Navigation – Plan du site

Les violences politiques dans les Etats de la Caraïbe insulaire (1945 à nos jours)

La violencia política en el Caribe insular
Political violence in the Caribbean Islands
Laurent Jalabert

Résumés

La violence politique dans les Etats indépendants de la Caraïbe insulaire (Cuba, Haïti, Saint-Domingue, Jamaïque, Trinidad…) de 1945 à nos jours est une caractéristique constante des pratiques politiques en vigueur dans ces pays. La violence politique s’y est érigée au titre de « culture politique », aussi bien à l’intérieur de régimes autoritaires (Cuba, Haïti, Saint-Domingue), que dans les processus de transition démocratique (Haïti, Saint-Domingue), voire dans les démocraties (Jamaïque, Trinidad…).

L’approche comparative révèle des différences flagrantes dans le degré de violences selon les types de régime et des nuances à l’intérieur de chaque type. Cependant, malgré ces degrés divers, qui vont parfois jusqu’à la terreur systématique, les « violences politiques » se retrouvent régulièrement dans l’ensemble des Etats comme une pratique de gouvernement, et comme un mode d’expression de la société civile, ou des opinions. Elle est bien une « forme de la culture politique » des Etats de la Caraïbe insulaire.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

América, Caribe, violencia política
Haut de page

Texte intégral

1La Caraïbe insulaire de 1945 à nos jours est une zone géopolitique où les violences politiques sont multiples et ce quelle que soit la nature politique des régimes en vigueur. Le trujillisme à Saint-Domingue, le duvaliérisme haïtien, le régime de Batista, puis celui de Castro à Cuba… sont des dictatures, très emblématiques de la région, qui ont pratiqué la violence politique au quotidien. Mais celle-ci est aussi présente dans les régimes « démocratiques », tout particulièrement à Trinidad et Tobago ou encore en Jamaïque, où il n’est pas rare que les passions politiques tournent à l’émeute et à la violence. Que dire enfin des régimes dits de « transition démocratique », souvent chaotiques et instables, et où la violence politique est monnaie courante… La Caraïbe insulaire est donc une zone où s’exprime pleinement la notion de violence politique.

2Par violences politiques, il s’agira ici de recouvrir les violences liées à l’exercice du pouvoir politique, autrement dit, les violences militaires ou policières d’exercice de la terreur, contre les opposants politiques, ou la société civile. Ces violences classiques relèvent des emprisonnements arbitraires, interrogatoires ou se pratique la torture, exécutions sommaires, répression des manifestations de rues, disparitions etc. Il existe cependant d’autres formes de violences politiques, plus larvée et discrètes : refus de la liberté d’expression, privations économiques, harcèlement moral… De telles violences s’exercent moins directement, mais sont aussi pratiquées afin de limiter les oppositions politiques dans certains régimes. C’est donc dans une conception large que nous comprenons la notion de « violences politiques ».

3La Caraïbe insulaire n’est cependant pas un bloc unique. Elle se compose d’Etats aux dimensions forts différentes, micro-Etats insulaires des petites Antilles, et grandes îles de la Caraïbe occidentale. Parallèlement, ces pays n’ont pas accédé à l’indépendance dans les mêmes conditions et aux mêmes âges. Si l’histoire de l’Etat haïtien a deux siècles, celle de son voisin cubain, un siècle de moins et celle de Trinidad ou de la Jamaïque, à peine 40 années… Au demeurant, la Caraïbe insulaire depuis 1945 est balayée par des violences politiques régulières qui seront ici analysées au regard de ces différenciations tant historiques que géographiques.

La Caraïbe insulaire : héritages historiques et géopolitiques

  • 1  Notamment les Départements Français d’Amérique, Martinique, Guadeloupe ; les îles hollandaises…
  • 2  Iles Vierges américaines, Porto-Rico notamment.

4La Caraïbe insulaire ne forme pas un bloc historique homogène. En effet, les différents Etats qui la composent ont accédé à l’indépendance selon des processus différents, aussi bien dans le temps que dans les formes de cette quête. Parallèlement, certaines îles sont restées sous une souveraineté européenne1 ou américaine2. La part des héritages y est donc différente d’un Etat à l’autre.

Décolonisation violente et influence états-unienne : l’héritage du XIX° siècle3

  • 3  Nous n’abordons pas ici dans le détail les héritages de la société coloniale, très lourds, cf. la (...)
  • 4  La meilleure synthèse est l’ouvrage de David Nichols, From Dessalines to Duvalier, New York, Cambr (...)
  • 5  La bibliographie est très large. Nous ne donnerons ici que des références générales en langue fran (...)

5Le premier pays indépendant de la région est Haïti. Il accède à l’indépendance en 1804, après plus de dix années de troubles et de violences révolutionnaires qui lui permettent de se dédouaner de la tutelle française. Seul pays véritablement indépendant tout au long du XIX° siècle, Haïti sombre dans les querelles politiques, l’instabilité et la violence4. Les colonies espagnoles de la Caraïbe insulaire s’émancipent presque un siècle plus tard, échappant d’ailleurs au processus révolutionnaire latino-américain du début du siècle5. La République Dominicaine, après les heurts des années 1820, les occupations haïtiennes et les guerres internes, devient indépendante définitivement en 1865. Cuba, malgré une longue guerre d’indépendance (1868-78) doit attendre les troubles des années 1895-98 pour devenir souveraine avec l’appui américain. Ce qui caractérise ces décolonisations dans les trois principaux pays de la Caraïbe est leur caractère violent et surtout, l’incertitude politique qui en découle, qui conduira le plus souvent à des interventions militaires extérieures du voisin nord américain.

  • 6  Depuis l’article pionnier de Leslie F. Manigat sur « Les Etats-Unis et le secteur caraïbe de l’Amé (...)

6Dès 1895, les Américains, à Cuba, appuient ouvertement les nationalistes et déclarent la guerre à l’Espagne en 1898. Ils conservent d’ailleurs dans l’île la base militaire de Guantanamo et feront de Cuba un véritable protectorat, où ils interviennent militairement pour rétablir l’ordre de 1906 à 1909, puis en 1917. Pire, ils annexent tout simplement Porto Rico, qui reste toujours sous leur dépendance aujourd’hui. Cette politique américaine du « gros bâton » se retrouve en décembre 1914 en Haïti, par un débarquement des Marines, qui contrôleront le pays jusqu’en 1934. Elle se manifeste aussi en 1916, dans la République dominicaine jusqu’en 1924. Systématiquement, Washington invoque deux prétextes pour intervenir : l’endettement de ces pays par rapport aux argentiers américains (« la diplomatie dollar ») et les guerres civiles ou violences politiques perpétuelles qui déstabilisent la région. La présence américaine n’est d’ailleurs pas de tout repos. En Haïti, une résistance s’organise autour de Charlemagne Péralte qui mène « la révolution des Coco ». En réalité, les Etats-Unis appliquent par tous les moyens la doctrine Monroe6.

  • 7  Cf. Pierre Vayssière, op. cit., et Olivier Dabène L’Amérique latine au XX° siècle, Paris, A. Colin (...)

7Le contrôle américain se fait cependant plus distant dans les années 1920-30. Ces Etats retombent alors dans l’instabilité politique Les gouvernements militaires, régimes intermédiaires provisoires, ou les parodies de démocraties se succèdent jusqu’à ce que des hommes forts s’imposent. Trujillo à Saint-Domingue en 1930, ou Batista à La Havane en 1933 sont deux exemples emblématiques. Ces années de l’entre-deux guerres se caractérisent donc une fois encore par des « violences politiques » perpétuelles7.

Deuxième vague de décolonisation et géopolitique américaine (1945 à nos jours)

8Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Caraïbe insulaire est soumise comme le reste du monde aux nouvelles réalités nées du conflit. Elle est tout d’abord animée par une seconde vague d’indépendances, tout particulièrement la zone des « petites Antilles ». Pour l’essentiel, il s’agit de l’émancipation des colonies britanniques qui se déroule pendant presque 20 ans.

Tableau 1 : Les indépendances de la Caraïbe insulaire depuis le début des années 1960

Etats

Date de l’indépendance

Jamaïque

1962

Trinidad et Tobago

1962

Barbade

1966

Bahamas

1973

Grenade

1974

La Dominique

1978

Saint-Vincent et les Grenadines

1979

Sainte-Lucie

1979

Saint-Kitts et Nevis

1980

  • 8  Sur ces aspects généraux, cf. les ouvrages déjà cités, Olivier Dabène ou Pierre Vayssière.
  • 9  Cité par Olivier Dabène, Les régimes politiques d’Amérique latine, interdépendance et changement p (...)

9Parallèlement, la région connaît les conséquences de la guerre froide. Les anciens pays indépendants sont eux toujours sous influence américaine8, la Maison Blanche craignant ici comme ailleurs une contagion communiste. Dans l’élan victorieux de 1945, Washington cherche donc à maintenir ses intérêts par tous les moyens arguant de la menace communiste et appliquant la « doctrine Truman ». A Cuba, la dictature de Batista se maintient jusqu’en 1959. L’opposition politique, groupée en guérilla, conduit à la prise de pouvoir par Fidel Castro en 1959. Dans le contexte de guerre froide, il s’appuiera sur l’Union soviétique, pour construire un nouveau régime autoritaire, en survie depuis 1991. En Haïti une démocratie incertaine se met en place en 1946. Mais, ce regain démocratique est sans portée réelle. En 1950, le colonel Magloire renverse la démocratie haïtienne, puis surtout en 1957, François Duvalier prend le pouvoir, son fils Jean-Claude lui succède (1971) jusqu’en 1986. Ils instaurent un véritable régime de terreur. En République Dominicaine, Trujillo, en 1947, sous la pression américaine, promet des élections libres qui n’interviendront qu’en 1950, mais ne changeront pas la nature du régime. L’assassinat du dictateur en 1961 ne résout pas la crise politique et les Marines interviennent à nouveau en 1965. Ils feront de même à Grenade en 1983 contre un régime pro-cubain fantôme. La diplomatie américaine a manifesté sa présence et son incertitude dans la Caraïbe insulaire depuis 1945. Une formule de Kennedy au lendemain de la mort de Trujillo résume bien le contexte de l’époque : « il y a trois possibilités, par ordre de préférence : un régime démocratique décent, la continuation du régime de Trujillo, ou un régime castriste. Nous devons ambitionner la première, mais nous ne pouvons pas renoncer à la seconde tant que nous ne sommes pas certains de pouvoir éviter la troisième »9. La conséquence en est bien le maintien de la violence politique.

10La fin du bloc de communiste entre 1989 et 1991, n’a pas mis fin aux incertitudes de la Caraïbe insulaire. La chute du duvaliérisme en 1986 s’est suivie d’une transition démocratique, contestée par le coup d’Etat militaire du général Cédras (1991), et une instabilité politique extrêmement violente. Le régime castriste s’est maintenu et poursuit la répression contre les opposants. Seule la République dominicaine se stabilise. La violence politique n’est toujours pas morte dans les principaux Etats de la Caraïbe insulaire…

Les formes et les fonctions de la violence politique dans la Caraïbe insulaire

11Quelles sont donc les formes et fonctions de la violence politique dans la Caraïbe insulaire depuis 1945 ? Omniprésente de part les instabilités politiques multiples, elle revêt cependant différentes formes en fonction de la nature des régimes.

Les violences politiques dictatoriales : des formes peu originales de terreur politique

12Les formes les plus connues de la violence politique dans la Caraïbe insulaire s’expriment dans les régimes dictatoriaux. Quatre régimes sont particulièrement caractéristiques de l’expression de celle-ci : celui de Trujillo à Saint-Domingue (1930-1961), celui de Batista à Cuba (1929-1959), celui des Duvaliers en Haïti (1957-1986) et enfin celui de Fidel Castro toujours à Cuba (1959-nos jours). Il ne faut pourtant pas assimiler l’ensemble de ces régimes, qui aussi bien dans leurs pratiques du politique, que leurs violences ont agi avec leurs propres caractéristiques.

  • 10  Publié en 2000, traduit en français chez Gallimard (Paris) en 2002.
  • 11  Lauro Capdevila, La dictature de Trujillo, Paris, L’Harmattan, 1990

13Les pratiques les plus courantes ont été remarquablement décrites par certains romanciers qui se sont inspirés de l’histoire de ces régimes. Celui de Mario Vargas Llosas, La fiesta del chivo10, consacré à la fin du régime trujilliste en est un exemple remarquable. Dans cet atmosphère de fin de règne, outre les tortures décrites de façon très réalistes, le romancier évoque avec vigueur le rôle de la police politique (SIM) et de son sinistre chef Johnny Abbes Garcia, mais aussi les complots de l’entourage du pouvoir, l’éviction arbitraire de certains sbires du régime, les complots, le poids de l’armée, l’implication de la CIA et la peur qui règne dans l’ensemble de la population. Cette terreur quotidienne est certainement l’apanage le plus visible des violences politiques de la Caraïbe insulaire. Etudiant le régime de Trujillo en historien, Lauro Capdevila11 a montré comment l’appareil dictatorial reposait sur le pouvoir militaire. Dès le 3 septembre 1930, suite au passage d’un cyclone, Trujillo déclare la loi martiale et impose une politique de terreur qui ne se démentira plus : dans les premières semaines de son accès au pouvoir, il fait disparaître des centaines d’opposants. Comme tout pouvoir dictatorial, celui de Trujillo se méfie des ennemis de l’intérieur : en 1940, il lance une vaste épuration à l’intérieur du Parti Dominicain, de l’armée et de la fonction publique. Les masses ne sont pas épargnées : en janvier 1942, les grèves du secteur sucrier sont violemment réprimées par l’armée après 48H00 d‘arrêts de travail ; en janvier 1946 une grève dans l’Est du pays subit une répression sauvage (assassinat de dirigeants ouvriers notamment)… Enfin, Trujillo n’hésite pas à s’en prendre à ses ennemis de l’extérieur, en témoigne la célèbre affaire « Galindez ». L’opposant basque au régime franquiste est enlevé et exécuté par les sbires de Trujillo à New York en 1956 alors qu’il prépare un ouvrage très critique intitulé « La Era de Trujillo ». C’est bien un règne de « terreur » que fait régner « le bouc » pendant près de trente ans.

  • 12  Cf. Etzer Charles, Le pouvoir politique en Haïti de 1957 à nos jours, Paris, Karthala, 1994.
  • 13  Nous avons pu recueillir plusieurs témoignages en Haïti d’élites haïtiennes dont plusieurs parents (...)
  • 14  François Duvalier, Œuvres, T 4, Port au Prince, 1967.
  • 15  Par exemple en novembre 1964, celles des opposants Marcel Numa et Louis Drouin.
  • 16  François Duvalier, Œuvres essentielles, Port au Prince, 1966.

14En Haïti, sous Duvalier les pratiques de violences politiques sont menées aussi bien par l’armée, la police que par la milice12, créée spécialement pour exercer la répression. Cette dernière est d’abord « physique ». Dès 1957, François Duvalier en appelle à l’armée contre son opposant Louis Déjoie. Puis, il reprend les méthodes classiques de vagues d’arrestations brutales : emprisonnements, tortures, parfois assassinats ou disparitions13. François Duvalier faisait agir ses milices (les « tontons macoutes ») dans le but de diffuser une terreur auprès des masses : les arrestations ont lieu dans la rue, les exécutions aussi, sans règle. Quelques affaires ont défrayé la chronique, notamment celle dite des « familles de Jérémie en mai 1964 ». François Duvalier avait même donné un aspect « légal » à la violence politique, notamment par le décret du 6 août 1958 légalisant la peine de mort en matière politique, celui du 29 avril 1969 dite « loi anticommuniste » etc. Cette violence, il la revendique même. Ses ouvrages sont des modèles du genre : dans le tome IV de ses Œuvres , il se « considère comme le chef de file d’un mouvement de fond décidé à tout balayer sur son passage, qui ne soit pas dans la ligne de sa philosophie politique (…). Duvalier, vous le connaissez. Il a fait ses preuves en 1957. Il a fait disparaître 10 000 petites marionnettes de ce genre, quand il s’agit de faire respecter la dignité nationale »14. Tout est bon pour dépasser la simple répression et utiliser l’arme psychologique : on pratique l’exécution publique15, on expose les corps des victimes, on persécute les familles d’opposants avant de toucher la personnalité visée etc. Personne n’y échappe : la presse d’abord, le monde syndical, les élites intellectuelles (notamment l’Université), les opposants politiques et enfin les élites bourgeoises. L’objectif de Duvalier est de « réformer la mentalité haïtienne », de créer un « nouvel haïtien », par tous les moyens16. La violence est paroxystique entre 1969 et 1971, notamment contre les communistes, Duvalier cherchant ici l’appui de Washington. Les opposants vivent l’exil, une autre forme de violence par le déracinement. L’arrivée de son fils au pouvoir ne va guère modifier l’exercice de la terreur « macoute ». Cependant, le « jean-claudisme » rompt avec les excès paternels et l’opposition se recomposera lentement à l’intérieur. La terreur ne parviendra plus à limiter la contestation populaire et le régime s’effondrera en 1986. Les scènes de libération sont d’ailleurs elles aussi empreintes de violences.

  • 17  Depuis les années 1930, Batista exerce avec plus ou moins de vigueur le pouvoir, se tenant parfois (...)
  • 18  Voir notre approche historiographique, Laurent Jalabert, 40 ans d’historiographie française sur Cu (...)
  • 19  Voir notamment le chapitre consacré à Cuba, dans Le livre noir du communisme, (dir S. Courtois), P (...)
  • 20  Voir par exemple, Jacobo Machover, La Havane 1952-61, Revue Autrement, n°31, Paris, mai 1994.
  • 21  Il est condamné à 15 ans de prison, puis s’exile.

15A Cuba, le régime de Batista se caractérise aussi par l’exercice d’un pouvoir autoritaire17, qui repose d’abord sur la lutte contre les opposants par l’utilisation de la répression. L’historiographie sur les trente années pendant lesquelles Batista est l’homme fort de Cuba est aujourd’hui incertaine. L’image véhiculée dans les années 1960 par les tenants du castrisme de « Batista despote sanguinaire », est très nuancée, notamment par l’école historique américaine18. Certains réhabilitent même le régime19. Les témoignages les plus neutres affirment cependant que la violence quotidienne était une caractéristique évidente du régime20. Mais, le politique est loin d’avoir l’exclusivité. Bien des violences relèvent de la corruption, du trafic de drogue, du jeu, de la prostitution… de ce que l’on a appelé le « bordel des Etats-Unis », une île où le plaisir roi englobe une violence endémique. Bien sûr, dans ce climat, la violence politique trouve sa place à commencer par le coup d’Etat de Batista de 1952, ou encore la répression contre le coup d’Etat manqué de Fidel Castro à La Moncada en juillet 195321. Batista n’a jamais hésité à utiliser les armes classiques de la violence politique : les arrestations arbitraires, l’interdiction des opposants, la lutte militaire contre la guérilla.

  • 22  Nous renvoyons ici pour l’essentiel à Tad Szulc, Castro, trente ans de pouvoir absolu, Paris, Payo (...)
  • 23  Pierre Vayssière, op. cit.
  • 24  Ce système est bien décrit dans Le Livre noir du communisme, op. cit., p. 714-715.
  • 25  Jean-François Soulet, Histoire comparée des Etats communistes, Paris, A. Colin, 1996. L’auteur rem (...)
  • 26  Chiffre bas donné par Jean-François Soulet, op cit. ; évaluation haute dans Le livre noir, op. cit (...)
  • 27  Cf. Jean-Pierre Clerc, Les quatre saisons de Fidel Castro, Paris, Seuil, 1996.

16Sous Castro, la dictature prend une forme différente, notamment dans ses objectifs. Cependant, les violences politiques ne disparaissent pas pour autant22. Le « caudillisme révolutionnaire »23 de Fidel Castro exerce une violence politique ciblée, s’appuyant sur un encadrement militaro-policier de la société24. Les Comités de Défense Révolutionnaire (CDR) sont les instruments de la surveillance de l’opinion, qui conditionne la violence politique. La surveillance est cependant plus morale que physique ici. La société cubaine est en réalité cadenassée : absence de liberté d’expression, contrainte par le travail, omniprésence de l’armée25 et de la police, présence de la milice via les CDR. Il s’agit donc d’une violence politique morale constante, larvée. La violence physique est réservée aux opposants les plus farouches. Les prisons cubaines détiendraient entre 20 000 et 30 000 prisonniers politiques dans les plus terribles périodes26. Les intellectuels sont des cibles privilégiées. Plusieurs cas peuvent être rappelés, notamment celui d’Heberto Padilla en 1971. Depuis son isolement, Fidel Castro s’est réfugié dans une volonté de maintien d’un régime étouffé, alternant les phases d’ouverture et de durcissement. Entre 1989 et 1993, il s’en prend à tous les opposants27 ; depuis le début de l’année 2003, la répression serait violente, conduisant même l’Union Européenne à réactiver les sanctions économiques. Le régime castriste utilise donc la violence politique comme méthode de gouvernement, elle est ici plus morale que physique pour la masse, mais révèle bien son omniprésence.

  • 28  Pierre Vayssière, op. cit.

17Pour l’ensemble de ces dictatures, les violences politiques sont nombreuses et quotidiennes. La terreur qu’exercent ces régimes est soutenue par toutes les formes habituelles de la violence, avec des degrés plus ou moins forts. Dans les trois premiers cas (Trujillo, Duvalier, Batista), elle s’est exprimée tant que les régimes bénéficiaient de l’appui extérieur des Etats-Unis. Dès que Washington cesse de soutenir militairement, ou économiquement, des dictatures qui vont trop loin dans la violation des droits humains, les régimes disparaissent. Ce fut le cas pour Trujillo, lâché après l’affaire Galindez, pour Batista qui ne reçoit plus d’armes depuis 1958, et pour Jean-Claude Duvalier. Ces régimes, considérés le plus souvent comme des « caudillismes modernes28 », font de la violence politique un principe de gouvernement. Fidel Castro ne s’en distingue guère, même s’il s’oppose aux intérêts américains, et qu’il bénéficie du soutien soviétique, avant de se placer dans un système de survie dont certaines caractéristiques ressemblent à la fin du règne de Batista (tourisme, prostitution, trafic de drogue, exils d’opposants, répressions sporadiques, migration des plus démunis, recherche du roi dollar etc.). Comme ailleurs dans le monde, la violence politique caractérise les dictatures de la Caraïbe insulaire.

Les violences politiques dans les transitions démocratiques

  • 29  Malgré la chute de Trujillo, le processus de démocratisation est trouble jusqu’aux élections de 19 (...)

18Les exemples de chutes de dictatures dans la Caraïbe insulaire sont nombreux. Systématiquement, sous les pressions conjointes des Nations-Unies, de l’OEA ou encore des Etats-Unis, des tentatives de développement de démocraties se mettent en œuvre. Dans chacun des cas, les violences politiques se multiplient et rapidement, les processus sont contestés, parfois annihilés, comme en République Dominicaine entre 1961 et 197829. Le cas d’Haïti depuis 1986 apparaît comme le meilleur exemple de l’expression des violences politiques pendant les phases de transition démocratique.

  • 30  Les ouvrages sur la transition démocratique haïtienne ne manquent pas, même s’ils ont souvent un a (...)

19Si la chute de Jean-Claude Duvalier en 1986 a provoqué dans l’ensemble du pays une liesse populaire et un espoir de sortie de la terreur politique, presque 20 ans après sa chute, la transition démocratique n’est toujours pas achevée30. Le régime actuel, mené par Bertrand Aristide, l’homme qui a longtemps incarné l’espoir démocratique, est retombé dans la violence. A son départ, Jean-Claude Duvalier remettait le pouvoir à un « Conseil National de Gouvernement » (CNG), dirigé par cinq hommes érigés en Directoire : le Général Henri Namphy, chef de l’Etat major qui fait office de premier responsable ; le Colonel Prosper Avril, homme de la diplomatie américaine ; le Général Williams Regala ; plus deux civils, Alix Cinéas, ancien ministre duvaliériste ; et enfin Gérard Gourgue, Président de la Ligue des Droits Humains, seul représentant de l’opposition démocratique. Le 21 mars 1986, moins de deux mois après sa constitution, le CNG explose, les duvaliéristes et Gérard Gourgue démissionnent sous la pression de la rue qui manifeste : la société civile réclame des jugements contre les anciens dirigeants. Le 26 avril 1986, alors que la foule commémore le massacre du 26 avril 1963, le général Namphy ordonne une répression violente, et imposera désormais un rythme de transition autoritaire, la violence politique ne cesse pas.

  • 31  Tableau repris à Laurent Jalabert, in Danielle Domergue, op. cit.

Tableau 2 : Synthèse du processus politique haïtien entre le 19/10/1986 et le 30/09/199131

Processus

Opinion

Chef de l’Etat

Remarques

19/10/1986

Elections pour

une constituante

Participation : 5 %

Gal Namphy

Pouvoir militaire

Les partisans de Duvaliers ne

Seront pas jugés

29/03/1987

Vote par

Référendum de la constitution

Oui : 99,81 %

Gal Namphy

Pouvoir militaire

Fraude électorale

02/07/1987

Transition

Manifestations /Répression

Gal Namphy

Pouvoir militaire

  

29/11/1987

Elections présidentielles

Climat de terreur

Gal Namphy

Pouvoir militaire

Interruption du

 Processus

17/01/1988

Elections présidentielles

Participation : 15 %

Victoire Leslie

Manigat

Grève Générale

 le 16/01

07/02/1988

Investiture

Manifestations

Leslie Manigat

20/07/1988

Coup d’Etat

militaire

Répression

Terreur

Gal Namphy

Retour des

Tontons Macoutes

17/09/1988

Coup d’Etat

militaire

Répression

Terreur

Gal P. Avril

Coup d’Etat dit des « petits

Soldats »

02/04/1989

Echec d’un coup d’Etat

Répression, état de siège (01/90)

Gal. P. Avril.

Aide américaine

(CIA ?)

10/03/1990

Démission

Transition

Démocratique

Mme Ertha

Pascal Trouillot

(magistrat)

Refus de juger les militaires

16/12/1990

Elections

présidentielles

Surveillance de

l’ONU, OEA

Participation élevée

Victoire J.B.

Aristide (67,4 %)

Forte popularité

de l’élu,

Respect de la

démocratie 

06/01/1991

Echec du coup d’Etat de

Lafontant, ancien chef Macoute

Fort soutien à

Aristide

Mme E. Trouillot

Echec de

Lafontant, ex-

Duvaliériste

07/02/1991

Investiture

Soutien populaire

J. B. Aristide

Enthousiasme

30/09/1991

Coup d’Etat

militaire

Répression violente

Gal. Cedras

(junte militaire)

Retour des

Macoutes

  • 32  Il est vrai que les partisans de Duvalier n’ont pas été jugés, pas plus que les militaires. Les po (...)
  • 33 Cf. Gérard Barthélémy, op. cit.
  • 34  L’histoire orale permet aujourd’hui de bien retracer ces exécutions sommaires, même si la mémoire (...)
  • 35  Notamment en Guyane française, ou au Canada

20Ce tableau montre la mise en œuvre d’une transition démocratique impulsée par le pouvoir militaire. En septembre 1991, la prise du pouvoir par le Général Raoul Cédras met fin au processus. Ce coup d’Etat n’est que la conséquence d’un climat de violence exacerbé lors de l’été 1991, période où les manifestations dégénèrent en véritables tribunaux de justice populaire contre les anciens dominants, avec l’aval du Président élu32. Face à cette situation, les militaires prennent leur revanche33. Dès lors, le pays connaît un véritable climat de terreur. Autant les précédents coups d’Etat n’étaient suivis que de répressions ponctuelles et axées sur des objectifs précis, autant le putsch de septembre 1991 est le point de départ d’une répression systématique contre les opposants et contre les manifestants. Selon la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (rapport du 14 février 1992), dans les 48h00 qui suivent le coup d’Etat, on aurait assisté à plus de 1500 assassinats. Toujours selon la même commission, toutes les caractéristiques de la répression se développent : exécutions sommaires ou extrajudiciaires (3010 cas officiellement), disparitions, tortures, viols… un « véritable terrorisme d’Etat » difficile à quantifier (on parlerait d’au moins 5000 morts entre septembre 1991 et septembre 1994)34. Selon le HCR, le nombre d’exils forcés avant l’intervention des Nations-Unies serait d’au moins 55 000 personnes (30 000 en République Dominicaine, 20 000 sur la seule base américaine de Guantanamo à Cuba), certainement bien davantage35.

  • 36  Cité in Le Monde, 2 septembre 1994.

21La sortie de la crise va durer plus de trois ans, et s’achève en 1994 par l’intervention des Etats-Unis. Trois années pendant lesquelles le pays tombe en ruine, tant en raison des troubles militaires que du blocus commercial. Le débarquement américain est provoqué par une situation devenue extrêmement critique en matière des droits de l’homme. Pour le seul mois de juillet 1994, Boutros-Boutros Ghali dénonce 41 exécutions extra judiciaires, 200 arrestations arbitraires et 76 cas de traitements inhumains36. Dans cette répression, les différents organismes d’observation des Droits de l’Homme dénoncent systématiquement les violations de la charte des Nations-Unies (exécutions sans jugements, arrestations arbitraires, viols…), venant aussi bien de l’armée que de la police. Cependant, les plus sales besognes sont laissées aux groupes paramilitaires, notamment celle du sinistre FRAPH (Front pour l’Avancement et le Progrès Haïtien) auteur de centaines de meurtres et d’assassinats. Le Président Aristide se place alors sous le parapluie américain.

  • 37  Aucun chef d’Etat étranger n’était présent à Port au Prince le 7 février 2001 lors de l’investitur (...)

22Depuis l’intervention américaine, la transition démocratique a théoriquement repris son processus. Jean-Bertrand Aristide a du accepter de considérer son mandat comme actif, durant la période de l’exil et n’a pu se présenter aux élections présidentielles de décembre 1995. Son premier ministre René Préval lui succède. Mais le pays ne sort pas de la crise, l’embargo a totalement anéanti le pays. Le PNB s’est effondré : il est passé de 2,5 Milliards de $ en 1990, à 1,8 Milliards de $ en 1993. La mortalité infantile mensuelle serait passée entre 1991 et 1994 de 3000 à 4000 enfants. Et, surtout, l’industrie haïtienne est totalement étouffée : perte de 50 000 emplois directs entre 1991 et 1994, 150 000 emplois indirects, etc. Ces violences, si elles ne sont pas policières ou militaires, sont bel et bien effectives pour l’ensemble de l’opinion. D’un point de vue politique, la transition s’enlise avec les élections législatives de 1997, la dissolution de la chambre en janvier 1999, l’impossible élection législative sans cesse repoussée et qui s’achève dans la fraude électorale du Printemps 2000 ; et enfin le retour de l’unique candidat Aristide aux élections présidentielles contestées de décembre 2000 (investiture en février 2001)37. Le tout se déroule avec un arrière fond de disparitions, de violences urbaines, d’assassinats qui réémergent régulièrement, notamment en octobre et novembre 2002 contre les étudiants.

  • 38  Nous renvoyons ici aux remarques de Bérard Cenatus qui nous confiait dans un entretien, «  le régi (...)

23La transition haïtienne a pour principale caractéristique une violence politique endémique. L’expliquer renvoie à des considérations multiples. Certains invoquent volontiers le poids du passé, d’un pays traversé par les violences politiques depuis l’indépendance. D’autres s’interrogent sur le rôle des Etats-Unis qui chercheraient à masquer le rôle de la CIA . Il n’est pas faux que le fonctionnement de la Démocratie remis en œuvre par les militaires américains se fait de façon bancale, créant un vif malaise dans l’opinion haïtienne38. Les rancunes, vivaces, tenaces, conditionnent des violences endémiques. Certains signalent l’impuissance de la communauté internationale. Les Nations-Unies qui prennent le relais des Etats-Unis, n’ont guère fait mieux. Les forces de la MINUAH n’ont pas résolu le problème des armes en Haïti : sur les 300 000 armes recensées par évaluation en 1994, seules 20 000 auraient été saisies par les deux forces militaires, américaines puis onusiennes…

  • 39  Florent Lafitte, , Revue Volcan, n°37, automne 1999.
  • 40  Le Monde, 12/10/1999.
  • 41  Le Monde, 08 février 2001.
  • 42  Le Monde, 5 avril 2000 ; et 11 avril 2000, où des proches du journaliste parlent des « même méthod (...)
  • 43  Les OP sont des organisations complexes qui agissent dans l’entourage du pouvoir aristidien. Elles (...)
  • 44  Le Monde, 6 mars 1999.

24Au total, si les hommes ont changé, les pratiques peu. A la violence, s’ajoute une impression de non droit, d’anarchie, et de corruption39. Aussi, le contrôle de la police devient un enjeu complexe, au point de susciter la démission du Secrétaire d’Etat à la sécurité Robert Manuel en octobre 1999 et l’assassinat de son successeur potentiel Jean Lamy40. Tous les cartels sud américains sont présents à tel point que le Président Aristide a accepté que la police et la marine américaines poursuivent les trafiquants sur le territoire national41. La sécurité politique intérieure n’est plus assurée, les émeutes restent un lieu commun. La liberté de pensée est menacée par la violence physique : en avril 2000, à la veille des élections, l’assassinat du journaliste Jean Dominique, opposant de toujours à toute forme de dictature et partisan de la Démocratie, a rappelé les spectres les plus sombres de la dictature42. Certaines Organisations Populaires (OP)43 sont accusées de se transformer en milices para-militaires. Ces violences politiques ciblées sont des menaces pour les équilibres démocratiques, compte tenu de la « mémoire » encore brûlante du duvaliérisme et de l’époque Cédras, violence qui rappelle la terreur et la répression du passé. Ces violences politiques régulièrement dénoncées par le Conseil de Sécurité de Nations-Unies44 caractérisent bien ce régime de transition démocratique, dans des excès qui rappellent ceux du voisin dominicain des années 1960-70.

Les violences politiques dans les démocraties

  • 45  Outre de nombreux ouvrages en langue anglaise non repris ici, nous renvoyons à Denis-Constant Mart (...)
  • 46  Pour la Jamaïque, certains auteurs parlent même de démocratie « par défaut »… cf. Carlene J. Edie, (...)
  • 47  Les démocraties de la Caraïbe insulaire sont surtout d’anciennes possessions britanniques, on parl (...)
  • 48  Denis Constant-Martin, op. cit., p. 24 et suiv.
  • 49  Le meilleur exemple est celui de Trinidad derrière la personnalité du leader Eric Williams. CF. Ke (...)
  • 50  Données citées in Fred Constant, op. cit. , p. 39.
  • 51  Dans un contexte de crise économique, une faction considérée comme une secte musulmane, la Jamaat (...)
  • 52  Cf. Fred Constant, op. cit.
  • 53  Qui conduit à une intervention américaine contestée.

25Dans les Etats « démocratiques »45, tels Trinidad et Tobago, la Jamaïque46 ou encore les petites îles des Antilles (Sainte-Lucie, La Dominique, Antigua, Barbade etc.), les violences politiques sont bien sûr moins fortes que dans régimes dictatoriaux ou que lors des régimes de transitions démocratiques47. Cependant, les « violences » sont latentes et se manifestent régulièrement notamment lors des périodes de consultations électorales. Le cas de la Jamaïque est le plus connu : 600 morts lors des législatives de 1976, 700 en 1980 etc. Cette violence endémique s’inscrit dans une culture politique liée au processus de décolonisation. Le « système de domination » partisane autour d’un leader fort48 dans les années qui suivent immédiatement l’indépendance49, est globalement suivi d’une phase de « crises politiques » successives caractérisées par des querelles partisanes extrêmement fortes : factionalismes, et émeutes caractérisent alors la vie publique. A Trinidad, les affrontements syndicaux des mois de mars et avril 1970, autour de la thématique du « black power » ont été très violents avec une forte répression menée par le pouvoir. A la Jamaïque, les guerres entre « gangs » au service des partis sont perpétuelles, faisant 899 morts en 1980 lors des élections législatives50. A Trinidad et Tobago, après plusieurs mois de troubles et de violences tout au long de l’année 1990, on assiste même à une tentative avortée de coup d’Etat51. Si l’on en reste au stade de « troubles » sans en arriver aux explosions violentes, les situations politiques demeurent précaires et l’instabilité politique s’installe. Les démocraties caraïbes voient les mécanismes institutionnels traditionnels affaiblis par les violences politiques. Il ne faut cependant pas confondre les « violences politiques » de ces Etats, très influencés du modèle démocratique anglais, de celles des « caudillismes » voisins. Les violences politiques ne sont que les résurgences de clivages sociaux économiques exacerbés dans la Caraïbe anglophone52, mais elles fragilisent les systèmes en place, comme l’a montré l’exemple de Grenade en 198353. Enfin, ces Etats connaissent de nouvelles violences liées au trafic de drogue, à la corruption et au développement des gangs proches des partis politiques. La violence politique s’est ici aussi installée, mais dans une dimension moins systématique que dans les Etats voisins.

La violence : une culture politique de la Caraïbe insulaire.

26La vie politique des Etats de la Caraïbe depuis 1945 se caractérise bien par une omniprésence de la violence, même si celle-ci est plus ou moins présente. Elle apparaît à tous les niveaux du politique, bien évidemment comme mode de gouvernement, mais aussi dans les attitudes de l’opinion. Elle est bel et bien une culture politique.

Un mode de gouvernement

  • 54  Les menaces de coups d’Etat militaires n’ont pas manqué, en Jamaïque notamment ou à Trinidad, voir (...)

27Les exemples présentés ont pu montrer que le recours à la violence était une pratique politique « habituelle » des Etats de la Caraïbe. Des pays comme Cuba, ou Haïti, n’ont jamais connu réellement des phases d’absence de violence depuis 1945. Certes, ces violences n’ont pas systématiquement la même force et le même degré, mais elles s’expriment toujours. En Jamaïque, l’Etat n’a jamais hésité à utiliser la force pour empêcher les manifestations populaires, au risque de créer des émeutes encore plus violentes : en 1959, 63, 65, 68 etc… jusqu’en 1991. La militarisation des structures gouvernementales est largement présente dans l’espace de la Caraïbe insulaire, y compris dans les démocraties anglophones, même si ici l’armée est plus en retrait54. Elle a même été supprimée en Haïti après l’intervention américaine. Quand l’armée prend ses distances, les forces de police, qu’il s’agisse de police conventionnelle (répression des manifestants de tous ordres) ou de la police politique (notamment le SIM à Saint-Domingue), voire des milices (Haïti) ou mêmes des gangs (Jamaïque), sèment la terreur, qui est une pratique de violence physique, mais aussi morale contre toute forme de liberté. Cette omniprésence de la violence policière relève de l’arbitraire et du non droit, phénomène peu exceptionnel qui ne se retrouve pas seulement dans la Caraïbe insulaire.

Une opinion passive ou victime ?

  • 55  Sur ces liens entre le « politique » et « l’économique », cf. l’introduction de l’ouvrage dirigé p (...)
  • 56  Il conviendrait ici de s’interroger sur les groupes de pression intermédiaires et leur rôle, syndi (...)

28L’opinion publique des ces pays subit quant à elle de plein fouet ces violences politiques, l’exemple haïtien, en est significatif. Peut-on dès lors parler d’une opinion politique passive, ou victime de ces violences ? Les cadres sont tout à fait inégaux d’un pays à l’autre. Le paramètre économique intervient ici de façon évidente dans les attitudes collectives. En effet, les situations économiques individuelles, très difficiles dans la majorité des Etats, conditionnent la passivité, ou la lassitude de l’opinion, qui recherche davantage à survivre qu’à contester le régime55. L’opinion réagit cependant par des pulsions politiques, assimilables à des révoltes de la faim, qui apparaissent comme des actes politiques. La manifestation qui se transforme le plus souvent en émeute, donc en violence (pillage tout particulièrement) est son seul mode d’expression. Ici, systématiquement, qu’il s’agisse d’un régime autoritaire ou d’une démocratie, la répression est le mode de gouvernement habituel. La population subit donc à nouveau une violence. La communication politique entre le sommet et la base, autour des questions économiques et sociales, passe par la violence politique56.

  • 57  Les manifestations de rues qu’organise l’opposition n’ont guère de poids, les manifestations de mé (...)
  • 58  Pour un intellectuel, l’absence de liberté d’expression est la première des violences politiques.

29La société civile peut aussi réagir par des actions collectives dans le cadre de groupements organisés. Leur action est ici difficile à saisir, car ceux-ci sont le plus souvent soumis à la pression des gouvernements, et ne bénéficient pas du soutien systématique des opinions publiques. C’est par exemple le cas depuis 5 ans de la « convergence démocratique » en Haïti, fédération de l’ensemble de l’opposition, qui subit les persécutions « du pouvoir lavalatien » et en même temps n’a aucun appui populaire visible57. Enfin, cette société civile peut agir par des actes individuels, émanant des personnalités influentes. Le rôle des intellectuels est ici particulièrement vivant. La dissidence cubaine offre un bel exemple de ces formes isolés de réaction contre l’autoritarisme du pouvoir. Pour autant, la persécution dont sont victimes les dissidents, la difficulté qu’ils ont à toucher l’opinion, limitent leur action. Ils subissent comme tous les opposants, les violences politiques, non seulement physiques, mais aussi morales58 et matérielles.

30Il est donc totalement faux de considérer que la société civile est passive face aux violences politiques. Certes, les mouvements dénonçant de telles violences sont peu nombreux, voire absents dans certains cas extrêmes. Les foules réagissent ici de la même façon qu’elles subissent la violence, par la réaction collective incontrôlée qui se transforme en émeute. Elles sont dépendantes d’un climat de violence lattent propre à l’ensemble de la Caraïbe insulaire.

Une culture politique

  • 59  Nous ne reprenons pas ici les données développées par Denis Constant Martin, op. cit., sur les hér (...)
  • 60  Cette zone ne connaît pas de véritables conflits entre Etats, si ce n’est entre Haïti et la Républ (...)
  • 61  Ce phénomène se voit bien en Haïti à la chute de Duvalier ; il est aussi superbement romancé par M (...)
  • 62  Même si le nombre de victimes est quasi nul.

31Dès lors, on est ici en droit de s’interroger sur la nature de la « violence » comme une véritable « culture politique » propre à la Caraïbe insulaire. L’historien ne peut ici résister à se placer dans la longue durée59. Depuis les indépendances (1804 si on part d’Haïti), la violence politique est un phénomène constant dans la région, parfois par le jeu des relations internationales60 ; mais le plus souvent par le biais de phénomènes propres à chaque Etat. La violence est donc bel et bien un mode de gouvernement dans la Caraïbe insulaire, comme dans l’ensemble des dictatures cela va de soi, mais aussi dans les systèmes démocratiques. Elle est même exacerbée dans les périodes intermédiaires, phénomène qui n’est pas récent, mais qui se retrouve tout au long du XIX° siècle, ou dans l’entre-deux-guerres. Cette violence découle de la réalité des gouvernements, souvent régis par les pouvoirs militaires (Trujillo, Castro, Duvalier), policiers (Batista, Trujillo, Castro), ou miliciens (Duvalier, Castro). Dans ces régimes, la terreur est le mode de gouvernement. Elle provient aussi des clivages politiques au sommet, qui passent par la violence de renversements brutaux ou interviennent les groupes militaires, policiers, paramilitaires, et où les querelles de clans conditionnent les violences internes au monde politique61. Quand les crises sont paroxystiques, l’arbitrage international intervient, avec l’armée américaine qui vient mettre fin aux tensions internes. Si les Etats-Unis préservent leurs intérêts, par l’intervention, ils commettent de nouveaux actes d’autorité qui en appellent à la force armée, et qui dans les systèmes de représentations mentales apparaissent comme des formes de violence contre des nations indépendantes62. Le militarisme externe ne vient pas mettre fin au processus de la violence, il pousse à celle-ci. Dès lors, la violence est omniprésente, elle devient le mode de gouvernement quotidien, tout particulièrement dans les dictatures ou régimes post-dictatoriaux instables. Elle agit comme un réflexe politique non seulement de la part des acteurs du politique, mais aussi dans les opinions. Elle s’est enracinée dans la vie publique, comme une culture politique du quotidien.


***

  • 63  Porto-Rico, Martinique, Guadeloupe… Ce qui ne signifie pas qu’il n’existe pas de « violences polit (...)

32La violence politique dans la Caraïbe insulaire est une constante dans l’évolution de cette région depuis 1945. Certes, elle n’est pas unique et les attitudes démocratiques se sont aussi largement diffusées, tant dans les zones sous souverainetés étrangères63, que dans des Etats indépendants. Cependant, elle est présente dans la majorité des Etats, parfois même de la façon la plus exacerbée. Elle ne doit cependant pas être isolée ou trop exagérée. Elle doit se comparer aux violences politiques des régions immédiatement proches de l’Amérique latine, ou plus lointaines de l’Europe ou de l’Afrique. Les dictatures de la Caraïbe insulaire sont moins violentes que leurs homologues sud américaines (Colombie, Chili…), ou même centre-américaines (Guatemala, Salvador etc.). Les guérillas par exemple, en dehors de Cuba, n’ont jamais réellement existé. Le phénomène insulaire limite la violence, car elle autorise un meilleur contrôle par le pouvoir dictatorial du fait de la nature même de l’espace.

33Au demeurant, la violence est un phénomène majeur. Il faudrait réfléchir à des éléments explicatifs plus fouillés sur la nature de ces violences politiques. Chaque cas d’espèce pourrait être traité dans le détail afin de livrer des analyses globalisantes plus riches. La recherche est ici relativement vierge sur ce thème. Il nous semble que l’on ne peut comprendre la violence politique dans la Caraïbe sans se dédouaner d’explications qui relèvent de la longue durée. Depuis les indépendances, le plus souvent obtenues dans la révolte ou la guerre, l’instabilité politique et la violence sont les modes de gouvernement classiques. Est-ce un héritage des colonisations antérieures, et notamment du caractère même de sociétés où les relations sociales conditionnaient d’autres formes de violence, particulièrement du temps de l’esclavage ? Il est évident que les arrières fonds de la société de plantation imprègnent toujours les schémas politiques. Les modes de relations sociales très hiérarchisés, souvent violents, sont transposés directement dans le politique, où la violence verbale et parfois physique s’imposent. De la même façon, on peut ici s’interroger sur le rôle des élites, bourgeoises ou intellectuelles ? Quel jeu exercent-elles sur le politique, dans son attitude de gouvernement ? Enfin, comment ne pas évoquer la position du géant américain, tout à tour, observateur, arbitre et acteur de ces violences ?

Haut de page

Notes

1  Notamment les Départements Français d’Amérique, Martinique, Guadeloupe ; les îles hollandaises…

2  Iles Vierges américaines, Porto-Rico notamment.

3  Nous n’abordons pas ici dans le détail les héritages de la société coloniale, très lourds, cf. la 3° partie de cet article.

4  La meilleure synthèse est l’ouvrage de David Nichols, From Dessalines to Duvalier, New York, Cambridge University Press, 1979.

5  La bibliographie est très large. Nous ne donnerons ici que des références générales en langue française, notamment Bernard Lavallée, L’Amérique espagnole, Belin sup., 1993 ; Pierre Vayssière, Les révolutions d’Amérique latine, Paris, Seuil, 1991 ; puis pour les périodes terminales, Leslie Manigat, L’Amérique latine au XX° siècle (1889-1929), Paris, Seuil, 1991 (2° édition) ; Pierre Vayssière, L’Amérique latine de 1890 à nos jours ; Paris, Hachette, 1996.

6  Depuis l’article pionnier de Leslie F. Manigat sur « Les Etats-Unis et le secteur caraïbe de l’Amérique latine », Revue Française de Sciences Politiques, n° 19-3, juin 1969, la bibliographie s’est enrichie. Nous renvoyons ici aux ouvrages sur la diplomatie américaine notamment.

7  Cf. Pierre Vayssière, op. cit., et Olivier Dabène L’Amérique latine au XX° siècle, Paris, A. Colin, 1994.

8  Sur ces aspects généraux, cf. les ouvrages déjà cités, Olivier Dabène ou Pierre Vayssière.

9  Cité par Olivier Dabène, Les régimes politiques d’Amérique latine, interdépendance et changement politiques, Paris, Presses de Sciences po., 1997.

10  Publié en 2000, traduit en français chez Gallimard (Paris) en 2002.

11  Lauro Capdevila, La dictature de Trujillo, Paris, L’Harmattan, 1990

12  Cf. Etzer Charles, Le pouvoir politique en Haïti de 1957 à nos jours, Paris, Karthala, 1994.

13  Nous avons pu recueillir plusieurs témoignages en Haïti d’élites haïtiennes dont plusieurs parents ont disparu dans ces années.

14  François Duvalier, Œuvres, T 4, Port au Prince, 1967.

15  Par exemple en novembre 1964, celles des opposants Marcel Numa et Louis Drouin.

16  François Duvalier, Œuvres essentielles, Port au Prince, 1966.

17  Depuis les années 1930, Batista exerce avec plus ou moins de vigueur le pouvoir, se tenant parfois en retrait.

18  Voir notre approche historiographique, Laurent Jalabert, 40 ans d’historiographie française sur Cuba, Toulouse, Cahiers d’Histoire Immédiate, n°17, printemps 2000. Il reste difficile de se faire une idée du régime, les archives étant à Cuba inaccessibles.

19  Voir notamment le chapitre consacré à Cuba, dans Le livre noir du communisme, (dir S. Courtois), Paris, Laffont, 1997.

20  Voir par exemple, Jacobo Machover, La Havane 1952-61, Revue Autrement, n°31, Paris, mai 1994.

21  Il est condamné à 15 ans de prison, puis s’exile.

22  Nous renvoyons ici pour l’essentiel à Tad Szulc, Castro, trente ans de pouvoir absolu, Paris, Payot, 1987.

23  Pierre Vayssière, op. cit.

24  Ce système est bien décrit dans Le Livre noir du communisme, op. cit., p. 714-715.

25  Jean-François Soulet, Histoire comparée des Etats communistes, Paris, A. Colin, 1996. L’auteur remarque que Castro conserve toujours son uniforme. L’armée cubaine compte 110 000 hommes pour 8 millions d’habitants. Elle contrôle une partie de l’appareil économique.

26  Chiffre bas donné par Jean-François Soulet, op cit. ; évaluation haute dans Le livre noir, op. cit. Ce dernier évoque même 7 000 à 10 000 exécutions sommaires dans les années 1960 pour « motifs politiques ». Il décrit précisément le système carcéral, p. 717. L’auteur, parfois excessif, évoque même des « camps de concentration » et n’hésite pas à établir des comparaisons avec les camps nazis (p.719). On consultera le témoignage d’Armando Valladares, Mémoires de prison, Paris, Albin Michel, 1986.

27  Cf. Jean-Pierre Clerc, Les quatre saisons de Fidel Castro, Paris, Seuil, 1996.

28  Pierre Vayssière, op. cit.

29  Malgré la chute de Trujillo, le processus de démocratisation est trouble jusqu’aux élections de 1978 et surtout celles de 1980. La transition dure presque 20 ans… Nous n’avons pas choisi de développer ce cas. Le Président Balaguer, déjà chef d’Etat sous Trujillo, revient au pouvoir en 1990 et sera accusé de « détourner la démocratie »… Les violences politiques ont cependant diminué dans les années 1990, il s’agit plutôt de « fraudes électorales ». La bibliographie en anglais comme en espagnol sur le sujet est très vaste, en français, cf. Christian Girault, Elections et progrès vers la démocratie en République dominicaine (1978-86), Paris, Problèmes d’Amérique latine, LA Documentation française, 1988, p. 29-53.

30  Les ouvrages sur la transition démocratique haïtienne ne manquent pas, même s’ils ont souvent un arrière fond politique majeur. Voir, Barthélémy G., Créoles Bossales : conflits en Haïti, Cayenne, Ibis Rouge, 2000 ; Barthélémy G., La République haïtienne, état des lieux et perspectives, Paris, Khartala, 1995 ; Barthélémy G., Haïti, crise nationale, tempête internationale, 1991-1995, Problèmes d’Amérique Latine, n°17, avril-juin 1995, Paris, La Documentation française ; Cenatus B., Haïti en 1999, entretien avec Claire et Laurent Jalabert, Cahiers d’Histoire Immédiate, Toulouse, n°16, automne 1999 ; Charles E., Le pouvoir politique en Haïti de 1957 à nos jours, Paris, Khartala, 1995 ; Collectif, Haïti un an après le coup d’Etat, CIDIHCA, Montréal, 1992 ; Collectif, Ce qui ronge Haïti, Volcans, n°37, automne 1999 ; Dandoc G. et Roussière D., La répression au quotidien en Haïti (1991-1994), Paris, Khartala, 199 ; Daudet Yves (dir.), La crise d’Haïti, Paris, Montchrétien, 1996 ; Dumas P-R., La transition d’Haïti vers la Démocratie, Port au Prince, 1997 ; Etienne S-P., Haïti, misère de la Démocratie, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Hurbon L. (dir.), Les transitions démocratiques, Paris, Syros, 1996 ; Jalabert L.,  Haïti, guerre civile et implications internationales de 1986 à nos jours, in Danièle Domergue (Dir.), Les Nouveaux Conflits, Bruxelles, Complexe, 2003 ; Jallot N. et Lesage L., Haïti : 10 ans d’histoire secrète, Ed. du Félin, 1995 ; Jean J-C., et Maesschalck M., Transition politique en Haïti. Radiographie du pouvoir Lavalas, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Jean-François H., Le coup de Cédras, Port au Prince, 1995 ; Manigat L., La crise haïtienne contemporaine ou Haïti des années 1990, Port au Prince, 1995 ; Moïse C., Constitutions et luttes de pouvoir en Haïti, Montréal, CIDIHCA, 1992 ; Moïse C., Une constitution dans la tourmente, le nouveau régime haïtien et la crise nationale (1987-1993), Montréal, 1994.

31  Tableau repris à Laurent Jalabert, in Danielle Domergue, op. cit.

32  Il est vrai que les partisans de Duvalier n’ont pas été jugés, pas plus que les militaires. Les populations pauvres attendent du pouvoir une réaction judiciaire qui ne vient pas. Dès lors, les manifestants se substituent à la justice.

33 Cf. Gérard Barthélémy, op. cit.

34  L’histoire orale permet aujourd’hui de bien retracer ces exécutions sommaires, même si la mémoire reste difficile. Les militaires et plus encore les « para militaires » réutilisent les vieilles méthodes de l’époque Duvalier : on enlève et on transporte dans des camions militaires des opposants sur les hauteurs de Port au Prince, où l’on procède à des exécutions sommaires en rase campagne. Différents témoignages ont été recueillis lors de cinq séjours à Port au Prince entre mai 1999 et décembre 2002.

35  Notamment en Guyane française, ou au Canada

36  Cité in Le Monde, 2 septembre 1994.

37  Aucun chef d’Etat étranger n’était présent à Port au Prince le 7 février 2001 lors de l’investiture, le secrétaire Général adjoint de l’OEA, Luigi Enaudi, dénonçait les fraudes électorales (Le Monde, 9 février 2001).

38  Nous renvoyons ici aux remarques de Bérard Cenatus qui nous confiait dans un entretien, «  le régime n’a pas été jugé en tant que tel. Aucun procès, aucune inculpation réelle… Un devoir de mémoire doit être fait, à l’image de la France pour le régime de Vichy. Nous devons crever l’abcès rapidement (…). L’idée de réconciliation nationale ne doit pas occulter le passé », in Cahiers d’Histoire Immédiate, n°16, op. cit.

39  Florent Lafitte, , Revue Volcan, n°37, automne 1999.

40  Le Monde, 12/10/1999.

41  Le Monde, 08 février 2001.

42  Le Monde, 5 avril 2000 ; et 11 avril 2000, où des proches du journaliste parlent des « même méthodes que sous les Duvalier. Ces bandes sans uniforme font planer la menace de la terreur. La police est mi-terrorisée, mi-complice ».

43  Les OP sont des organisations complexes qui agissent dans l’entourage du pouvoir aristidien. Elles ont longtemps symbolisé l’opposition à la dictature, et semblent évoluer comme des milices qui exercent la terreur. Certaines sont cependant dans l’opposition.

44  Le Monde, 6 mars 1999.

45  Outre de nombreux ouvrages en langue anglaise non repris ici, nous renvoyons à Denis-Constant Martin (dir.), Les démocraties antillaises en crise, Paris, Karthala, 1996 ; Fred Constant et Justin Daniel (Dir.), Politique et développement dans la Caraïbe, Paris, L’Harmattan, 1999 ; et Justin Daniel (dir.), Les îles Caraïbes, modèles politiques et stratégies de développement, Paris, Karthala, 1996. Ces ouvrages renvoient à des bibliographies plus complètes.

46  Pour la Jamaïque, certains auteurs parlent même de démocratie « par défaut »… cf. Carlene J. Edie, Democracy by default, dependency and clientelism in Jamaica, Londres, Lynne Rienner, 1991.

47  Les démocraties de la Caraïbe insulaire sont surtout d’anciennes possessions britanniques, on parle du « système de Westminster ». La République Dominicaine rejoint ces pays dans les années 1980.

48  Denis Constant-Martin, op. cit., p. 24 et suiv.

49  Le meilleur exemple est celui de Trinidad derrière la personnalité du leader Eric Williams. CF. Ken Boodhoe (dir.), Eric Williams : the man and the leader, Washington DC, University Press of America, 1986.

50  Données citées in Fred Constant, op. cit. , p. 39.

51  Dans un contexte de crise économique, une faction considérée comme une secte musulmane, la Jamaat al Muslimeen tente un coup d’Etat (juillet 1990).

52  Cf. Fred Constant, op. cit.

53  Qui conduit à une intervention américaine contestée.

54  Les menaces de coups d’Etat militaires n’ont pas manqué, en Jamaïque notamment ou à Trinidad, voire en Dominique ou en 1981, l’armée est démantelée face aux menaces de rébellion.

55  Sur ces liens entre le « politique » et « l’économique », cf. l’introduction de l’ouvrage dirigé par Justin Daniel, op. cit.

56  Il conviendrait ici de s’interroger sur les groupes de pression intermédiaires et leur rôle, syndicats etc. Fred Constant, op. cit., parle de « déficit de citoyenneté ».

57  Les manifestations de rues qu’organise l’opposition n’ont guère de poids, les manifestations de mécontentement sont spontanées et totalement désorganisées tout au long de l’année 2002.

58  Pour un intellectuel, l’absence de liberté d’expression est la première des violences politiques.

59  Nous ne reprenons pas ici les données développées par Denis Constant Martin, op. cit., sur les héritages de la plantation.

60  Cette zone ne connaît pas de véritables conflits entre Etats, si ce n’est entre Haïti et la République Dominicaine, ou entre Cuba et les Etats-Unis.

61  Ce phénomène se voit bien en Haïti à la chute de Duvalier ; il est aussi superbement romancé par Mario Vargas Llosas dans sa description du régime trujilliste, op. cit.

62  Même si le nombre de victimes est quasi nul.

63  Porto-Rico, Martinique, Guadeloupe… Ce qui ne signifie pas qu’il n’existe pas de « violences politiques » dans ces îles. En Martinique en 1971, un lycéen est abattu par la police lors de la venue du Premier Ministre Pierre Messmer ; en 2002, de violents pogroms xénophobes anti-haïtiens s’achèvent par des pillages et des scènes de terreur en Guadeloupe…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jalabert, « Les violences politiques dans les Etats de la Caraïbe insulaire (1945 à nos jours) », Amnis [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 septembre 2003, consulté le 24 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/484 ; DOI : 10.4000/amnis.484

Haut de page

Auteur

Laurent Jalabert

Université des Antilles et de la Guyane, France
M.C.L.Jalabert@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org