Navigation – Plan du site

La propagande du rêve. Le discours de l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional : pour une poétique de la résistance

Nathalie Galland

Résumés

Si l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional s’inscrit de fait dans la tradition des luttes révolutionnaires de l’Amérique latine, s’il hérite de l’histoire un souffle marxiste guévariste réinventé par un vaste imaginaire indigène, bientôt pourtant, comme il renonce aux balles, il renonce au discours dogmatique pour adopter une poétique singulière, prompte à s'abandonner au transport onirique. Et s’il y a bien propagande, une propagande fidèle à son armature étymologique de propagation, ce sera dès lors celle du rêve, une propagande des confins, débordant les frontières de ce que l'on nomme d'ordinaire politique. C'est que cet élan littéraire, éminemment conscient du pouvoir des mots, de la puissance de l’effraction onirique, véhicule éthéré de l’avènement d’un autre dire du monde, s'achemine inlassablement vers l'endroit de l'utopie, vers l'avènement d'un autre monde. De dissonance en dissidence, toutes deux matières de résistance, le discours devenu chant vagabond s'ouvre autrement sur le politique ; via la légitimité de la lutte, il projette un horizon : celui de la reconnaissance de la pluralité du monde, celui du passage à une démocratie pluri-culturelle.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

América latina, EZLN, propaganda, utopía
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), voit le jour le premier janvier 1994 en se soule (...)
  • 2  Nous relevons ainsi la multiplication des communiqués de l’EZLN, leur diffusion extrêmement large, (...)
  • 3  Voir à cet égard Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, Paris, La Fabr (...)

1Si l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional1 s’inscrit de fait dans la tradition des luttes révolutionnaires de l’Amérique latine, s’il hérite de l’histoire et d'un souffle marxiste guévariste réinventé par un vaste imaginaire indigène, bientôt pourtant, comme il renonce aux balles, il renonce au discours dogmatique pour adopter une poétique singulière, prompte à s'abandonner au transport onirique. Et s’il y a bien propagande, une propagande fidèle à son armature étymologique de propagation, si l'EZLN s'inscrit bien dans une démarche de martellement textuel2 qui vise l'adhésion à sa trame idéologique, ce sera dès lors celle du rêve, une propagande des confins, débordant les frontières de ce que l'on nomme d'ordinaire politique. C'est que s'il ne le revendique pas, cet élan est pourtant bien conscient que l’homme est peut-être d’abord un animal littéraire3, éminemment sensible au pouvoir des mots comme à l’effraction onirique, véhicule éthéré de l’avènement d’un autre dire du monde, d’un autre monde.

2Depuis l’univers de l’insurrection, de l’insurrection en forêt Lacandone ou bien dans les Altos d’un Chiapas démuni, la longue procession des mots livrés à couvert ou à découvert mènera toujours à l'orée du réel. Et ces mots, tantôt enfouis dans l’histoire mythologique des communautés indigènes, tantôt échappés de la brume selvatique, seront des mots qui appellent, qui crient et se cambrent pour faire face, rester debout…

3De la clandestinité et du nomadisme propres aux insurgés, découlera une adéquation entre l’espace de production et la matière verbale : la tresse discursive se fera sinueuse, hésitante, désirante, hypnotique, tremblant de la douceur et de la puissance du rêve. Elle mettra en marche au-delà d'elle-même un verbe de l'ailleurs qui n'aura de cesse de reconfigurer l'ordre du monde. Plus que seule réponse au réel, plus qu’onguent, le rêve bouleversera les temporalités, dans une confusion et pour une ouverture, une refondation essentielle de l’espace politique. Véritable brèche dans la toile du réel, à son tour tendu au-dessus des campements insurgés, le rêve constituera le point d’ancrage et de désancrage du discours, le territoire du glissement et celui du désir qui enjoint au loin son assouvissement : la réalisation, la fabrique d’un autre vivre-ensemble.

  • 4  Nous empruntons l’expression à Michel Collot, La poésie moderne et la structure d’horizon, Paris, (...)

4Il s’agira dès lors de savoir comment, d'abord, pour rendre compte et séduire, les mots deviennent chant nocturne, chant vagabond ; comment ensuite la trame idéologique, irradiée par le rêve, se fait poésie, imprécation, pont, rencontre. Comment enfin, précisément, le rêve, plus que simple alternative à la déchirure du réel, forge une résistance neuve, une résistance qui s’ouvre sur l’étendue, sur l’inattendu, jusqu’à faire céder les limites du monde4.

  • 5  Nous renvoyons exclusivement aux cinq volumes de Documentos y Comunicados del EZLN, publiés respec (...)

5A partir d'un fragment à valeur exemplaire tiré du corpus de l'EZLN5, nous tâcherons de proposer ici des réponses à ces interrogations.

Écrire le rêve, respirer ailleurs…

  • 6  Bloch, Ernst, Le Principe Espérance, vol. I, (trad. Françoise Wuilmart), Paris, Gallimard, 1976, p (...)

Je vibre. Très tôt déjà, on cherche.
On est tout avide, on crie.
On n’a pas ce qu’on veut.6

  • 7  Les premiers communiqués (Declaración de la selva lacandona par exemple), extrêmement programmatiq (...)

6Le parcours que proposent les textes néo-zapatistes, leur mobilité dans un espace selvatique propice à la métamorphose du monde et à la transfiguration des êtres, manifeste le cheminement d'une pensée voyageuse, en réalité aficionada à l'odyssée. Par elle, se médiatisent les choses et les idées, se rencontrent et s'unissent des imaginaires lointains, se vivent ou se revivent les expériences passées dans une langue métissée d'ailleurs fictionnel et poétique. C'est que le réel de la lutte ne s'épuise pas dans le dogme, que le corset idéologique7, tout légitime qu'il puisse être, se révèle malhabile, insuffisant à conquérir l'autre, ce récepteur potentiel de mots et d'images émanant d'un Chiapas demeuré lointain. C'est que ce réel pèse lourd, avec ses résistances propres, les combats, les errances, la peur, avec les limites qu'il impose au champ du possible, la dissolution brutale de toute projection immédiate ; aussi, seul paraît s'offrir l'envers du monde, celui où la nuit rencontre les mots, et les mots, les rêves. Rêves du vieil Antonio, cette figure récurrente de la prose néo-zapatiste, incarnation de la sagesse indigène détentrice du savoir mythologique, rêve de Marcos, bâti depuis la bibliothèque universelle sans se départir de sa prégnance idéologique, rêve du mouvement rebelle tout entier, celui d'une société multi-ethnique, de la reconnaissance, de l'égalité dans la différence.

  • 8  Yurkievitch, Saúl, Littérature latino-américaine : traces et trajets, Paris, Éditions Gallimard, 1 (...)

7Aussi les mots conduisent-ils toujours à l'adoption de récits de fiction onirique où le rêve, identifié ou non comme tel, abonde et nourrit le texte, le projette dans d'autres constellations du sens. Ainsi l'écriture, malmenée par la dérive, l'effusion amoureuse de la littérature et l'infusion fondamentale du politique, semble toujours réinventer l'existant, comme si elle voulait effacer un temps l'histoire hégémonique, et revenir à « une modalité primordiale de la matière, à la materia prima »8. Et c'est sans doute d'une matière première pleine et inventive, contenant l'ensemble des possibles énonciatifs et symboliques qu'il s'agit ici, la matière première du rêve pétrie par l'écrit, ce pont tendu entre créativité de la langue et imaginaire, quand le texte a le pouvoir de déplacer ses propres termes, quand il refuse à la langue même toute sédentarité.

  • 9  Pour mémoire, nous dirons avec Dan Sperber que : « Les idées non seulement peuvent se transmettre, (...)

8Précisément, pour que ce mouvement trouve son origine, qu'il s'initie comme élan vers l'autre, pour que la propagande devienne active et efficiente, qu'elle soit véritablement dissémination dans la chair des textes, qu'elle succombe à la contagion9 littéraire, il faut bien d'abord se rendre à la métaphore, jouer le jeu des analogies. Et cette métaphore de laquelle découlera la matière liquide du rêve, c'est celle de la mer. Celle qui fera inlassablement rimer au long du corpus, engagement dans la lutte et embarquement sur d'improbables navires, croisade défroquée pour un autre tierra y libertad en Tierra firme et vagabondage nocturne en terra incognita...

9A titre d'exemple, ce fragment où le narrateur, el subcomandante Marcos, laisse se déployer un imaginaire épiphanique qui, avec la nuit, a bel et bien pris le large, a choisi contre l'enrégimentement, la profusion, la dispersion onirique :

Et le brave capitaine ordonne de lever l'ancre et de hisser la grand voile et « à pleine vitesse » dit-il de sa voix rauque et personne ne sait quoi faire et quelqu'un s'aventure à demander « elle peut vraiment aller si vite que ça cette coquille de noix ? » et sur la pomme d'Adam de ce malheureux vient se planter le crochet du capitaine et alors personne ne veut plus faire le malin et tous regardent le capitaine pleins de peur et de reproches et le capitaine n'en voit que la moitié puisqu'il est borgne, et il ne voit parfois que la moitié de la peur, et d'autres fois que celle des reproches, et d'une manière ou d'une autre il se rend bien compte que ce n'est pas sûr ça, qu'il y en ait certains qui prennent la mer et que d'autres restent à terre, et en vérité tous prennent la mer et tous restent à terre, ce qui est sûr c'est qu'ils ne parviennent pas à se décider et le capitaine a tout sauf le temps, et en plus le capitaine est assez contrarié parce qu'il a découvert que la plus grande partie de l'équipage est composée de femmes et le capitaine est capitaine et aussi pirate mais pas suicidaire, alors avec discrétion il corrige l'écriteau qui annonçait « on n'admet pas les femmes à bord » et il retire le « n'... pas » et reste alors un inutile « on admet les femmes à bord », et c'est pareil avec les homosexuels et les lesbiennes, avec les jeunes, les prisonniers, les indigènes, avec tous les exclus de tous les bateaux, et le capitaine fait une grimace qui lui déforme encore davantage le visage et sur le pont il y a de la peur et des reproches et peut-être sait-elle, elle seulement, que cette grimace est un sourire, ou peut-être pas, peut-être ne le sait-elle pas non plus, mais le fait est que le capitaine sourit parce qu'il y a un bateau et il y a la mer et aussi du tabac qui alimente les nuages nécessaires dans ce cas, et l'équipage est parfaitement discipliné, c'est-à-dire que chacun fait ce qui lui plaît et personne ne prête attention aux ordres et tous sont d'accord sur le fait qu'ils sont montés à bord pour ne plus avoir à obéir aux ordres mais participer, être capitaines et marins et bateau et mer et nuages et tout, et c'est sûr, c'est pour ça que ce bateau ne cessera jamais de caboter, ou du moins c'est ce que l'on aurait dit, parce que soudain une houle qui sort d'on ne sait où le tire du port et le pousse en haute mer, et avec tellement de rébellion à bord, le petit bateau ne dessine aucun sillage mais reste là à faire des tours et des tours comme les manèges des fêtes de village, et depuis les hauteurs de leurs palais les grands politiques rient aux éclats parce que ce bateau pirate qu'ils voient ne va nulle part, et leurs trésors et leur superbe sont bien à l'abri de ces marins qui, une fois sur le pont, ont commencé par s'approcher du bord et vomir une quantité non négligeable du déjeuner qu'ils avaient dans l'estomac, et le fait est que les marins sont heureux du roulis et du tangage de leur petit bateau qui ne mène nulle part, et le capitaine ne décide rien, mais on le devine content parce qu'il avait toujours voulu avoir un manège avec des petits chevaux de bois, des cygnes, des bateaux et bien sûr, un petit lit pour elle, et il pense qu'on pourrait suspendre de petites guirlandes de lumières colorées et mettre de la musique et aussi un kiosque où quelqu'un ne vendrait pas de billets mais offrirait des crèmes glacées à la noix, des bonbons et aussi des sacs pour le mal de mer, et plus loin, il y aurait un vendeur de barbe à papa qui, c'est sûr, ne vendrait pas de barbe à papa mais donnerait des nuages et des crayons de couleurs pour que chacun puisse peindre son nuage de la couleur qui lui plaît, et sûrement que vu d'en haut le bateau serait pareil à un arc en ciel échevelé qui partirait en quenouille, et le capitaine imagine une prise aérienne parce que le capitaine, ce qu'il a toujours voulu, c'est piloter un avion mais l'avion est tombé et il a dû le changer en bateau, son aéroplane, et lui, il dit qu'il est tombé mais pas parce qu'il était en papier mais parce que là-haut il se sentait bien seul et en réalité, lui, ce qu'il veut, c'est être astronaute et organiser une rencontre interplanétaire pour l’universalité et contre quelque chose, et il veut que la rencontre ait lieu sur Mars et en vérité ce qu'il veut le capitaine, c'est pouvoir lui dire, à elle, « Mars et ça repart » et le capitaine sait bien que cette blague est une blague de cour de récré, mais elle va lui arracher un sourire, à elle, un sourire comme maintenant, et soudain on lance au capitaine « un homme à la mer ! » et le capitaine est tout surpris mais pas du fait que quelqu'un soit tombé à l'eau mais plutôt parce qu'on l'en a informé, car à bord, le désordre est bien joli mais impossible à maîtriser, et le capitaine ordonne qu'on jette une bouée de sauvetage au naufragé et bien sûr personne ne jette rien par-dessus bord, et pas par rébellion mais parce que personne en fait n'est tombé à l'eau, c'est juste qu'un p'tit malin est allé aux toilettes et l'a signalé ainsi, et le capitaine regarde quand même s'il n'y a pas de requins alentour et il n'y en a pas, alors il sort sa canne à pêche et lance le fil où il le faut lancer c'est-à-dire en l'air, et le capitaine reste là à espérer décrocher un trésor, une sirène ou une étoile comme celle qui est là-haut, vous l'avez vue ?, oui, là, celle qui boucle l'avant et l'après, qui continue, qui commence…

  • 10  Communiqué du Subcomandante Marcos, Documentos y Comunicados del EZLN, vol. II, México, Era, 1995, (...)

Bon. Salut et prenez garde à ces récifs qui hérissent le chemin du pouvoir. Quand on navigue, ce qui importe n'est pas le port vers lequel on met le cap, mais cette sensation de tout refaire à nouveau...
El Sup levando anclas y tomando unas pastilla para el mareo…10

  • 11  Nous avons abordé cette question de la temporalité dans l’article « Le temps résolu en espace, dép (...)

10Dans cette emblématique structure textuelle ininterrompue, récit métaphorique et délirant qui s’écoule dans le débordement de la polysyndète, c'est le basculement de l'expérience du monde qui se joue, une expérience imaginante en rupture avec les catégories rationnelles. Ce que la raison tient à distance le jour se livre avec la nuit entendue dès lors comme l’espace-temps de l’expérience initiatique, tant pour le héros que pour le lecteur. Non plus simple decorum d’une écriture imaginaire, la nuit, dans sa faculté de recommencement propre au cycle, donne une chance de vaincre la fatalité de la condition diurne. Elle constitue le temps d’abolition du réel et inaugure le temps hors du temps du rêve11. Rêver le monde dans les mots ce sera dès lors ondoyer, transcender l'invraisemblable, faisant de la parole d'homme un commencement d'existence (« hacer todo de nuevo »). Et l'horizon qui se déploie ici dé couvre une autre perspective sur le monde selvatique, une ouverture infinie mais incapturable : la mer tour à tour insaisissable, menaçante, intempestive et sans rivages encore définis, le lieu extrême de la mobilité, roulis et tangage politiques d'un projet du monde (« Del navegar no importa el puerto al que uno vaya, sino esta sensación de hacer todo de nuevo… »).

  • 12  Accords signés entre l’Etat et l’EZLN le 16 février 1996, mais restés lettre morte.

11Par une sorte de pantomime, de débonnaires marins d'eau douce jetés en haute mer s'agitent dans un doux chaos, jouissant de liberté, c'est-à-dire d'une auto-détermination politique (« y nadie hace caso de las órdenes, todos están de acuerdo en que se subieron a este barco porque ya no quieren obedecer órdenes sino participar, ser capitanes y marineros y barco y mar y nubes y todo »), ce paramètre au coeur des accords de San Andrés12, et qui devait être reconnue aux communautés indigènes dès 1996 : ne plus subir l'histoire mais en devenir sujets, acteurs responsables, autonomes. Cette flotte improbable largue donc les amarres d’un réel oppresseur, en quête d’une justice et d’une éthique dans l’errance propre aux hors-la-loi (« pirata »). S’écarter de la norme, la dépasser, c’est se donner la chance d’une trouée, d’un jaillissement hors des cadres préétablis, de maintenir vive une aptitude à la virtualité menacée par l’oppression du réel. C’est là que gagne sa pertinence la figure du pirate comme équivalent symbolique au rebelle, concentration symbolique du hors-la-loi, sorte d’outsider imaginaire qui se tient dans le non-lieu emblématique de la nuit et de la mer. Cette flotte dit la véracité d'une résistance par les mots comme elle propage l'idée d'une réalité du possible. Dans l’espace symbolique de la nuit et par le développement d’une écriture qui résiste aux injonctions de la communication, du vraisemblable, du témoignage, se déroule un rêve à la portée cathartique où le réel est assujetti par la métamorphose et le désir d’altérité.

Résistance, dissonance : la cambrure poétique

  • 13  Chénetier, Marc, « Kyrielle et liaison, propos profanes sur la liste en littérature » ROUGÉ Bertra (...)

Le navire gîte et l’homme désire. Inclinaison, inclination.
Fringale et déséquilibre. Droite ligne et penchant.
Atomisme et clinamen.13

  • 14 In Bartra, Armando, Los relatos de El Viejo Antonio, SanCristóbal de Las Casas, CIACH, 1998, p. 44.

12Écrire, c'est aussi s'embarquer, c'est dire je ou bien nous, c'est faire état de son existence, c'est-à-dire sortir de soi pour être là. Et c'est bien cette posture de la présence, d'un être-là au monde, d'une pérennité et d'une visibilité malgré, qui s'affiche dans ce fragment comme dans bien d'autres. C'est que « rendirse no existe en lengua indígena »14, c'est que la dignité impose la résistance. Mais pour que le corps reste debout, il faut que l'écriture penche, qu'elle trouve un angle oblique à investir pour imposer le rêve, parvenir à toucher, qu'elle compose un espace graphique où s'arque-bouter pour dire. Ailleurs dans le corpus, signalons-le au passage, nombreuses sont les listes d'une verticalité exemplaire, colonne de mots déterminée à s'égrainer. Ici, le fragment se livre dans l'amplification, le flot, mais il n'en ressortit pas moins à la cambrure poétique, celle qui invente, innove, perturbe le sens, déplace les références. La métaphore se donne ainsi comme palpitation de l’écriture, comme le détour du vrai et la condition simultanée de son émergence. Mais le fragment l'expose, il ne s'agit pas d'entendre la métaphore comme trope, véhicule en soi de la distorsion d’un terme dans un contexte, mais bien plutôt comme la portée globale de l’ensemble phrastique ou du texte tout entier, qui fait glisser le sens, qui le déporte loin du simple signifié. Il ne s’agit plus du mot fait métaphore c’est-à-dire employé métaphoriquement, mais de la construction métaphorique comme choix et principe du dire, d’un système métaphorique né de l’imaginaire onirique. Nous sommes dans le territoire mouvant du sens où la tentative d’énonciation relève de la performance de la métaphore comme capture de l’autre possible. Produire une image et même imaginer, c’est d’abord restructurer les champs sémantiques.

13Depuis la périphérie et par le biais, l’écriture poétique fonde une résistance si elle ne contribue pas à un bougé du monde : la selva Lacandona s’est liquéfiée, elle est devenue surface mouvante d'affleurement des rêves, promesses d’un autre monde alimentées par le ressac du réel et des désirs. Et parmi eux, le désir de transcendance est celui qui constitue le moteur de la métaphore comme rébellion de l’imaginaire, une métaphore qui n’est pas indépendante du politique en ce qu’elle est, déjà, multiplicité en acte : elle revendique la polysémie et la diversité de tons et de rythmes, le déplacement du dedans du langage vers le dehors, l’innovation et l’écart contre toute sédentarité du sens. Les mots énoncent la résistance et la vitalité de l’insurrection et vont par-delà la fragmentation, le déséquilibre et la subversion pour atteindre l’en-droit d’une poésie démiurgique qui se dresse sur la page et restructure le sens dans la chair. Autrement dit, les mots décrivent une manière d’habiter le monde et de vivre ensemble, ils poussent à la restauration du lien et au déploiement du possible par la perception de la même réalité depuis le décalage d'une autre perspective.

14Constituant l’endroit de va et vient entre le dedans et le dehors, les mots génèrent un espace où tisser du lien et sont, sans doute, structure d’horizon. Car la langue ne va pas de soi : il en est de l’utopie comme de la poésie, elles ont un caractère intempestif et ouvrent un accès à ce qui semble impossible ou n’existe pas (encore). Dans leur rapport au monde, construction utopique et intuition poétique se rejoignent pour créer une perspective, en ce sens que Merleau-Ponty lui donne, celui d’horizon, défini ainsi par Michel Collot :

  • 15  Collot, Michel , op. cit., p. 18.

La structure d’horizon témoigne de la faculté qu’a l’intelligence perceptive de dépasser constamment le simple donné ; mais elle marque aussi les limites de son pouvoir, car elle est toujours dépassée par l’excès de ce qui se propose à elle. En effet, à mesure qu’avance l’enquête perceptive, l’indétermination de l’horizon qui l’accompagnait au départ se trouve progressivement réduite, ses diverses implications sont « expliquées » ; mais en même temps se constitue un nouvel horizon d’indétermination, porteur d’autres implications : « tout horizon ouvert fait surgir de nouveaux horizons .15

  • 16  Les nombreux autoportraits de Marcos renvoient de manière presque systématique à la protubérance d (...)

15C'est que les modes de la résistance sont aussi des modes de la délivrance et que se libérer en passant par l'écrit, c'est être capable d'inventer de nouvelles constellations de mots et de sens à mesure que l'on avance dans l'écriture. Avec l'horizon onirique de la mer, toujours mobile et gonflé du vent de la révolte, surgit un possible énonciatif infini – une lengua de nunca acabar – élastique et qui fait de la distorsion, de l'écart, de la surenchère, les process de la transmission sémantique. L’horizon dessiné par le fragment textuel intervient d'abord peut-être comme purge du réel où le combattant ordinaire se fantasme en héros tragi-comique, un Capitaine Crochet de fête foraine, dépassé par le chaos et en proie à ses propres faiblesses. Aussi, dans l'énergie propre à l'oralité trébuchante de cette longue tirade - qui ailleurs pourrait s'assimiler à une autre tirade des nez d'un Marcos Cyrano16 - l'auto-dérision vient-elle définitivement gommer toute assimilation à la figure emblématique du héros révolutionnaire. S'il est bien épris de liberté et accessoirement d'une autre « ella », s'il est sincère et touchant, s'il est foncièrement porté par le sens, il n'en est pas moins insignifiant, dérisoire (comme l'embarcation elle-même : « cáscara de nuez »), minuscule et en marge. Autant de définitions du mouvement rebelle qui le placent loin des topiques révolutionnaires agitant pour leur compte programmes et slogans, bien plus loin encore des manipulations et des opportunismes du système politique mexicain toujours stigmatisé (« tiburones ») ; des définitions par là-même légitimant la restauration d'une justice pour ceux d'en bas. Mais en terre ferme, rappelons-le, la lutte de l'EZLN est âpre et ténus les vecteurs d'adhésion qu'il faudra dès lors bien surprendre. Ce que revendique ce bateau ivre, c'est précisément l'improvisation comme moteur de décision dans la lutte, exposant un ensemble de gesticulations pourtant sémantiquement pertinentes tant elles transgressent les idées reçues et sont susceptibles d'en modifier l'impact sur un lecteur lui-même déboussolé. S'enchâssent de manière de plus en plus dense les péripéties et les anecdotes, favorisant un précipité qui, une fois agité, changera bien le donné en autre chose, amplifiera l'horizon : l'espoir que du chaos naisse un autre cosmos, irréductible à la fatalité feinte dans ces lignes.

Acheminer le rêve en utopie

  • 17  Gelman, Juan, « Confianzas », Hechos y Relaciones, Editorial Lumen, Barcelona, 1980, p. 28.

« con este poema no tomarás el poder » dice
« con estos versos no harás la Revolución » dice
« ni con miles de versos harás la Revolución » dice
se sienta a la mesa y escribe.17

16Précisément, ce cosmos qui s'énonce, à la fois m onde en projet et projet du monde, refuse de se soumettre à la norme établie, pointant du doigt les travers d'une société (machisme, racisme social, préjugés en tout genre), prenant radicalement partie pour toute minorité (« “se admiten mujeres”, igual ocurre con los homosexuales y lesbianas, con los jóvenes, con los presos, con los indígenas, con los todos excluidos de todos los barcos »), pour la reconnaissance, en somme, de la pluralité du monde. L'énonciateur lui-même choisissant un identité polyfacétique transgressive, choisissant la marge, le différent, soi-même comme un autre pour un autre soi-même, prenant ainsi irréductiblement le contre-pied du pouvoir. Pied de nez léger ou ironique à l’oppresseur, il est celui qui s’incarne en tout peuple opprimé, qui redessine la distribution des rôles sociaux et la visibilité des absents de l'histoire officielle.

  • 18  À Oventic, communauté zapatiste, Chiapas,du 4 au 8 avril 1996.

17 Le projet politique qui affleure n'a de cesse de s'ouvrir davantage quand le rêve s'augmente du rêve, s'augmente du désir, l'un dit par l'autre (« ya piensa en ponerle foquitos de colores y música [...] lo que quiere es ser astronauta y hacer un encuentro interplanetario por la universalidad y en contra de algo ». Et augmenter, c'est d'abord faire preuve d'autorité, autorité sur le monde, augmentation du possible – de fait a bien eu lieu cet Encuentro por la humanidad y en contra del neoliberalismo18 -, réintroduction du merveilleux par l'onirique, manifestation de la résistance par l'enchantement du monde.

  • 19  Collot, Michel, op. cit., p. 167 pour les deux références.

18 Ce fragment mouvant, poétique et non pas rhétorique, qui tire ailleurs, qui respire ailleurs, sorte d'« effraction de l'étendue » ne dit pas autre chose que du politique. Il montre une expérience, c'est-à-dire « une traversée qui transgresse toute limite, un mouvement qui va toujours au-delà de lui-même. Pour s’accomplir, elle doit demeurer inachevable. Il importe donc qu’à tout moment le dynamisme de son parcours s’alimente à une réserve inépuisable d’imprévu »19.

  • 20 « C’est-à-dire une tempête telle qu’elle se trouve dans le livre, une tempête poétique, telle que l (...)

19En cela aussi, le recours au rêve manifeste un désir de complétude, une stratégie qui permet de transfigurer le réel pour y pénétrer, s’y frayer un chemin et y laisser une trace. Le carnaval du rêve n'est pas si étranger à celui du jour, il en est même une sublimation plus authentique, une tempestas poetica radicale selon le mot d'Ernst Bloch20, où le vrai de l'émotion et du désir priment enfin sur la clôture du monde.

  • 21  Emprunts à Ernst Bloch, op. cit., p. 174-216.

20Aussi, ne faut-il pas voir dans la transfiguration des combattants rebelles en marins improbables, un simple jeu de masques. Ce processus au contraire est à saisir comme préfiguration, ce qui lui confère son caractère politique. L’invention de soi dans la multiplicité, fonde l’écart entre ce qui est et ce que l’on convoque : le soi onirique et protéiforme esquisse bien les contours d’une autre mexicanité. La transfiguration s’effectue ici avec l’Histoire et l'expérience pour bagages – l'histoire singulière des communautés indigènes et avec elle, celle des paysans acasillados ou démunis - et en cela renvoie à la temporalité élastique d'un présent hérité d'un passé, mais la préfiguration dont elle est l’ébauche, elle, tend comme l’utopie vers un avenir à finaliser. En cela, le rêve en œuvre dans les mots est pensée émancipatrice, songe d’utopie, figure du « pré-apparaître » ou du « non-être-encore »21. Car le monde, comme latence, manifeste une disposition à quelque chose qui ressortit à l’aboutissement de l’intention utopique, un monde délivré des souffrances, de l’aliénation, dans une perspective marxiste non étrangère au guérillero. L’utopie néo-zapatiste d’une société sans classes ni oppression, d’une récusation radicale du néolibéralisme comme mode de l’être-ensemble, trouve dans le récit onirique l’espace de l’expression du désir et dans le texte une chair où s’incarner rappelant que c’est la volonté utopique qui guide les mouvements de libération dans l’histoire de l’humanité. La chair du rêve, endroit de la dissonance poétique et de la dissidence politique est avant tout résistance, nécessaire transport du désir et de l'espoir, chair d’utopie.

21A la logique de la guerre, de l'histoire, des vainqueurs, du monde tel qu'il s'offre dans ce Chiapas des confins du territoire qui rime souvent avec ban social et marginalité, le rêve fait suppléer une alternative politique qui déporte hors de ces assignations réelles ou symboliques. Il ouvre une brèche, fait qu'en abandonnant les oripeaux dogmatiques, l'intentionnalité politique parvienne à augmenter l'horizon collectif, à inter-esse(r) l'autre, c'est-à-dire à se placer entre, devenir reliance, pont, semence, pour ébranler, toucher cet autre et qu'il entre enfin en contagion par la propagande du rêve. Aussi, le perpétuel débordement de l'écriture n'est-il autre chose que le renouvellement des tentatives d'enlacement, transaction entre mandat idéologique et exigence esthétique, lieu idéal du politique, conscience utopique qui résiste dans les mots.

Haut de page

Notes

1  L’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), voit le jour le premier janvier 1994 en se soulevant dans l’État du Chiapas, au Mexique, réanimant, depuis le territoire du texte, l’ombre de Zapata et les valeurs clés de la révolution mexicaine de 1910.

2  Nous relevons ainsi la multiplication des communiqués de l’EZLN, leur diffusion extrêmement large, par tous les biais notamment celui de la presse locale, nationale et internationale. Dès les premiers mois qui suivent le soulèvement, l’intensité et la fréquence des textes qui se livrent via l’épanchement épistolaire (jusqu’à un par jour) ne peuvent que frapper le lecteur.

3  Voir à cet égard Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, Paris, La Fabrique-Éditions, 2000.

4  Nous empruntons l’expression à Michel Collot, La poésie moderne et la structure d’horizon, Paris, PUF, 1983, p. 90.

5  Nous renvoyons exclusivement aux cinq volumes de Documentos y Comunicados del EZLN, publiés respectivement en 1994, 1995, 1997 et 2003 par les éditions ERA, México.

6  Bloch, Ernst, Le Principe Espérance, vol. I, (trad. Françoise Wuilmart), Paris, Gallimard, 1976, p. 33.

7  Les premiers communiqués (Declaración de la selva lacandona par exemple), extrêmement programmatiques, sont tissés dans la prose de la Révolution...

8  Yurkievitch, Saúl, Littérature latino-américaine : traces et trajets, Paris, Éditions Gallimard, 1988, p. 129.

9  Pour mémoire, nous dirons avec Dan Sperber que : « Les idées non seulement peuvent se transmettre, mais même, en étant transmises à nouveau par ceux qui les reçoivent, elles peuvent, de proche en proche, se propager. […] Expliquer la culture, c’est expliquer alors pourquoi et comment certaines idées sont contagieuses», La contagion des idées, Théorie naturaliste de la culture, Paris, Éditions O. Jacob, 1996, p. 8.

10  Communiqué du Subcomandante Marcos, Documentos y Comunicados del EZLN, vol. II, México, Era, 1995, p. 112.

11  Nous avons abordé cette question de la temporalité dans l’article « Le temps résolu en espace, déploiement spiralaire et dilatation de l’écriture dans le discours néo-zapatiste », Langage, Temps et Temporalité, Albi, CALS, 2008.

12  Accords signés entre l’Etat et l’EZLN le 16 février 1996, mais restés lettre morte.

13  Chénetier, Marc, « Kyrielle et liaison, propos profanes sur la liste en littérature » ROUGÉ Bertrand (sous la direction de), Suites et séries, Actes du troisième colloque du CICADA, Pau, PUP, 1994, pp. 107-122.

14 In Bartra, Armando, Los relatos de El Viejo Antonio, SanCristóbal de Las Casas, CIACH, 1998, p. 44.

15  Collot, Michel , op. cit., p. 18.

16  Les nombreux autoportraits de Marcos renvoient de manière presque systématique à la protubérance de son nez et conduisent à l’adoption de nombreux sobriquets.

17  Gelman, Juan, « Confianzas », Hechos y Relaciones, Editorial Lumen, Barcelona, 1980, p. 28.

18  À Oventic, communauté zapatiste, Chiapas,du 4 au 8 avril 1996.

19  Collot, Michel, op. cit., p. 167 pour les deux références.

20 « C’est-à-dire une tempête telle qu’elle se trouve dans le livre, une tempête poétique, telle que la réalité ne la connaît jamais, une tempête menée jusqu’au bout, une tempête radicale » Michael Löwy, « Le “Principe Espérance” d’Ernst Bloch face au “Principe Responsabilité” », http://www.ehess.fr/centres/ceifr/pages/images/ERNST %20BLOCH.pdf

21  Emprunts à Ernst Bloch, op. cit., p. 174-216.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Galland, « La propagande du rêve. Le discours de l’Ejército Zapatista de Liberación Nacional : pour une poétique de la résistance », Amnis [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 30 janvier 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/436 ; DOI : 10.4000/amnis.436

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org