Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La question des rapports entre médias et pouvoirs est une question qui, pour être ancienne, n’en mérite pas moins d’être constamment réinterrogée. Historiquement dès l’apparition d’une presse écrite, peu de temps après l’invention de l’imprimerie, s’est posé le problème de son rapport avec le pouvoir politique. Dans un contexte où la liberté d’expression n’existait pas, cette question s’est d’emblée articulée autour d’une interrogation majeure : comment contrôler la diffusion de l’information que permettait ce nouveau média ? Avec l’évolution des régimes politiques et le développement des moyens de communication et d’information, les rapports entre médias et pouvoirs se sont transformés, modifiant du même coup les questionnements auxquels ils donnaient lieu. En effet, l’essor considérable de la presse écrite en particulier à partir du XIXe siècle et l’apparition de nouveaux médias dans le courant du XXe siècle ont très sensiblement changé les enjeux, d’autant que le principe de liberté d’expression s’est imposé dans de nombreux Etats au fur et à mesure de leur démocratisation. Cette inflation informative et médiatique, indissociablement liée à la transformation du cadre politique et socio-économique, a progressivement placé la question des rapports entre médias et pouvoirs au cœur des débats qui touchent actuellement les sociétés européennes et américaines.

2Amnis a choisi d’aborder cette question en publiant seize articles qui rendent compte de la multiplicité des supports disponibles depuis le XIXe siècle. Ce numéro propose des analyses consacrées à la presse écrite dans toute sa diversité formelle (quotidiens, revues politico-économiques, newsmagazines, presse satirique, comic books), sans délaisser d’autres types de médias tels que la télévision et Internet. Etudiés sur l’ensemble de la période contemporaine et dans des contextes politiques différents (Mexique libéral, URSS stalinienne, Italie fasciste, Espagne démocratique, Argentine péroniste par exemple), les liens entre les médias et les pouvoirs s’inscrivent dans un rapport de force permanent. Ainsi, dans la plupart des articles, les auteurs soulignent l’étendue du contrôle exercé par le pouvoir politique et insistent sur les multiples conflits qui en résultent. Dans de nombreux cas, ces situations sont engendrées par le fait que le pouvoir politique organise la société et fixe les limites au-delà desquelles les médias s’exposent à des sanctions, les limites évoluant bien évidemment en fonction de la nature du régime en place (dictature ou démocratie). Cependant, les rapports entre ces deux instances ne s’analysent pas uniquement en termes de conflits. Bien des fois, les médias font preuve d’une grande soumission, voire collaborent, situation qui s’explique par une donnée fort simple : les pouvoirs économiques et politiques ont créé ou, dans bien des cas, contrôlent la plupart des moyens de communication et d’information. Dès lors, loin de revendiquer leur indépendance, ces médias deviennent des porte-parole ou des instruments chargés d’orienter l’opinion en fonction des priorités définies par l’instance dont ils dépendent. De tels effets de collusion tendent à remettre en question la pertinence de notions telles que « la liberté de presse » dans les sociétés démocratiques. Bien que ce principe soit censément garanti, on assiste rarement à l’usage d’une grande liberté d’expression contre les pouvoirs quels qu’ils soient. En dépit d’affaires comme le Watergate, le quatrième pouvoir s’est fréquemment limité à reproduire un discours dominant, tant sur le plan politique que socio-économique. Parallèlement, il a souvent contribué à critiquer, voire à stigmatiser les idées ou les projets de société formulés par une personne, un groupe ou une entité considérés comme « déviants ».

3Dans la plupart des cas, il existe une relation de dépendance qui limite la liberté des médias. Les différents pouvoirs — conscients du rôle qu’ont joué et que jouent les médias dans le renforcement des identités, dans la diffusion de certaines représentations et dans le façonnement des individus, en général — se sont donné une priorité : leur contrôle. Tout mode d’information construit un message, façonne une certaine vision du monde et influence ainsi la perception de la réalité. En ce sens, il semble illusoire d’imaginer qu’un média puisse être totalement indépendant et transmettre des informations « objectives », même si dans des situations de non-monopole, le lecteur ou le télé-spectateur peut certes choisir son journal, son magazine ou son programme d’information, son choix étant généralement orienté par ses « propres » convictions, convictions qu’il souhaite voir partagées et reflétées par ceux qui l’informent.

4Depuis quelques années, les médias ont évolué considérablement et l’on assiste à l’émergence de nouvelles situations. Avec l’apparition d’Internet, les pouvoirs ont dû affronter des modes inédits de circulation de l’information : des mouvements que certains qualifient de « spontanés » et qui s’inspirent souvent de nouvelles formes de militantisme semblent échapper à leur contrôle, et ont réussi à ouvrir des brèches dans le tissu d’informations tressé par les instances dirigeantes. Cependant, la vision selon laquelle les médias bénéficient de plus de liberté grâce aux nouvelles technologies est quelque peu utopique ou, du moins, est en passe de le devenir. Les pouvoirs se caractérisent par leur capacité d’adaptation aux situations nouvelles. Ainsi, pour préserver leur ascendant, ils conservent l’image de liberté que véhiculent les nouvelles technologies, représentation indispensable à l’exercice du pouvoir et au contrôle des individus dans les systèmes démocratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Msili et Severiano Rojo Hernández, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 28 avril 2017. URL : http://amnis.revues.org/671

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org