Navigation – Plan du site

Le rôle politique des revues conservatrices aux Etats-Unis depuis les années 1980

L’exemple de la publication de ‘The End of History ?’ de Fukuyama dans le National Interest
Marie-Cécile Naves

Résumés

L’article vise à étudier, à travers l’exemple de la théorie de la « Fin de l’Histoire » de Fukuyama, en quoi la revue américaine The National Interest est, à l’instar d’autres revues conservatrices, un instrument médiatique crucial pour la diffusion de certains idéaux du Parti Républicain aux Etats-Unis depuis le milieu des années 1980. Il s’agit par là même de réfléchir aux conditions de production et de diffusion de cette théorie, dans un contexte géopolitique et intellectuel exceptionnel, celui de la fin de la guerre froide. L’évolution des liens entre intellectuels et pouvoir politique américains, avec pour enjeu, depuis le début des années 1980, la politique étrangère, sont au cœur de cette réflexion.

Haut de page

Texte intégral

1Etudier les enjeux de la production de la théorie de Fukuyama sur la Fin de l’Histoire peut paraître incongru, voire marginal dans la science politique aujourd’hui. Pourquoi accorder tant d’importance à son article et à son livre par rapport à d’autres parus au même moment ? Parce que, outre le succès considérable qu’il a obtenu, il incarne certaines réflexions politiques dominantes sur l’après-guerre froide et condense, à un moment décisif, voire critique de l’histoire du monde et en un court laps de temps, un nombre important de commentaires, ce qui autorise à parler d’un « moment Fukuyama », d’autant que ces commentaires en disent moins sur sa théorie elle-même que sur des enjeux politico-intellectuels moins apparents que nous nous proposons de déceler et d’expliciter ici. Car outre le rôle joué par les réseaux et espaces intellectuels libéraux et néolibéraux américains, sa saisie immédiate et évolutive par certains journalistes et intellectuels a créé les conditions de son succès polémique dans les champs médiatique et politique. Depuis plus de dix ans, Francis Fukuyama fait partie de l’imaginaire collectif intellectuel occidental et, s’il a publié plusieurs livres depuis 1992, il reste avant tout sans nul doute l’homme de la « Fin de l’Histoire » et un expert en géopolitique. A la fois révélateur, amplificateur et catalyseur, l’événement Fukuyama renvoie à un problème sociologique relatif à l’identité de l’espace intellectuel américain et à des rivalités en son sein : qui a la légitimité, dans ces années-là, de fournir une explication globale du monde ? Quel rôle certains organismes de pensée - les revues conservatrices – jouent-ils auprès du pouvoir politique américain et du grand public ? En répondant à cette question, on pourrait ainsi contribuer, de manière originale, à l’étude des transformations des concurrences, des luttes et des frontières qui se construisent entre les différents univers sociaux de la sphère intellectuelle aux Etats-Unis, et en particulier des liens entre champ universitaire et champ politique.

2Ainsi, la polémique, dans la sphère politico-intellectuelle américaine, sur la Fin de l’Histoire de Fukuyama et les usages et réappropriations auxquels cette théorie et son auteur ont, depuis le milieu des années 1990, donné lieu posent l’hypothèse de l’existence, à partir de la fin de la guerre froide, d’un espace public de pensée qui se situe à l’intersection du champ universitaire, du champ politique et du champ médiatique et qui renvoie à l’existence de luttes intellectuelles symboliques pour l’interprétation du monde.

Penser le monde de l’après-guerre froide : le rôle des think tanks, entre champ universitaire, champ politique et champ médiatique

  • 1  Par exemple, Guilhot Nicolas, « De la révolution permanente à l’anti-radicalisme : les dynamiques (...)

3La nécessité de réflexions sur la guerre et la paix, l’instabilité géopolitique internationale et la place des Etats-Unis dans le monde ont, depuis plus de 50 ans, impulsé les travaux de recherche de beaucoup d’universitaires et d’experts américains de gauche et de droite, dont un certain nombre, en travaillant pour les think tanks, se situent à cheval entre le champ académique et le champ politique. Si des instances semblables existaient dès l’entre-deux guerres, le développement et la multiplication des think tanks néo-conservateurs remontent aux années 1950 et surtout aux années 1960. De nombreux travaux ont détaillé les conditions d’émergence des intellectuels néo-conservateurs aux Etats-Unis1. Aussi nous contenterons-nous de rappeler les quelques éléments historiques et sociologiques qui nous semblent essentiels à la compréhension du fonctionnement de ces instances d’expertise et d’opérationnalisation de la pensée américaine en sciences politiques et sociales.

4Jusqu’au milieu des années 1960, les intellectuels « de droite », c’est-à-dire proches du parti républicain ou sensibles aux idées conservatrices, se sont tenus à l’écart des grands débats publics sur la société américaine, d’une part parce que le milieu politique ne les y invitait pas – alors que les démocrates se nourrissaient traditionnellement des travaux des intellectuels de gauche -, de l’autre parce qu’ils se sentaient peu concernés par les questions politiques et sociales telles qu’elles étaient alors posées. Jusqu’à cette époque, marquée par la croissance et la prospérité économiques, la droite américaine n’avait pas, en effet, de programme clair, surtout en matière de politique intérieure. Par ailleurs, la plupart des intellectuels de centre-gauche estimaient que la droite revendiquait un individualisme incompatible avec la société industrielle issue du consensus keynésien.

  • 2  Sur ce point, voir Hofstader Richard, Anti-Intellectualism in American Life, New York, Knopf, 1993 (...)
  • 3  Himmelstein Jerome L., To the Right. The transformation of American Conservatism, Berkeley et Los (...)
  • 4  Cette crainte du radicalisme de gauche était issue de leur anti-stalinisme. A ce sujet, voir Guilh (...)

5La fin des années 1960 a vu l’effondrement du consensus libéral constaté par Daniel Bell dans The End of Ideology, ainsi que l’émergence d’idées de gauche radicales dans l’espace public et dans les sciences sociales. Confrontés aux soulèvements sociaux, culturels et raciaux, les leaders de gauche ont envisagé de transformer les institutions, en particulier l’Ecole, et de mettre en question les fondements des valeurs américaines. Or, bien que les critiques contre la guerre du Vietnam aient provoqué un mécontentement populaire que la gauche a su, dans un premier temps, récupérer, la peur de la décadence et du laxisme en matière de politiques sociales, éducatives et culturelles a conduit l’électorat à rejeter la gauche politique. En 1972, le candidat démocrate, McGovern, a ainsi subi un échec cinglant. Une grande partie de l’opinion américaine refusait l’influence croissante du radicalisme de gauche issu de mai 1968 : le fossé entre le peuple américain et les gouvernants a fini par nourrir un nouveau populisme qui a pris pour cible les élites et les experts de gauche. Les républicains, qui, jusque là, comptaient sur les rythmes naturels de la politique pour arriver au pouvoir, ont alors cherché à récupérer ce mécontentement. Traditionnellement méfiant à l’égard des intellectuels2, le parti républicain, parti des affaires et de l’Amérique profonde, a cherché à se moderniser à partir de la fin des années 19603, avec l’aide d’intellectuels libéraux convertis au néo-conservatisme parce que sensibles au risque de décadence morale, de vide spirituel, de nihilisme et de subversion politique4. La fin de la prospérité économique, en raison des deux crises pétrolières, a profité à la droite qui a réussi à s’imposer et à conquérir le pouvoir à la fin des années 1970 : pour la première fois depuis longtemps, elle est apparue comme révolutionnaire, le nouveau président, Ronald Reagan, adoptant une vision optimiste et tournée vers l’avenir.

  • 5  Blumenthal Sydney, Rise of the Counter Establishment: From Conservative Ideology to Political Powe (...)

6Le développement de liens entre intellectuels néo-conservateurs et pouvoir politique a généré un « counter-establishment »5. Ces nouvelles élites, pour mener à bien leurs réflexions et leurs travaux, avaient besoin de financements : le conservatisme corporatiste – le « big business » - s’est mobilisé en leur faveur. En effet, afin de développer et de promouvoir plus efficacement les idées conservatrices qu’ils savaient populaires, les responsables politiques de droite ont fait appel aux leaders économiques, aux corporations et aux fondations pour financer think tanks, groupes d’intérêt et intellectuels conservateurs. En outre, l’augmentation régulière des dépenses fédérales a permis de développer des programmes gouvernementaux qui avaient besoin des services intellectuels émanant de professionnels et de spécialistes.

  • 6  En France, selon l’expression de Loïc Wacquant et de Serge Halimi, on les nomme parfois « boîtes à (...)
  • 7  Vennesson Pascal, « Les relations internationales dans la science politique aux Etats-Unis », Poli (...)

7Les think tanks sont une expression issue du milieu militaire6 qui désigne des institutions produisant de l’expertise à vocation politique et qui sont plus ou moins autonomes par rapport au champ scientifique, à l’Etat ou aux partis politiques. Ils se présentent sous une forme institutionnalisée qui va du petit réseau à de riches organisations – notamment des fondations. Ils peuvent être spécialisés dans tous les secteurs de politique publique – environnement, éducation, vieillesse… - mais les relations internationales figurent, traditionnellement, en très bonne place. Il existe aussi des think tanks généralistes. Tous mobilisent des universitaires reconnus et fonctionnent comme des antichambres de recrutement politique de haut niveau, en l’absence d’Ecole Nationale d’Administration à la française. Ils visent conjointement à produire un savoir décloisonné et à promouvoir des politiques rationalisées et scienticisées, et construisent des corpus disciplinaires particuliers. Ainsi, les relations internationales sont devenues une discipline à part entière et les cadres théoriques de la science politique y sont dominants7. Leurs objectifs peuvent varier dans le temps et les chercheurs peuvent s’y associer de manière temporaire et selon leurs intérêts personnels. Des spécialistes de toutes disciplines, voire de bords politiques différents ont, à l’occasion, l’opportunité de travailler ensemble dans ce type de structure. En tant que consultants ou experts auprès des think tanks, ils sont généreusement rémunérés et ont le choix de travailler ou non à plein temps. Chacun possède des succursales et des réseaux plus ou moins importants, par exemple dans des centres universitaires. On y compte beaucoup de spécialistes de géopolitique et de politique étrangère. En 1993, une centaine de think tanks prospéraient à Washington.

  • 8  Ricci David M., The Transformation of American Politics. The New Washington and the Rise of Think (...)
  • 9  Ce qui différencie, par exemple, les think tanks des lobbies, c’est peut-être avant tout leur caté (...)

8Ce que David Ricci appelle le marché et le « marketing des idées »8 est au cœur de leur fonctionnement: parce qu’à Washington, des milliers de journalistes, d’hommes d’affaires, de consultants, d’avocats et de lobbies9 tentent d’influencer les décisions politiques, il s’agit d’être le meilleur sur le marché des idées. Si le pouvoir politique prête tant d’attention aux think tanks, c’est d’abord parce qu’il a encouragé leur création, mais aussi parce qu’ils savent promouvoir leurs recherches dans le champ politique et dans l’espace public. La sécurité extérieure et intérieure des Etats-Unis, la foi dans les valeurs américaines ou la peur de la désunion nationale constituent certains des principes généraux qui dictent les conseils que les think tanks donnent aux responsables politiques. Il est également utile de signaler qu’ilsexercent une influence sur la politique des Etats-Unis en période électorale comme en période de « routine » : les hommes politiques, conscients que l’effritement du sentiment partisan ne garantit plus aux partis le succès électoral automatique de leurs leaders, sont entrés dans une campagne permanente. Leurs conseillers, au premier rang desquels figurent les think tanks, les aident à mettre l’accent sur les enjeux souhaités par l’opinion.

9L’influence réelle des think tanks n’est pas toujours facile à mesurer car leurs travaux se diffusent par le biais de revues, d’articles, de conférences, mais aussi de contacts personnels. Beaucoup de « think tankers » rédigent des articles dans des revues intellectuelles non académiques proches des think tanks comme Foreign Affairs, The National Interest, Foreign Policy ou The Washington Quartely, spécialisées en géopolitique, en économie, en questions militaires ou en politiques sociales. Certains articles deviennent des ouvrages grand public. L’obtention d’une tribune dans un grand journal national comme le Washington Post, le New York Times ou le Wall Street Journal a, pour sa part, un impact immense. En effet, discuter avec des officiels, des bureaucrates, des journalistes, des groupes d’intérêt, des hommes d’affaires ou des financiers par le biais de séminaires et d’ateliers n’empêche pas de prétendre présenter les résultats de travaux ou le fruit de réflexions sur divers sujets touchant aux affaires publiques à un public plus large, et la presse quotidienne est, avec la télévision, le médium le plus efficace. En retour, cela offre aux think tanks une visibilité et une légitimité pour parler des sujets politiques et sociaux de l’Amérique, d’autant que les auteurs de tels articles sont alors placés en situation de concurrence avec des universitaires et des journalistes.

10Les think tanks sont donc à l’intersection du champ universitaire et du champ politique et s’ouvrent au champ médiatique. Si la porosité des frontières entre les trois ne concerne pas uniquement la droite, dans les années 1970 et 1980, l’effervescence intellectuelle était plus forte de ce côté de l’échiquier politique. Citons par exemple la Hoover Institution, l’Heritage Foundation et l’American Enterprise Institute, laquelle a une grande influence auprès de l’administration de G. W. Bush.

11Dans les années 1980, aux Etats-Unis, la thèse de la Fin de l’Histoire selon Fukuyama, avant d’être un débat public, a d’abord et surtout été un débat de politique et de stratégie au sein d’un think tank - elle ne fera l’objet d’un petit débat académique qu’a posteriori et par extension. En fait, elle a été au cœur d’une lutte pour l’élaboration d’une nouvelle « ligne » de politique internationale et pour l’interprétation des relations internationales dans le contexte américain. Si elle n’a pas tout de suite convaincu le pouvoir politique américain, elle a eu une audience considérable dans l’espace public de débats aux Etats-Unis et dans l’Occident tout entier. Dès l’origine, donc, Fukuyama a bénéficié d’un cercle de réception étroit mais également très stable. Son article a été publié et diffusé, de façon plus vaste, dans le « champ politico-intellectuel » américain grâce à des agents et des réseaux politiques, commerciaux et éditoriaux puissants et influents.

12Aux Etats-Unis, Fukuyama a bénéficié du soutien de producteurs et de réseaux intellectuels néo-conservateurs pour écrire et publier sa thèse sur la Fin de l’Histoire

13Le contenu de la thèse de Fukuyama ne peut être séparé des conditions sociales, politiques et théoriques de sa production. Elle est, en effet, une construction intellectuelle située dans un contexte particulier qui a nourri un discours idéologique reflétant les principes de l'ordre social légitime : la démocratie libérale, le libéralisme économique et politique. L’annonce de la « Fin de l’Histoire » consécutive à la défaite du communisme en Europe de l’Est a compté parmi les discours conservateurs opportunistes et dominants aux Etats-Unis à la charnière des années 1980 et 1990, bien qu’il ait été en concurrence avec d'autres visions du monde produites, comme lui, au sein de la sphère politico-intellectuelle américaine et en particulier dans les think tanks néo-conservateurs. Sa manière de penser et d’appréhender la réalité est en effet le fruit de sa socialisation au sein de certaines structures. La production de sa Fin de l’Histoire a en outre dépendu d’une stratégie collective de diffusion, mais aussi des intérêts personnels de Fukuyama.

  • 10  Allan Bloom est l’auteur du best seller L’âme désarmée. Essai sur le déclin de la culture générale(...)
  • 11  « Although I have strong ideas about policy, particularly foreign policy, there is too much hand-s (...)

14Ce dernier est né en 1952 à Chicago dans une famille d’universitaires. En 1970, il a entrepris des études de philosophie et de lettres classiques à l’Université de Cornell – russe, grec, latin, français – et il estime qu’il adhérait déjà aux idées conservatrices et rejetait les idées issues des mouvements étudiants de 1968. Il a rencontré Allan Bloom lors de sa formation et a été séduit par ce professeur qui s’inscrivait en porte-à-faux par rapport à ces idées et qui a d’ailleurs, pour ces raisons, quitté Cornell pour Chicago10. Après son diplôme de graduate, Fukuyama a entrepris un troisième cycle en littérature comparée à Yale puis a passé six mois à Paris pour étudier la philosophie de la déconstruction. Lorsque, une fois rentré aux Etats-Unis, il s’est rendu à Harvard, au lieu de terminer sa formation en littérature comparée, il a quitté l’abstraction et s’est tourné vers la science politique. En 1981, il y a soutenu une thèse sur les menaces soviétiques au Moyen Orient. Il est également docteur à titre honorifique du Connecticut College et du Doane College. Il n’était pas intéressé par une carrière politique, parce qu’elle lui aurait offert trop peu de liberté, en particulier sur le plan intellectuel11. Fukuyama avait 37 ans au moment de la parution de son article « La Fin de l’Histoire ? » En 1987, il avait publié un ouvrage académique sur les relations entre l’URSS et le Tiers Monde - The Soviet Union and the Third World : The Last Three Decades, aux éditions de l’Université de Cornell -, diffusé à petite échelle dans le monde universitaire. Il est aujourd’hui professeur d’économie politique internationale à l’université Johns Hopkins sur la Côte Est des Etats-Unis. De 1996 à 2000, il a enseigné les politiques publiques à l’Université of Georges Mason.

15Ainsi, Fukuyama possède un capital culturel de poids : universitaire, docteur en science politique, spécialiste de l’URSS, il est, au départ, un habitué du champ universitaire et scientifique américain, qui l’a doté de profits symboliques importants, à défaut de profits matériels. La plupart de ses travaux s’inscrivent dans une logique de justification de la supériorité des sociétés capitalistes et démocratiques : ils participent tous d’une logique de structuration de l’univers des idées politiques pour justifier la véracité de sa Fin de l’Histoire, étant donné que le cours des événements mondiaux l’a obligé à revoir plusieurs fois sa copie sans toutefois jamais la renier. Idéologique, la thèse de la Fin de l’Histoire s’est inscrite dans la dynamique sociale et politique américaine de production des idées conservatrices.

16On a vu, notamment par le biais des think tanks, que le champ politique et le champ scientifique se sont pas, aux Etats-Unis, coupés l’un de l’autre : les agents circulent de l’un à l’autre et utilisent et valorisent dans chacun leurs ressources, leurs dispositions intellectuelles et leurs capitaux scientifiques ou politiques. Proche de l’idéologie conservatrice dominante, l’universitaire Fukuyama a appartenu, de 1981 à 1982, ainsi qu’en 1989, au « Policy Planning Staff » du département d’Etat américain : la première fois en tant que spécialiste du Moyen Orient ; la seconde comme chargé des questions militaro-politiques européennes. En 1981-82, il a en outre fait partie de la délégation américaine chargée des négociations entre l’Egypte et Israël. Il est aujourd’hui membre du « President’s Council » sur la bioéthique auprès de Georges W. Bush et conseiller de Condoleezza Rice, avec qui il était à l’université, pour la sécurité intérieure. Il est donc toujours demeuré proche du parti républicain, ayant travaillé dans les administrations de R. Reagan et de G. Bush père et fils. Entre 1979 et 1980, de 1983 à 1989, et en 1995-96, Fukuyama a également été employé par le think tank la RAND Corporation, au départ en tant que spécialiste de l’URSS, pour faire de la prévision géopolitique, où il a donc rédigé sa théorie sur la Fin de l’Histoire. Il est donc, en tant qu’expert internationaliste, devenu un agent de l’espace politico-intellectuel néo-conservateur américain.

17La RAND - « Research AND Development » - Corporation est une institution à but non lucratif dont l’objectif est d’améliorer - et d’influencer - la prise de décision politique et les politiques publiques par la recherche et l’analyse dans les domaines du militaire et des questions sociales et internationales - santé, environnement, immigration, par exemple… Créée en 1946 au sein de la Douglas Aircraft Company par la U.S. Air Force, qui voulait s’attirer les services de spécialistes civils n’appartenant pas à la bureaucratie, la RAND Corporation a d’abord centré ses travaux sur l’aéronautique militaire, avant de s’intéresser progressivement à la prospective économique, sociale et géopolitique à partir des années 1960. Environ 1.600 personnes, spécialistes des questions internationales - géopolitiques, militaires -, mais aussi raciales, sexuelles et ethniques, travaillent pour elle, à plein temps ou à temps partiel. 85 % sont diplômées de l’université, dont 65 % ont un doctorat. La diffusion des travaux de recherche auprès du public est également une priorité de la RAND Corporation, notamment par le biais de ses deux revues et de son site Internet.

18Quoique devenue indépendante en 1948, la RAND a toujours été essentiellement financée par l’US Air Force : cela signifie qu’elle est demeurée largement subordonnée au département militaire américain, au moins sur les objets de recherche. Il est vrai, toutefois, qu’elle a d’autres très nombreux « clients », « sponsors » et « bienfaiteurs » - selon sa propre terminologie - : en tant que fournisseur d’un service d’expertise, elle réalise en effet des études pour le compte d’universités, d’entreprises, de fondations et d’organisations internationales et nationales diverses, publiques ou privées. Les thèmes de recherche sont variés mais gravitent souvent autour de la sécurité américaine, de la guerre et de la paix, et de la prospective ; officiellement, c’est l’intérêt public qui doit prédominer dans chaque projet, et le mot d’ordre demeure « l’autonomie » du savoir.

19Après s’être forgé une légitimité scientifique et après s’être octroyé une certaine autorité dans les milieux stratégiques et intellectuels proches du pouvoir politique, Fukuyama a cherché à être incontournable pour les débats publics autour de la démocratie après 1989 et dans le domaine prospective américaine et mondiale. Dans les années 1980, ses idées n’étaient pas prises au sérieux par le pouvoir politique, qui ne croyait pas en la réunification allemande et la chute du communisme en Union Soviétique. Lorsque son article a paru dans le National Interest et que le mur de Berlin est tombé, il a toutefois obtenu une immense audience dans l’espace public et dans le champ politique.

Le rôle spécifique du National Interest

20The National Interest, née en 1985, est une vitrine néo-libérale et, à bien des égards, ultra-libérale. Comme son nom l’indique, elle traite largement de politique extérieure et de stratégie internationale. Cette revue, qu’on ne peut considérer comme universitaire, est bien moins lue par les academics que par le personnel politique et économique à Washington et vise à influencer l’agenda politique du pays. Ainsi, elle a permis l’expression de théories internationalistes - la Fin de l’Histoire selon Fukuyama - mais aussi unilatéralistes - la thèse de Huntington sur le choc des civilisations, par exemple.

  • 12  Aujourd’hui, Conrad Black en est le directeur éditorial et James Schlesinger, le rédacteur en chef
  • 13  Professeur à la Business School de la New York University et éminent intellectuel néo-conservateur

21C’est à l’initiative de Owen Harries, directeur du National Interest12, à qui il en avait informellement parlé un an et demi plus tôt, et aussi sur le conseil d’Allan Bloom, son ancien professeur, que Fukuyama a pour la première fois exposé par écrit sa thèse sur la Fin de l’Histoire dans cette revue. Il s’agit donc d’une commande et le National Interest a publié l’article dès sa réception, les deux hommes s’étant rencontrés quelques mois auparavant. Ce court délai a été nécessaire à Fukuyama pour développer ses idées et les mettre par écrit. L’article « La Fin de l’Histoire ? » - le point d’interrogation est très important car il disparaîtra dans le titre du livre, trois ans plus tard – a donc été publié dans le National Interest au printemps 1989 et s’est accompagné d’un débat auquel ont notamment participé S. Huntington et I. Kristol13 qui avait fondé la revue en 1985 afin de contrer l’influence des revues de centre-gauche comme Foreign Policy et World Policy Journal – elles aussi proches de think tanks - et qui l’a dirigée jusqu’en 2001.

22The National Interest est, comme Foreign Affairs, sa concurrente la plus proche par les objets et le ton, considérée aujourd’hui comme l’une des revues majeures en affaires internationales aux Etats-Unis. Mais elle ne se limite par à ces questions : elle s’intéresse également à la politique intérieure des Etats-Unis et aux nouvelles idées - d’où le numéro spécial de 1989 sur la Fin de l’Histoire, avec l’article de Fukuyama et les réponses de quelques intellectuels néo-conservateurs. Le rôle de la différence culturelle, des technologies, de l’histoire et de la religion sur les politiques publiques intéressent beaucoup The National Interest. La charte de la revue indique qu’elle promeut les articles bien écrits, mais qu’elle refuse à la fois le jargon universitaire et la langue de bois politique. Ni revue académique, ni brochure du parti républicain, le National Interest correspond à un espace de réflexion intermédiaire qui caractérise la sphère politico-intellectuelle américaine.

23The National Interest se vante d’avoir promu la première la théorie de Fukuyama sur la Fin de l’Histoire en lui ouvrant ses pages. Elle n’a pas cessé, depuis 1989, de consacrer des dossiers et des enquêtes à la fin du communisme et à l’effondrement du bloc de l’Est, en faisant appel à des intellectuels - des politologues, mais aussi des romanciers comme Saul Bellow, l’un des maîtres à penser d’Allan Bloom. Elle est diffusée dans toute l’Amérique et dans le monde entier, et certains de ses articles sont repris dans la presse grand public. Dans le cas de Fukuyama, c’est le Washington Post qui a repris l’essentiel des arguments de son article. Le ton parfois provocateur du National Interest n’entame pas sa volonté de pluralisme et d’ouverture - tant qu’on respecte les opinions conservatrices… - qui n’a d’égal que son souci d’informer et de sortir des sentiers battus : « The National Interest - it’s where the great debates begin », dit le comité de direction ; autrement dit, parler de tout dans un cadre idéologique stable et bien défini.

24Sur le site Internet du National Interest, on trouve de nombreux liens vers des fondations et centres de recherche privés - l’American Committee on Foreign Relations, le CATO Institute, l’Heritage Foundation -, des agences gouvernementales - notamment la CIA, l’OTAN ou le FMI et l’ONU -, ainsi que d’autres revues et magazines de tous bords politiques - puis qu’on retrouve par exemple The Nation ou Current History. Le National Interest, conjointement avec le Nixon Center, gère également un site Internet14 qui édite quelques articles de politique internationale et nationale. Le site est mis à jour chaque semaine et sert à faire la publicité de la revue. Donner une vue réaliste des affaires du monde et de la politique étrangère américains, tel est son credo.

  • 15  « Aucune revue académique digne de ce nom n’aurait, bien sûr, osé publier un article intitulé ‘La (...)

25A l’instar des think tanks dont il est proche, le National Interest cherche à influencer l’agenda politique et géopolitique américain. La publication de l’article de Fukuyama et, comme le dit lui-même ce dernier, sa « valorisation » dans le National Interest, visait également à satisfaire un lectorat acquis à l’idéologie conservatrice et à la pensée opérationnelle. En effet, cette revue, financée, comme d’autres revues conservatrices et comme le centre de philosophie de l’Université de Chicago, par le groupe Olin à hauteur de centaines de milliers de dollars chaque année - ce qui conférait à tous ces supports un avantage certain sur les revues américaines de gauche à cette époque -, était lue par de nombreux responsables politiques et par les hommes d’affaires proches de Washington et de la Côte Est en général, mais pas par les academics, y compris ceux qui travaillent sur les relations internationales ; inversement, peu d’academics écrivent dedans. En 1989, Fukuyama était donc inconnu de la plupart des universitaires15. Ces derniers ont, à l’instar du grand public, pris connaissance de la théorie de Fukuyama par la presse. En n’en parlant que rarement, il lui ont signifié leur mépris et, plus rarement, l’expression de leur désaccord sur les fondements scientifiques de sa thèse.

26Fukuyama, par la rédaction et la publication, dans The National Interest, de sa théorie de la Fin de l’Histoire, apparaît ainsi comme un opérateur de classement et de reclassement intellectuel, car il a participé de l’accroissement de la porosité des frontières entre certaines sphères du champ universitaire et les champs politique et médiatique. C’est vrai pour les Etats-Unis comme pour d’autres pays, notamment la France, où sa thèse a reçu un écho retentissant et où il a contraint à la mobilisation intellectuelle. Il a tenté d’imposer un nouveau modèle de l’intellectuel public, à mi-chemin entre le savant et le prophète, et un nouveau type d’engagement, qui passe par le savoir.

Haut de page

Notes

1  Par exemple, Guilhot Nicolas, « De la révolution permanente à l’anti-radicalisme : les dynamiques de reconversion des néoconservateurs aux Etats-Unis », Actes du VIIe congrès de l’Association Française de Science Politique, 2002 ; et le témoignage de celui qu’on qualifie souvent de « père des néo-conservateurs », Kristol Irving, Neoconservatism. The Autobiography of an Idea, New York, The Free Press, 1995.

2  Sur ce point, voir Hofstader Richard, Anti-Intellectualism in American Life, New York, Knopf, 1993 ou Claussen Dane S., Anti-Intellectualism in American Media: Magazines and Higher Education, Paperback, 1994.

3  Himmelstein Jerome L., To the Right. The transformation of American Conservatism, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1990.

4  Cette crainte du radicalisme de gauche était issue de leur anti-stalinisme. A ce sujet, voir Guilhot Nicolas, « De la révolution permanente à l’anti-radicalisme : les dynamiques de reconversion des néoconservateurs aux Etats-Unis », op. cit.

5  Blumenthal Sydney, Rise of the Counter Establishment: From Conservative Ideology to Political Power, New York, Random House Inc., 1986.

6  En France, selon l’expression de Loïc Wacquant et de Serge Halimi, on les nomme parfois « boîtes à idées. » Voir Wackant Loïc, « Ce vent punitif qui nous vient d’Amérique », Le Monde diplomatique, avril 1999 ; Halimi Serge, « Les ‘boîtes à idées’ de la droite américaine », Le Monde diplomatique, mai 1995.

7  Vennesson Pascal, « Les relations internationales dans la science politique aux Etats-Unis », Politix, n° 41, 1998. Voir aussi Vaïsse Justin, « Petit guide des revues et des think tanks américains : les très riches heures des relations internationales aux Etats-Unis », Revue internationale et stratégique, n° 34, été 1999, pp. 53-64. Pour Vennesson, les pères fondateurs de la discipline des relations internationales aux Etats-Unis étaient issus de l’émigration européenne des années 1930 et avaient comme priorité la recherche de la paix. En particulier Hans Morgenthau qui, dans Politics among Nations, estimait que la quête de la puissance fonde les dynamiques internationales et aurait donc contribué, aux Etats-Unis, à l’autonomisation des relations internationales et de la domination de la science politique pour penser les phénomènes mondiaux.

8  Ricci David M., The Transformation of American Politics. The New Washington and the Rise of Think Tanks, New Haven et Londres, Yale University Press, 1993.

9  Ce qui différencie, par exemple, les think tanks des lobbies, c’est peut-être avant tout leur catégorie fiscale : considérés comme des centres d’éducation et de recherche, ils ne sont pas soumis à l’impôt sur les sociétés.

10  Allan Bloom est l’auteur du best seller L’âme désarmée. Essai sur le déclin de la culture générale, Paris, Julliard, 1987.

11  « Although I have strong ideas about policy, particularly foreign policy, there is too much hand-shaking and baby-kissing for me. And you have to simplify things so much. I would never feel happy to say the things you do to get elected. » (Interview pour The Guardian, 11 mai 2002.)

12  Aujourd’hui, Conrad Black en est le directeur éditorial et James Schlesinger, le rédacteur en chef.

13  Professeur à la Business School de la New York University et éminent intellectuel néo-conservateur.

14  www.inthenationalinterest.com

15  « Aucune revue académique digne de ce nom n’aurait, bien sûr, osé publier un article intitulé ‘La Fin de l’Histoire ?’ ; encore moins le valoriser en invitant toute une palette d’intellectuels à le discuter. Owen, lui, n’hésita pas, et le reste appartient désormais à…l’Histoire », Fukuyama Francis, « La post-humanité est pour demain », Le Monde des débats, juillet-août 1999, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Cécile Naves, « Le rôle politique des revues conservatrices aux Etats-Unis depuis les années 1980 », Amnis [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 23 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/697 ; DOI : 10.4000/amnis.697

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Naves

CIR Paris et Université Paris IX-Dauphine, France
E-mail : mariececilenaves@free.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org