisième personne les aventures d'une jeune héroïne fictive. La focalisation favorise une forte identification avec le personnage, susceptible de partager les mêmes préoccupations que son lecteur : jeux et chamailleries avec la fratrie, premiers émois amoureux... Certes, attribuer des comportements contemporains aux gens du passé relève sans doute de l'anachronisme. Mais l'identification ainsi assurée est la meilleure alliée du projet postcolonial de relativisation de l'Histoire officielle, car le lecteur fait l'expérience de l'altérité : se mettre à la place de l'Autre colonisé, ressentir par empathie l'injustice de sa situation. Ainsi, l'épidémie de variole de 1847 n'est pas juste une date ni un chiffre abstrait de victimes indistinctes. Dans des passages d'un pathétique déchirant, l'héroïne fait l'expérience du deuil de son petit frère, préfigurant la perte du homeland à la fin du roman. Les êtres de fiction, avec leurs sentiments, leurs joies et leurs peines, rendent justice à la mémoire des êtres réels mais anonymes que l'Histoire n'a pas retenus.

  • 17  Jean-Bart, Alain, Thaler, Danielle, op. cit., p. 59.
  • 18  « Por que embarcara com eles ?, se pergunta Domingos. O Perna é que não se pergunte nada, como os (...)
  • 19  « onde a terra pertencia a quem chegasse primeiro, bastando ser hábil em matar bugres – e naturalm (...)
  • 20  « Pior, no entanto, que a peste, mil vezes pior, na verdade, são os quilombos. […] Não se pode, há (...)
  • 21  « toda esta terra é cemitério de índios », ibid, p. 55.

11Dans notre corpus, le cas du roman de Rufino dos Santos est particulier, car il semble, de prime abord, s'inscrire dans la lignée des romans patriotes qui invitent l'enfant à s'identifier au bandeirante, explorateur intrépide qui ne sait résister à l'appel de l'aventure. Tous les ingrédients du roman d'aventures sont réunis : des voyages à cheval, à pieds et en bateau à travers tout le Brésil ; une halte dans une auberge, des rencontres, et même un naufrage. Cela correspond a priori au « roman d'aventures dans un décor historique », pour reprendre les catégories de Jean-Bart et Thaler17. Le point de vue qui nous est donné est celui du héros blanc, tandis que son esclave indigène n'a pas la parole, comme le souligne ironiquement ce passage : « Pourquoi avait-il embarqué avec eux ?, se demande Domingos. Il n'y a bien que Perna qui ne se pose pas de questions, c'est le propre des serviteurs »18. Cependant, c'est justement l'accès aux pensées du bandeirante et à la mentalité de l'époque grâce au discours indirect libre qui permet de dénoncer la cruauté des dominants. En homme de son temps, Domingos rêve de se trouver un endroit « où la terre appartiendrait à celui qui arriverait le premier, à qui il suffirait d'être habile à tuer les sauvages – du moment, ça va de soi, qu'il n'est ni juif, ni indien, ni nègre »19. Il gagne sa vie en se pliant aux lois du marché et négocie sa récompense en échange de la victoire sur le quilombo, dont la description correspond à la mentalité du propriétaire terrien : « Pire, toutefois, que la peste, mille fois pire en vérité, sont les quilombos. Voilà presque un siècle qu'on ne peut plus être en sécurité avec ses Noirs, honnêtement acquis »20. Dans ce roman, c'est donc le point de vue des dominants qui soulève l'indignation. Dans sa vieillesse, Domingos ne cesse de déménager, effrayé par le territoire brésilien hanté, devenu tout entier « cimetière d'indiens »21.

12Revivre les épisodes fondateurs de l'Histoire des Amériques dans la peau des Amérindiens permet d'en souligner toute la violence et l'illégitimité. L'arbitraire du gouvernement, qui s'autoproclame propriétaire du sol, apparaît comme une absurdité logique dans la philosophie Ojibwe. C'est la totale adhésion au point de vue du protagoniste qui fait naître le sentiment d'injustice :

  • 22  « They would all fear to lose something huge, something so important that they never even know tha (...)

Ils craignaient tous de perdre quelque chose d'énorme, une chose tellement importante qu'ils n'avaient même jamais su qu'ils la possédaient depuis le début. Qui pourrait mettre en doute la terre, le sol sous ses pieds ? […] Ce quelque chose, c'était leur chez-soi.22

  • 23  « Colombus's brutal new order », Danticat, Edwidge, op. cit., « Epilogue », p. 158.
  • 24  Au Brésil, la « Journée de l'Indien » (19 avril), instaurée pour promouvoir la diversité culturell (...)

13Dans Anacaona, l'arrivée des Européens trouble le cours normal des existences et ouvre une ère de peur et de chaos. La fin du roman multiplie les scènes de carnages. L'épilogue raconte l'exécution de l'héroïne, qui inaugure le « nouvel ordre brutal de Colomb »23 : pillage des richesses, esclavage et extermination. Ce parti pris tranche avec la vision romantique de la « rencontre » entre les colons et les Native Americans, entretenue notamment par la commémoration du Thanksgiving Day24 aux États-Unis, et par les albums et romans jeunesse décrivant les navigateurs Colomb et Cabral comme les héros fondateurs avec qui commence l'Histoire nationale.

L'Histoire, personnage principal ?

L'Histoire, une fiction idéologique à déconstruire

  • 25  Voir Pacheco Neto, Manuel, Heróis nos livros didáticos : bandeirantes paulistas, Dourados, Editora (...)
  • 26  « Sangue e violência na verdadeira História do Brasil. […] A figura destemida mas assassina deste (...)

14Le roman historique postcolonial dénonce l'Histoire officielle comme relevant elle-même de la fiction. Les historiens, parce qu'ils choisissent quels personnages mettre en avant et quel regard porter sur eux, s'apparentent à des romanciers. Il est possible de substituer aux gloires nationales officielles des figures héroïques alternatives, comme Anacaona ou Zumbi dos Palmares. Cette déconstruction passe également par un rétablissement de la vérité en ce qui concerne les personnages historiques élevés au rang de héros nationaux pour des raisons idéologiques. Le roman de Rufino dos Santos ne cesse de poser la question « qui était vraiment cet homme ? » à propos de Domingos Jorge Velho. Contre les portraits qui dépeignent un homme de type européen à l'allure noble, et pour contrebalancer l'image positive de l'artisan de la conquête du territoire qui a longtemps été dominante dans les manuels d'Histoire25, le roman met en avant le métissage : les bandeirantes étaient le plus souvent eux-mêmes à moitié amérindiens et parlaient moins le portugais que le tupi. Dès la quatrième de couverture, l'accent est mis sur la part de brutalité dans la fondation de la nation – et ce, dans un roman paru bien avant les lois de 2003 et 2008 rendant obligatoire l'enseignement de l'Histoire et des cultures afro-brésiliennes et amérindiennes au Brésil : « Sang et violence dans la véritable Histoire du Brésil. […] La figure intrépide mais criminelle de ce bandeirante montre ce que fut la réalité de la période coloniale de notre histoire »26.

  • 27  « São ambos comedores de carne humana », ibid, p. 43.

15Ici, les épisodes inventés ont une fonction symbolique : ils permettent de mieux saisir la vérité du personnage. Dans l'épisode du naufrage (fictif), Domingos mange des cadavres pour survivre. Plus loin dans le roman, il affirme n'avoir aucun scrupule à tuer indifféremment indigènes ou esclaves africains car ce sont tous des « mangeurs de chair humaine »27 : cette petite remarque met en lumière le mentalité du mercenaire, prisonnier des préjugés de son époque. Or, c'est cette anecdote fictive qui, par métaphore, donne sens au choix du titre du roman : le « dévoreur d'Indiens ». C'est que, dans le roman historique, la valeur attribuée à la part d'invention et d'imagination est inversée. Cette dernière n'est pas considérée comme un obstacle à l'historicité et à la fiabilité scientifique, mais comme le moyen le plus authentique de pallier les silences de l'Histoire et d'accéder à une forme de vérité.

Un devoir d'imagination

  • 28  « preencher esse vácuo », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 95.
  • 29  « esta história que ainda não foi contada », ibid.

16Dans la fiction historique postcoloniale en particulier, l'obligation d'inventer en l'absence de sources écrites est avant tout une obligation morale : il faut inventer pour « combler le vide »28 et les blancs d'une Histoire lacunaire, raconter « cette histoire qui n'a pas encore été racontée »29 afin de montrer que l'Histoire des Amériques ne débute pas avec l'arrivée des premiers colons :

  • 30  « I did not want our battle with the pale men to become the only story our people would ever recit (...)

Je refuse que notre bataille contre les hommes pâles devienne la seule histoire que notre peuple récitera à partir de maintenant. Car nous avions aussi d'autres histoires, des gaies et des tristes. Notre rencontre avec les hommes pâles fut seulement une petite partie de cette histoire.30

  • 31  Dussel, Enrique, 1492. L'occultation de l'autre, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1992. Dans cet ess (...)
  • 32  « Ela termina quando começa o relato por parte dos invasores. », Munduruku, Daniel op. cit., p. 95
  • 33  Anacaona est troublée par un rêve où elle pendue par les guerriers Kalinas. Elle ignore alors qu'e (...)

17Le vibrant testament d'Anacaona tend à démanteler le mythe de la découverte et conjurer « l'occultation de l'autre »31 : dans l'essai éponyme, Enrique Dussel dénonce l'eurocentrisme d'une définition de l'histoire universelle de l'humanité progressant de l'immaturité des peuples « primitifs » vers le plus haut degré de civilisation, c'est-à-dire l'Europe. Dans cette conception, l'indigène est un obstacle au progrès, il n'est pour ainsi dire pas encore entré dans l'Histoire. À cette rhétorique du commencement, les fictions d'avant l'arrivée des caravelles opposent la mélancolie d'une écriture crépusculaire. De façon significative, le roman de Munduruku s'achève juste au moment où les voiles blanches sont en vue. Le mot « Fin » tombe comme un couperet, pour bien montrer que cette histoire ne débute pas, mais « se termine quand commence le récit produit par les envahisseurs »32. Par ailleurs, le rêve prémonitoire33 et les mises en garde des esprits des ancêtres et de la nature donnent aux protagonistes l'intuition d'une menace qui les plonge dans l'angoisse sans savoir exactement ce qui les attend, contrairement au lecteur qui connaît la suite funeste de l'Histoire. L'ironie dramatique exacerbe l'imminence tragique, le moment de bascule après lequel rien ne sera plus comme avant. En cela, la prophétie participe de cette écriture du deuil et de la fin d'un monde.

Représenter le passé : la trace et le monument

  • 34  « Lendas são histórias criadas para contar as verdades que nossas cabeças não conseguem alcançar.  (...)

18Dans ces romans, les personnages ne font pas de différence épistémologique entre mythologie et vérité historique, dans la mesure où les deux sagesses sont utiles pour tirer les leçons du passé : « Les légendes sont des histoires créées pour dire les vérités que nos esprits ne parviennent pas à atteindre »34. Le recours au merveilleux et aux mythes apparaît comme un mode de connaissance qui s'oppose à la production d'un discours historique scientifique

  • 35  « contesting dominant versions not only of historical events but also of how the past is conceived (...)

en contestant les versions dominantes, non seulement des événements historiques, mais aussi de la façon dont le passé est conçu et représenté. […] [Le recours au mythe] s'écarte des formulations européennes du passé, qui sépare les traditions mythologiques de ce qui est réel et historique. Il s'écarte, également, du concept occidental de temps perçu comme une progression linéaire susceptible d'être divisée en ères, en siècles et autres unités.35

  • 36  « Even though the Taínos had no written language, they had petroglyphs – rock paintings and pictog (...)
  • 37  « Once we were a people who left no tracks. Now we are different. We print ourselves deeply on the (...)
  • 38  « Memory was Ojibwe writing », Erdrich, Louise, The Game of Silence, op. cit., p. 20.

19Danticat liste les différents moyens qui s'offraient aux Taínos pour mesurer le temps et pour « garder une trace de leurs existences »36 en dépit de l'absence de langage écrit, comme l'art rupestre et surtout la transmission orale (contes, danses, chants). Les dates sont données non pas en jours et en mois, mais en fonction du cycle de la lune et des saisons, ce qui permet « d'indigéniser » la forme très occidentale du journal intime. Erdrich et Munduruku s'attachent également à décrire ce patrimoine immatériel qui ne laissera qu'une empreinte minimaliste dans la terre (pas de déchets, pas de routes, pas de bâtiments en dur) et dans l'Histoire (pas de documents écrits). Dans tous ses romans, Erdrich file la poétique de la trace éphémère, que l'on songe à la métaphore des traces de pas invisibles dans la neige dans Tracks (1988), ou à cette réflexion dans Four Souls (2004) : « Autrefois, nous étions un peuple qui ne laisse aucune trace. Maintenant, nous sommes différents. Nous nous imprimons profondément dans la terre »37. Dans la série enfantine, le terme tracks est employé pour désigner l'écriture des Blancs, qui inspire la méfiance en raison des traités rompus, et s'oppose à la culture orale Ojibwe38.

  • 39  Benjamin, Walter, « Sur le concept d’histoire », Œuvres, t.III, Paris, Gallimard, 2000, p. 433.
  • 40  Benjamin, Walter, Sens unique, précédé de Une enfance berlinoise, traduit par Jean Lacoste, Paris, (...)
  • 41  « That would be Old Tallow's island, and Omakayas would think of it as a sacred resting place for (...)
  • 42  Glissant, Édouard, Le discours antillais, Paris, Gallimard, Folio Essais, 1997 [1981], p. 32.

20La réflexion de Walter Benjamin, selon laquelle « il n'est aucun document de culture qui ne soit aussi document de barbarie »39, se vérifie particulièrement dans le cas de l'histoire des Amérindiens, faite de traités signés et violés. Dans Une enfance berlinoise, l'enfant, observant la Colonne de la Victoire qui commémore la bataille de Sedan, y devine la souffrance des vaincus : « cette colonne se dressait comme une stèle funéraire »40. Un « monument de barbarie », c'est sans doute ainsi que les Amérindiens du Brésil perçoivent les statues de bandeirantes présentes dans tout le pays. En septembre 2016, des activistes vandalisent le Monumento às Bandeiras de São Paulo avec de l'encre rouge pour protester contre la glorification de cette page sanglante de l'Histoire. Là où les dominants commémorent leurs victoires en érigeant statues et monuments aux morts, la mémoire des peuples premiers semble hanter le paysage, à l'image de ce passage où Omakayas ressent la présence de son amie défunte sur l'île et décide que ce lieu, en dépit des actes de déplacement, sera pour toujours « l'île de Old Tallow » et son « lieu de repos sacré »41. La façon dont Omakayas se réapproprie spirituellement le paysage colonisé rappelle la poétique de la trace à l’œuvre chez Édouard Glissant à propos de la survivance de la mémoire des Africains déportés : « Notre paysage est son propre monument : la trace qu’il signifie est repérable par-dessous. C’est tout histoire »42. La littérature se saisit des traces fragiles laissées dans l'Histoire pour reconstituer le passé et faire entendre la souffrance que taisent les documents officiels et les monuments à la gloire des héros.

Conclusion

  • 43  « The historical view […] suggests that racism is essentialy a thing of the past, the "darkages" » (...)

21On le voit, loin d'être un simple prétexte ou une toile de fond, l'Histoire est l'enjeu même de ces romans. Mais, plus encore qu'une relecture des faits historiques ou un recadrage du point de vue, c'est bien une réflexion sur la définition de l'Histoire en tant que concept occidental et sur les modes de représentation du passé qui se joue chez les auteurs de la postcolonialité, dont l'objectif final est d'inviter l'enfant à interroger son époque. Si tous les romans historiques pour enfants traitant de la période coloniale et esclavagiste s'accordent à déplorer combien notre Histoire a pu être violente, tout se passe néanmoins comme si ce passé lointain n'avait aucune conséquence sur le monde tel qu'il va, sur les conflits raciaux et sociaux du présent : « la perspective historique […] suggère que ce racisme est essentiellement une chose du passé, les "heures sombres" »43.

  • 44  « The biggest lesson that Yaruba thought him […] is to be kinder to people who have left their own (...)
  • 45  « é preciso conhecer o passado para entender o presente e sonhar um futuro. », Munduruku, Daniel, (...)

22Les auteurs concernés par les questions postcoloniales ont au contraire à cœur de jeter des ponts entre le passé colonial et le monde contemporain. C'est pourquoi ils et elles placent dans la bouche de leurs personnages des messages à double entente, qui entrent en écho avec les défis de l'époque actuelle. Après l'épisode où la nouvelle épouse du chef, une étrangère, se laisse mourir de chagrin, voici ce que l'écrivaine haïtienne émigrée donne à lire à son jeune lecteur américain : « La plus grande leçon que Yaruba lui avait enseignée […] c'était d'être plus gentil avec ceux qui ont quitté leur terre natale pour venir chez nous »44. Et voici les mots que le prophète Karaíba adresse à son peuple, mais surtout à l'enfant brésilien d'aujourd'hui : « Il faut connaître le passé pour comprendre le présent et rêver un futur »45.

Haut de page

Notes

1  Jean-Bart, Alain et Thaler, Danielle, Les Enjeux du roman pour adolescents. Roman historique, roman-miroir, roman d'aventures, Paris, L'Harmattan, 2002, pp. 82 et 123.

2  « the voices of all those unaccounted for « others » who have been silenced and domesticated under the sign of Europe », Gandhi, Leela, Postcolonial Theory, A Critical Introduction, St Leonards, NSW, Allen and Unwin, 1998, p. 171.

3  Danticat, Edwidge, Anacaona, Golden Flower, New York, Scholastic, 2005.

4  Erdrich, Louise, The Birchbark House, New York, Hyperion, 1999, puis The Game of Silence, 2005 ; The Porcupine Year, 2008 ; Chickadee, 2012 ; Makoon, 2016, chez le même éditeur.

5  Mundurku, Daniel, O Karaíba. Uma História do Pré-Brasil, São Paulo, Amarilys, 2010.

6  Rufino dos Santos, Joel, Ipupiara, o devorador de índios, São Paulo, Editora Moderna, 1985.

7  Le terme bandeirante désigne les explorateurs qui, à partir du XVIIème siècle, ont conquis l'intérieur du territoire brésilien à la recherche de richesses minérales et d'indigènes à réduire en esclavage.

8  « A novela histórica não é verdadeira ; é verossímil. […] Quero advirtir, em suma, que não é este um livro de História, mas uma novela que se passa num tempo histórico preciso, com personagens e situações reais ficcionados. », Rufino dos Santos, Joel, op. cit., « Advertência », p. 56.

9  « Esta é uma historia de ficção. Não aconteceu de verdade, mas poderia ter acontecido. […] Não existem, portanto, registros escritos do que havia antes a não ser as inscrições das cavernas que nos obrigam a um exercício de imaginação et de pesquisa. » / « Ceci est une histoire de fiction. Elle n'est pas arrivée pour de vrai, mais elle aurait pu arriver. […] Il n'existe pas, cependant, de registres écrits de ce qu'il y avait avant, excepté les inscriptions dans les cavernes, qui nous obligent à un exercice d'imagination et de recherche. », Munduruku, Daniel, op. cit, « Posfácio », p. 95.

10  « we have imagined her thoughts and experiences and how she might have kept track of them using a twenty-day lunar cycle. », Danticat, Edwidge, op. cit., « Author's note », p. 3.

11  « the Orientalist tendancy to homogenize colonized people. », Bradford, Clare, Unsettling Narratives. Postcolonial Readings of Children's Literature, Waterloo, WLU Press, 2007, p. 16.

12  « O que sabemos é o que os europeus deixaram escrito. Claro que estes textos abordam uma visão eurocêntrica […] Nessa visão, os indígenas brasileiros eram selvagens, atrasados, desorganizados, canibais e preguiçosos. […] Este romance procura reconstituir um pouco da cultura pré-cabralina. », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 95.

13  « the two sticks of wood, nailed together, that Angeline called a cross », Erdrich, Louise, The Birchbark House, op. cit., p. 134.

14  Cf. Ginzburg, Carlo, « L’estrangement », in À distance, Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard NRF, 2001.

15  « monstros devoradores de almas », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 28.

16  Wilder Ingalls, Laura, Little House on the Prairie, New York, Harper Collins, 1971 [1932]. Sur la représentation problématique des Native Americans dans Little House et d'autres succès de la littérature enfantine, voir : Reese, Debbie, « Indigenizing children’s literature », Journal of Language and Literacy Education, vol. 4, n° 2, 2008, pp. 59-72.

17  Jean-Bart, Alain, Thaler, Danielle, op. cit., p. 59.

18  « Por que embarcara com eles ?, se pergunta Domingos. O Perna é que não se pergunte nada, como os servos. », Rufino dos Santos, Joel, op. cit., p. 24.

19  « onde a terra pertencia a quem chegasse primeiro, bastando ser hábil em matar bugres – e naturalmente, desde que não fosse judeu, ou gentio, ou preto », ibid., p. 33.

20  « Pior, no entanto, que a peste, mil vezes pior, na verdade, são os quilombos. […] Não se pode, há quase um século, estar seguro com seus negros, legitimamente adquiridos », ibid, p. 40.

21  « toda esta terra é cemitério de índios », ibid, p. 55.

22  « They would all fear to lose something huge, something so important that they never even know that they had it in the first place. Who questions the earth, the ground beneath your feet ? […] That something was home. », Erdrich, Louise, The Game of Silence, op. cit., p. 19. Ce deuxième tome développe une lyrique du « home » perdu.

23  « Colombus's brutal new order », Danticat, Edwidge, op. cit., « Epilogue », p. 158.

24  Au Brésil, la « Journée de l'Indien » (19 avril), instaurée pour promouvoir la diversité culturelle, est souvent l'occasion de propager des clichés, notamment à l'école où il est courant que les élèves se déguisent, réduisant ces cultures à une caricature – qui plus est, une caricature nord-américaine.

25  Voir Pacheco Neto, Manuel, Heróis nos livros didáticos : bandeirantes paulistas, Dourados, Editora UFGD, 2011.

26  « Sangue e violência na verdadeira História do Brasil. […] A figura destemida mas assassina deste bandeirante mostra o que foi a realidade do período colonial da nossa história. », Rufino dos Santos, Joel, op. cit., quatrième de couverture (nous soulignons).

27  « São ambos comedores de carne humana », ibid, p. 43.

28  « preencher esse vácuo », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 95.

29  « esta história que ainda não foi contada », ibid.

30  « I did not want our battle with the pale men to become the only story our people would ever recite from now on. For we had other stories, too, happy as well as sad ones. Our encounter with the pale men was only a small piece of that story. », Danticat, Edwidge, op. cit., p. 155.

31  Dussel, Enrique, 1492. L'occultation de l'autre, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1992. Dans cet essai, Dussel montre comment le mythe du descubrimiento cache en réalité une entreprise d'occultation ou encubrimiento de l'indigène colonisé.

32  « Ela termina quando começa o relato por parte dos invasores. », Munduruku, Daniel op. cit., p. 95.

33  Anacaona est troublée par un rêve où elle pendue par les guerriers Kalinas. Elle ignore alors qu'elle sera exécutée par pendaison par les Espagnols (Danticat, Edwidge, op. cit., p. 50).

34  « Lendas são histórias criadas para contar as verdades que nossas cabeças não conseguem alcançar. », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 50.

35  « contesting dominant versions not only of historical events but also of how the past is conceived and represented. […] [Resorting to myth] departs from European formulations of the past, which separate mythological traditions from the real and the historical. It departs, too, from Western notions of time as a linear progression capable of being divided intos eras, centuries, and other units. », Bradford, Clare, op. cit., p. 100.

36  « Even though the Taínos had no written language, they had petroglyphs – rock paintings and pictographs through which they kept records of their lives. », Danticat, Edwidge, op. cit., p. 3.

37  « Once we were a people who left no tracks. Now we are different. We print ourselves deeply on the earth. », Erdrich, Louise, Four Souls. New York, Harper Perennial, 2006 [2004], p. 210. Voir Bouzonviller, Elisabeth, « Blizzard de formulaires officiels, ou la trace du mocassin à l’épreuve de la trace d’encre dans Tracks et Four Souls de Louise Erdrich », ELOHI [En ligne], n° 3, 2013.

38  « Memory was Ojibwe writing », Erdrich, Louise, The Game of Silence, op. cit., p. 20.

39  Benjamin, Walter, « Sur le concept d’histoire », Œuvres, t.III, Paris, Gallimard, 2000, p. 433.

40  Benjamin, Walter, Sens unique, précédé de Une enfance berlinoise, traduit par Jean Lacoste, Paris, Maurice Nadeau, 2007 [1972], p. 36.

41  « That would be Old Tallow's island, and Omakayas would think of it as a sacred resting place for her spirit every time she saw it. », Erdrich, Louise, The Porcupine Year, op. cit., p. 180.

42  Glissant, Édouard, Le discours antillais, Paris, Gallimard, Folio Essais, 1997 [1981], p. 32.

43  « The historical view […] suggests that racism is essentialy a thing of the past, the "darkages" », McGillis, Roderick (dir.), Voices of the Other. Children's Literature and the Postcolonial Context, Londres, Routledge, 2000, p. 189.

44  « The biggest lesson that Yaruba thought him […] is to be kinder to people who have left their own land to come to ours », Danticat, Edwidge, op. cit., p. 47.

45  « é preciso conhecer o passado para entender o presente e sonhar um futuro. », Munduruku, Daniel, op. cit., p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Franchini, « Réécrire l'Histoire pour les enfants du point de vue des Amérindiens : devoir de mémoire, devoir d'imagination (Brésil, États-Unis) », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2010, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://amnis.revues.org/3159 ; DOI : 10.4000/amnis.3159

Haut de page

Auteur

Pauline Franchini

Université de Bourgogne, France, pauline.franchini@hotmail.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org