Navigation – Plan du site

Avant-propos, Écrire l’histoire pour la jeunesse

Crystel Pinçonnat

Texte intégral

À la mémoire de notre ami, Thierry Aprile (14 janvier 1961- 25 mars 2013)

  • 1 Nora, Pierre, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 6-12 (...)
  • 2 Cf. Louichon, Brigitte et Brehm, Sylvain, (dir.), « Introduction », Fictions historiques pour la je (...)
  • 3 http://www.histoiredenlire.com/ consulté le 07 avril 2017.

1Faut-il y voir le reflet de ce que Pierre Nora identifie comme « une demande et un appel à un renouvellement dans l’approche et l’appréhension du passé »1 par le monde social ? Le roman historique pour la jeunesse connaît aujourd’hui un succès considérable. S’il s’est développé en France dès le XIXe siècle2, l’abondance des titres proposés aux catalogues des différents éditeurs et la multiplication des collections dédiées témoignent de son formidable essor. La variété de l’offre va de pair avec une spécialisation des collections qui orientent les acheteurs et lecteurs potentiels dans leurs choix. Tantôt on privilégie une période (la collection « Les romans de la mémoire » chez Nathan est exclusivement consacrée au conflits du XXe siècle ; elle cherche à restituer le quotidien des témoins – combattants ou victimes – et leur perception des événements) ; tantôt on vise un public particulier (« Les Couleurs de l’Histoire » chez Actes Sud s’adresse aux adolescentes) ; tantôt on retient une forme spécifique (le récit de vie dans « Ceux qui ont dit non » chez Actes Sud, le journal intime ou carnet de voyage de personnages historiques réels ou fictifs dans « Mon histoire » chez Gallimard, l’album qui mêle récit illustré et éclairages documentaires dans « Histoire d’histoire » chez « Rue du monde »). Dans sa contribution à ce numéro d’Amnis, Patricia Richard-Principalli affine encore ces données en procédant à une analyse des recensions proposées par le site spécialisé « Histoire d’en lire. Les fictions historiques pour la jeunesse »3 pour l’année 2017. Les chiffres qu’elle fournit sont édifiants :

  • 4 Cette formule, résultat d’un long processus sur le rôle de la mémoire entamé dès les années soixant (...)
  • 5 Richard-Principalli, Patricia, « Le Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse », (...)

2[les 1179 titres de fiction retenus affichent] un déséquilibre entre les différentes périodes historiques. Le XXe siècle est le plus représenté, avec 352 fictions [environ 30 %]. Vient ensuite l’époque moderne, avec 241 titres [20,5 %] parmi lesquels 78 [6,5 %] se focalisent sur Louis XIV. Suivent l’Antiquité (165 fictions [14 %]), le XIXe siècle [9,5 %], le Moyen-Age [8,7 %], la préhistoire [4 %], et enfin le XXIe siècle [0,85 %] […]. La place majeure du XXe siècle peut s’expliquer par la relative proximité générationnelle et temporelle avec les deux guerres et le traumatisme collectif durable qu’elles ont causé (75 fictions pour la Première Guerre, 76 pour la Seconde), et par l’émergence du devoir de mémoire4 dans les années 1990 (57 fictions pour la Shoah). Quant au règne de Louis XIV, [il constitue un] incontournable des programmes d’Histoire […] 5

  • 6 Aprile, Thierry, illustré par Thers, Nicolas et Wintz, Nicolas, Pendant la Grande Guerre, Paris, Ga (...)

3La production de Thierry Aprile (1961-2013), historien et écrivain pour la jeunesse auquel ce numéro d’Amnis rend hommage, reflète assez bien ces diverses tendances. Après avoir – conformément au titre de la collection – lancé les jeunes lecteurs « sur les traces » d’Aladdin (2001) et des Pirates (2009), Thierry Aprile produisit en 2010 un Louis XIV dans la même collection. Dans un autre format, mettant en scène l’écriture enfantine (collection « Le journal d’un enfant »), il avait réinventé les mots de Rose, fille d’un poilu, pour traduire son regard sur la Grande Guerre (2004) et, en 2005, il avait prêté sa voix à Joseph, enfant du Creusot, témoin de la révolution industrielle (1868-1872). Si l’on a souvent montré les dimensions nationalistes, colonialistes, racistes et sexistes qui, historiquement, ont pu entacher la littérature pour la jeunesse, Thierry Aprile était de ceux qui contraient systématiquement ces inflexions dans le choix de ses sujets et de ses personnages. Dans Pendant la Grande Guerre, la petite Rose lui permettait de développer un regard aimant, mais critique, sur son frère Jean et ses élans patriotiques. Le 13 mars 1919, Rose écrivait dans son journal : « Jean a été démobilisé le 15 février, il est maintenant avec nous à Paris. Mais il n’est plus comme avant »6.

  • 7 Boulaire, Cécile, Compte rendu de Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (XXe-XXIe (...)

4Pour rendre hommage à notre ami, nous avons invité historiens, littéraires et autres spécialistes à analyser toutes les productions qui, tant en Europe que dans les Amériques à l’époque contemporaine – selon la vocation d’Amnis –, se sont donné pour but d’écrire l’histoire pour la jeunesse. Comme le montrent les articles réunis ici les supports et genres concernés sont multiples (fictions, albums, autobiographies, théâtre, bandes dessinées et biographies adaptées sous forme de dessin animé) et les publics visés variés (petite enfance, adolescence, filles, garçons, voire adultes selon le principe du double destinataire). Pour appréhender ces productions, on a souhaité interroger leur vocation exacte. Si dans certaines périodes, elles cherchent avant tout à éduquer et à convaincre pour embrigader, qu’en est-il de façon plus générale ? Qu’elles accompagnent, remédient ou contestent l’enseignement de l’histoire à l’école, elles doivent – pour séduire le lecteur et l’acheteur potentiels – développer des formules différentes de celles proposées par l’institution scolaire. Si les collections dédiées permettent aisément d’identifier la visée historienne, quels objets privilégient-elles selon les pays et les périodes ? Cécile Boulaire souligne, par exemple, « l’étrange et parfois dérangeante fascination de la littérature enfantine contemporaine pour le contexte de la Seconde Guerre mondiale, […] un silence gêné sur les événements a cédé le pas à une forme parfois voyeuriste d’escalade dans l’évocation des pires abjections »7. De fait, comment faire comprendre aux enfants ce que furent les camps de concentration et d’extermination, ainsi que l’expérience de la violence extrême sans l’édulcorer (ainsi, Auschwitz expliquée à ma fille [1999] d’A. Wieviorka) ?

  • 8 Chelebourg, Christian et Marcoin, Francis, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007, p (...)
  • 9 Barthélémy, Jean-Jacques, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle a (...)
  • 10 Cité par Strickland, Charles, « Book Reviews » (compte rendu de Roselle, Daniel, Samuel Griswold Go (...)

5Ces questions invitent à dépasser la distinction entre une littérature longtemps jugée « petite », « basse » – la littérature pour la jeunesse – et des formes « nobles », « hautes », comme l’histoire ou la littérature générale. Un tel parti pris tend en effet à appréhender l’écriture de l’histoire pour la jeunesse comme relevant d’une forme hybride, mêlant récit historique et récit pour la jeunesse, soit deux modes de narration que l’on poserait a priori comme difficilement compatibles. Historiquement, cette opposition ne tient pas. Dès ses origines, le livre destiné au jeune lecteur a vocation éducative ; l’idée de « déscolariser la lecture au nom du plaisir de lire »8 n’est que très récente. Il est dès lors essentiel d’historiciser l’approche du phénomène. En 1788, l’abbé Barthélémy publiait Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire, récit conçu sur le modèle du « tour », où l’auteur présentait à ses jeunes lecteurs l’ensemble des connaissances acquises sur la Grèce antique. « J’ai composé un voyage plutôt qu’une histoire, parce que tout est en action dans un voyage, et qu’on y permet des détails interdits à l’historien »9, annonçait d’emblée l’abbé, parti pris que lui reprochèrent ses détracteurs puisqu’il engendrait un mélange entre personnages historiques de premier plan et personnages secondaires fictifs. Au XIXe siècle, une même réticence persistait. Avec pas moins de cent soixante-dix titres publiés et douze millions de livres vendus, le célèbre éditeur pour la jeunesse, Samuel G. Goodrich, inonda le marché nord-américain de ses ouvrages d’histoire illustrée. Leur succès tenait à une double recette : la présence d’un narrateur, un vieil homme, « qui a vu beaucoup de choses », Peter Parley, et le souci de ne jamais évoquer un sujet sans l’avoir illustré avec des planches de très grande qualité. Même si aujourd’hui ses ouvrages ressemblent à d’austères manuels d’histoire, Goodrich admettait ironiquement : « Moi, qui avais entrepris d’enseigner la vérité, j’étais obligé de confesser que mon système avait la fiction pour fondation ! »10

  • 11 Nora, Pierre, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », art. cité, p. 10.
  • 12 Cock, Laurence de, « Pour Thierry Aprile, sur les traces d’un ami », http://aggiornamento.hypothese (...)
  • 13 Corbin, Alain, « Les historiens et la fiction. Usages, tentation, nécessité... », Le Débat, n° 165, (...)
  • 14 Aprile, Thierry, illustré par Ronzon, Antoine, Étienne, Emmanuelle, Favreau, Luc, Houbre, Gilbert e (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Michelet, Jules, Journal, t. 1, édité par P. Viallaneix, Paris, Gallimard, 1959, pp. 377-378.

6L’écriture de l’histoire ainsi que le métier d’historien ont depuis évolué, certaines pratiques contemporaines semblent avoir rendu poreuses les frontières entre histoire et littérature (on évoque fréquemment, dans cette perspective, le roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes [2006] ou Jan Karski [2009] de Yannick Haenel), pourtant pour l’historien demeurent la primauté du référent et, avec elle, « l’attachement absolu au principe de réalité »11. Ces éléments relancent la question du détour par la fiction que posent un grand nombre de romans historiques pour la jeunesse, un genre qui ne peut s’en tenir à la neutralité de l’écriture académique. Thierry Aprile, lui, assumait ce détour. Comme l’écrit Laurence de Cock, il avait « la conviction que la mise en forme de l’histoire et l’efficacité de sa transmission passaient par une trame narrative, pourquoi pas dramaturgique, rythmée par des personnages qu’il pouvait qualifier de “grands” et campée dans un décor volontiers – quoique non exclusivement – national »12. Manière, pour l’historien, « de faciliter à son [jeune] lecteur le grand voyage dans le passé, de se faire son mentor »13, ses protagonistes étaient souvent des enfants (Alladin, Rose, Joseph, voire Alexandre-Olivier Exmelin, le jeune narrateur de Sur les traces des pirates, embarqué à destination des Antilles). Il usait également d’un autre procédé récurrent pour assurer la médiation entre la période historique considérée et le jeune lecteur : le récit à la première personne. Que dire de l’adoption d’une telle perspective ? Le regard et les paroles d’un enfant désagrègent-ils la visée historienne du récit ? L’argument de Thierry Aprile pour la défense d’un tel procédé semble incontestable : « la parole des enfants, elle, reste muette »14. Dès lors, pour l’inventer, l’historien dispose de « tout le travail d’enquête, mais pratiquement pas de sources directes »15. Chez Thierry Aprile, on le voit, jamais la fraude n’est clandestine, nulle indistinction ne règne. Le pacte d’écriture – et par là de lecture – est clair, affiché. Modestement, dans un genre peu reconnu par le monde universitaire, Thierry Aprile faisait – pour reprendre la célèbre formule de Michelet – « parler les silences de l’histoire », « entendre les mots qui ne furent jamais dits, qui restèrent au fond des cœurs »16.

  • 17 Berissi, Marianne, « Sauvés de l’histoire », Crystel Pinçonnat (dir.), Amnis, Écrire l’histoire pou (...)
  • 18 Chabrol Gagne, Nelly, « Quand l’album de jeunesse innove pour mettre en scène la guerre », ibid.
  • 19 Cerquiglini, Blanche, « Quand la vie est un roman. Les biographies romanesques », Le Débat, n° 165, (...)

7Conçu à partir des questions que pose la production de Thierry Aprile et, plus généralement, l’écriture de l’histoire pour la jeunesse, ce numéro d’Amnis a été organisé en trois parties. Dans la première intitulée « Figures imposées. Entre tradition et renouvellement », ont été regroupés les articles qui s’intéressent au traitement de grands événements et personnages de l’histoire nationale ou mondiale. Les conflits qui ont frappé le XXe siècle constituent, on l’a vu, un sujet de choix dans la production pour la jeunesse. Trois articles s’y attachent : « Sauvés de l’oubli », « Quand l’album de jeunesse innove pour mettre en scène la guerre » et « Les grandes guerres du XXe siècle dans No pasarán le jeu de Christian Lehmann ». Dans le premier, Marianne Berissi analyse comment l’archive – un journal chez Peter Sis, des dessins d’enfance sauvés de l’oubli par sa mère chez Tomi Ungerer – « vont servir de déclencheurs à la création et [susciter] une recomposition de l’histoire »17. Dans les deux autres, Nelly Chabrol Gagne et Éléonore Hamaide-Jager examinent, quant à elles, les stratégies novatrices mises en œuvre pour surprendre et raviver l’intérêt des jeunes lecteurs à l’égard de moments historiques qui peuvent sembler connus. Dans Une si jolie poupée (2001), Pef transforme cet objet familier de l’enfance qu’est la poupée – anodin, semble-t-il – en « machine de guerre »18. Du point de vue de sa forme par ailleurs, l’album exploite toutes ses ressources iconographiques pour imag(in)er la guerre, Christian Lehmann allant jusqu’à mimer l’immersion propre au jeu vidéo, dans l’adaptation en bande dessinée de sa trilogie No pasarán le jeu, Andreas, le retour et No pasarán, endgame, qu’il a produite avec Antoine Carrion. Si la guerre se vend bien et la Grande guerre en particulier, portée qu’elle a été par la célébration du centenaire, un épisode comme le Front populaire, en revanche, malgré la commémoration de ses 80 ans (1936-2016) et l’actualité sociale qui ne cesse de rappeler le processus de destruction des acquis qu’il incarne, n’a provoqué aucun emballement éditorial, phénomène analysé par Patricia Richard-Principalli dans « Le Front populaire dans les récits pour la jeunesse ». Autre catégorie représentée dans cette partie : celle des figures nationales. Dans « Historia infantilizada en películas biográficas de animación : Bolívar, el Héroe y Eva de la Argentina », Tzvi Tal montre combien ces biopics, qui adoptent la forme du dessin animé, aseptisent la destinée de ces figures nationales. Dans une esthétique qui s’inspire du manga, Bolivar, le don juan sanguinaire, est transformé en époux fidèle qui défend la cause des esclaves ; Eva Perón, quant à elle, évolue de l’innocence au militantisme, sans ambiguïté aucune. Destinée à un jeune public, l’histoire biographique exhibe plus que jamais ses défaillances. Comme l’écrit Blanche Cerquiglini de façon percutante : » elle se limite à l’hagiographie ou au panégyrique », elle « n’explique pas mais raconte, illustre, voire romance ». « Une sorte d’histoire. De la sous-histoire »19.

  • 20 Calderone, Amélie, « Le théâtre historique sous la Restauration et le monarchie de Juillet : propag (...)
  • 21 Lapeyre, Karine, « La naissance d’une littérature pour enfants prolétarienne en Espagne », ibid.

8Dans la seconde partie intitulée « Au croisement de l’idéologie. Des usages de l’histoire » ont été réunis des articles qui s’intéressent, à partir de différents objets et moments historiques, à des questions de propagande. Dans « Le théâtre historique sous la Restauration et le monarchie de Juillet : propagande royale ou éducation politique ? », Amélie Calderone montre qu’il s’agit moins, dans les huit pièces analysées, d’écrire l’histoire que de mobiliser – à travers une galerie de portraits de personnages célèbres qui fondent l’identité française – une culture bourgeoise commune. « Les personnalités intéressent plus que les faits historiques : nombre de protagonistes sont appréhendés dans des moments familiaux qui ne sont pas éloignés des pratiques intimes bourgeoises »20. Pour la période contemporaine, Mariella Colin dans « Du roman à la propagande : la Grande Guerre dans la littérature de jeunesse italienne de l’entre-deux-guerres » et Karine Lapeyre dans « La naissance d’une littérature prolétarienne pour enfants en Espagne » analysent la façon dont la littérature pour la jeunesse peut devenir une arme de guerre en période de conflit. Dès 1922, année qui marque l’arrivée des fascistes au pouvoir en Italie, le dolorisme d’un texte comme La zingarella e la principessina (1920) d’Olga Visentini, récit de guerre au féminin, fait place, dans Piccolo Alpino (1926) de Salvator Gotta, à une héroïsation des combattants portée par le regard d’un petit garçon. En Espagne, la République offre des fictions qui célèbrent les plus humbles. Pour la maison d’édition Estrella, Editorial para la Juventud, Antoniorrobles réécrit certains contes du patrimoine. Ici plus de rois, de princesses ou de fées, mais des rapports de forces entre prolétaires et puissants de ce monde. Le manichéisme traditionnel est toutefois conservé. Désormais, « solidaire, organisée, prête pour la “lutte finale” »21, c’est la classe ouvrière qui l’emporte, sans renier pour autant sa condition. Dans « Biblioteca del Niño Mexicano (1898-1901) y Episodios Mexicanos (1981-1982) : ficciones históricas ilustradas, ¿sólo para niños ? », c’est la transmission de l’histoire nationale qui est directement en jeu. Helia Bonilla et Marie Lecouvey y analysent deux séries de fictions historiques illustrées qui se sont donné pour but de diffuser le plus largement possible l’histoire de la nation mexicaine au sein du pays. Si la première n’est pas spécifiquement destinée aux enfants, la seconde l’est, mais son contenu est problématique. Rien ne la distingue en effet de la littérature dite populaire. L’amour, l’appât du gain, l’ambition et la vengeance, les deux séries utilisent les mêmes ressorts pour transmettre l’histoire. Adoptant une tout autre perspective, Emmanuel Lozerand s’attache, pour sa part, dans « Poupées japonaises. Présenter le Japon aux enfants français au début des années 1960 » à deux ouvrages qui ont marqué leur époque : J’irai à Nagasaki de Paul-Jacques Bonzon et Noriko la petite Japonaise de Dominique Darbois. Partie prenante d’un mouvement de redécouverte du Japon, ces deux livres tentent de dépasser, avec plus ou moins de bonheur, la mise en scène d’une pure altérité.

  • 22 Messing, Sabrina, « L’écriture cartographique de l’histoire en littérature de jeunesse », ibid.
  • 23 Aprile, Thierry, et Place, François, Sur les traces… des pirates, Paris, Gallimard Jeunesse, 2009, (...)
  • 24 Aprile, Thierry, et Thers, Nicolas, Wintz, Nicolas, Pendant la Grande Guerre, op. cit., p. 24.
  • 25 Franco, Reyva, « Escribir con voz de niño la guerra civil española : Representaciones de la infanci (...)
  • 26 Ozouf, Mona, « Récit des romanciers, récit des historiens », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 13-25, p.  (...)
  • 27 Entretien croisé de Lefilleul, Alice avec Schneider, Anne et Malanda, Élodie, Afriscope, http://www (...)

9Dans la troisième partie intitulée « Aux marges de l’histoire officielle », la notion de marge est à entendre au sens large. La marge, c’est tout d’abord le pourtour ou l’à-côté du texte où trouvent souvent place des cartes dans la littérature pour la jeunesse. Celles-ci participent à la « vraisemblabilité historique » des récits. Comme le pose Sabrina Messing dans « L’écriture cartographique de l’histoire en littérature de jeunesse », les cartes répondent à la « nécessité de repères » et fixent « quelques invariants qui permettent la reconnaissance et la différenciation des périodes historiques »22. Elles illustrent souvent les aventures de pirates, comme le montre le volume Sur les traces… des pirates. Pour accompagner le texte de Thierry Aprile, en début de livre, immédiatement après la table des matières, François Place a conçu une double page qui présente une carte des îles du Nouveau Monde, avec en encart un gros plan sur les Caraïbes23. Là, les topoï de la carte illustrée sont repris : arbres, végétaux en miniature et poissons imaginaires. Dans les planches documentaires, d’autres variations de la carte sont proposées : une reproduction du Siège de La Rochelle, huile du XVIIe siècle, ainsi qu’une carte illustrée de la Martinique, où l’île est encadrée – comme en ouverture de rideaux au théâtre – par tous les « produits tropicaux » : tabac, sucre et indigo. Autre modalité d’insertion, dans Pendant la Grande Guerre, en page dépliable, est représentée une salle de classe. À côté du tableau noir, figure une carte de France comme écornée. Le mauve, qui colore l’Alsace et la Lorraine, contraste avec le reste du territoire en vert et exhibe la blessure24. Dans la troisième partie de ce numéro, certains articles interrogent également l’écriture traditionnelle de l’histoire. Comme le montre Marie Sorel dans « Les “leçons d’histoire” revues et corrigées par le théâtre jeunes publics contemporain », la crainte de céder au pittoresque et au didactisme appuyé – griefs souvent retenus contre le bon vieux « théâtre d’éducation » – éclaire la réticence du théâtre jeunes publics contemporain à s’emparer ouvertement de sujets historiques. Peu enclins à verser dans le cours magistral, ses auteurs s’interrogent non seulement sur l’Histoire mais aussi sur les manières de la raconter et de la représenter. La partie « Aux marges de l’histoire officielle » aborde enfin des écritures spécifiques de l’histoire qui font place à des paroles demeurées longtemps étouffées. Le souci de renouveler le geste de transmission du fait historique y prend dès lors une autre forme. Il s’agit là de faire entendre d’autres voix, de déplacer la focale pour transformer la littérature de jeunesse en « lieu de contre-mémoire »25 : paroles d’enfants, de vaincus et de colonisés. « La manière dont les hommes vivent l’histoire fait aussi partie de l’histoire, même s’ils savent très peu de l’histoire qu’ils vivent »26, écrit Mona Ozouf. C’est bien ce dont témoignent ces écritures, en particulier ces paroles d’enfants qui rendent comptent de la guerre civile espagnole, dans ses marges, d’un point de vue quotidien, dans sa dimension émotionnelle (Reyva Franco, « Escribir con voz de niño la guerra civil española : Representaciones de la infancia en novelas juveniles actuales sobre la Guerra Civil Española »). Autre geste militant : celui qui consiste à « bouscule[r] la blanchité »27 des récits pour la jeunesse, stratégie commune adoptée tant par le corpus francophone analysé par Véronique Bonnet que par celui – nord-américain et brésilien – examiné par Pauline Franchini. Dans leurs productions, Maryse Condé, Gisèle Pineau et Dany Laferrière montrent comment des pans historiques non consignés, peu ou mal connus, trouvent leur juste place et expression dans la littérature pour la jeunesse. Les fictions qui narrent la « rencontre » entre les Européens et les peuples premiers américains choisissent, quant à elle, une autre forme de décentrement en présentant le point de vue des populations autochtones. Outre les alternatives qu’elles offrent aux versions officielles de l’histoire, ces fictions dirigent le regard du jeune lecteur vers le hors-champ de la scène historique traditionnelle. Comme l’écrit Pauline Franchini :

  • 28 Franchini, Pauline, « Réécrire l’Histoire pour les enfants du point de vue des Amérindiens : devoir (...)

10Le pouvoir d’identification aux héros, qui caractérise le roman pour la jeunesse, prend ici une dimension politique, dans la mesure où, rendu étranger à lui-même, le jeune lecteur fait l’expérience de l’altérité, de la relativité des valeurs et des injustices de l’Histoire. La fiction est alors, paradoxalement, le moyen d’accéder à une vérité occultée par l’Histoire officielle, et de dénoncer cette Histoire – et ses silences – comme une fiction28.

  • 29 Ozouf, Mona, « Récit des romanciers, récit des historiens », art. cité, p. 21.
  • 30 Ibid.
  • 31 Gengembre, Gérard, « Histoire et roman aujourd’hui : affinités et tentations », Le Débat, n° 165, 2 (...)
  • 32 Ibid, p. 129.

11Comme la biographie, on pourrait dire de la fiction historique pour la jeunesse qu’elle est caractérisée par une « valeur épistémologique faible »29. Au quotidien, l’écrivain pour la jeunesse fait sien un geste que le seul historien n’accomplit qu’à contrecœur, par défaut, uniquement lorsque les besoins d’un genre comme la biographie l’exige. Dans un tel cas, il « s’applique à remplir les blancs »30, parce qu’il le faut bien. Aujourd’hui, pourtant, l’engouement pour la biographie a contribué à une réhabilitation du genre. Le phénomène éditorial a été tel que les éditeurs (Fayard, Payot, Perrin, Tallandier…) ont fait appel à des « historiens professionnels et reconnus, le plus souvent universitaires, pour étoffer leurs collections de biographies. Dans tous les cas, il s’agissait toujours de “faire de l’histoire”, une “nouvelle histoire”, travaillée à l’aide d’une nouvelle combinatoire »31. Sans doute pourrait-on comparer ce succès à celui remporté aujourd’hui par la fiction historique en littérature de jeunesse. Dès lors pourquoi ne pas lui imaginer une même heureuse destinée ? Même si l’on a envisagé dans ce numéro d’Amnis des réécritures éminemment idéologiques de l’histoire, il semble qu’aujourd’hui les fictions historiques pour la jeunesse tentent, à partir de subtils dosages – presque expérimentaux –, de séduire leur public tout en donnant des gages de leur légitimité. On pourrait certes penser qu’il s’agit à chaque fois – comme dans le roman historique pour adultes – de produire « un leurre pour piéger l’histoire, la rendre vivante et compréhensible »32. Pourtant le vocabulaire employé ici dénote ce que fuient les meilleures productions contemporaines : les anciennes recettes qui font de l’histoire une matière préexistante, déjà là, qu’il faut s’efforcer de capturer dans ses rets. Pour trouver leur public – jeune et moins jeune –, écrivains et dessinateurs luttent contre ce type d’approche. Ils s’attèlent eux aussi à la fabrique de l’histoire tout en se donnant une contrainte souvent ignorée des historiens : faire preuve d’une créativité toujours renouvelée.

Haut de page

Notes

1 Nora, Pierre, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 6-12, p. 12, article en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2011-3-page-6.htm, consulté le 25 mai 2017.

2 Cf. Louichon, Brigitte et Brehm, Sylvain, (dir.), « Introduction », Fictions historiques pour la jeunesse en France et au Québec, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2016. Texte en ligne : https://books.google.fr/books ?id =BBT8DAAAQBAJ&pg =PT12&lpg =PT12&dq =Fictions+historiques+pour+la+jeunesse+en+France+et+au+Québec&source =bl&ots =orKd8Daipc&sig =_-SZwtav-uOeF0Yxs94yfXaoJrM&hl =fr&sa =X&ved =0ahUKEwjd64CS34PUAhXClxoKHWAZCdUQ6AEIMTAF#v =onepage&q =Fictions %20historiques %20pour %20la %20jeunesse %20en %20France %20et %20au %20Québec&f =false, consulté le 25 mai 2017.

3 http://www.histoiredenlire.com/ consulté le 07 avril 2017.

4 Cette formule, résultat d’un long processus sur le rôle de la mémoire entamé dès les années soixante, est apparue dans les années 80, et désigne particulièrement la mémoire de la Shoah dans les années 1990 : voir Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éd., 2016.

5 Richard-Principalli, Patricia, « Le Front populaire dans les récits historiques pour la jeunesse », Crystel Pinçonnat (dir.), Amnis, Écrire l’histoire pour la jeunesse, n° 17, 2017.

6 Aprile, Thierry, illustré par Thers, Nicolas et Wintz, Nicolas, Pendant la Grande Guerre, Paris, Gallimard Jeunesse, 2004, p. 57.

7 Boulaire, Cécile, Compte rendu de Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (XXe-XXIe siècles), Strenæ, n° 7, 2014.

8 Chelebourg, Christian et Marcoin, Francis, La Littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007, p. 63.

9 Barthélémy, Jean-Jacques, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l'ère vulgaire « Avertissement », t. 1, Paris, Imprimerie de Mame Frères, 1810, p. 121.

10 Cité par Strickland, Charles, « Book Reviews » (compte rendu de Roselle, Daniel, Samuel Griswold Goodrich, Creator of Peter Parley : A Study of His Life and Work, Albany, State University of New York Press, 1968), History of Education Quarterly, vol. 9, n° 3, automne, 1969, pp. 402-404, p. 403, en ligne : http://www.jstor.org/stable/366918, consulté le 30 avril 2016.

11 Nora, Pierre, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », art. cité, p. 10.

12 Cock, Laurence de, « Pour Thierry Aprile, sur les traces d’un ami », http://aggiornamento.hypotheses.org/1299, consulté le 23 mai 2017.

13 Corbin, Alain, « Les historiens et la fiction. Usages, tentation, nécessité... », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 57-61, p. 61, article en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2011-3-page-6.htm, consulté le 25 mai 2017.

14 Aprile, Thierry, illustré par Ronzon, Antoine, Étienne, Emmanuelle, Favreau, Luc, Houbre, Gilbert et Picard, Caroline, Pendant la révolution industrielle, Paris, Gallimard Jeunesse, « Le journal d’un enfant », 2005, p. 60.

15 Ibid.

16 Michelet, Jules, Journal, t. 1, édité par P. Viallaneix, Paris, Gallimard, 1959, pp. 377-378.

17 Berissi, Marianne, « Sauvés de l’histoire », Crystel Pinçonnat (dir.), Amnis, Écrire l’histoire pour la jeunesse, n° 17, 2017.

18 Chabrol Gagne, Nelly, « Quand l’album de jeunesse innove pour mettre en scène la guerre », ibid.

19 Cerquiglini, Blanche, « Quand la vie est un roman. Les biographies romanesques », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 146-157, p. 147, article en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2011-3-page-146.htm, consulté le 25 mai 2017.

20 Calderone, Amélie, « Le théâtre historique sous la Restauration et le monarchie de Juillet : propagande royale ou éducation politique ? », Crystel Pinçonnat (dir.), Amnis, Écrire l’histoire pour la jeunesse, op. cit.

21 Lapeyre, Karine, « La naissance d’une littérature pour enfants prolétarienne en Espagne », ibid.

22 Messing, Sabrina, « L’écriture cartographique de l’histoire en littérature de jeunesse », ibid.

23 Aprile, Thierry, et Place, François, Sur les traces… des pirates, Paris, Gallimard Jeunesse, 2009, pp. 6-7.

24 Aprile, Thierry, et Thers, Nicolas, Wintz, Nicolas, Pendant la Grande Guerre, op. cit., p. 24.

25 Franco, Reyva, « Escribir con voz de niño la guerra civil española : Representaciones de la infancia en novelas juveniles actuales sobre la Guerra Civil Española », Amnis, Écrire l’histoire pour la jeunesse, op. cit.

26 Ozouf, Mona, « Récit des romanciers, récit des historiens », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 13-25, p. 19, article en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2011-3-page-13.htm, consulté le 25 mai 2017.

27 Entretien croisé de Lefilleul, Alice avec Schneider, Anne et Malanda, Élodie, Afriscope, http://www.africultures.com/php/index.php ?nav =article&no =13744, consulté le 25 mai 2017.

28 Franchini, Pauline, « Réécrire l’Histoire pour les enfants du point de vue des Amérindiens : devoir de mémoire, devoir d'imagination (Brésil, États-Unis) », Amnis, Écrire l’histoire pour la jeunesse, op. cit.

29 Ozouf, Mona, « Récit des romanciers, récit des historiens », art. cité, p. 21.

30 Ibid.

31 Gengembre, Gérard, « Histoire et roman aujourd’hui : affinités et tentations », Le Débat, n° 165, 2011, pp. 122-135, p. 124, article en ligne : http://www.cairn.info/revue-le-debat-2011-3-page-122.htm, consulté le 25 mai 2017.

32 Ibid, p. 129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Crystel Pinçonnat, « Avant-propos, Écrire l’histoire pour la jeunesse », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://amnis.revues.org/3209

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org