Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Au cours de la première moitié du XXe siècle, l’Europe vit naître et se développer sur son territoire un nombre considérable de dictatures particulièrement sanglantes. Malgré leurs différences idéologiques, Hitler, Staline, Mussolini, Franco, Salazar pratiquèrent une même politique répressive, fondée sur la censure, la terreur, l’élimination des adversaires politiques et la mise sous surveillance de l’ensemble de la société. Comme le signale Giorgio Agamben (« L’Etat d’exception », Le Monde, 12 décembre 2002) dans le cas des Etats totalitaires tels que l’Allemagne nazie, on alla même jusqu’à supprimer des « catégories entières de la population qui ne […semblaient…] pas pouvoir être intégrées au système politique ». De fait, l’Etat considérait la violence comme un mode de fonctionnement légitime, indispensable à la reproduction du modèle de société en vigueur. La violence tant physique que psychologique relevait du dogme et constituait une pratique étatique, qui structurait la vie des populations.

2Si certains de ces Etats disparurent après la Seconde Guerre mondiale, d’autres survécurent, voire se consolidèrent grâce, en particulier, à la Guerre froide. Les tensions politiques internationales qui en découlèrent servirent de prétexte aux grandes puissances (URSS, Etats-Unis) pour perpétuer et instaurer à travers le monde des régimes autoritaires et dictatoriaux favorables à leurs intérêts. En Europe de l’Est, les gouvernements contrôlés par l’Union soviétique réprimèrent toutes les tentatives de démocratisation de la société. Des milliers d’individus moururent emprisonnés ou torturés dans des camps, dont le fonctionnement s’inspirait du goulag. En Amérique Latine, tandis que l’URSS armait les guérillas marxistes, les Etats-Unis appuyaient de nombreux régimes autocratiques. Les noms de sinistres dictateurs aux exactions sanglantes comme Batista, Trujillo, Somoza, Pinochet et Videla ont à jamais marqué l’histoire du continent. Considérant les libertés individuelles comme dangereuses et pernicieuses, ils érigèrent des Etats, qui se perpétuaient par la répression et dont les pratiques étaient d’une violence extrême. Des années 50 aux années 80, l’Amérique Latine devint dans l’imaginaire collectif symbole de tortures, d’exécutions sommaires et d’atteintes aux droits de l’homme.

3Dans les démocraties occidentales, une partie de la population se mobilisa et dénonça cette situation. Sous la pression de l’opinion publique, plusieurs Etats condamnèrent ces régimes. Cependant, dans la plupart des cas, les protestations officielles demeuraient sans conséquence. Les intérêts stratégiques primaient sur toute autre considération. A l’exception de certains tyrans comme Somoza, les dictateurs d’Amérique Latine continuèrent à bénéficier du soutien économique et militaire de nations occidentales, telles que les Etats-Unis et la France, « patrie des droits de l’homme ». L’aide de ces pays aux régimes dictatoriaux ne se réduisit qu’à partir du moment où l’URSS donna des signes évidents de déclin.

4Pour comprendre ces pratiques, il est indispensable de tenir compte, entre autres, d’un concept fondamental, pour la plupart des systèmes politiques : la raison d’Etat. Elle oriente les stratégies gouvernementales aussi bien dans les régimes dictatoriaux que démocratiques. Ainsi, même dans les pays dont les constitutions sont fondées sur le respect des droits de l’homme, la raison d’Etat engendre de multiples et imperceptibles formes de violence contre l’individu et la collectivité. Sous prétexte d’une menace imminente, les gouvernements démocratiques instaurent parfois un état d’exception qui permet de mettre entre parenthèse, pour un temps indéterminé, les libertés individuelles et collectives, au nom de l’intérêt supérieur de la nation. Dès lors, on crée une situation juridique « exceptionnelle », qui « se présente comme la forme légale de ce qui ne peut avoir de forme légale » (Giorgio Agamben « L’Etat d’exception », Le Monde, 12 décembre 2002). La violence devient acceptable pour l’opinion publique, dans la mesure où les autorités la présentent comme une réponse légale à la violence illégale des « autres ». C’est ainsi que le sénateur Mac Carthy put mener sa célèbre « chasse aux sorcières », que le gouvernement français réprima dans le sang les manifestations pour l’indépendance de l’Algérie le 17 octobre 1961 et que l’actuel gouvernement russe « règle » la question tchétchène.

5La violence d’Etat n’a donc rien d’exceptionnel dans les démocraties. Il s’agit d’un phénomène récurrent, que la situation politique actuelle ne fait hélas qu’illustrer. Depuis le 11 septembre, la peur des attentats terroristes conduit de nombreuses autorités gouvernementales à multiplier les décrets et à se substituer dans une certaine mesure aux parlements. Les atteintes à la séparation des pouvoirs, fondement de la démocratie, s’accompagnent d’une multitude de lois d’exception, ce qui tend à désigner les individus vivant aux marges de la société ainsi que les étrangers comme des dangers potentiels. Tandis que les législations répressives se multiplient, certains gouvernements saisissent l’occasion pour créer des situations qui échappent aux lois nationales et internationales, songeons par exemple aux prisonniers de Guantanamo.

6Dans son troisième numéro, la revue @mnis publie douze articles, qui soulignent à quel point la violence n’est pas inhérente à une certaine forme d’Etat. Quel que soit le modèle, elle est présente dans toutes les sociétés. Ainsi, dans l’Espagne franquiste et la France de la IVe République – deux régimes profondément différents ­­–, l’internement a été utilisé de façon arbitraire, contre des individus opposés à la politique du pouvoir en place. Cette « proximité » dérangeante entre démocratie et dictature se retrouve sur le continent américain. L’exécution d’opposants chiliens réfugiés au Paraguay ou la condamnation à mort de malades mentaux au Texas relèvent d’une logique similaire. Seules les modalités et le cadre juridique diffèrent. Dans les deux cas, on supprime la personne en rupture avec le système, l’Etat et ses représentants la jugeant coupable d’une transgression éminemment dangereuse. Sous cet angle, démocraties et dictatures se révèlent beaucoup plus proches qu’on ne saurait l’imaginer, et notamment quand elles collaborent étroitement contre les opposants politiques. L’opération condor en est un triste exemple.

7La violence n’est pas seulement physique, elle peut être également d’ordre économique. Parfois, l’Etat définit des orientations économiques favorables aux intérêts des proches du pouvoir, mais qui contribuent à marginaliser les adversaires politiques (en Argentine, par exemple). De plus, comme le rappellent plusieurs articles, la violence d’Etat s’exerce souvent dans un environnement marqué par de profondes inégalités sociales, qu’elle contribue à accentuer (Haïti, Guatemala…). Ce phénomène provoque de nombreuses victimes, parmi lesquelles figurent, en premier lieu, les populations traditionnellement exclues de toute participation aux organes de décision gouvernementaux (les Indiens, par exemple). De telles situations favorisent l’émergence de guérillas, qui répondent à la violence institutionnelle par une violence sans légitimité étatique. Il en découle une logique qui peut sembler paradoxale : dès qu’un gouvernement issu de ces guerillas se substitue à l’ancienne dictature et prend le pouvoir, il s’empresse de légitimer la violence, autrefois condamnée, dont il est le produit. Elle lui tient lieu d’acte fondateur et lui permet de se perpétuer, comme c’est le cas du régime castriste.

8La lutte contre la violence d’Etat peut prendre de nombreuses formes et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle est fréquemment non-violente. Les mères de la place de mai en sont l’incarnation. Plusieurs articles mettent aussi l’accent sur le rôle et la place de la littérature dans ce combat. L’engagement de nombreux écrivains en Argentine, en République dominicaine et au Mexique démontre que l’écriture est un outil privilégié de dénonciation. Elle prévient toute tentative d’occultation, en mettant en scène les multiples atteintes à la dignité humaine, dont sont victimes les populations. Par ailleurs, dans certains pays démocratiques, des juges tels que le juge Garzón prennent de plus en plus de distance avec le pouvoir politique et s’engagent dans des procédures internationales, visant à juger des dictateurs tels que Pinochet ou Videla. Trente ans après le coup d’Etat au Chili, l’impunité dont jouissent beaucoup de tortionnaires commence à être remise en question. La création du Tribunal Pénal International, devant lequel comparaissent certains dirigeants de l’ex-Yougoslavie, confirme cette tendance. Toutefois, plusieurs Etats sont opposés à « l’internationalisation » de la justice, au premier rang desquels les Etats-Unis. La position de la plus puissante des démocraties n’est, hélas, qu’un nouvel exemple de la profonde ambiguïté qu’entretiennent de nombreuses nations à l’égard de la violence d’Etat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernández, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 23 mars 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/452

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org