Navigation – Plan du site
Varia

Le populisme aux Etats-Unis : la question du peuple

Première partie
Jérôme Jamin

Résumés

Dans cet article, nous étudions la signification du populisme aux Etats-Unis dans une perspective historique. Nous montrons que si le populisme n’est pas une idéologie, il propose cependant une vision très spécifique du monde et de la politique. Dans la rhétorique populiste, l’histoire et les enjeux politiques sont réduits à une opposition agressive entre un peuple majoritaire, homogène et travailleur et une élite minoritaire, hétérogène et paresseuse. Cela étant dit, nous montrons que si le populisme n’est pas une idéologie, il se greffe sur des idéologies, de droite et de gauche, et parfois aux extrêmes. Nous illustrons notre propos avec des exemples aux Etats-Unis tels que People’s Party, Huey Long et Jesse Jackson à gauche, Arnold Schwarzenegger et Donald Trump à droite, et Pat Buchanan à l’extrême droite. Nous réalisons également une analyse des discours de Ross Perot et du Tea Party pour illustrer la spécificité du populisme fiscal. En conclusion, nous montrons que le populisme est profondément ancré dans la vie politique américaine depuis la naissance des Etats-Unis et le débat entre les Pères fondateurs sur la forme que le futur Etat fédéral allait prendre. Cela nous permettra de considérer que le populisme n’est pas systématiquement une menace pour la démocratie aux Etats-Unis, et qu’il ne se résume certainement pas à une de ses formes les plus connues : le populisme d’extrême droite.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Non seulement, à tort, le populisme est considéré comme un mot flou aux contours incertains, mais de surcroît, il est régulièrement associé au concept d’extrême droite. Partant, il apparaît comme une injure au point que dans le champ politique, il n’est pas conseillé d’essayer d’être populiste, et encore moins de se dire ouvertement populiste. On se dira volontiers populaire, mais jamais populiste, au risque de porter longtemps une étiquette disqualificatoire. Le phénomène dépasse le champ politique et se répand dans le débat public, la sphère médiatique et les milieux académiques. A table entre amis on accusera son voisin d’être populiste en raison de ces positions « simplistes », dans la presse, on reprochera à un élu de faire des promesses démagogiques et de « flirter avec le populisme », et à l’Université, on essaiera d’échapper à tout ce qui précède en sachant cependant que le phénomène populiste ne peut être totalement isolé de ce à quoi il renvoie au quotidien dans le débat public. Les difficultés qui entourent le concept de populisme sont nombreuses et prennent de l’ampleur lorsqu’on essaie de comparer des phénomènes à l’échelle internationale, l’Europe étant très différente en la matière, notamment, des Etats-Unis.

  • 1 Godin, Christian, « Qu’est-ce que le populisme ? », Cités, 2012, n° 49, p. 12.

2Le populisme n’est pourtant ni bon ni mauvais, ni positif, ni négatif ! C’est un discours qui peut mobiliser des idéologies multiples et variées et à bien des égards, il ne représente rien en tant que tel. C’est la forme qu’il va épouser qui lui donnera son vrai visage, ce n’est pas sa structure. C’est la vision du monde qu’il va relayer qui permettra de juger et de classer le discours, ce n’est pas son armature. Le populisme épouse des idéologies, il peut donc se greffer sur une idéologie d’extrême droite sans être réductible à cette dernière. Il est associé à l’extrême droite en Europe, non pas parce qu’il n’existe pas de populisme de gauche ou d’extrême gauche, mais parce que d’un point de vue historique, et plus particulièrement dans le monde francophone avec le plus ancien et le plus connu des partis - le Front national de Jean-Marie Le Pen -, les premières menaces populistes étaient le fait de partis racistes accusés d’être d’extrême droite, et parfois ouvertement héritiers de l’idéologie des fascismes des années 30. C’est surtout durant les années 80, que le concept de populisme prend une tournure négative et péjorative1.

3Aux Etats-Unis, d’un point de vue historique (montée en puissance de l’Etat fédéral perçu comme usurpateur et élitiste depuis la révolution américaine), le populisme de « référence » apparaît très tôt, dès la fin du 19ème siècle, sous une forme assez « progressiste » avec le People’s Party. Il reviendra régulièrement, souvent « à droite », durant tout le 20ème siècle, parfois au sein même du parti républicain et du parti démocrate, et occasionnellement contre ces partis, contre le système, contre « Washington ». Dans un article consacré au populisme aux Etats-Unis, Pierre Mélandri précisait en 1997 que le populisme :

  • 2 Mélandri, Pierre, « La rhétorique populiste aux Etats-Unis », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n (...)

est un discours qui resurgit chaque fois que le ‘rêve américain’ apparaît en danger, et qu’en identifiant l’immense majorité des Américains, quelle que soit leur occupation, à un noble rassemblement d’’hommes ordinaires, il a détourné les pulsions protestataires de la tentation révolutionnaire. Il a substitué à une lutte des classes entre bourgeoisie et prolétaires, un combat entre le ‘peuple’ et les ‘élites’ intellectuelles, politiques, bureaucratiques, industrielles ou financières.2

  • 3 Au sens où on ne soupçonne de la démagogie ou de l’exagération dans le propos.
  • 4 Sur le lien complexe entre populisme et démocratie et populisme et représentation, voir le chapitre (...)

4Si le populisme n’est pas synonyme d’extrême droite, est-il en phase avec la démocratie ou incarne-t-il son contraire, son dérèglement intime ? La question mérite d’être posée car le populisme fait référence en permanence à la démocratie, au peuple et à son autonomie, et à bien des égards, il apparaît - ou veut apparaître - comme le premier défenseur de ce dernier : celui qui veut préserver et protéger la liberté du peuple. Lorsqu’il est perçu comme un discours sincère3, le populisme dénonce un déficit de représentation et prône des techniques alternatives de participation à la chose publique, il semble être en mesure de définir et d’expliquer le déficit démocratique, il interroge la légitimité des élus, et propose de remettre le peuple au centre du débat. S’il est sincère, et que son discours fait sens, il n’est pas une menace mais une manifestation inhérente à la dynamique démocratique. S’il est jugé sérieux, le populisme est aussi ce discours qui rappelle le vieux rêve de l’élite : gouverner sans le peuple, gouverner sans devoir rendre des comptes en permanence. Et en ce sens, il n’est pas une menace sur la démocratie mais un appel à plus de démocratie, une mise en garde face à l’accumulation du pouvoir en haut lieu, un rappel de la légitimité populaire face à la légitimité de l’élite4.

  • 5 Dupuis-Déri, Francis, Démocratie. Histoire politique d’un mot aux Etats-Unis et en France, Montréal (...)
  • 6 Ibid, pp. 10-11.

5S’il est sincère, le populisme rappelle aussi les peurs suscitées par le peuple à travers l’histoire. Il laisse entendre que lors des révolutions française et américaine, le peuple est perçu comme une foule irrationnelle, incapable de s’autogouverner, une masse qui fait peur. Ceux qui « sont connus comme les ‘pères fondateurs’ de la démocratie moderne aux Etats-Unis et en France étaient tous ouvertement antidémocrates » explique Francis Dupuis-Déri5. A l’époque, personne ne se dit démocrate ou cherche à instaurer une démocratie, au contraire, les révolutionnaires l’associent à la tyrannie, à l’anarchie et à l’arbitraire, elle est un terme « repoussoir », et « l’élite politique (ne) commence à s’en réclamer (que) vers le milieu du 19ème siècle, mais en lui attribuant un sens nouveau », la démocratie n’est plus « un peuple assemblé pour délibérer librement », elle « désigne au contraire le régime libéral électoral » où « une poignée seulement de politiciens élus détiennent le pouvoir, même s’ils prétendent l’exercer au nom du peuple »6. Lorsqu’ils sont sincères, les populistes rappellent le glissement d’une légitimité qui passe du peuple aux élus, des gens à leurs représentants.

  • 7 « The powers not delegated to the United States by the Constitution, nor prohibited by it to the St (...)

6Aux Etats-Unis, l’ambiguïté des origines sur la sincérité des Pères fondateurs et sur leur mépris du peuple est doublée d’un désaccord sur les prérogatives de l’Etat fédéral vis-à-vis des Etats fédérés. Le 10ème amendement de la Constitution américaine indique que les compétences non explicitement accordées au gouvernement fédéral (et non interdites aux États) sont du ressort des États ou du peuple7, et il n’est pas rare que des mouvements populistes dénoncent un abus de pouvoir du gouvernement fédéral, ou une usurpation de prérogatives qui devraient revenir au peuple. L’obsession du Tea Party pour cet amendement et le discours de Donald Trump sur l’Etat fédéral en sont les manifestations les plus évidentes et les plus récentes. Et la comparaison avec le rejet de l’Union européenne par de nombreux partis populistes en Europe n’est pas sans intérêt.

7Si le populisme fait référence en permanence à la démocratie, au peuple et à son autonomie, on peut aussi le soupçonner de démagogie et douter de sa sincérité. En effet, tout en se positionnant comme un vecteur de démocratie, il peut abuser de ses électeurs en transformant la réalité, en exagérant les menaces, et en créant de toutes pièces des ennemis. Il peut cacher ou nier une réalité sociale ou politique, et réduire les défis à un cadre simpliste ne permettant ni de comprendre la situation, ni d’identifier la cause des problèmes, ni de prendre de bonnes décision pour l’avenir. Le populisme peut alors générer un imaginaire de plus en plus en rupture avec la scène politique traditionnelle, au risque de guider le peuple par l’émotion et la peur. L’unité proclamée du peuple devient alors la mesure du degré d’enfoncement dans l’imaginaire. Au peuple diversifié, traversé par de multiples contradictions, se substitue alors le mythe du « peuple homogène », l’image du peuple ordinaire (uni dans sa simplicité et dans ses souffrances), ou encore le phantasme du peuple ethnique, racialement pur, face aux étrangers.

8Dans cet article divisé et publié en deux parties pour des raisons de taille, nous voulons dédramatiser le concept de populisme, lui retirer son étiquette disqualificatoire (et sa permanence), et l’éloigner de son faux synonyme qu’est l’extrême droite. Pour y arriver, nous proposons un voyage aux Etats-Unis où le populisme est depuis toujours au cœur de la vie politique, sans être en rupture avec la dynamique démocratique.

9Dans une première section (première partie), nous allons étudier le concept de populisme dans son rapport au concept d’idéologie. Ce travail nous permettra de montrer en quoi le populisme n’est pas une idéologie mais également en quoi ce concept porte une vision du monde qui oppose un « peuple » à une « élite » selon des caractéristiques spécifiques. Dans la section qui suit (première partie), nous nous pencherons sur l’image du peuple propre au populisme avec un regard sur la littérature savante en Europe et outre-Atlantique, et une approche spécifique sur les Etats-Unis dans une perspective empirique (illustration par le discours, les manifestes, le programme, les communiqués de presse, etc.). La section suivante (deuxième partie) offrira le même cheminement mais en se penchant cette fois sur le concept d’élite. Enfin, nous proposerons une section, plus courte, sur la place et le profil du leader charismatique dans la rhétorique populiste (deuxième partie). Dans la conclusion (deuxième partie), pour élargir la réflexion, nous nous intéresserons au lien entre populisme et démocratie, notamment au niveau du rapport à la politique, aux médiations et au temps politique.

Populismes et idéologies

  • 8 Ce qui ne veut pas dire que le concept est dès lors inutile mais qu’il faut l’utiliser en sachant e (...)
  • 9 Canovan, Margaret, Populism, Londres, Junction Books, 1981.
  • 10 Pour des travaux plus anciens sur la question voir notamment Goodwyn, Lawrence, The Populist Moment (...)
  • 11 Voir notre contribution « Ideologies et populisme » dans l’ouvrage : Jamin, Jérôme, L’extrême droit (...)

10De nombreux observateurs considèrent que le concept de « populisme » est flou et qu’il ne sert qu’à décrire des acteurs politiques « qu’il est impossible de classer dans une seule catégorie »8. Si on peut partager ce constat, notamment au niveau de l’usage politique et médiatique qui est fait de ce concept, ce dernier n’est pas pour autant vide de sens, il a même une longue histoire en Europe, mais surtout aux Etats-Unis dès la fin du 19ème siècle, et pour bien comprendre ce concept, l’ouvrage de Margaret Canovan « Populism », publié en 19819, reste une référence. Ce texte important fait partie des premiers livres sur le sujet10, mais surtout, et nous ne ferons pas l’exception11, la plupart des travaux sur le populisme s’inspirent ou font référence à ce dernier sans jamais remettre en question sa thèse principale.

  • 12 Canovan, Margaret, op. cit., p. 4.
  • 13 Stanley, Ben, « The thin ideology of populism », Journal of Political Ideologies, 2008, n° 13, pp.  (...)

11Canovan place l’opposition « peuple/élite » au cœur de son raisonnement. Dans la rhétorique populiste, explique-t-elle, le concept de « peuple » renvoie à l’idée de majorité et par inférence à l’idée de légitimité : le peuple représente un groupe majoritaire par rapport à d’autres composantes de la population ; son opinion est légitime et il faut l’écouter et en tenir compte ; la légitimité sous-entend également l’idée de « vérité » voire de « vertu »12. Cette particularité du populisme fait l’unanimité dans la littérature et il n’est pas rare de la retrouver aujourd’hui, plus de trente ans après, par exemple chez Ben Stanley lorsqu’il explique que l’idée de majorité renforce l’authenticité de la volonté du peuple13, et par extension l’authenticité du peuple lui-même. Cette authenticité, nous le verrons plus bas, fonctionne en miroir avec l’élite mensongère et manipulatrice. La rhétorique populiste obéit au schéma suivant explique Jean Leca :

  • 14 Leca, Jean, « Justice pour les renards ! Comment le pluralisme peut nous aider à comprendre le popu (...)

Si le peuple est bon alors que ses ‘représentants’ sont mauvais, il s’ensuit que : 1) la volonté du peuple [...] identifiée au bon sens, la justice et la moralité, prévaut sur toute norme institutionnelle construite par les hommes (c’est-à-dire les élites) ; 2) les gouvernants ne sont bons que dans la mesure où ils sont directement liés au peuple, par-dessus les élites intermédiaires, intellectuels, experts, technocrates et autres ‘têtes d’œuf’.14

  • 15 Groshek, Jacob, Engelbert, Jiska, « Double differentiation in a cross-national comparison of populi (...)

12De l’autre côté, dans le même schéma, face à ce peuple (et contre lui), Canovan évoque les « élites minoritaires et corrompues », il s’agit essentiellement des bureaucrates, des banquiers, des spéculateurs et des politiciens professionnels. Ces élites sont de connivence avec un « autre réputé dangereux »15, elles sont soupçonnées de ne pas agir au nom et dans l’intérêt du peuple mais plutôt au profit de leurs intérêts immédiats et privés.

  • 16 Canovan, Margaret, op. cit., p. 173.
  • 17 « Today's ceremony, however, has very special meaning because today, we are not merely transferring (...)
  • 18 Naves, Marie-Cécile, Trump. L’onde de choc populiste, Limoges, FYP éditions, 2016, p. 41.

13L’analyse de Canovan ne veut pas dire que le populisme rejette la démocratie ou qu’il en est son contraire, ou sa négation. Cela signifie que le populisme est une demande radicale pour plus de démocratie, ou pour d’autres formes de pratiques démocratiques (consultation populaire, démocratie participative, etc.) même si au cas par cas, on pourra douter en partie ou totalement de la sincérité de ceux qui se drapent d’un objectif aussi vertueux. En effet, le populisme apparaît comme le grand défenseur de « l’autogouvernement le plus fort possible »16 et donc des formules de réappropriation du pouvoir tels que le référendum d’initiative populaire (une procédure très répandue dans de nombreux Etats aux Etats-Unis) ou le » recall » qui permet de démettre un élu, à l’image d’Arnold Schwarzenegger faisant face à Gray Davis en 2003, avant de le remplacer. Le populisme peut donc être aussi une dénonciation - sincère ou non, ce n’est pas ici le propos - de la démocratie dans sa dimension « représentative » au sens où les élites auraient profité de la délégation du pouvoir pour confisquer ce dernier. C’est ce qu’indiquait par exemple Donald Trump dans son discours d’intronisation à Washington le 20 janvier 2017 : « La cérémonie d’aujourd’hui à une signification très spéciale parce que nous ne sommes pas simplement en train de transférer le pouvoir d’une administration à une autre, nous sommes en train de transférer le pouvoir de Washington vers vous, le peuple »17. Comme le Tea Party avant lui, Donald Trump dénonce une coupure « entre le peuple et les élites »18.

  • 19 Indépendamment, encore une fois, de la question de la sincérité de celui porte le discours et de sa (...)
  • 20 Godin, Christian, op. cit., p. 16.
  • 21 Ibid., p. 21.

14Le populisme est parfois aussi une demande de pratiques démocratiques plus participatives et plus délibératives19, « plus directe »20. Le « populisme se présente à la fois comme une critique de la démocratie, comme un rejet de la démocratie (sous sa forme représentative) et comme une exigence de démocratie »21.

  • 22 Howlett, Marc-Vincent, « En attendant le peuple », Cités, n° 49, 2012, p. 86.
  • 23 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis, Giorgio, « Left-wing populism in the European periphery : the cas (...)

15Toujours dans la lignée des travaux de Canovan, Marc-Vincent Howlett indique que le « populisme joue sur une division unique qui ne souffre aucune exception, en annihilant le jeu des multiples contradictions qui agitent le corps social ». C’est ainsi, ajoute-t-il, que le populisme « entend soumettre l’analyse (ou plutôt son défaut d’analyse) à la seule figure de la dyade, par exemple le peuple contre l’Etat, le riche contre le pauvre, le travailleur contre l’assisté, le privé contre le public, l’immigré contre le travailleur national, le Bien contre le Mal, la Civilisation contre la Barbarie [...] »22. Si le populisme est une rhétorique qui oppose un peuple à une élite dans le cadre d’une société vue par les populistes comme divisée, dichotomique, traversée par des antagonismes23, peut-on dès lors parler d’une véritable idéologie politique ? Ou le populisme est-il, au contraire, une manière de faire de la politique, un style, une stratégie politique destinée à amadouer les foules ? La question est complexe car le populisme semble à la fois se greffer sur des idéologies très différentes et en même temps, sa dimension antiélitiste ou antisystème semble indiquer que ce type de discours veut précisément aller plus loin, ou au-delà des clivages politiques traditionnels. Aux Etats-Unis, comme nous allons le voir plus bas, l’opposition peuple/élite s’est greffée à travers l’histoire sur des positionnements politiques très différents, allant de la gauche et du centre avec le People’s Party, Huey Long et Jesse Jackson, jusqu’à la droite (Ross Perot et Arnold Schwarzenegger) et l’extrême droite (Pat Buchanan et certaines composantes du Tea Party).

  • 24 Judis, John, The Populist Explosion. How the great recession transformed American and European poli (...)
  • 25 D’après Christian Godin : « A la différence des idéologies qui ont traversé l’histoire et les socié (...)
  • 26 Ou les « travailleurs pauvres et blancs à la recherche d’un emploi » à l’image du peuple tel que pr (...)
  • 27 Donald Trump a ajouté à ces catégories les médias, une partie d’Hollywood et certains lobbyistes.
  • 28 Stanley, Ben, op. cit., p. 95.

16Le populisme n’est pas une idéologie24 car il n’a pas de théoricien, pas de héros, pas de doctrine, même s’il a une histoire25. En revanche, il épouse assez facilement les idéologies en déclinant au cas par cas la nature de son peuple (les travailleurs, les pauvres, les blancs, etc26.) et de son élite (les élus, les syndicats, les banquiers, etc27.). Ben Stanley parle d’idéologies « fines », ou « minces » (thin ideology) en opposition aux idéologies complètes28 (full ideologies). Les premières sont incapables de fournir un programme politique dense et cohérent pour répondre à de multiples enjeux politiques cruciaux, les secondes sont de véritables discours sur le monde qui couvrent tous les aspects de la vie en société.

  • 29 Sur le concept de peuple et ses difficultés dans le contexte de l’étude du populisme, voir Meny, Yv (...)
  • 30 White Anglo-Saxon Protestant.
  • 31 Malgré l’évolution des phénomènes étudiés, l’ouvrage reste une référence en raison des nombreuses s (...)

17Par le biais d’un usage intensif du concept « flou » de peuple29, le populisme substitue une opposition peuple/élite à une opposition gauche/droite sans supprimer complètement cette dernière, en tous cas au niveau du sens, il est en effet possible de continuer à mobiliser des représentations du peuple liées au clivage sans le nommer comme tel ni faire un usage explicite des mots concernés. Des différences idéologiques peuvent donc apparaitre : « peuple travailleur » au Peoples’s Party, « peuple exploité » chez Jesse Jackson, « peuple de souche » (« peuple WASP »30) chez Pat Buchanan, etc. Et face à cette diversité, Guy Hermet31 propose de faire la part des choses entre les « peuples du populisme », le « populisme des anciens » et celui « des modernes », les « populismes fondateurs » (les narodniki russes, le boulangisme, le People’s Party des petits fermiers américains), les populismes d’Amérique latine (Vargas et Perón), les populismes d’Europe centrale et de Russie, les populismes de la décolonisation et le populisme européen avec notamment le Front national de Jean-Marie Le Pen (France) et le Parti de la liberté de Jörg Haider (Autriche), une diversité de situations où à chaque fois le peuple, l’élite et ce qui alimente leur opposition prennent une figure particulière.

  • 32 Ibid., p. 70.
  • 33 Betz, Hans-Georg, « Conditions Favouring the Success and Failure of Radical Right-Wing Populist Par (...)
  • 34 Meny, Yves, Surel Yves, op. cit., p. 139.
  • 35 Kazin, Michael, The Populist Persuasion. An American History, London, Cornell University Press, 199 (...)

18Hermet précise qu’à la différence « des autres familles politiques, du traditionalisme monarchiste au marxisme en passant par le libéralisme, le socialisme, le fascisme ou l’anarchisme, le populisme ne compte ni théoriciens d’envergure ni doctrines élaborées »32. La littérature sur le populisme décrit avant tout un style politique, une rhétorique spécifique, une stratégie mobilisatrice qui exploite le ressentiment33, un discours démagogique34, une impulsion, ou encore un moyen de persuasion35.

L’image du peuple

19Aux Etats-Unis, les personnalités, les partis, les discours et les programmes politiques populistes appuient leur argumentation sur une certaine représentation du peuple, et une certaine idée de son rôle en tant qu’acteur de l’histoire. Les contenus derrière le concept de peuple peuvent varier d’un discours à l’autre mais à chaque fois on retrouve l’idée de majorité, l’idée d’homogénéité et l’idée du travail dur, c’est-à-dire la représentation d’un peuple laborieux qui effectue un travail physique difficile.

  • 36 Voir Taggart, Paul, « New Populist Parties in Western Europe », West European Politics, vol. 18, n° (...)
  • 37 Voir Canovan, Margaret, op. cit., p. 4 et p. 290 ; Ignazi Piero, « Les partis d’extrême droite : le (...)
  • 38 Wieviorka, Michel, La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découve (...)
  • 39 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

20Les individus qui sont mentionnés dans les discours populistes sont souvent présentés comme exclus du système soit sur le plan de la réussite économique, soit au niveau de la capacité à posséder un bien (un logement par exemple), soit au plan politique, c’est-à-dire au niveau de la participation au pouvoir et au jeu électoral. Ces gens sont en dehors des lieux de décision, mais ils n’en sont pas moins les représentants du plus grand nombre. Dans la littérature, on dit qu’ils incarnent la majorité de ces « hommes de la rue », de ces « hommes ordinaires »36, de ces « monsieurs tout le monde »37. Le peuple du populisme est donc présenté comme majoritaire car il se confond avec l’idée du plus grand nombre, de la masse, il est le « monde des petits »38 qui, ensemble, forme la grande majorité de la population. Le « peuple » du populisme, c’est la masse des gens qui incarne la souveraineté démocratique, la souveraineté populaire39.

  • 40 Sullivan, Patricia, « Signification and African-American Rhetoric : A Case Study of Jesse Jackson’s (...)

21On trouve une illustration de ce qui précède, aux Etats-Unis, à gauche du spectre politique, dans les discours du révérend Jesse Jackson alors candidat à la primaire Démocrate lors des élections présidentielles de 1984 et 1988. A l’époque, il se présente comme le défenseur « des pauvres, des méprisés, des rejetés » qu’il s’agisse des noirs dans les ghettos, des latino-américains, des blancs pauvres, ou encore des femmes qui subissent des discriminations importantes. Jackson veut rassembler les 35 millions de pauvres jetés à la rue à cause des coupes budgétaires de l’administration Reagan. Durant cette période, le révérend est incontestablement le candidat le plus charismatique mais aussi le plus émotionnel40, il parvient à mobiliser des référents religieux qu’il introduit dans une dénonciation de la pauvreté sur fond de remise en question de l’ensemble de la politique menée par l’occupant de la Maison blanche.

  • 41 Discours préalable à la Convention Démocrate nationale, le 18 juillet 1984. « Mr. Reagan will ask u (...)

Monsieur Reagan nous demandera de prier, et je crois en la prière. J'en suis arrivé là par la force de la prière. Mais ensuite, nous devons observer de la fausse prophétie. Il diminue l'assistance en termes d’accès à l’énergie aux plus démunis, il retire les programmes de petit-déjeuner et de déjeuner gratuits pour les enfants, réduit les formations professionnelles pour les enfants, pour ensuite dire à une table vide, "laissez-nous prier". Il n'est manifestement pas familier avec la base de la prière. Vous remerciez le Seigneur pour la nourriture que vous êtes sur le point de recevoir, pas pour celle qui est partie. Je pense que nous devrions tous prier, mais ne priez pas pour la nourriture disparue, priez pour que l'homme qui est responsable de sa disparition quitte le pouvoir.41

  • 42 Membre du parti démocrate, vice-président sous Jimmy Carter (1977-1981).
  • 43 « Address before the Democratic National Convention », le 18 juillet 1984. Texte intégral disponibl (...)

22Jackson parvient à lever le vote d’un nombre de délégués beaucoup plus important qu’il n’espérait, mais malgré ses talents d’orateur, il est battu par Gary Hart et Walter Mondale42. Les deux campagnes de Jackson s’appuieront fortement sur la thématique de la National Rainbow Coalition (coalition arc-en-ciel), un programme qui vise à mobiliser les minorités pour qu’elles votent et qui, comme son nom l’indique, rassemble des individus de « toutes les couleurs » : « Notre drapeau est rouge, blanc et bleu, mais notre nation est un arc-en-ciel – rouge, jaune, brun, noir et blanc – et nous sommes tous précieux du point de vue de Dieu »43.

  • 44 Jesse Jackson évoque à ce sujet le statut de « déméritant » des afro-américains. Ils ont besoin des (...)
  • 45 « Address before the Democratic National Convention », op. cit.

23Bien inscrit dans la tradition populiste américaine, le discours de Jackson évoque une opposition forte entre un « peuple » et une « élite » avec cependant des caractéristiques très spécifiques liées à la fois à l’époque (les années Reagan), à la couleur de peau de Jackson, à son statut de révérend, et à son positionnement à gauche au sein d’un appareil démocrate traversé par de multiples tendances. Le peuple chez Jackson, ce sont les gens « bloqués au fond » et exclus du rêve américain, ce sont les afro-américains racialement discriminés44, ce sont les femmes victimes de sexisme, les fermiers désemparés, les travailleurs, les working poors, les travailleurs pauvres « qui travaillent dur et qui ne se plaignent pas », et qui souvent, n’ont pas de couverture santé. Ce sont aussi les petits entrepreneurs qui n’ont pas profité de la diminution des taxes réservée aux riches sous l’administration Reagan. Ce sont aussi les pauvres, les gens dans la rue et les illettrés. Jackson explique que ses électeurs, ce sont les gens désespérés, déshérités, « jamais respectés », des gens qui ont voté de nombreuses fois pour les Démocrates et qui ont mis tous leurs espoirs dans le parti45.

  • 46 Ibid.

24La Rainbow coalition rassemble des gens très différents qui partagent les mêmes souffrances et qui ont les mêmes problèmes. Dans ses discours, Jackson utilise la métaphore du « quilt » pour figurer sa conception d’un peuple pluriel composé de multiples pièces, de multiples tailles, de multiples origines : les Blancs, les Hispaniques, les Noirs, les Juifs, les Arabes, les militants pour la paix, les hommes d’affaires, les jeunes, les vieux, les gays, etc. Tout cela compose « the American quilt »46.

  • 47 Hermet, Guy, op. cit., pp. 191-192. Hermet n’utilise pas ici le concept de plèbe au sens péjoratif (...)
  • 48 Judis, John, op. cit., p. 21.

25Dans la même logique, toujours à gauche du spectre politique, en observant le People’s party à la fin du 19ème siècle aux Etats-Unis, Hermet insiste sur le fait que celui-ci « naît d’une véritable protestation populaire exprimée par ceux qui constitueront sa base humaine : les petits exploitants agricoles de l’Ouest [...] et à un moindre degré les mineurs, les prohibitionnistes, les socialistes chrétiens, les femmes des milieux modestes et quelques autres encore, toujours issus de couches plébéiennes »47. Et Hermet d’évoquer un « populisme plébéien » rassemblant l’ensemble des catégories de la population, l’ensemble des petits, la grande « majorité » exploitée par une « minorité ». John Judis indique pour sa part que jusqu’au moment où le mouvement a commencé à se désintégrer, « le People’s Party d’origine était principalement un mouvement de gauche »48.

  • 49 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

26Basé sur l’idée du plus grand nombre et porteur de la légitimité qu’implique l’idée de majorité, le concept de « peuple » possède du même coup deux significations importantes, mais contradictoires. Avec sa dimension de masse et donc de diversité et de multiplicité, le « peuple » peut signifier énormément de segments de la population (classes sociales, travailleurs, retraités, jeunes et vieux, etc.), et à ce titre, ce concept est fondamentalement flou, mais d’autre part, étant donné son usage « unificateur », « rassembleur » et « simplificateur » dans la rhétorique populiste, il doit, pour être efficace, renvoyer également à un groupe social radicalement homogène49 afin que les personnes concernées ou visées par le discours se reconnaissent.

27Ainsi, au peuple de Jesse Jackson, on opposera celui de Ross Perot, « populiste fiscal », candidat indépendant lors des scrutins présidentiels de 1992 et 1996, homme d’affaires milliardaire qui inspirera Donald Trump 25 ans plus tard. Inconnu du grand public, Perot va construire sa campagne en mettant en évidence ses qualités d’entrepreneur capable d’obtenir rapidement des résultats et en affichant trois objectifs : changer le « système » en profondeur, redonner le pouvoir au peuple, et sortir de la paralysie orchestrée, d’après lui, volontairement par les Démocrates et les Républicains depuis des décennies. 

  • 50 Perot Ross, United We Stand. How we can take back our country, New York, Hyperion, 1992, p. 8.
  • 51 Sur Ross Perot, voire : Judis, John, op. cit., pp. 46-51.

28Le peuple chez Perot, ce sont les gens qui travaillent dur et qui pourtant sont endettés, des gens sérieux, consciencieux et courageux mais qui vivent dans un pays endetté. Des gens qui ont du cœur, qui veulent aider les plus démunis, fournir une bourse pour les élèves méritants, et permettre à chacun d’accéder aux soins de santé50. Le peuple de Perot, ce sont les « propriétaires du pays », les « actionnaires » des Etats-Unis, un peuple qui n’a pas été assez vigilant et qui a laissé ses dirigeants enfoncer le pays dans la dette et le déficit. Le peuple de Perot est travailleur, honnête et courageux, il a du cœur mais il est menacé, il a perdu le contrôle de son propre pays51. Perot pense le peuple dans une perspective fiscale.

  • 52 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Per (...)

Je pense que ce qui me rend différent est le fait que 5 millions et demi de personnes sont, de leur propre initiative, venus ensemble et ont couché mon nom sur le bulletin de vote. Je n'ai pas été élu par chacun des deux partis ; Je n'ai été élu ni par aucun comité d'action politique (PAC), ni par aucun lobbyiste étranger, ni par aucun intérêt financier spécial. Il s'agit d'un mouvement qui est venu du peuple. C'est de cette façon que les rédacteurs entendaient la nature du gouvernement, un gouvernement qui vient du peuple. De tout temps nous avons élaboré un gouvernement qui vient à la rencontre du peuple, qui vient du sommet vers la base, là où les gens sont plus ou moins traités comme des objets pour être gavés d'évènements commerciaux et médiatiques, de messages de peur, d'attaques personnelles et de choses de ce genre. La chose qui rend différente ma candidature et qui la rend unique est qu'elle vienne de millions de personnes dans les cinquante Etats à travers tout le pays, qui voulaient un candidat qui ne travaillait et n'appartenait à personne d'autre qu'eux. Je rentre dans cette course en tant que leur serviteur et je leur appartiens. Tout ceci vient donc du peuple.52

  • 53 C’est ce qui explique qu’il peut exister des discours populistes unitaristes prononcés occasionnell (...)
  • 54 Là où le peuple uni est inclusif et invite chacun à faire partie de la grande famille, le peuple et (...)
  • 55 Canovan, Margaret, op. cit., p. 5.
  • 56 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 123-135.

29Canovan établit une différence entre trois « peuples » : le peuple uni (united people), incarné par la nation ou le pays53, et contre les partis et les intérêts particuliers qui le divisent ; le peuple « identitairement » spécifique, « notre peuple », le peuple ethnique (our people)54 ; et le peuple ordinaire (ordinary people) qui est normal et « banal » (au sens ordinaire et non-péjoratif) face aux élites et aux privilégiés55. Taguieff distingue pour sa part deux grandes catégories de peuple selon que le peuple auquel on fait appel est considéré comme dêmos ou comme ethnos. Dans la première catégorie, à laquelle correspond le « populisme protestataire », l’appel au peuple est orienté vers/contre les élites. Le peuple, « l’ensemble des citoyens ordinaires », s’affirme donc ici dans sa différence vis-à-vis de « ceux d’en haut », et il est facile de positionner un tel discours à gauche voir à l’extrême gauche si cette opposition est doublée d’un clivage opposant les riches et les pauvres ou les riches et les classe moyennes. Dans la deuxième catégorie, à laquelle correspond le « populisme identitaire », l’appel au peuple se fixe sur l’idée nationale56 et peut aisément être associé à un rejet des étrangers, à un discours raciste et nationaliste, et donc à l’idéologie d’extrême droite.

  • 57 Bush, George, « Address before a Joint Session of Congress on the Persian Gulf Crisis and the Feder (...)

30On retrouve le peuple « ethnique » ou le peuple « identitaire » chez Pat Buchanan. En 1992, lorsque dans la foulée de la première guerre du Golfe le Président Bush confirme son intention de partir en croisade pour construire un « Nouvel ordre mondial »57, Buchanan indique aux membres, aux militants et aux électeurs du parti républicain qu’une rupture importante est en train d’avoir lieu au sein même du parti républicain. Dans le cadre des primaires, il se positionne alors comme le candidat « nationaliste » qui mettra toujours les intérêts de l’Amérique blanche et chrétienne avant le reste, et il s’oppose à Bush et aux « mondialistes » qui cherchent à soumettre la richesse, la culture et le pouvoir des Etats-Unis à des forces internationales et anonymes. Buchanan relèvera le défi une deuxième fois au parti républicain en 1996. Il s’oppose alors à Bob Dole durant les primaires avant d’être battu également par ce dernier. D’après Denis Lacorne, Buchanan :

  • 58 Lacorne, Denis, La crise de l’identité américaine. Du melting-pot au multiculturalisme, Paris, Faya (...)

était le plus nativiste des candidats aux élections présidentielles de 1996. Son programme de défense d’une ‘Amérique forteresse’ prévoyait, entre autres, l’imposition d’un moratoire de cinq ans sur toutes les formes d’immigration autorisées par la loi, la suppression des aides sociales dont bénéficiaient les immigrés, l’érection d’une ‘double barrière’ sur la frontière américano-mexicaine en vue d’arrêter, une fois pour toutes, l’‘invasion étrangère’.58

  • 59 Ibid., p. 98.

31L’objectif des nativistes est la création d’une culture homogène et uniforme, qui serait proprement américaine et qui ne serait pas contaminée par l’arrivée incontrôlée de « hordes » d’étrangers. Les nativistes dénoncent « l’étranger ‘inassimilable’ à cause de sa langue, de ses mœurs et de son manque de loyauté politique »59.

32Le peuple « ethnique » ou « identitaire » apparait d’abord discrètement dans The Great Betrayal, un ouvrage consacré aux divisions et aux tensions qui émanent de l’ordre économique imposé par les élites. Buchanan y oppose dans un registre populiste deux types d’Américains qui offrent une idée du camp dont il se veut le défenseur.

  • 60 Buchanan, Pat, The Great Betrayal : How American Sovereignty and Social Justice Are Being Sacrifice (...)

D'un côté se situe la nouvelle classe, « la troisième vague américaine » – les banquiers, avocats, diplomates, investisseurs, lobbyistes, académiciens, journalistes, directeurs, professionnels, entrepreneurs de haute technologie, prospérant au-delà de leurs rêves [...]. De l'autre côté de la division nationale se situe la "seconde vague américaine", les Américains laissés de côté. Col-blanc ou col-bleu, ils travaillent pour quelqu'un d'autre, la plupart avec ils travaillent pour quelqu'un d'autre, la plupart avec des mains, outils et machines dans des usines sur le point d'être hissées sur l'autel commercial d'une certaine rationalisation des entreprises dans une cité lointaine ou dans un pays étranger. La "seconde vague américaine" est un pays d'anxiété pour la classe moyenne, un pays d'espoirs découragés et de rêves disparus, où l'insécurité économique est un critère de vie préexistant, et où les cités ouvrières deviennent rapidement des villes fantômes. [...] Le peuple sait, au plus profond de lui-même, que les Etats-Unis ne seront plus jamais le pays dans lequel ils ont grandi. [...] Pour l'Amérique moyenne, quelque chose n'a pas fonctionné. Ils ont joué le jeu, mais la promesse n'a pas été respectée.60

33Dans un autre ouvrage, The Death of the West, les choses se clarifient, ce n’est plus le travailleur ou la classe moyenne qui sont menacés mais la population « blanche » et plus précisément les Américains « blancs » :

  • 61 Buchanan Pat, The Death of the West : How Dying Populations and Immigrant Invasions Imperil Our Cou (...)

34En 1960, les peuples d'ascendance européenne représentaient un quart de la population mondiale ; en 2000, ils représentaient un sixième ; en 2050, ils seront un dixième. Ce sont les statistiques d'une race en voie d'extinction. [...] Hors de l'Albanie musulmane, aucune nation européenne ne pourra se prévaloir d'assez d'enfants pour renouveler sa population. Les Hispaniques sont dorénavant le principal groupe ethnique dans quatre des cinq villes les plus importantes du Texas. L'Amérique suit la voie de la Californie et du Texas. [...] D'ici 2050, les Euro-Américains, [...] seront une minorité, en cause une politique d'immigration parrainée par les Républicains.61

35Le peuple chez Buchanan, c’est l’individu qui travaille dur pour gagner honnêtement sa vie, c’est l’Américain blanc et croyant, attaché aux valeurs chrétiennes, c’est l’immigré d’origine européenne qui est venu tenter sa chance aux Etats-Unis et qui rapidement adopte la culture et les mœurs de son pays d’accueil, c’est l’enfant bien élevé, courageux et honnête qui est conditionné par les médias et qui finit par devenir un « consommateur aliéné et déraciné ». C’est le vieillard qui après une vie de dur labeur est monstrueusement agressé par des gens de couleur, c’est la classe moyenne américaine, conservatrice, attachée à la famille, au travail et à la terre, ce sont les gens honnêtes mais naïfs, des gens manipulés par les élites et incapables d’identifier correctement la source de tous leurs malheurs.

  • 62 La citation provient d’un ouvrage publié en 2000, soit bien avant l’émergence du Tea Party qui illu (...)
  • 63 Berlet, Chip, Lyons, Matthew, Right-Wing Populism in America, New York, Guilford Press, 2000, pp. 4 (...)

36Aux Etats-Unis, Chip Berlet considère que « les mouvements populistes peuvent être de droite, de gauche ou du centre », ils peuvent « être égalitaire ou autoritaire, et compter soit sur un réseau décentralisé62 ou un chef charismatique. Ils peuvent revendiquer de nouvelles relations sociales et politiques ou romancer le passé »63. Les partis populistes :

  • 64 Ibidem., pp. 4-5.

Peuvent promouvoir certaines formes d’antiélitisme qui visent soit de véritables structures d’oppression soit des boucs émissaires prétendument membres d’un complot secret. Ils peuvent définir le ‘peuple’ d’une manière qui est inclusive et qui remet en question les hiérarchies traditionnelles, ou d’une manière qui réduit au silence et diabolise certains groupes oppressés.64

  • 65 Stavrakakis, Yannis, Angelopoulos, Panos, « Peuple, populisme et anti-populisme : le discours polit (...)
  • 66 Judis, John, op. cit., p. 14.

37Dans le même ordre d’idée, Stavrakakis et Angelopoulos ajoutent que « l’enjeu n’est pas d’admettre ou de nier l’existence du populisme, mais de prendre en compte la fonction concrète (démocratique ou anti-démocratique) de chaque populisme »65. Judis pour sa part précise : « il y a des partis populistes de droite, de gauche et du centre. Ce n’est pas une idéologie, c’est une logique politique - une façon de penser la politique »66.

  • 67 En campagne électorale, Margaret Thatcher se positionnait en faveur du peuple contre les élites pol (...)
  • 68 Betz, Hans-Georg, The New Politics of the Right, New York, St. Martin’s Press, 1998, p. 4.

38Majoritaire et homogène, le peuple du populisme est aussi laborieux, les discours populistes font référence, d’une manière ou d’une autre, même indirectement, au travail, et plus particulièrement au dur labeur de la population. Les laissés-pour-compte, les « gens d’en bas », les ouvriers, les « working poors », les fermiers et les « hommes de la rue » sont tous, avant tout, des gens qui travaillent dur - ou voudraient travailler dur -, pour gagner leur vie, des gens qui « respectent la réussite honnête par le travail » explique Taguieff dans une description du peuple auquel le discours thatchérien s’adressait dans les années 8067. Les « travailleurs » du populisme contribuent à la richesse collective à la sueur de leur front, ils sont attachés à une éthique du producteur de biens et de richesses basée sur le mérite et l’effort individuels68.

  • 69 Une comparaison du même ordre en France a été réalisée sur Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie. Voir (...)
  • 70 Hertzke, Allen, Echoes of Discontent. Jesse Jackson, Pat Robertson, and the Resurgence of Populism, (...)
  • 71 Betz, Hans-Georg, op. cit., p. 5.

39La rhétorique populiste est truffée de références au travail laborieux du peuple exploité, en témoigne notamment la propension des auteurs de ces discours à se prétendre eux-mêmes issus de la classe laborieuse (Jean-Marie Le Pen en France, Jesse Jackson aux Etats-Unis) ou, à défaut d’être véritablement issu de la classe ouvrière, de « s’être fait soi-même » par le biais d’un travail long et acharné sans avoir été aidé par ses proches, son milieu ou sa famille (Ross Perot et Donald Trump aux Etats-Unis, Silvio Berlusconi en Italie, etc.). En comparant les discours du télévangéliste Pat Robertson et du Pasteur Jesse Jackson qu’il considère comme des american gospel populists (littéralement des évangélistes populistes américains69), Allen Hertzke met en évidence la dénonciation par Jesse Jackson de l’exploitation des pauvres par les riches, du « peuple par les élites », des travailleurs par les multinationales, les banquiers et autres financiers70. Systématiquement, le thème de l’exploitation du plus grand nombre par quelques-uns revient, développant l’image « d’une société qui oppose la majorité productive et payeuse de taxes à une minorité de politiciens, de bureaucrates et à leurs clients qui consomment les fruits issus du labeur de cette dernière »71.

  • 72 Sur Huey Long, voir notre chapitre « 1929 et le populisme aux Etats-Unis. Les cas du père Coughlin (...)
  • 73 Cité par Berlet, Chip, Lyons, Matthew, op. cit., p. 127.

40On retrouve l’idée du peuple travailleur exploité par les riches dans la rhétorique de Huey Long72, élu en 1928 gouverneur de Louisiane sur base d’un programme proposant le partage des richesses et la lutte contre les inégalités. Long va d’abord soutenir le Président Roosevelt, notamment lors de la campagne présidentielle de 1932, avant de devenir un critique sévère du New Deal qu’il juge trop en faveur des riches et des puissants qui exploitent le peuple. Il se présente comme un homme politique de gauche avec un regard critique sur ce qu’il appelle un « New deal trop hésitant ». « Quand l’administration a été vers la gauche, j’ai voté avec elle, lorsqu’elle est allé vers la droite, j’ai voté contre elle » indiquait-il à l’époque73.

  • 74 Extrait de « Share Our Wealth. Every Man a King », discours à la radio le 23 février 1934). Le text (...)

Ces deux hommes, Mr. Hoover et Mr. Roosevelt, sont sortis du bois et ont dit qu'il devait y avoir une décentralisation de la santé, mais aucun des deux n'a entrepris quelque chose à ce sujet. [...] Mais je souhaite vous avertir que rien de ce qui n'a été fait jusqu'à cette date n'a appauvri en rien ces détenteurs de capitaux ; ils détiennent simplement autant qu'avant, et probablement un peu plus ; ils détiennent simplement autant la dette des petites gens aujourd’hui qu'ils l’ont toujours détenu par le passé, et probablement un peu plus. Et, mes amis, à moins que nous redistribuions aux citoyens de ce pays une part juste du gâteau, par laquelle ils bénéficieront tous d'une partie des ressources de ce pays, il n'existe aucune chance sur cette éternelle terre divine pour sauver ce pays et sauver les citoyens de ce pays.74

  • 75 Il s’agit du journal de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) une a (...)

41Le peuple chez Long, c’est le travailleur, l’entrepreneur local, mais aussi l’homme d’affaires qui certes s’enrichit, mais en produisant des biens ou des services et pas en générant de « l’argent à partir de l’argent » (à l’instar des spéculateurs). Le peuple, c’est aussi les pauvres, les malades, les illettrés, les handicapés, les vieilles personnes, ce sont ceux qui sont frappés par les aléas de la vie, expulsés de leur maison faut de paiement des mensualités, ceux qui naissent sans argent, ni héritage, ni famille. Le peuple enfin, c’est aussi les afro-américains qui chez Long ne font pas l’objet de stéréotypes et ne sont pas utilisés comme des boucs émissaires, un fait rare à l’époque, surtout dans le Sud, surtout en Louisiane. Sans avoir combattu spécifiquement pour la cause des gens de couleur, Long a en effet eu le mérite de ne pas en faire un objet de campagne comme en témoigne un article publié à l’époque dans « The Crisis »75 :

  • 76 Berlet, Chip, Lyons, Matthew, op. cit., p. 126.

Du défunt Sénateur Huey P. Long, les Afro-Américains peuvent dire qu’il était le seul homme politique du sud à avoir ces dernières décennies atteint une visibilité nationale sans avoir utilisé la haine raciale comme matériel de campagne… Mais lorsque cela est dit, du point de vue de la cause noire, son histoire s’arrête là.76

  • 77 Hermet, Guy, op. cit., p. 77.
  • 78 Extraits cités par Canovan, Margaret, op. cit., p. 155.

42Oppressé et exploité, le peuple du populisme « parle juste sans être écouté »77. Le peuple est bon affirmait déjà Huey Long aux Etats-Unis quelques années après le crash boursier de 1929 : « Si vous croyez que la Louisiane peut être dirigée par le peuple, que le pauvre est aussi bon que le riche, que la Louisiane est un Etat où chaque homme est un roi mais où personne ne possède de couronne, alors votez pour moi »78.

Haut de page

Notes

1 Godin, Christian, « Qu’est-ce que le populisme ? », Cités, 2012, n° 49, p. 12.

2 Mélandri, Pierre, « La rhétorique populiste aux Etats-Unis », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 56, 1997, pp. 184-185.

3 Au sens où on ne soupçonne de la démagogie ou de l’exagération dans le propos.

4 Sur le lien complexe entre populisme et démocratie et populisme et représentation, voir le chapitre « What Populists say » de l’ouvrage : Müller, Jan-Werner, What is populism ?, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2016, p. 7 et suivantes.

5 Dupuis-Déri, Francis, Démocratie. Histoire politique d’un mot aux Etats-Unis et en France, Montréal, LUX Editeur, 2013, p. 9.

6 Ibid, pp. 10-11.

7 « The powers not delegated to the United States by the Constitution, nor prohibited by it to the States, are reserved to the States respectively, or to the people ».

8 Ce qui ne veut pas dire que le concept est dès lors inutile mais qu’il faut l’utiliser en sachant exactement lesquelles de ses composantes sont susceptibles de varier. Voir la conclusion « Seven Thesis on Populism » de l’ouvrage : Müller, Jan-Werner, op. cit., pp. 101-103 ; et Van Kessel, Stijn, « The populist cat-dog : applying the concept of populism to contemporary European party systems », Journal of Political Ideologies, vol. 19, n° 1, 2014, p. 100.

9 Canovan, Margaret, Populism, Londres, Junction Books, 1981.

10 Pour des travaux plus anciens sur la question voir notamment Goodwyn, Lawrence, The Populist Moment, Oxford, Oxford University Press, 1978 ; Ionescu, Ghita (ed.), Populism. Its meaning and National Characteristics, Londres, Weidenfield and Nicolson, 1869 (voir plus particulièrement la contribution suivante Worsley, Peter, « The Concept of Populism », pp. 212-250) et Saloutos, Theodor, Populism : Reaction or Reform ?, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1968.

11 Voir notre contribution « Ideologies et populisme » dans l’ouvrage : Jamin, Jérôme, L’extrême droite en Europe, Bruxelles, Bruylant, 2016, pp. 17-37. Le présent article reprend la thèse défendue dans cette dernière.

12 Canovan, Margaret, op. cit., p. 4.

13 Stanley, Ben, « The thin ideology of populism », Journal of Political Ideologies, 2008, n° 13, pp. 104-105.

14 Leca, Jean, « Justice pour les renards ! Comment le pluralisme peut nous aider à comprendre le populisme », Critique, n° 776-777, 2012, pp. 85-95. 

15 Groshek, Jacob, Engelbert, Jiska, « Double differentiation in a cross-national comparison of populist political movements and online media uses in the United States and the Netherlands », New Media and Society, n° 15, 2013, p. 185.

16 Canovan, Margaret, op. cit., p. 173.

17 « Today's ceremony, however, has very special meaning because today, we are not merely transferring power from one administration to another or from one party to another, but we are transferring power from Washington, D.C. and giving it back to you, the people ». Les traductions de l’anglais en note de bas de page vers le français dans le corps du texte sont de l’auteur.

18 Naves, Marie-Cécile, Trump. L’onde de choc populiste, Limoges, FYP éditions, 2016, p. 41.

19 Indépendamment, encore une fois, de la question de la sincérité de celui porte le discours et de sa volonté de mettre en œuvre ses promesses, deux éléments qui relèvent d’un autre registre d’analyse. Voir Gaubert, Joël, « Malaise populiste dans la démocratie contemporaine », Cités, n° 49, 2012, p. 30.

20 Godin, Christian, op. cit., p. 16.

21 Ibid., p. 21.

22 Howlett, Marc-Vincent, « En attendant le peuple », Cités, n° 49, 2012, p. 86.

23 Stavrakakis, Yannis, Katsambekis, Giorgio, « Left-wing populism in the European periphery : the case of Syriza », Journal of Political Ideologies, n° 19, 2014, pp. 123-128. Les auteurs évoquent une opposition entre deux blocs, le « bloc du pouvoir », c’est-à-dire l’establishment, et en face l’opprimé, le peuple (p. 137).

24 Judis, John, The Populist Explosion. How the great recession transformed American and European politics, New York, Columbia Global Reports, 2016, p. 14.

25 D’après Christian Godin : « A la différence des idéologies qui ont traversé l’histoire et les sociétés depuis deux siècles, nul n’a jamais constitué une théorie du populisme. Le populisme est moins une idéologie qu’une rhétorique. Il existe une manière populiste, reconnaissable entre toutes, et qui transcende les clivages politiques et nationaux classiques ». Voir Godin, Christian, op. cit., p. 15.

26 Ou les « travailleurs pauvres et blancs à la recherche d’un emploi » à l’image du peuple tel que présenté par Donald Trump en tant que candidat de décembre 2015 à novembre 2016.

27 Donald Trump a ajouté à ces catégories les médias, une partie d’Hollywood et certains lobbyistes.

28 Stanley, Ben, op. cit., p. 95.

29 Sur le concept de peuple et ses difficultés dans le contexte de l’étude du populisme, voir Meny, Yves, Surel, Yves, Par le peuple, pour le peuple. Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000, pp. 14-16.

30 White Anglo-Saxon Protestant.

31 Malgré l’évolution des phénomènes étudiés, l’ouvrage reste une référence en raison des nombreuses sphères géographiques analysées. Voir Hermet, Guy, Les populismes dans le monde. Une histoire sociologique XIXème-XXème siècle, Paris, Fayard, 2001.

32 Ibid., p. 70.

33 Betz, Hans-Georg, « Conditions Favouring the Success and Failure of Radical Right-Wing Populist Parties in Contemporary Democracies », Meny, Yves, Surel Yves, Democracies and the populist challenge, New York, Palgrave, 2002, pp. 198-205.

34 Meny, Yves, Surel Yves, op. cit., p. 139.

35 Kazin, Michael, The Populist Persuasion. An American History, London, Cornell University Press, 1998, p. 3.

36 Voir Taggart, Paul, « New Populist Parties in Western Europe », West European Politics, vol. 18, n° 1, 1995, p. 37 ; et Taguieff, Pierre-André, L’illusion populiste, Paris, Berg International, 2002, p. 127.

37 Voir Canovan, Margaret, op. cit., p. 4 et p. 290 ; Ignazi Piero, « Les partis d’extrême droite : les fruits inachevés de la société postindustrielle », Perrineau, Pascal, Les croisés de la société fermée. L’Europe des extrêmes droites, Paris, Editions de l’aube, 2001, p. 370 ; et Federici, Michael, The Challenge of populism, London, Praeger, 1991, p. 26.

38 Wieviorka, Michel, La démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte, 1993, p. 82.

39 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

40 Sullivan, Patricia, « Signification and African-American Rhetoric : A Case Study of Jesse Jackson’s ‘Common Ground and Common Sense’ Speech », Communication Quarterly, vol. 41, n° 1, 1993, p. 2.

41 Discours préalable à la Convention Démocrate nationale, le 18 juillet 1984. « Mr. Reagan will ask us to pray, and I believe in prayer. I have come to this way by power of prayer. But then, we must watch false prophecy. He cuts energy assistance to the poor, cuts breakfast programs from children, cuts lunch programs from children, cuts job training from children, and then says to an empty table, ‘Let us pray’. [...] Apparently he is not familiar with the structure of prayer. You thank the Lord for the food that you are about to receive, not the food that just left. [...] I think that we should pray, but don't pray for the food that left. Pray for the man that took the food - to leave ». Texte integral disponible sur le site Internet de Public Broadcasting Service : http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/jesse/speeches/jesse84speech.html.

42 Membre du parti démocrate, vice-président sous Jimmy Carter (1977-1981).

43 « Address before the Democratic National Convention », le 18 juillet 1984. Texte intégral disponible sur le site Internet de Public Broadcasting Service : http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/jesse/speeches/jesse84speech.html.

44 Jesse Jackson évoque à ce sujet le statut de « déméritant » des afro-américains. Ils ont besoin des politiques de discrimination positive parce qu’ils sont considérés dès le départ comme n’ayant pas le même droit aux opportunités que les blancs. Aux méritants que l’on encourage répondent les déméritants que l’on discrimine, d’où la nécessité de ces lois correctrices d’après Jackson. Voir à ce sujet Callahan, Linda, « History. A Critical Scene Within Jesse Jackson’s Rhetorical Vision », Journal of Black Studies, vol. 24, n° 1, 1993, p. 6.

45 « Address before the Democratic National Convention », op. cit.

46 Ibid.

47 Hermet, Guy, op. cit., pp. 191-192. Hermet n’utilise pas ici le concept de plèbe au sens péjoratif (masse, populace, etc.) mais au sens historique latin (plebs, plebis), c’est-à-dire le peuple romain (les plébéiens) par opposition aux patriciens qui ont bien plus de droits politiques.

48 Judis, John, op. cit., p. 21.

49 Stanley, Ben, op. cit., p. 102.

50 Perot Ross, United We Stand. How we can take back our country, New York, Hyperion, 1992, p. 8.

51 Sur Ross Perot, voire : Judis, John, op. cit., pp. 46-51.

52 Extrait de la retranscription du premier débat télévisé entre Bill Clinton, George Bush et Ross Perot le 11 octobre 1992. Commission on Presidential Debates : http://www.debates.org/index.php ?page =october-11-1992-first-half-debate-transcript. « I think the principal that separates me is that 5 and a half million people came together on their own and put me on the ballot. I was not put on the ballot by either of the 2 parties ; I was not put on the ballot by any PAC money, by any foreign lobbyist money, by any special interest money. This is a movement that came from the people. This is the way the framers of the Constitution intended our government to be, a government that comes from the people. Over time we have developed a government that comes at the people, that comes from the top down, where the people are more or less treated as objects to be programmed during the campaign with commercials and media events and fear messages and personal attacks and things of that nature. The thing that separates my candidacy and makes it unique is that this came from millions of people in 50 states all over this country who wanted a candidate that worked and belonged to nobody but them. I go into this race as their servant, and I belong to them. So this comes from the people ».

53 C’est ce qui explique qu’il peut exister des discours populistes unitaristes prononcés occasionnellement par des chefs d’Etat ou des Monarques qui se présentent comme l’émanation du peuple face à des partis politiques occupés à organiser leur propre survie.

54 Là où le peuple uni est inclusif et invite chacun à faire partie de la grande famille, le peuple ethnique est au contraire exclusif, il se définit par rapport à ceux qui n’en font pas partie. La dimension ethnique, raciale, linguistique ou culturelle permet alors de séparer ceux qui appartiennent et ceux qui n’appartiennent pas au peuple.

55 Canovan, Margaret, op. cit., p. 5.

56 Taguieff, Pierre-André, op. cit., pp. 123-135.

57 Bush, George, « Address before a Joint Session of Congress on the Persian Gulf Crisis and the Federal Budget Deficit », House of Representatives, Washington DC, September 11, 1990.

58 Lacorne, Denis, La crise de l’identité américaine. Du melting-pot au multiculturalisme, Paris, Fayard, 1997, pp. 132-133.

59 Ibid., p. 98.

60 Buchanan, Pat, The Great Betrayal : How American Sovereignty and Social Justice Are Being Sacrificed to the Gods of the Global Economy, Little, Brown and Company, 1998, pp. 6-7. « On one side is the new class, Third Wave America - the bankers, lawyers, diplomats, investors, lobbyists, academics, journalists, executives, professionnals, high-tech entrepreneurs – prospering beyond their dreams. [...]. On the other side of the national divide is Second Wave America, the forgotten Americans left behind. White-collar and blue-collar, they work for someone else, many with hands, tools, and machines in factories soon to be hoisted onto the shopping block of some corporate downsizer in some distant city or foreign country. Second Wave America is a land of middle-class anxiety, down-sized hopes, and vanished dreams, where economic insecurity is a preexisting condition of life, and company towns become ghost towns overnight. [...]. People know in their hearts that America will never again be the country they grew up in. [...]. For Middle America, something went wrong. They played by the rules, but the promise was unfulfilled ».

61 Buchanan Pat, The Death of the West : How Dying Populations and Immigrant Invasions Imperil Our Country and Civilization, New York, St. Martin’s Press, 2002, p. 136. « In 1960, people of European ancestry were one-fourth of the world’s population ; in 2000, they were one-sixth ; in 2050, they will be one-tenth. These are the statistics of a vanishing race. [...]. Outside of Muslim Albania, no European nation is producing enough babies to replace its population. Hispanics are now the major ethnic group in four of Texas’s five biggest cities [...]. America is going the way of California and Texas [...]. By 2050, Euro-Americans, [...], will be a minority, due to an immigration policy that is championed by Republicans ».

62 La citation provient d’un ouvrage publié en 2000, soit bien avant l’émergence du Tea Party qui illustre aujourd’hui assez bien ce que peut être un mouvement décentralisé, même si certaines figures, comme Sarah Palin, apparaissent aussi comme des figures charismatiques.

63 Berlet, Chip, Lyons, Matthew, Right-Wing Populism in America, New York, Guilford Press, 2000, pp. 4-5.

64 Ibidem., pp. 4-5.

65 Stavrakakis, Yannis, Angelopoulos, Panos, « Peuple, populisme et anti-populisme : le discours politique grec à l’ombre de la crise européenne », Actuel Marx, n° 54, 2013, p. 123.

66 Judis, John, op. cit., p. 14.

67 En campagne électorale, Margaret Thatcher se positionnait en faveur du peuple contre les élites politiques travaillistes et surtout contre les élites syndicales. Taguieff, Pierre-André, op. cit., p. 116.

68 Betz, Hans-Georg, The New Politics of the Right, New York, St. Martin’s Press, 1998, p. 4.

69 Une comparaison du même ordre en France a été réalisée sur Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie. Voir Saussez, Thierry, (1992), Tapie-Le Pen. Les jumeaux du populisme, Paris, Edition n° 1, 1992.

70 Hertzke, Allen, Echoes of Discontent. Jesse Jackson, Pat Robertson, and the Resurgence of Populism, Washington, Congressional Quarterly Press, 1993, p. 4.

71 Betz, Hans-Georg, op. cit., p. 5.

72 Sur Huey Long, voir notre chapitre « 1929 et le populisme aux Etats-Unis. Les cas du père Coughlin et de Huey Long », Provenzano, François, Goin, Emilie, Usages du peuple, Liège, Presses universitaires de Liège, 2017, pp. 67-78 ; McNicol Stock, Catherine, Rural radicals. Righteous Rage in the American Grain, Londres, Cornell University Press, 1996, pp. 84-85 ; et Judis, John, op. cit., pp. 28-32.

73 Cité par Berlet, Chip, Lyons, Matthew, op. cit., p. 127.

74 Extrait de « Share Our Wealth. Every Man a King », discours à la radio le 23 février 1934). Le texte intégral est disponible sur le site dédié à la vie et aux archives relatives à Huey Long : http://www.hueylong.com/programs/share-our-wealth-speech.php. « Both of these men, Mr. Hoover and Mr. Roosevelt, came out and said there had to be a decentralization of wealth, but neither one of them did anything about it. [...] But I wish to warn you now that nothing that has been done up to this date has taken one dime away from these big fortune-holders ; they own just as much as they did, and probably a little bit more ; they hold just as many of the debts of the common people as they ever held, and probably a little bit more ; and unless we, my friends, are going to give the people of this country a fair shake of the dice, by which they will all get something out of the funds of this land, there is not a chance on the topside of this God's eternal earth by which we can rescue this country and rescue the people of this country ».

75 Il s’agit du journal de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) une association qui défend encore aujourd’hui les droits des personnes de couleur et lutte contre les discriminations raciales.

76 Berlet, Chip, Lyons, Matthew, op. cit., p. 126.

77 Hermet, Guy, op. cit., p. 77.

78 Extraits cités par Canovan, Margaret, op. cit., p. 155.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Jamin, « Le populisme aux Etats-Unis : la question du peuple », Amnis [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://amnis.revues.org/3232 ; DOI : 10.4000/amnis.3232

Haut de page

Auteur

Jérôme Jamin

Université de Liège, Belgique, Jerome.jamin@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org