Skip to navigation – Site map
Au croisement de l'idéologie. Des usages de l'histoire

La naissance d’une littérature prolétarienne pour enfants en Espagne

Karine Lapeyre

Abstracts

This article shows how the values that were passed on to children evolved in Spain from 1931 to 1939. Through education and leisure activities, the State and political parties endeavoured to entice children embracing republican ideas and later on antifascist ideas by presenting a biased view of history, or versions of it aimed to influence their judgement. The analysis of the topics and terms that were used illustrates this evolution. The first texts that came from Germany or Russia were soon replaced with texts written by Spanish authors who adopted a politicized discourse combining fiction and reality.

Top of page

Full text

1En Espagne, les années vingt voient se développer une société de loisirs. Grâce à la presse, la littérature pour enfants se démocratise : beaucoup plus d’enfants y ont accès. Une véritable littérature de divertissement voit alors le jour, l’accent étant mis sur l’humour et le jeu. L’avènement de la République va intensifier ce mouvement par la politique éducative du premier gouvernement. L’éducation du peuple devient une priorité, les bibliothèques se multiplient. Par ailleurs, et comme partout en Europe, des idéologies extrêmes s’affrontent et tentent d’imposer leur conception de la société. Pour cela, elles proposent une certaine vision de l’histoire et de l’actualité, privilégiant certains aspects, en négligeant d’autres. En Espagne, s’ajoute la problématique du changement de régime. La République qui s’impose par la voie des urnes le 14 avril 1931 doit asseoir sa légitimité face à la monarchie et former des citoyens pour remplacer les anciens sujets. Dans cette perspective, les enfants sont l’objet de toutes les attentions : celle de l’institution à travers le Ministère de l’Instruction Publique (MIP), mais aussi celle de groupes idéologiquement marqués qui cherchent à augmenter leur influence. D’un côté comme de l’autre, on est proposée une nouvelle lecture des événements. De nouveaux personnages vont apparaître, des faits passés sous silence sont réhabilités alors que d’autres perdent de leur importance. On réécrit l’histoire et on utilise divers moyens pour transmettre ce que l’on considère comme la « vérité historique ».

2Pour l’institution, c’est l’école qui sert de vecteur de transmission à ces nouvelles valeurs mais d’autres sources se développent parallèlement et sont utilisées, en particulier par les partis politiques, pour diffuser leur idéologie. Profitant de progrès techniques développés dans les années vingt qui permettent un meilleur accès à des supports de divertissement tels que les livres ou les magazines, ils utilisent ces moyens pour atteindre un plus grand nombre d’enfants. Les communistes principalement vont profiter d’une logistique efficace et diffuser des contes dès 1931, mais c’est surtout pendant la Guerre civile que ce système va se généraliser et que vont se multiplier les publications dont le ton se fait de plus en plus politique.

L’émergence d’une identité républicaine : le poids de l’institution

  • 1 Mayordomo, Pérez Alejandro, Vencer y convencer : educación y política, España, 1936-1945. Valence, (...)

3Le changement brusque -mais pacifique- de régime en 1931 oblige ses partisans à se concentrer sur l’éducation du peuple. En effet, comme le rappelle Alejandro Mayordomo Pérez, l’école a toujours été un moyen d’imposer un certain modèle politique, une manière de concevoir la société et cela est particulièrement vrai pour l’Espagne des années trente-quarante1.

4En Espagne, en 1931, il s’agit de forger une identité républicaine. La tâche est titanesque face à un secteur réactionnaire puissant et un peuple majoritairement analphabète. Des hommes tels que Rodolfo Llopis vont s’y atteler en commençant par réformer l’enseignement primaire. Pendant deux ans (1931-1933), à la tête de la Dirección General de Primera Enseñanza, au sein d’un gouvernement d’orientation socialiste, il va imposer une véritable révolution à l’école espagnole qui doit devenir le fer de lance des changements annoncés et faire de l’Espagne une nation européenne moderne. En 1933, il dresse le bilan de son action :

Nous avons détruit le régime monarchique qui ruinait l’Espagne. Nous avons implanté la République, qui doit faire de l’Espagne une nation libre, progressive [sic], ouverte à toutes les audaces de la civilisation.

  • 2 « Hemos destruido el régimen monárquico que estaba acabando con España. Hemos implantando la Repúbl (...)

L’instrument le plus efficace de cette transformation nationale doit être l’école. L’école a toujours été l’arme idéologique de toutes les révolutions. L’école doit faire des sujets de la Monarchie des Bourbons des citoyens de la République espagnole.2

5L’école doit également être la vitrine des avancées sociales de la République en faveur du peuple : elle est laïque, républicaine, égalitaire, et pour Llopis, révolutionnaire. C’est ce qu’affirme la Constitution, en particulier dans les premiers articles.

Article 1. L’Espagne est une république de travailleurs de toute classe, qui s’organise en un régime de Liberté et de Justice.

  • 3 Constitución de la República española, 1931. « Artículo 1. España es una República democrática de t (...)

Article 3. L’Etat espagnol n’a aucune religion officielle.3

6Dans une circulaire du 12 janvier 1932, Llopis demande aux instituteurs de commenter ce texte fondateur avec leurs élèves. L’instituteur doit être un éducateur, celui qui va permettre à l’enfant de s’épanouir et de devenir le citoyen modèle dont la République a besoin. Dans cette même circulaire, il exige le retrait de tout signe religieux ainsi que des heures de catéchisme. Cette mesure sera freinée par le gouvernement suivant, mais elle aura déclenché de vives polémiques annonçant des affrontements dont l’intensité ne fera qu’augmenter avec les années.

  • 4 S.a., El Evangelio de la República : la constitución de la Segunda República comentada para niños ( (...)

7En seulement deux ans le MIP n’a pas le temps de bouleverser les programmes. Si les symboles républicains viennent remplacer le crucifix dans la plupart des écoles, les manuels scolaires n’évoluent guère. Il existe toutefois quelques ouvrages qui méritent notre attention4. Ils invitent l’élève à devenir citoyen par la connaissance de la Constitution et des grandes figures et événements qui ont conduit à l’avènement du nouveau régime. Il s’agit de légitimer cette République, encore fragile, par ses antécédents. Ainsi, de nouveaux héros apparaissent, des figures historiques qui rappellent les luttes qui ont conduit à la proclamation de la IIe République jusqu’au soulèvement de Jaca en 1930 : Pi y Margall, Castelar, Salmerón, Costa, Pablo Iglesias, Mariana Pineda, Galán y Hernández. Ces défenseurs de l’idée républicaine, longtemps oubliés des manuels d’histoire, sont réhabilités et mis en exergue comme des exemples de comportement républicain. Certes ils ont échoué en leur temps, mais ils restent des modèles pour les citoyens de la IIe République qu’ils ont contribuée à établir.

8Ecrits par des députés et des instituteurs partisans du régime, ils en expliquent également les fondements et le fonctionnement. L’enfant, futur citoyen, y apprend ses droits et ses devoirs et, en fin de chapitre des questions l’amènent à réfléchir par lui-même aux bien-fondés de la Constitution. Celle-ci est censée devenir la nouvelle norme de conduite des citoyens comme l’Evangile est celui des chrétiens. Ils insèrent la IIe République espagnole dans une tradition républicaine et démocratique plus ample (allusions à la Révolution française, abolition de l’esclavage à Puerto Rico, la République romaine, George Washington ou Simon Bolivar…) tout en glorifiant les symboles républicains (le drapeau, l’hymne, le bonnet phrygien…). El niño republicano aborde les droits de l’homme mais évoque également ceux de la femme, thème particulièrement révolutionnaire. C’est cette évolution qui fait de l’Espagne un pays parmi les plus avancés. A la fin d’un chapitre, on pose à l’élève des questions orientées dont la réponse se trouve dans l’exposé précédent : 

  • 5 « ¿En qué concepto se ha tenido la mujer hasta nuestros días ? ¿Ha influido la mujer en el mejorami (...)

Comment a-t-on considéré la femme jusqu’à présent ? La femme a-t-elle eu une influence sur le progrès social ? Notre république a-t-elle reconnu la valeur, la grandeur d’âme et l’intelligence de la femme espagnole ?5

  • 6 Ce phénomène a été étudié par Marie Franco dans « Le marché de la mémoire : nostalgie et production (...)

9On lui demande également de faire des recherches sur Concepción Arenal dont l’action et les écrits permirent de grandes avancées pour les droits des femmes. Elle entre ainsi dans le panthéon des figures républicaines. Cette manière d’enseigner rend l’élève plus actif et rejette l’apprentissage uniquement fondé sur la mémoire. La révolution sociale que le premier gouvernement tente de mener à bien s’accompagne d’une révolution pédagogique dont ces manuels sont le vecteur. Une liste de livres autorisés est publiée afin d’aider les instituteurs à choisir les plus appropriés à leur enseignement. Mais il n’est pas possible aujourd’hui de savoir si ces ouvrages ont été largement diffusés dans les écoles ou s’ils ont été utilisés par les instituteurs selon les directives du ministère. Quant à leur impact sur les enfants, celui-ci est difficile à déterminer. Toutefois, la présence d’exemplaires dans les fonds du Centro Documental de la Memoria Histórica de Salamanque où sont regroupés les documents saisis afin de faciliter le travail du Tribunal Especial contra la Represión de la Masonería y Comunismo, prouvent qu’ils ont été jugés suspects par le régime franquiste en raison de leur caractère subversif. Par ailleurs, El niño republicano, a fait l’objet d’une réédition en 2000, tout comme d’autres ouvrages du début du XXe siècle6, faisant de ce petit fascicule un « lieu de mémoire », un témoignage de cette époque. Les enfants découvraient leur histoire d’une manière différente, plus active, à travers des récits qui mettaient en scène de nouveaux héros, porteurs des valeurs républicaines. Ils ont tenté de défendre ces idées, ils ont lutté pour elles à une époque où elles étaient minoritaires et leur combat a fini par aboutir en 1931 et par permettre l’établissement de cette société où les enfants vont vivre et grandir.

  • 7 Platon, Les Lois, Livre VI, Chapitre 12.
  • 8 Platon, La République, Livre II, 16.

10En son temps déjà, Platon insistait sur l’importance du choix des éducateurs par les dirigeants : « Le législateur ne doit pas regarder l’éducation des enfants comme une chose secondaire ou accessoire ; il faut au contraire que celui qui veut s’en occuper comme il convient commence par faire élire parmi les citoyens celui qui est le plus parfait sous tous les rapports »7. Mais il reconnaissait également l’importance des récits faits par les nourrices : « On commence l’éducation des enfants en leur contant des fables. C’est à ce moment qu’on façonne et qu’on enfonce le mieux l’empreinte dont on veut marquer un individu »8. Ainsi, certains organismes vont tenter de transmettre leur idéologie et leur vision de l’histoire en utilisant la littérature. Le ministère peut contrôler l’éducation des enfants à l’école, les organisations politiques vont utiliser le temps qu’ils passent hors de l’école, le temps de leurs loisirs.

Cenit : une littérature prolétarienne pour enfants

11La littérature pour enfants a toujours été un vecteur de transmission de valeurs. Depuis les contes oraux de l’Antiquité, en passant par les contes de Grimm, elle est le reflet d’une société et de ses valeurs. Dès 1931, profitant d’une plus grande liberté, les maisons d’édition vont se diversifier et les plus politisées vont également s’intéresser aux enfants.

12Dès la proclamation de la République, deux anciens prisonniers politiques créent Cenit, où sont publiés des textes communistes. Une de leurs collections s’intitule « Cuentos infantiles ». Parmi les 11 titres publiés, 7 sont écrits par une auteure allemande, Herminia Zur Mühlen. D’autres sont originaires de Russie. Aucun n’est écrit par un auteur espagnol. Seuls les illustrateurs sont espagnols.

  • 9 Pour notre analyse nous avons utilisé principalement les travaux de Propp et Greimas. Propp, Vladim (...)

13Dans les textes de l’auteure allemande, on retrouve le schéma narratif typique des contes traditionnels, définis par le structuralisme9. Les lieux comme l’époque ne sont pas clairement définis : pour certains, l’action se passe dans un lieu lointain aux connotations merveilleuses ou entraînent le lecteur dans un monde imaginaire ou exotique (l’Afrique ou l’Orient). La distance est ainsi établie dès le début entre la réalité et la fiction qui commence par « Érase una vez… » ou « Hace muchísimo tiempo en un país lejano… ». Mais les sociétés qui y sont décrites peuvent être mises en parallèle avec la société dans laquelle vivent les enfants. Les animaux, les plantes parlent et même les objets peuvent acquérir une vie propre et fonder une société qui n’est pas si différente de celle des hommes. En effet, on y trouve au début, les mêmes lois de domination, les mêmes injustices. Les enfants, parfois intégrés à ces sociétés, en découvrent les mécanismes et les travers. Les inégalités sont criantes entre des riches égoïstes et des pauvres exploités. La société est divisée en classes bien différenciées : riches et pauvres, patrons et ouvriers. Quelques différences sont à noter par rapport aux contes traditionnels : les termes de « prolétariat » et de « patrons » apparaissent. La plupart des histoires se déroulent en ville, le prolétariat rural n’est pratiquement pas représenté. La tyrannie est exercée par les forces économiques qui exploitent les plus faibles ne disposant d’aucun moyen de réagir car le capital est aidé par la force de l’armée. Ainsi, pouvoirs politique, militaire et économique s’allient pour opprimer le peuple prenant parfois appui sur la religion. En effet, celle-ci contribue à maintenir les plus démunis sous le joug de l’oppression en leur faisant accepter leur situation.

14C’est pourquoi rien ne change jusqu’à l’intervention d’agents, souvent extérieurs, qui viennent bouleverser l’ordre établi. Ces « destinateurs », pour reprendre la terminologie structuraliste, emploient un langage militant, poussant à la révolte. Ils vont démontrer aux opprimés que l’union fait la force, qu’il est possible de renverser un pouvoir autoritaire grâce à la solidarité. Mais à cette fin, il est nécessaire que les prolétaires s’unissent et ne se laissent pas diviser par des discours présentant, à tort, comme des ennemis ceux qui sont différents car ne partageant pas la même culture ou issus de régions différentes ainsi que des êtres plus faibles. Il s’agit alors d’insister sur l’idée que c’est leur nombre et leur détermination qui fait leur force. Animés par des sentiments nobles, ils ne peuvent que triompher.

15Le sujet choisi pour éveiller les consciences est généralement d’extraction humble ou jeune, souvent un enfant qui n’a pas encore été contaminé par les injustices acceptées de la société. Les jeunes ont foi en l’avenir et ont ainsi le pouvoir de changer le monde. Leur enthousiasme et leur volonté sont des qualités nécessaires à la Révolution. Leur mission est d’ouvrir les yeux de leurs congénères et de les mener sur le chemin de la Révolution jusqu’à l’établissement d’une société plus juste et égalitaire. La route peut être longue et périlleuse mais la solidarité conduit à la victoire finale. C’est le cri de ralliement lancé par Marx et Engels dans Le manifeste communiste « Prolétaires de tous les pays unissez-vous » et qui fleurira sur les murs et les véhicules de la République espagnole en guerre sous les sigles UHP « Uníos Hermanos Proletarios ».

16La situation finale est l’éveil des consciences, le peuple est enfin prêt à la révolte. C’est la première victoire. En général, l’histoire se termine avant la mise en marche de la Révolution car l’objectif de ces contes est de déclencher une réflexion qui génèrera la Révolution. L’établissement d’une société utopique reste un idéal à peine esquissé dans les textes. Ces contes peuvent sembler inachevés car la fin n’est pas totalement heureuse. Toutefois l’espoir est présent, ce qui est le plus important. Même si les héros paient de leur vie leurs efforts, le sacrifice n’est jamais vain car il permettra le progrès social de l’humanité. Ils deviendront des martyrs de la cause prolétarienne, des héros dont les enfants devront s’inspirer. Leur mort n’est pas tragique puisqu’elle conduit à l’amélioration du sort collectif. Différents moyens de lutte sont mis en avant, moyens que les prolétaires militants peuvent utiliser : les manifestations, les grèves et parfois la lutte armée. Dans « La pared maravillosa », une pierre donne ce conseil au jeune héros :

  • 10 « Allí donde los hombres son más malos y más duros que las piedras, a las piedras les nace corazón (...)

Là où les hommes sont plus méchants et plus durs que les pierres, un cœur naît aux pierres qui aident les plus malheureux. Moi, je vais tous vous sauver. Prends-moi dans ta main, jeune homme, et jette-moi contre le mur merveilleux.10

17Le ton des contes est généralement pacifiste, les guerres sont perçues comme un moyen supplémentaire des puissants pour assujettir les plus faibles. Mais lorsqu’il s’agit de se révolter contre l’injustice, la fin justifie les moyens, la violence est alors acceptée voire encouragée. Pourtant, c’est la solidarité qui est la valeur fondamentale qui va permettre la victoire, non pas celle d’un héros courageux contre tous mais celle de la multitude contre la violence égoïste des puissants. Lorsque ces derniers sont punis, les revendications des ouvriers sont satisfaites. Celles-ci ne portent pas sur le travail mais sur la justice. En effet, le travail n’est jamais perçu comme un châtiment. Au contraire, il dignifie l’homme et la technique doit permettre de rendre l’homme plus libre et heureux et non de l’aliéner. De même, le bonheur viendra de la solidarité ouvrière et non de la charité qui n’est qu’un autre des moyens des puissants pour aliéner les plus pauvres en leur faisant sentir encore davantage le poids de leur dépendance. Le pouvoir doit appartenir à ceux qui produisent et non à des profiteurs détenteurs du capital.

18Ces thèmes sont développés dans les thèses marxistes qui s’adressent aux adultes. Pour les enfants, on y ajoute une fiction porteuse d’espoir. Le vocabulaire, adapté aux enfants, introduit également des termes spécifiques qui rappellent la doctrine communiste : « travailleur, prolétaire, ouvrier, peuple, opprimé, capitaliste, propriétaire, riche » sont des mots récurrents qui marquent la dichotomie entre riches et pauvres comme entre bons et méchants. Des symboles sont glissés de manière éparse : l’étoile et le drapeau rouges, la faucille et le marteau, le poing levé, les chants révolutionnaires et parfois des personnages emblématiques comme Lénine ou Staline.

  • 11 « Sigue la estrella roja. […] La estrella que nos ha guiado, es verdaderamente nuestra estrella, pu (...)

Suis l’étoile rouge. […] L’étoile qui nous a guidés, est véritablement notre étoile, car elle a en son cœur les emblèmes du travail : la faucille et le marteau.11

19La fiction présentée aux enfants dans ces contes rappelle la société qu’ils côtoient au quotidien, une société inégalitaire mais qui peut évoluer grâce à la solidarité des travailleurs. Ecrits par une Allemande, ils s’adaptent cependant à tous les pays capitalistes où les prolétaires sont exploités. Traduits en espagnol, diffusés dans les cercles communistes, ils ne touchent qu’un nombre limité d’enfants. La situation va changer en 1936 lorsque l’Espagne entre dans un conflit idéologique où la propagande va jouer un rôle de premier plan.

Crónica de un pueblo en armas : l’histoire au service de la République en guerre

20Ecrit par Ramón J. Sender, sur le front de Guadarrama durant l’été 1936, cet ouvrage présente une histoire de l’Espagne fortement influencée par les idées communistes. Alors que l’histoire marxiste avait évacué les grands hommes, trop proches du pouvoir dominant, Sender va mettre en scène de nouveaux héros, plus populaires. Cette volonté de redonner des icônes au peuple peut se retrouver chez Staline en 1934, selon Marc Ferro.

  • 12 Ferro, Marc, L’histoire sous surveillance, Paris, Calmann-Lévy, 1985, p. 32.

Staline et Jdanov […] firent valoir qu’il était nécessaire de ressusciter le récit avec des héros, des anecdotes, pour rendre l’histoire vivante, attachante, qu’elle donne l’amour de la patrie et du socialisme –mais en l’insérant dans une perspective globale marxiste.12

21En cinq pages, Sender résume les conquêtes des Romains, des Wisigoths et des Arabes. Tous ces peuples envahirent l’Espagne attirée par ses qualités, mais finirent par s’assimiler à la population autochtone. C’est pendant la Reconquête que sont nés les trois pouvoirs qui devaient opprimer le peuple pendant des siècles : l’Église, la Noblesse et la Monarchie. Pour l’auteur, cette période se traduit par la décadence de l’Espagne. Le peuple souffrait, mais produisait aussi de grands génies (Cervantes, Lope de Vega…). La troisième partie est consacrée au XIXe siècle et occupe autant de pages que tous les siècles antérieurs. Ce fut un siècle de première importance pour le peuple qui commença à prendre conscience de sa situation. Le 2 mai 1808 fut une date-clé : le peuple se souleva contre l’invasion de Napoléon alors que les trois pouvoirs lui avaient livré le pays. L’auteur relate ensuite en détail la série de soulèvements militaires qui secouèrent l’Espagne au XIXe, réalisés au nom du peuple, mais dont il ne tira jamais aucun bénéfice. Il évoque également avec sympathie les idées révolutionnaires venues du reste de l’Europe et qui commencèrent à pénétrer en Espagne. Les qualificatifs qu’il emploie ne laissent aucun doute sur ses affinités idéologiques. La fin ne fait plus partie de la leçon d’histoire. On glisse vers le présent, l’Histoire sert à interpréter l’actualité :

  • 13 « Una prueba bien clara de que somos hermanos podemos verla en la prisa y el entusiasmo con que tod (...)

22Nous pouvons trouver une preuve évidente que nous sommes frères dans la hâte et l’enthousiasme que tous mettent à récolter de l’argent des vêtements et des vivres dans les lieux les plus reculés du monde afin de nous les envoyer et de nous aider dans notre lutte contre les monarchistes, les curés, les nobles et les fascistes, partout ennemis du peuple.13

23Cet aparté éloigne le lecteur du XIXe siècle pour le plonger dans son quotidien. Dans cette partie apparaissent de nombreux noms de héros populaires, ceux qui furent les pionniers de la lutte. Ces hommes sont plus importants que les rois glorifiés par l’enseignement traditionnel.

24Enfin, on en arrive au XXe siècle qui débute en 1898, avec la perte des dernières colonies espagnoles et une guerre qui coûta de nombreuses vies au peuple, tout comme la guerre du Maroc. Cependant, le peuple commença à se rebeller à Barcelone, en 1909. Malgré l’échec final, ce fut une expérience intéressante de prise du pouvoir pendant quelques jours et un avertissement aux autorités. L’auteur décrit ensuite avec force détails la Dictature et l’arrivée de la République. De la dernière période, il détache la Révolution des Asturies et la « trahison » de 1934 ainsi que le triomphe du Frente Popular. Pour terminer, il évoque le soulèvement des militaires, la « trahison » de quelques généraux aidés des trois forces réactionnaires qui ont toujours dominé l’Espagne. Son manque total d’objectivité atteint ici son paroxysme :

  • 14 « Iniciaron el 18 de julio el movimiento más lleno de crímenes, de monstruosidades que registra la (...)

25Le 18 juillet, ils ont été l’origine du soulèvement armé le plus parsemé de crimes et de monstruosités qu’a connus l’Histoire de l’Espagne ou de tout autre pays civilisé. Mais bien que la majeure partie de l’armée ait pris les armes contre le Gouvernement du Front Populaire et contre le peuple, celui-ci disposait de tout ce qu’il fallait pour l’affronter avec succès. Le peuple avait déjà ses avant-gardes prêtes, ses lieux de combat, son esprit prêt à l’héroïsme et au sacrifice si besoin.14

26L’Histoire avait su préparer le peuple espagnol à cette lutte commencée quatre siècles auparavant par les révoltes paysannes (germanías). On perçoit dans les dernières paroles de l’auteur la façon dont il conçoit l’Histoire : expliquer l’évolution d’une société jusqu’au moment présent pour que ceci serve de leçon et aide à vivre le présent et le futur.

27Sa vision de l’histoire, les moments choisis, le ton employé témoignent d’une écriture partisane. Jusqu’à présent l’histoire a été écrite d’en haut, par les classes dominantes qui imposent leur vision, leurs héros. Alors que le peuple a pris les armes contre ses oppresseurs, il est temps pour lui de réécrire l’histoire, une « contre-histoire » qui rendrait hommage à des héros populaires ayant lutté pour les intérêts du peuple et non pas seulement des puissants. Ecrite d’en bas, cette histoire doit réhabiliter des événements et des figures jusqu’alors passées injustement sous silence.

28Il nous est impossible de déterminer si cet ouvrage, consulté au CDMH, a été largement diffusé dans les écoles ou les bibliothèques. Le sous-titre indique qu’il s’agit d’une histoire pour enfants mais un tampon sur la couverture signale « Escuela de cuadros dirigentes ». Il se peut que seuls quelques adultes y aient eu accès. En effet, un des problèmes posés par la guerre est celui de la production et de la diffusion des ouvrages. Comprenant l’importance de la propagande, les syndicats vont rapidement prendre le contrôle des maisons d’édition et certaines vont se spécialiser dans la littérature pour enfants. Pour celui qui étudie ces textes, il est important de connaître le contexte de leur écriture. En effet, cette littérature peut s’apparenter aux œuvres historiques étudiées par Marc Ferro dans la mesure où elles rendent compte de l’état de la société à un moment donné. On se doit donc de les appréhender comme telles.

La société impose souvent des silences à l’histoire ; et ces silences sont autant l’histoire que l’histoire.

On est ainsi amené à s’interroger sur les conditions qui déterminent la production et la nature des œuvres historiques, c’est-à-dire quels thèmes elles privilégient, de quelle façon elles les abordent ; comment ces données ont évolué à travers le temps.

  • 15 Ferro, Marc, op. cit., p. 8.

Or, le contenu des procédures et la fonction d’une œuvre historique varient considérablement selon les foyers qui la sécrètent.15

La littérature au service de la guerre contre le fascisme

29Dès le début des hostilités, plusieurs organisations vont marquer de leur empreinte les maisons d’édition. Le MIP, sous l’influence de Jesús Hernández, ministre communiste, publie à nouveau les contes de Cenit. Le texte est le même mais la présentation nous indique que le contexte a changé. L’objectif est beaucoup plus virulent car l’ennemi est bien plus réel : il s’agit du fascisme qui a pris les armes contre la République, donc contre le peuple espagnol dont elle émanait. L’enfant est devenu lui-même un antifasciste.

  • 16 « Cuentos editados por el MIP para regalar a los huérfanos e hijos de milicianos y a todos los niño (...)

Contes édités par le MIP pour offrir aux orphelins et enfants de miliciens et à tous les enfants antifascistes d’Espagne.16

30Le Ministère participe également à d’autres éditions en publiant les œuvres de la Sección de Artes Plásticas de Altavoz del Frente, dépendant du Comité Agit-Prop du Parti Communiste. L’influence de ce parti est grandissante, sur le front comme à l’arrière, il prend en main la propagande antifasciste. Le discours est beaucoup plus direct que dans les contes précédents. Les héros traditionnels sont remplacés par d’autres plus contemporains que l’enfant peut clairement identifier. L’enfant n’est plus cet être innocent qu’il faut protéger ; il doit être alerté des dangers qui menacent sa vie d’adulte. Un des illustrateurs les plus importants de l’époque, Ramón Puyol, écrit :

  • 17 « La Sección de Artes Plásticas de Altavoz del Frente, bajo los auspicios del MIP, ha editado primo (...)

La Section Arts Plastiques d’Altavoz del frente, sous les auspices du Ministère d’Instruction Publique, a édité en avant-première une édition d’histoires et de chansons pour divertir les petits antifascistes. Des récits simples, pleins d’esprit révolutionnaire à portée de l’imagination des enfants. […] Il n’y a plus d’ogres, ni presque de princesses enchaînées à libérer mais il existe d’autres monstres féroces, comme l’exploiteur sans conscience, le tyran qui maintient en esclavage les êtres les plus purs et les plus nobles de la société. Et il fallait avertir les enfants du danger que représentent ces monstres. C’est ce que nous nous proposons de faire dans ces contes.17

  • 18 Federación Española de Trabajadores de la Enseñanza, principal syndicat enseignant. Ces fascicules (...)

31On ne s’adresse plus désormais à l’enfant républicain exhorté à devenir un bon citoyen mais à l’enfant prolétaire qui doit devant lutter contre le fascisme qui attaque ceux de sa classe, des êtres purs et nobles. Ces contes bien que fictionnels s’inscrivent dans l’écriture de l’histoire, une histoire que les enfants peuvent voir se dérouler sous leurs yeux et dans laquelle ils ont un rôle à jouer. Ce qu’ils pourront faire s’ils connaissent les forces en présence et leurs objectifs, ce qui est le but de ces contes : expliquer aux enfants le monde dans lequel ils vivent. Il n’est plus temps d’être neutre comme l’affirme la FETE dans certaines de ses publications dont les titres sont révélateurs : La escuela no puede ser neutral, La escuela de cara a la guerra, La escuela actual es esencialmente antifascista.18 L’école ou la littérature doivent participer au combat que mènent les partisans de la République, tout comme les enfants qui ont également leur rôle à jouer dans la guerre, même loin du front.

32C’est le credo des communistes qui vont créer leur propre maison d’édition, Estrella, Editorial para la Juventud. Installée à Valence, comme le gouvernement, elle va alimenter les bibliothèques contrôlées par le Parti communiste, les Casas del Pueblo et surtout les colonies d’enfants réfugiés, nombreuses sur la côte du Levant, où les livres sont distribués gratuitement.

  • 19 Nom choisi par Antonio Joaquín Robles Soler.

33Les premiers contes sont des rééditions des contes publiés par Cenit en 1931 ; en effet, le directeur étant le même, Giménez Siles, il connaît donc les œuvres. Il publie aussi des contes d’auteurs soviétiques, traduits mais non adaptés à la réalité espagnole. Les enfants y découvrent les avancées de la technique dans ce pays et le travail des prolétaires qui ont permis à l’URSS de devenir un pays industrialisé et moderne comptant parmi les grandes nations européennes. Mais Estrella va également solliciter des artistes espagnols qui avaient fait leurs preuves au cours des années précédentes : Pitti et Salvador Bartolozzi, illustrateurs et Antoniorrobles19, un auteur déjà prolifique dont les contes étaient peu marqués politiquement, plutôt divertissants et humoristiques. En travaillant pour Estrella, il va changer complètement de ton. Il adapte les contes traditionnels ainsi que ses propres personnages à la situation actuelle. L’auteur a sélectionné des contes de divers auteurs parmi les plus célèbres du patrimoine universel. On peut donc supposer que la plupart des enfants qui allaient lire ces contes connaissaient l’histoire. Il reprend exactement les titres originaux, mais dès la première page, avant que ne commence le conte à proprement parler, il apporte cette précision : « conte changé d’époque par Antoniorrobles ». L’enfant est averti avant de débuter sa lecture qu’il va lire un conte dont il connaît l’anecdote, mais que cette version est différente. Le conte perd ainsi son caractère universel pour s’appliquer à un contexte particulier : l’Espagne de 1936. Le message qu’il transmet est donc beaucoup plus direct, les personnages et les situations seront facilement identifiables par les lecteurs et les enseignements à en tirer directement applicables à la réalité vécue par ceux-ci.

  • 20 Le carrosse de Cenicienta est une voiture avec chauffeur empruntée à une vieille princesse qui ne s (...)
  • 21 Cenicienta continue de travailler et oblige le prince à en faire de même et à quitter son palais po (...)

34Si Antoniorrobles respecte l’ensemble de l’histoire originelle, c’est dans les détails que va se révéler la portée politique du message que l’auteur veut transmettre. Ce sont d’abord les personnages qui vont nous renseigner sur ces changements. Il n’y est guère question de rois, princesses et fées, mais plutôt de rapports de force entre prolétaires et puissants. Les personnages sont empruntés à la réalité quotidienne des enfants : des ouvriers, de riches propriétaires, des aristocrates, des ecclésiastiques, des militaires, des fascistes. Les circonstances sociales sont précisées pour faire du personnage principal et des antagonistes des représentants de la société contemporaine aux enfants. Les ouvriers sont exploités, mais solidaires et généreux. Ils reconnaissent leur condition de prolétaire et refusent d’y renoncer pour une vie d’oisiveté. Les riches sont égoïstes et monopolisent le pouvoir par tous les moyens pour préserver leurs privilèges. Ils sont mesquins et ne pensent qu’aux fêtes au cours desquelles ils pourront exhiber leurs richesses. C’est également parmi les adjuvants que nous trouvons des adaptations significatives. Ils vont aider le protagoniste à accéder au bonheur. Ce sont ces mêmes ouvriers opprimés qui n’hésitent pas à prendre des risques pour de petits bonheurs. La magie disparaît pour laisser place à la solidarité des travailleurs qui commencent à s’organiser en sociétés secrètes, suggérant la naissance des syndicats. On peut vraisemblablement supposer que les « sociétés secrètes » font référence aux syndicats qui défendent les intérêts des travailleurs et sont mal vus des dirigeants. L’emploi du futur renvoie à l’espérance d’une révolution prochaine qui aboutira à une « dictature du prolétariat ». Des éléments d’une autre époque sont remplacés par d’autres plus modernes20. Mais, c’est principalement lors du dénouement qu’apparaissent les différences les plus flagrantes. Le bonheur n’est pas réservé à une personne ou à un couple mais à une communauté dans son ensemble qui profite des bienfaits obtenus grâce à la lutte : plus de justice et d’égalité. Les héros ne cherchent pas à profiter individuellement de leurs bénéfices et peuvent même y renoncer21. Le bonheur final n’est pas de se marier et de vivre oisivement, mais, au contraire, de vivre des fruits de son travail. En effet, c’est souvent dans la fin des contes que se situe le message le message et les valeurs que l’on veut transmettre. Il est donc important de la changer et de l’adapter aux circonstances. Le travail et l’égalité, le savoir au service de tous sont les valeurs fondamentales qui triomphent. Enfin, il faut ajouter que la situation finale des antagonistes nuance un peu le profond manichéisme des contes. Ils changent et sont pardonnés, caractéristique qui rappelle l’optimisme et la foi dans la rédemption qui emplissait les contes de l’auteur avant la guerre. Les privilégiés oppresseurs peuvent aussi devenir meilleurs et travailler aux côtés de la classe ouvrière et, dans ce cas, ils ne sont pas punis.

35Ces contes illustrent parfaitement le prosélytisme régnant dans l’Espagne républicaine en 1937. On montre clairement aux enfants qui sont les « gentils » et qui sont les « méchants ». Le lecteur est invité à s’identifier aux opprimés qui travaillent dur mais qui finissent par être heureux sans renier leur condition d’humbles travailleurs. Le travail doit être reconnu à sa juste valeur, il fait partie de la condition humaine, non comme un châtiment divin mais comme un moyen pour l’être humain de se réaliser pleinement. C’est en gagnant honnêtement son pain quotidien qu’on peut avoir la conscience tranquille et donc être heureux et pas en exploitant les plus faibles ou en menant une vie oisive. Le monde ouvrier est, évidemment, présenté sous son meilleur jour : solidaire, organisé, prêt pour la « lutte finale » même si ses actions sont encore de petite envergure et se trament dans l’ombre.

Conclusion

36Qu’ils soient réels ou imaginaires, les héros mis en évidence pendant la République espagnole par les manuels d’histoire ou les fictions offrent une lecture différente de l’Histoire où les plus humbles occupent une place de choix. Il est indispensable de les situer dans leur contexte pour en comprendre le message. Les enfants furent invités à découvrir la société dans laquelle ils vivaient à travers des injustices qui pouvaient être effacées grâce à la solidarité prolétarienne. Cet endoctrinement eut beaucoup de détracteurs. Les anarchistes, en particulier, s’insurgèrent contre le prosélytisme communiste en lançant une campagne dont le slogan était : « N’empoisonnez pas l’enfance ».

37Avec la victoire de Franco, ces ouvrages disparurent pour être remplacés par d’autres en accord avec le nouveau régime. Aujourd’hui, ils sont devenus des « lieux de mémoire ». Disponibles dans les archives, parfois réédités, témoins d’une époque, ils constituent des objets d’étude pour des historiens cherchant à appréhender les différents aspects de la propagande ou encore sont source de souvenirs nostalgiques pour ceux qui ont pu les lire en leur temps.

Top of page

Notes

1 Mayordomo, Pérez Alejandro, Vencer y convencer : educación y política, España, 1936-1945. Valence, Universitat, Departamento de Educación Comparada e Historia de la Educación, 1993, 207 p.

2 « Hemos destruido el régimen monárquico que estaba acabando con España. Hemos implantando la República, que tiene que hacer de España una nación libre, progresiva, abierta a todas las audacias de la civilización. El instrumento más eficaz de esa transformación nacional ha de ser la escuela. La escuela ha sido siempre el arma ideológica de todas las revoluciones. La escuela tiene que convertir a los súbditos de la Monarquía borbónica en ciudadanos de la República española. », Llopis, Rodolfo, La revolución en la escuela. Dos años en la Dirección General de primera enseñanza, Madrid, M. Aguilar, 1993, p. 22, (édition originale, 1933).

3 Constitución de la República española, 1931. « Artículo 1. España es una República democrática de trabajadores de toda clase, que se organiza en régimen de Libertad y de Justicia. Artículo 3. El Estado español no tiene ninguna religión oficial. »

4 S.a., El Evangelio de la República : la constitución de la Segunda República comentada para niños (1932), Madrid, Instituto Samper, 1932 ; Ascarza, Victoriano F., Lecturas ciudadanas, Madrid, El Magisterio español, 1933 ; s.a., Lecturas republicanas : Libro escolar de Lecturas, Oviedo, Publicaciones de los Maestros de Asturias, 193 ? ; Seró Sabaté, Joaquín, El niño republicano. Cuarto libro de lectura, Barcelone, Librería Montserrat, [1932].

5 « ¿En qué concepto se ha tenido la mujer hasta nuestros días ? ¿Ha influido la mujer en el mejoramiento social ? ¿Ha reconocido nuestra República el valor, la grandeza de corazón y la inteligencia de la mujer española ? », Sero Sabaté, Joaquín, El niño republicano, Madrid, EDAF, 2000, p. 175.

6 Ce phénomène a été étudié par Marie Franco dans « Le marché de la mémoire : nostalgie et production éditoriale » in Hommage à Carlos Serrano, Molinié-Bertrand Annie, Zimmerman Marie-Claire, Ralle Michel (ed.), Paris, Editions hispaniques, 2005.

7 Platon, Les Lois, Livre VI, Chapitre 12.

8 Platon, La République, Livre II, 16.

9 Pour notre analyse nous avons utilisé principalement les travaux de Propp et Greimas. Propp, Vladimir, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970 (édition originale, Léningrad, 1928). Greimas Algirdas, Julien, Sémantique structurale : recherche et méthode, Paris, Larousse, 1966.

10 « Allí donde los hombres son más malos y más duros que las piedras, a las piedras les nace corazón y ayudan a los desdichados. Yo os voy a salvar a todos. Tómame en la mano, muchacho, y arrójame contra la pared maravillosa. », Zur Mühlen, Herminia, La pared maravillosa, Madrid, Cenit, 1931, p. 47.

11 « Sigue la estrella roja. […] La estrella que nos ha guiado, es verdaderamente nuestra estrella, pues tiene en el corazón los emblemas del trabajo : el martillo y la hoz. », Zur Mühlen, Herminia, Los tres amigos, Madrid, Cenit, 1931, pp. 46-51.

12 Ferro, Marc, L’histoire sous surveillance, Paris, Calmann-Lévy, 1985, p. 32.

13 « Una prueba bien clara de que somos hermanos podemos verla en la prisa y el entusiasmo con que todos recogen dinero, ropas y víveres en los lugares más apartados del mundo para enviárnosla ahora a nosotros y ayudarnos así en nuestra pelea contra las viejas camarillas monárquicas, curas, nobles y fascistas, enemigos del pueblo en todas partes. », Sender, Ramón J., Crónica del pueblo en armas, Madrid, Valence, Ediciones españoles, 1936, p. 26.

14 « Iniciaron el 18 de julio el movimiento más lleno de crímenes, de monstruosidades que registra la Historia de España y que recuerda ningún país civilizado del mundo. Pero si casi todo el ejército alzó sus armas contra el Gobierno del Frente Popular y contra el pueblo mismo, éste poseía lo necesario para dar la batalla con éxito. El pueblo tenía ya sus vanguardias dispuestas, sus lugares de combate, su espíritu presto al heroísmo y si hacía falta al sacrificio. », Ibid, p. 43.

15 Ferro, Marc, op. cit., p. 8.

16 « Cuentos editados por el MIP para regalar a los huérfanos e hijos de milicianos y a todos los niños antifascistas de España. », Dédicace présente sur les contes édités par le MIP pendant la Guerre Civile. C’est nous qui soulignons.

17 « La Sección de Artes Plásticas de Altavoz del Frente, bajo los auspicios del MIP, ha editado primorosamente una edición de historietas y canciones para recreo de los pequeños antifascistas. Relatos sencillos, llenos de espíritu revolucionario al alcance de las imaginaciones infantiles. […] Ya no hay ogros, ni casi princesas encadenadas que libertar pero existen otros monstruos feroces, como el explotador sin conciencia, el cacique, el tirano, que tienen esclavizados por la violencia a los seres más puros y más nobles de la sociedad. Y contra esos monstruos había que prevenir a los niños. Que es lo que nos proponemos con nuestros cuentos. », Crónica, Madrid, 21 février 1937, p 9. C’est nous qui soulignons. [consultable en ligne : wwwhemerotecadigital.bne.es]

18 Federación Española de Trabajadores de la Enseñanza, principal syndicat enseignant. Ces fascicules ne comportent aucune indication. Ils sont consultables à la Biblioteca Nacional de España.

19 Nom choisi par Antonio Joaquín Robles Soler.

20 Le carrosse de Cenicienta est une voiture avec chauffeur empruntée à une vieille princesse qui ne sort pas tard le soir. Antoniorrobles, Cenicienta, Madrid, Valence, Estrella, 1937, 8 p.

21 Cenicienta continue de travailler et oblige le prince à en faire de même et à quitter son palais pour vivre comme de vrais travailleurs.

Top of page

References

Electronic reference

Karine Lapeyre, « La naissance d’une littérature prolétarienne pour enfants en Espagne », Amnis [Online], 16 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 25 September 2017. URL : http://amnis.revues.org/3200 ; DOI : 10.4000/amnis.3200

Top of page

About the author

Karine Lapeyre

Université de Rouen, France, karinelapeyre@gmail.com

Top of page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org