Navigation – Plan du site

« Mr Azn@r, parT »

Manipulations informatives et révolte SMS du 11 au 14 mars 2004 en Espagne
Ludivine Thouverez

Résumés

Les attentats du 11 mars 2004 à Madrid ont illustré le divorce existant entre les médias et la société civile espagnole. En fonctionnant comme de simple courroies de transmission du discours gouvernemental (lequel souhaitait incriminer l'ETA pour ne pas perdre les élections), les médias ont échoué dans leur mission de rendre une information libre et plurielle de la res publica. Durant la crise, les NTIC, nouvelles technologies de l'information et de la communication, ont joué un rôle de contre-pouvoir médiatique et social. La communication horizontale permit aux opinions divergentes de pouvoir s'exprimer. En outre, les NTIC favorisèrent les mobilisations citoyennes de la veille des élections. L'alliance NTIC - civils peut-elle mettre fin à la manipulation de l'information ? Va-t-elle obliger les hommes politiques et les médias traditionnels à une plus grande transparence ? Va-t-elle révolutionner les pratiques démocratiques ? Le terrorisme et son traitement médiatique sont des sujets complexes. Ils sont basés sur des intérêts contraires et s'inscrivent dans un contexte sociopolitique qui conditionne le discours de la presse sur l'acte terroriste. Si les nouvelles technologies élargissent le champ de l'espace public, elles n'offrent guère de solutions quant aux problèmes que rencontrent les journalistes en cas de terrorisme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Europe, Espagne, NTIC, Aznar, terrorisme

Keywords :

Europe, Spain, NTIC, Aznar, terrorism

Palabras claves :

Europa, España, NTIC, Aznar, terrorismo
Haut de page

Texte intégral

1 Il arrive parfois que des événements changent de manière soudaine et inespérée le cours d’un cycle historique. C'est le cas des attentats du 11 mars en Espagne. Tandis que la campagne électorale s'achevait et qu'une troisième victoire du Parti Populaire était attendue sans surprise, les 190 morts de la gare d'Atocha et la gestion du drame par le gouvernement provoquèrent une crise de confiance des citoyens, qui se solda par le triomphe des socialistes, le 14.

2 D'un point de vue communicationnel, on se souviendra des efforts déployés par Aznar et ses ministres pour faire croire à la piste de l'ETA. Mais le plus marquant reste sans doute celui des manifestations du 13, « pour la vérité ». Elles illustrent le désarroi des Espagnols face aux mensonges de la classe politique mais aussi, et surtout, l'échec des médias traditionnels dans leur mission de transmettre une information libre et plurielle de la res publica, de la chose publique.

  • 1  Ugarte, David de, 11 M. Redes para ganar una guerra, Barcelona, Icaria, 2004.
  • 2  Cf. La rebelión de los móviles, documentaire de Manuel Camp Vidal diffusé sur TV3 et plusieurs cha (...)

3Face à ce malaise démocratique, les NTIC, nouvelles technologies de l'information et de la communication, ont joué un rôle décisif. De la consultation de la presse étrangère sur Internet aux forums et aux chats citoyens en passant par l'e-mail et le SMS, qui permirent de mobiliser les foules du 13 mars, les NTIC ont contribué à l'émergence d'un contre-pouvoir social et médiatique. A tel point que certains n'hésitent pas à parler du 13 mars comme du jour de l’« entrée de l'Espagne dans l'ère de la communication en réseaux »1 ou de la « révolte des portables »2. L'introduction de ces technologies va-t-elle contraindre les médias et les hommes politiques à une plus grande transparence ?

Le consensus était presque parfait

4 Le 24 janvier 1977, sept avocats travaillistes du Parti Communiste sont assassinés par un groupe d’extrême-droite à Madrid. Le drame se déroule près de la gare d’Atocha. Il sera connu comme le massacre d’Atocha. Le 11 mars 2004, une catastrophe d’une toute autre ampleur s’abat sur les lieux. A 7h39, trois trains de banlieue explosent. A quelques centaines de mètres de là, de nouvelles explosions retentissent rue Tellez, et aux stations de Santa Eugenia et du Pozo del tío Raimundo, deux foyers de lutte syndicale sous le franquisme. Le terrorisme vient une nouvelle fois de frapper la capitale espagnole. Très rapidement, les radios relatent la nouvelle et parlent de 4 morts, de 12, de 62... Madrid est sous le choc, et le nom de l'ETA, l’organisation séparatiste basque, commence à circuler.

  • 3  Cité par Artal, Rosa María in 11 M – 14 M. Onda expansiva, Madrid, Espejo de tinta, p. 22. Traduct (...)

5 A 9h30, le président du gouvernement autonome basque, Juan José Ibarretxe, condamne les attentats et demande qu'on ne parle pas de « terrorisme basque » mais bien du « terrorisme de l'ETA » qui, lorsqu'il attente à la vie d'autrui, « brise le cœur du peuple basque »3. Il ajoute que les « assassins » ne sont pas des Basques mais des monstres, tout simplement. Poussé par la gravité des événements, il semble que le lehendakari ait voulu anticipé les critiques d'autres partis et établir une distinction entre le « eux » (les terroristes) et le « nous » (les Basques) afin d'échapper à l'amalgame.

  • 4  Ce parti a été interdit en 2002.

6 Mariano Rajoy, candidat du Parti Populaire, et José Luis Rodríguez Zapatero, candidat socialiste, s'accordent pour mettre fin à la campagne. Dans deux conférences de presse, ils rejettent le terrorisme et accusent l'ETA. En Catalogne, le président de la Generalitat, Pascual Maraguall, paraphrase les paroles de Kennedy face au Mur de Berlin en 1963 : « Aujourd'hui, dit-il, nous sommes tous madrilènes » . Le secrétaire général d’Esquerra Republicana, Josep Lluis Carod Rovira, qui avait négocié une trêve de l’ETA en Catalogne, demande au gouvernement de dialoguer avec celle-ci pour mettre fin à la « barbarie terroriste ». Alors qu'une manifestation sous le titre de « Avec les victimes, avec la Constitution, et pour la défaite du terrorisme » est appelée pour le lendemain, les réactions continuent. Gaspar Llamazares, candidat communiste pour Izquierda Unida, parle de la « barbarie nazie de l'ETA » dans une déclaration qui semble ignorer celle d’Arnaldo Otegi, porte-parole de l'ancien parti indépendantiste basque Batasuna4.

7 Dans une conférence de presse donnée à 10h15, Otegi exprime en effet ses doutes quant à l’autorité du massacre. Après avoir condamné celui-ci, il affirme que les enquêteurs devraient se pencher vers la piste du « terrorisme arabe » car le modus operandi de l'opération ne correspond pas à celui de l'ETA et que la tradition communiste du Pozo del tío Raimundo empêche un attentat à cet endroit.

8 Les attentats de Madrid sont donc fermement condamnés par la classe politique, nationalistes radicaux inclus. On observe, toutefois, que le manque de recul conduit l'ensemble des partis à désigner l'ETA alors que rien ne permet de la mettre en cause. Ce consensus révèle que le terrorisme est, dans les représentations mentales de nombreux Espagnols, instinctivement lié à l'ETA.

9Peu avant le journal de la mi-journée, Ángel Acebes, ministre de l’Intérieur, donne sa première conférence de presse. Après avoir fourni les premiers éléments de l’enquête, il est interrogé sur les auteurs des attentats. Sa réponse est ferme : « Il n’y a pas de doute. C’est l’ETA ». Certains journalistes évoquent la possibilité d’un attentat par Al-Qaida. Le ministre insiste :

Je ne doute aucunement de la responsabilité d’ETA. Nous assistons à un phénomène d’intoxication initié par Monsieur Otegi dans le but de dévier l’attention de façon misérable

  • 5  Le 1 juillet 1985, trois attentats sont commis à Madrid contre les compagnies aériennes TWA, Briti (...)

10Aucun élément matériel ne permet d’affirmer qu’il s’agit de l’ETA, mais Acebes en semble convaincu. Son raisonnement se fonde sur une série de faits analogiques : la découverte, à Noël, d’une bombe dans le train Saint-Sebastien - Madrid, qui devait exploser en gare de Chamartin ; l’interception, début mars, de 537 kilos d’explosifs à destination de Madrid, et la nécessité d’une action d’envergure pour forcer le gouvernement à négocier. Al-Qaida avait pourtant menacé. Le 18 octobre 2003, la chaîne de télévision Al Jazira avait diffusé un message attribué à Ben Laden dans lequel l’organisation « se réservait le droit de répondre » aux pays ayant participé à la guerre contre l’Irak. Les intérêts espagnols avaient été touchés à Casablanca en 2003, et le territoire espagnol avait déjà connu des attaques de terrorisme international pendant la guerre du Liban5.

11 A 14H00, José María Aznar s’exprime à son tour. Sur un ton solennel, il déclare :

  • 6  « Mensaje de Aznar », in Cambio 16, n° 1685, 22.III.2004.

Mes premières paroles sont pour les victimes […] Je souhaite leur dire que je ressens leur terrible angoisse comme s'il s'agissait de la mienne. Je veux qu’elles sachent que le gouvernement de la nation est avec elles, tout comme l’immense majorité des Espagnols. Il s’agit d’un assassinat massif qui, comme toute attaque terroriste, n’a pas de justification. Mais le terrorisme n’est pas aveugle. Il a tué de nombreuses personnes pour la simple raison d’être espagnoles.6

12et rappelle sa position sur le sujet :

Nous sommes aux cotés des victimes […] et de la Constitution. [...] Elle est l’accord sur lequel repose notre régime politique, et l’expression de notre Espagne unie et plurielle. Nous n’allons pas changer de régime ni parce que les terroristes tuent, ni pour qu’ils arrêtent de tuer. […] Nous ne devons pas aspirer à autre chose qu’à la défaite complète du terrorisme, la défaite complète et totale, sa reddition sans condition d’aucune sorte. Il n’y a pas de négociation possible, ni souhaitable avec ces assassins qui ont semé la mort tant de fois sur tout le territoire espagnol.

  • 7  Hermant, Daniel et Bigo, Didier, « Simulation et dissimulation. Les politiques de lutte contre le (...)

13 Comme dans tous ses discours sur le terrorisme, Aznar commence par une manipulation des affects en rappelant sa condition de victime de l’ETA (elle le prit pour cible en 1995) puis témoigne de sa solidarité envers les familles au nom de « l’immense majorité des Espagnols ». Il sous-entend que certains citoyens ne partagent pas leur douleur et se réfère, implicitement, aux nationalistes basques. On observe toutefois qu’il ne prononce à aucun moment le mot « ETA ». Il qualifie ensuite les attentats d’« assassinats ». Il s’agit d’un procédé de dissimulation, que D.Hernant et D.Bigo définissent comme une « criminalisation » du terrorisme, induisant un traitement banalisé de la violence7. En « dissimulant » l'acte terroriste, l'État le réduit à un problème de droit commun et le prive de tout contenu politique. Ainsi, il ne peut prétendre à un débat dans l’espace public.

14 A partir de cet instant, tout le discours d'Aznar s'oriente vers une seule et même piste : l'ETA. Il recourt au cadrage menteur lorsqu’il prétend que les terroristes tuent des gens parce qu’ils sont « espagnols ». Se référant à l’accord signé entre Carod Rovira et ETA en Catalogne, il exclut toute négociation avec l’organisation basque, de même qu’une modification de la Constitution qui permettrait une réforme du statut des autonomies. Il semble qu’il s’adresse ici au Parti Nationaliste Basque, qui devait présenter un projet de souveraineté au Parlement, la semaine suivante. Il termine par une redondance, « la défaite complète et totale du terrorisme », qui signifie que la seule issue possible au conflit est militaire.

  • 8  Comme 90% des Espagnols, le PSOE, Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, s'est fortement opposé à la g (...)
  • 9  Breton, Philippe, La parole manipulée, Paris, La Découverte, 2000, p. 66.
  • 10 Voir chronologie in Partal, Vincent & Otamendi, Martxelo, 11-M Periodisme en crisi, Barcelona, Ara (...)

15Parce qu’une responsabilité d’Al-Qaida dans les attentats pouvait augmenter le score du parti socialiste aux élections8, le gouvernement va avoir recours à la manipulation, c'est à dire, au « travestissement d'une information fausse en "vraie", crédible, qui oriente l'action de celui qui la reçoit9 » , jusqu'au dimanche. La piste de l'ETA ne sera jamais démentie. Pas même après la découverte d'une camionnette contenant des détonateurs et une cassette du Coran à Álcala de Henares, ni même après la revendication des attentats par Al-Qaida et le démenti de ETA au journal Gara10.

Le discours des médias

16Dès l’annonce des attentats, de nombreux journalistes se rendent à Atocha pour rendre compte du nombre de morts, des découvertes de l’enquête, de l’identité des victimes ou du travail des secouristes. Comme pour le 11 septembre à New York, le drame sera presque vécu « en direct » grâce à un flux d’images continu à la télévision. En fin d’après-midi, les grands quotidiens nationaux publient une édition spéciale. El País, proche de l’opposition socialiste, titre en une : « Massacre de ETA à Madrid ». Dans un éditorial virulent, la rédaction écrit :

L’hypothèse la plus probable désigne, une fois de plus, l’ETA, qui serait arrivée au faîte de son processus de dégénération mafieuse.

17Nous retrouvons ici le procédé de dissimulation qu’employait Aznar dans son discours. Interrogé sur son édition spéciale, Jesús Ceberío, le directeur, avoue avoir changé le titre initial (« Massacre terroriste à Madrid ») suite à un appel du chef du gouvernement à 13h00, lui indiquant qu’il s’agissait de l’ETA. Aznar appellera aussi la direction du journal socialiste El Periódico de Cataluña, qui titre en une : « le 11 mars de ETA ».

18ABC, quotidien de droite, titre en gros caractères « Massacre à Madrid » et, en plus petits, « ETA assassine plus de 130 personnes ». L’éditorial est toutefois plus nuancé quant aux auteurs supposés du carnage :

Madrid, comme New York, comme Jérusalem, comme Bagdad et Karbala, a connu son holocauste terroriste et, à partir de maintenant, plus rien ne sera jamais comme avant.

  • 11  Cf. Le Robert, édition 1995.

19L’allusion à ces villes peut signifier que l’attaque est liée au fanatisme islamique ou au conflit du Proche-Orient. Holocauste a d’ailleurs un sens religieux puisqu’il désigne, dans le judaïsme, un « sacrifice où la victime est entièrement consumée par le feu »11. El Mundo, proche du PP, titre « Plus de 130 morts dans le plus grand massacre terroriste de l’histoire de l’Espagne ». L’éditorial rappelle les attentats de New-York :

Ce 11 mars entrera dans « l’histoire de l’infamie » comme a dit Aznar, et restera comme le 11-M dans la mémoire de tous les Espagnols. « M » de Madrid, « M » de mort, « M » de martyre.

20La Razón, de droite encore, titre en une « Assassins ». Au-dessus de la photographie d’un jeune homme ensanglanté, nous pouvons lire en sous-titre :

Emotion à Madrid après les attentats sauvages qui ont causé la mort de plus de 130 personnes et blessé près de 300. Les terroristes ont fait exploser trois trains de banlieue.

21La référence à ces cinq quotidiens révèle que le consensus autour de la version officielle est paradoxalement plus fort dans la presse de gauche. Cela est d’autant plus surprenant que El País et El Periódico ont souvent été en désaccord avec le Parti Populaire. Il semble que les appels d’Aznar à ces journaux ait atteint leur objectif : convaincre ceux qui a priori allaient lui opposer une plus grande résistance. La responsabilité d’Al-Qaida n’était pourtant pas totalement exclue mais, à l’heure des éditions spéciales, un véritable procès d’intention est fait à l’ETA.

22Le traitement de l’information à la télévision est similaire. Les images de la déclaration d’Otegi sont censurées. Aucune chaîne ne les retransmet, pas même au Pays basque ! La télévision publique, TVE, ne parle que d’ETA. Le soir, elle émet un documentaire tourné en 1998 sur l’organisation basque. Le lendemain, l’appel de ETA à Gara n’est pas relaté. Les images des manifestations sont soigneusement sélectionnées. Les pancartes mentionnant « Non à la guerre. Oui à la paix » sont censurées. La rédaction du journal ne mentionne pas que les manifestations ont reçu le soutien de l’ensemble de la classe politique et le soir, la programmation est remplacée par Asesinato en Febrero, documentaire d'Eterio Ortega Santillana sur l’assassinat du candidat socialiste Fernando Buesa par ETA. La veille, ce film avait déjà remplacé les programmes de la chaîne locale Telemadrid. Le directeur général de la chaîne, Manuel Soriano, explique :

  • 12  Cité par Artal, Maria Rosa, op. cit., p. 80.

Le vendredi, tout comme le jeudi, nous avons consacré nos programmes à la tragédie des trains. Le film initialement programmé ne correspondait pas aux moments dramatiques que nous vivions. J’ai demandé que l’on recherche quelque chose sur le terrorisme national ou international. On m’a proposé le film de Querejeta [producteur du documentaire].12

23José Ángel Jimenez, président du comité d’entreprise, réfute ces explications. Dans une interview accordée à la radio SER, il dénonce des pressions et la présence de Soriano, par exemple, au moment de sélectionner les plans de la manifestation.

24La couverture des événements fut aussi importante à la radio. Alors le consensus est total sur Onda Cero ou Radio Nacional, la SER (4,8 millions d’auditeurs) fut l’une des seules à parler d’Al-Qaida. Détestée des populaires pour appartenir groupe PRISA (El País, Canal +, etc.), elle rend public, le 12, un courrier que la ministre des Affaires Etrangères envoya la veille aux ambassadeurs. Il est précisé :

  • 13  Artal, Rosa María, op. cit., annexes.

Votre excellence, vous devrez profiter des occasions qui se présentent à vous pour confirmer l’autorité de ETA dans ces attentats brutaux, et aider ainsi à dissiper toute incertitude que certaines parties intéressées pourraient vouloir faire surgir concernant les responsables des attentats.13

25Une semaine après, le lynchage médiatique de la SER est organisé par le PP et ses canaux de communication habituels (El Mundo, ABC, Libertad digital…). Elle sera accusée d’avoir incité les citoyens à manifester et menti sur l’information.

  • 14  Gomez, Luis & Ordaz, Pablo, « A la sede del PP. Pásalo » in El País, 27.III.2004, p. 25.

26Nous terminerons ce panorama par l’agence nationale de presse EFE. Cinquième mondiale, EFE est une référence pour toutes les nouvelles concernant l’Espagne. Dirigée par Miguel Plantón, elle compte parmi ses abonnés quatre cents journaux et quatre vingt-six chaînes de télévision14. Elle est donc une source d’information privilégiée pour les médias espagnols et étrangers. Or les attentats du 11 mars vont être à l’origine d’un bras de fer entre les travailleurs et leur direction. Trois heures après les explosions, les correspondants de presse apprennent la découverte de la camionnette d’Álcala par la police. La nouvelle sera tue tout au long de la journée car Plantón ordonne que toutes les dépêches concernant l’attentat passent entre ses mains pour être « validées ». Le journaliste Alfonso Bauluz rapporte à Libération :

  • 15  Armengaud, Jean Hébert, & Musseau, François, « Une intox menée en direct par Aznar », Libération, (...)

Nous avons eu rapidement d’autres informations de source policière. Elles nous disaient, notamment, qu’une bombe n’avait pas explosée et avait été retrouvée intacte, que le retardateur était un téléphone portable et que la langue sélectionnée sur ce téléphone était l’Arabe. Ces informations n’ont pas été diffusées par la direction.15

27La veille du scrutin, à 17h04, EFE envoie une nouvelle dépêche à ses abonnés : « Les pistes désignent ETA et écartent Al-Qaida ». Le message est signé Miguel Plantón. A côté de ses initiales se trouvent normalement celles du correspondant. Mais ce jour là, seul le signe --/…/ apparaît : personne n’a voulu souscrire les propos du directeur !

28Ces quelques exemples visent à souligner les dysfonctionnements suivants :

  • De nombreux médias furent incapables de réaliser des analyses sérieuses et complexes des attentats.

  • Ils fonctionnèrent comme de simples courroies de transmission du pouvoir politique ;

  • La pluralité des sources n’a pas été respectée ;

  • L’émotion fut privilégiée aux dépends de la réflexion ;

  • Les opinions divergentes furent censurées ;

  • Le conflit basque et le terrorisme furent traités de manière partiale.

29Précisons que notre dessein n’est pas de tirer à boulets rouges sur les médias mais de comprendre les mécanismes ayant permis qu'une telle manipulation soit possible. Mais informer sur le terrorisme n’est-il pas, par essence, synonyme de partialité ? Est-il possible d’appliquer des critères professionnels à un sujet qui nous touche en tant qu’être social ?

Médias, terrorisme et démocratie

  • 16  Wierworka, Michel & Wolton, Dominique, Terrorisme à la une, Paris, Gallimard, 1987.

30 Contrairement à l’idée répandue que les médias font le jeu des terroristes en leur assurant une publicité et que les terroristes font le jeu des médias en leur assurant une plus large audience, la relation médias – terrorisme est complexe. Il ne s’agit pas d’une « funeste alliance »16 reposant sur des intérêts réciproques, mais bien d’un « jeu à trois » avec le pouvoir politique.

31 La démocratie est fondée sur un certain nombre de règles établies et acceptées par les membres d’une communauté. En cas de violence, l’ordre social est rompu. L’État doit rétablir l’équilibre en usant de la violence légitime que lui confèrent les citoyens. Un premier problème se pose alors : celui de la limite et de l’intensité de cette violence. Mais ce n’est pas tout :

  • 17  Garcin Marrou, Isabelle, Terrorisme, médias et société, Lyon, PUL, 2001, p. 15.

La violence terroriste remet en question la sécurité qui semblait inhérente à la vie en démocratie. Les citoyens qui s’en remettaient aux règles de droit sont confrontés à un phénomène qui bouscule ces règles. […] La question de la confiance en l’État est alors posée et les citoyens peuvent légitimement l’interroger sur les causes de cette violence.17

  • 18  Citée par Heiderich, Didier, in « Le rôle d’Internet dans le partage des savoirs en temps de crise (...)

32L’État a donc une double responsabilité : réagir à l’attaque terroriste, mais aussi communiquer afin de rassurer la population et faire face aux éventuelles critiques qui pourraient s’élever contre sa gestion de la collectivité. Marie-France Westphalen distingue cinq stratégies possibles de communication en temps de crise : le silence, l’offensive, le transfert vers autrui, la reconnaissance et la discrétion maîtrisée18. Parmi ces cinq stratégies, seule la reconnaissance offre une possibilité d’échange des savoirs et de l’information avec les citoyens. C’est, paradoxalement, la moins fréquente en cas de terrorisme.

33Pour les médias, les difficultés sont nombreuses. Ils doivent travailler dans l’urgence, ne pas se faire manipuler et jongler entre droit à l’information et devoir de réserve. Ils doivent aussi veiller aux représentations transmises au public. Leur responsabilité s’exerce donc à quatre niveaux : l’opinion publique, le rapport avec le pouvoir, l’éthique journalistique et la compétence professionnelle.

34En ce qui concerne le rapport avec le pouvoir, Wierworka et Wolton distinguent trois attitudes possibles :

  • La « solidarité démocratique ». La défense de l’intérêt démocratique passe avant le droit à l’information. Ceci explique que la presse puisse taire certains faits pour des raisons de sécurité intérieure et de cohésion sociale.

  • La « fascination – répulsion » pour les terroristes. Dans ce cas, une certaine tolérance est observée vis-à-vis du discours et de l’acte terroristes.

    • 19  Wierworka, Michel & Wolton, Dominique, op. cit., pp. 125-126.

    Le « quatrième pouvoir ». Ici, la logique de l’information prime sur le reste. Elle est un contre-pouvoir qui doit s’affranchir de toute tentative de contrôle, qu’il soit terroriste ou gouvernemental19.

35Le rapport presse – pouvoir varie d’une société et d’une époque à l’autre. Les attentats du 11 septembre 2001 aux USA ont conduit une presse traditionnellement indépendante à se soumettre à la raison d’État. En France, la tradition est celle de la solidarité démocratique mais, en 1986, l’affaire Greenpeace provoqua une crise qui rapprocha les médias du rôle de quatrième pouvoir. Ces relations modèlent donc le discours des médias sur le terrorisme. Qu’en est-il en Espagne ?

36 Le 03 mars 1996, le Parti Populaire de José María Aznar gagne les élections générales. Il succède au gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez, affaibli par quatorze années à la tête du pays et de nombreux scandales politico-financiers. Le « Monsieur González, partez ! » d’Aznar a été entendu par les électeurs. Durant sa première législature (1996-2000) le PP prend de l’assurance. Les accords passés avec le parti nationaliste catalan Convergencia i Unió garantissent un consensus social et politique. Favorisée par la croissance mondiale, l’économie s’améliore et le PP en tire profit. Le 12 mars 2000, avec 44.22 % des voix, il obtient une majorité de sièges au Parlement. Il peut gouverner seul et appliquer un programme, dont les grandes lignes sont les suivantes :

  • Mise en place d’une politique économique néo-libérale agressive accompagnée d’un interventionnisme sur les anciens monopoles d’État.

    • 20  De Ugarte, David, 11-M Redes para ganar una guerra, op. cit., p. 54.

    Lutte contre le terrorisme intérieur et application de méthodes visant à « séparer le terroriste de la population qui le soutient » et « détruire les bases de sa structure interne et de son financement20 ». Elles impliquent, en outre, une restriction des droits civils.

  • Réaffirmation du caractère hégémonique de l’Espagne et criminalisation des nationalismes périphériques, que José María Aznar oppose au constitutionalisme (le titre de la manifestation du 12, « pour la Constitution », sous-entend un rejet de réforme du statut des régions autonomes).

  • 21  Batista, Antoni, Euskadi sin prejuicios, Barcelona, Plaza y Janes, 2002 & Zallo, Ramón, El país de (...)

37L'acharnement d'Aznar contre ETA et l'hostilité aux nationalismes basque et catalan préfigurent le discours sur les attentats du 11 mars. Ce dernier rappelle la campagne pour les élections autonomes de 2001, dans laquelle le PP n’hésita pas à qualifier le nationalisme basque de « nazi ». Les médias, loin d’assurer leur rôle de médiateurs, contribuèrent à la reproduction de préjugés qu’ont dénoncés A.Batista et R.Zalló dans leurs travaux sur la presse21. Le même phénomène se passe en Catalogne début 2004 lorsque le parti indépendantiste Ezquerra Republicana, qui forme un gouvernement d’alliance avec les socialistes, signe une trêve avec ETA. Carod Rovira, secrétaire général du parti, doit démissionner, tandis que les socialistes sont accusés d’avoir rompu le Pacte antiterroriste.

  • 22  Sur le conflit, voir aussi Rojo Hernández, Severiano, Le Pays Basque : une région en quête d'ident (...)
  • 23  Idoiaga, Petxo & Ramírez de la Piscina, Txema, Al filo de la (in) comunicación: Prensa y conflicto (...)

38Signé en 2002, ce pacte repose sur le principe que la lutte contre l’ETA exige une mobilisation de toute la société. Au-delà de l’action policière contre les terroristes, il stipule qu’une pression doit être exercée sur les groupes qui partagent leurs objectifs. Le PP réussit ainsi à faire interdire le parti indépendantiste Batasuna, puis entreprend une croisade contre la société civile qui soutient la gauche nationaliste. Les journaux Egin et Egunkaria sont supprimés. L’organisme d’enseignement basque AEK, les associations de soutien aux prisonniers, le mouvement des jeunesses et les bars « patriotes » sont déclarés illégaux22. La contribution à la lutte antiterroriste est demandée à tous : policiers, magistrats, hommes politiques, mais aussi civils, intellectuels et journalistes. C’est pourquoi le conseil d’administration de RTVE (Radio Télévision Espagnole) adopte, en janvier 2002, un texte de référence sur le terrorisme. L’article 2 recommande la « prise de position des médias » contre ce phénomène et l’article 5 l’adoption d’un « langage qui exclut la justification ou la promotion de l’activité des terroristes.23 ». La distanciation des faits, l’analyse et le maintien d’une certaine objectivité sont donc rejetés au nom de la solidarité démocratique.

  • 24  Mota, Jesús, Aves de raPPiña, Madrid, Temas de Hoy, 2001.

39 Cette contribution fut d’autant plus facile que l’exécutif bénéficiait d’un large réseau d’influence dans le domaine de l’information et de la communication. En plus de ses alliés traditionnels, le PP tire partie de l’ancienne gestion socialiste de la TV publique pour placer des hommes de confiance à la tête de celle-ci. Alfredo Urdaci, directeur de l’information sur TVE, démontre sa loyauté au PP en de multiples occasions. Mais l’habileté du parti fut aussi de privatiser les anciens monopoles d’État Telefónica, Endesa, Argentaria, Tabacalera et Repsol et de confier leur direction à des proches24. Ces manœuvres permirent au gouvernement d'avoir un contrôle sur l'économie et de faire racheter par Telefónica les actions de la chaîne de télévision Antena 3, radio Onda Cero, divers journaux et des groupes multimédias. Tabacalera (aujourd’hui Altadis) acheta, pour sa part, 25 % du capital de Radio España.

40 Le gouvernement fit également sur le propriétaire du quotidien catalan La Vanguardia pour que son directeur, Juan Tapia, soit remplacé par José Antich, soucieux « de bonnes relations » avec le pouvoir. Par les mêmes procédés (pressions amicales, menaces de contrôles fiscaux, intimidation) il obtint la destitution du responsable de l’information de Telecinco, Luis Fernandez, issu du groupe PRISA.

  • 25  Voir à ce sujet, Núñez Seixas, Xosé Manoel, « Chapapote a les ales. La crisi del Prestige a Galíci (...)

41 En favorisant une gestion clientéliste des médias, le PP s’est assuré un contrôle sur l’information et sur les cadres de pensée des citoyens. Le consensus des attentats de Madrid n’est donc pas surprenant. Il rappelle la façon dont d’autres crises ont été traitées : les vaches folles, la marée noire du Prestige25, la guerre contre l’Irak, la trêve de l’ETA en Catalogne ou encore le plan hydrologique de l’Ebre.

Les NTIC

42 Voyons maintenant quel fut le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la crise. Indiquons, tout d’abord, que la consultation d’Internet se multiplia par huit le 11 mars. De nombreux Espagnols eurent recours à ce média pour s’informer en temps réel des événements, mais aussi pour communiquer avec leurs proches puisque les lignes de téléphonie mobile étaient saturées. Les chats et les forums enregistrèrent une forte participation des usagers, qui exprimaient leur colère et leurs interrogations sur le massacre. Alors que le blocus de l’information s’exerçait dans les journaux, la TV et la radio, Internet offrit une information plus contrastée. Les sites www.vilaweb.com, www.iblnews.com, www.indymedia.org (portail de mouvements altermondialistes), ou encore www.lavanç.com (mouvements sociaux valenciens) furent visités par de nombreux internautes, en quête d’information différente.

43 Le web permit aussi d'accéder à la presse internationale. L’interprétation des événements y était différente. Les éditions digitales du New York Times, du Washington Post et de USA Today s’orientèrent rapidement vers Al-Qaida. En Grande Bretagne, le ministre Jack Straw déclara à la CNN être convaincu de la piste islamique. Le fait de ne pas appartenir à la communauté visée et ne pas être soumis aux pressions des autorités, garantit une analyse plus sereine de l’actualité, et la communication en réseau contribua à diffuser les thèses non officielles. De même, elle facilita l'organisation des manifestations du 13 mars.

44 Selon la tradition électorale espagnole, aucune publicité ne peut être faite à un parti la veille d’un scrutin. C’est ce qu’on appelle la « journée de réflexion ». Le 13 mars, alors que le pays se remet de l’émotion suscitée par les attentats, El Mundo titre en une : « Rajoy : j’ai la conviction morale qu’il s’agit d’ETA » et en sous-titre : « Maintenant, un gouvernement avec une majorité absolue serait une bonne chose ». Cette interview sera peut-être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase, encore que les raisons de se révolter étaient nombreuses. A 13h30, des messages commencent à circuler sur Internet et les téléphones portables.

Aznar les mains dans les poches ? Ils appellent ça journée de réflexion et Urdaci travaille sans relâche ? Aujourd’hui 13 mars, 18h00 – Siège du PP, 13 rue de Gênes. Sans partis. Pour la vérité. Fais passer !

  • 26  Le 12 avril 1931, le peuple vote massivement pour la gauche aux élections municipales. Pour le roi (...)

45On ne saura jamais qui fut à l’origine des messages mais l’effet est surprenant. En quelques heures, des milliers de personnes sont dans la rue. A 18h20, la SER diffuse la nouvelle. Les télévisions filment les premières images. Leur retransmission entraîne d’autres personnes à manifester. Toutes les grandes villes d’Espagne sont en ébullition. A 21h20, Mariano Rajoy intervient rue de Gênes et demande aux manifestants de rentrer chez eux. Son intervention provoque la colère des citoyens qui se concentrent devant les bureaux du PP : 7000 à Barcelone, 5000 à Madrid, 3000 à Séville, etc. La rébellion des portables est en marche. Elle se prolonge tard dans la nuit. Le vent de révolte qui souffle est tel que Carlos Dávila, invité sur les ondes de Radio Nacional, voit dans ses manifestations « l’esprit de 193126 » !

46 Ce phénomène de rassemblements, via Internet ou SMS, n’est pas nouveau en Espagne. Importé des États-Unis, où il se nomme flash-mob (rencontre éclair), il consiste à se donner rendez-vous, puis à se disperser rapidement. Au-delà de son coté ludique et absurde (au printemps dernier, un flash-mob avait réuni 70 000 personnes à Séville pour fêter l’arrivée des beaux jours) ce type de mobilisation peut être détourné à des fins politiques. Ce fut le cas en Galice lorsque le gouvernement tenta de minimiser l’étendue de la catastrophe du Prestige. Ou en 2003, lorsqu' Aznar apporta son soutien à Bush dans l’invasion de l’Irak. Organisées par des mouvements associatifs ou par l’opposition, ces concentrations ont rendu visible le mécontentement de nombreux citoyens au moment où certains médias, supposés les représenter, répétaient inlassablement que l’Espagne allait bien. Or la nouveauté du 13 réside dans le fait que les flash-mobs furent a priori spontanés. Les civils se seraient donc appropriés les nouvelles technologies afin d’agir directement sur le gouvernement, sans en référer à leur milieu associatif ou militant et sans attendre que leurs revendications fassent l’objet d’un débat dans l’espace public que constituent les médias.

Vers un nouvel ordre ?

47 De nombreux professionnels de la communication ont vu dans ces manifestations la marque d’un changement dans nos sociétés. Jusqu’à présent, le citoyen était un acteur semi-passif de l’information. En ouvrant son journal ou en allumant son poste de TV, il avait accès à des nouvelles qu’un tiers avait sélectionnées et analysées pour lui. Cette passivité n’empêchait pas qu’il puisse se faire sa propre opinion sur les sujets, mais avec les NTIC, il devient actif. En allant chercher l’information qui l’intéresse, en la commentant, en la renvoyant par e-mail ou SMS, il acquiert un protagonisme et agit comme nodo (nœud connecteur) du processus de communication. Le système hiérarchique autour duquel s’articulent les médias traditionnels se trouve bouleversé. A l’information « filtrée », « formatée » qu’offrent ces derniers, une information « libre » et « accessible à tous » est disponible sur le web. Les nouvelles technologies seraient, en ce sens, la nouvelle « arme de la société civile ».

  • 27  Terme employé par Vincent Partal pour désigner l'alliance civils – NTIC.

48 Est-ce pour autant que les gouvernements et les médias vont changer leurs habitudes ? Il semble malheureusement que non. Tous les sujets de la res publica n’intéressent pas les citoyens. Le phénomène observé le 13 fut exceptionnel. Il témoigne d’une grande émotion et on n’imagine mal que la population se mobilise ainsi à chaque fois qu’une décision qui la concerne doit être prise. Les SMS et Internet ne représentent pas une menace pour les grands médias, même s’ils contribuent à élargir le cercle de l’espace public. De plus, les civils n’ont pas de compétence professionnelle. Informer ne consiste pas seulement à raconter « ce qu’il se passe », « ce qu'on a entendu », mais à mettre les nouvelles en perspective, vérifier les sources, etc. La rumeur selon laquelle le PP aurait tenté de déclarer un état d'exception le soir du 13 mars l'illustre bien : ce n'est pas parce qu'une information provient d'Internet qu'elle est vraie ! Enfin, les manifestations du 13 n’auraient pas eu le succès qu’elles ont connu si la radio et la télévision ne les avaient pas commentées. C’est la rétroalimentation entre canal en réseau (téléphones) et broadcast (médias de masse) qui conduit ceux qui n’avaient pas reçu de message à prendre connaissance des concentrations. En ce sens, l’activisme des no-médias27 peut difficilement se passer des moyens classiques de diffusion.

  • 28  Urrutía, Juan, « Aburrimiento, rebeldía y cibertubas », 2004. www.urrutiaelejalde.org/aburrimiento (...)

49Une autre idée reçue est celle que les nouvelles technologies peuvent « faciliter le déclenchement de révoltes » et optimiser la « résistance »28. Mais de quelles révoltes parlons-nous ? Si le fonctionnement en réseau permit aux citoyens d’exprimer leur mécontentement sur une question, rien ne prouve que les flash-mobs aient eu une influence sur le scrutin. Les manifestations contre la guerre d’Irak l’illustrent bien : la forte opposition au conflit n’a pas empêché le PP de gagner les élections régionales trois mois après. Ce n’est donc pas la technologie, mais la volonté de changement des citoyens, qui rend possible une révolte. Or, en dépit des manipulations gouvernementales, neuf millions d’électeurs ont voté pour le PP ! Cela montre, comme le fait remarquer X.Girò, que :

  • 29  Girò, Xavier, « Indisgestió informativa parcial de la crisi de l’11-M », in Revolta global, Barcel (...)

La manipulation informative n’a pas provoqué une indigestion totale, mais partielle de l’électorat. La stratégie d'intoxication du gouvernement […] avait une certaine cohérence et ne lui causa pas d'effondrement spectaculaire.29

50Enfin, l’extrême diversité idéologique des gens branchés en réseau empêche le déclenchement de révoltes de fond. Les manifestations du 13 furent davantage réactives que pro-actives. Elles ont dénoncé la complicité médias - politiques mais n’ont pas proposé d’alternatives. La propriété des groupes de presse n'a pas été remise en question, par exemple.

51Les attentats du 11 mars témoignent d'un divorce entre la société civile et les médias. Faire du bon journalisme aurait exigé d’analyser froidement la situation et indiquer que le gouvernement accusait l’ETA sans apporter de preuves. Au lieu de cela, la presse s'est contentée de reproduire le discours du pouvoir politique sans sourciller. Leur relation est donc très étroite. Grâce aux NTIC, les citoyens ont pu opposer une résistance aux mensonges d'Aznar, mais rien ne prouve que le fonctionnement en réseau va changer les pratiques informatives de demain. D'ailleurs, le problème ne réside pas tant dans la vitesse de l'information, ni dans son horizontalité, mais bien dans l'économie des médias. Plus ils sont importants, plus les médias sont convoités par les élites, qu'elles soient politiques ou économiques, et plus le risque de manipulation existe. Seule une participation des citoyens à leur capital pourrait inverser la tendance, mais la globalisation et la formation de conglomérats vont à l'encontre de cette logique.

Haut de page

Notes

1  Ugarte, David de, 11 M. Redes para ganar una guerra, Barcelona, Icaria, 2004.

2  Cf. La rebelión de los móviles, documentaire de Manuel Camp Vidal diffusé sur TV3 et plusieurs chaînes de TV autonomes. 

3  Cité par Artal, Rosa María in 11 M – 14 M. Onda expansiva, Madrid, Espejo de tinta, p. 22. Traductions personnelles.

4  Ce parti a été interdit en 2002.

5  Le 1 juillet 1985, trois attentats sont commis à Madrid contre les compagnies aériennes TWA, British Airways et Alia. Ils sont revendiqués par l’organisation libanaise Septembre Noir.

6  « Mensaje de Aznar », in Cambio 16, n° 1685, 22.III.2004.

7  Hermant, Daniel et Bigo, Didier, « Simulation et dissimulation. Les politiques de lutte contre le terrorisme en France », in Sociologie du travail, numéro 28, IV.1986, Paris, 1986, pp. 506-526.

8  Comme 90% des Espagnols, le PSOE, Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, s'est fortement opposé à la guerre contre l'Irak.

9  Breton, Philippe, La parole manipulée, Paris, La Découverte, 2000, p. 66.

10 Voir chronologie in Partal, Vincent & Otamendi, Martxelo, 11-M Periodisme en crisi, Barcelona, Ara Llibres, 2004.

11  Cf. Le Robert, édition 1995.

12  Cité par Artal, Maria Rosa, op. cit., p. 80.

13  Artal, Rosa María, op. cit., annexes.

14  Gomez, Luis & Ordaz, Pablo, « A la sede del PP. Pásalo » in El País, 27.III.2004, p. 25.

15  Armengaud, Jean Hébert, & Musseau, François, « Une intox menée en direct par Aznar », Libération, 17.III.2004, p. 8.

16  Wierworka, Michel & Wolton, Dominique, Terrorisme à la une, Paris, Gallimard, 1987.

17  Garcin Marrou, Isabelle, Terrorisme, médias et société, Lyon, PUL, 2001, p. 15.

18  Citée par Heiderich, Didier, in « Le rôle d’Internet dans le partage des savoirs en temps de crise », Le partage des savoirs : logiques, contraintes et crises, sous la direction de Jean-Paul Metzer, Paris, L'Harmattan, 2004.

19  Wierworka, Michel & Wolton, Dominique, op. cit., pp. 125-126.

20  De Ugarte, David, 11-M Redes para ganar una guerra, op. cit., p. 54.

21  Batista, Antoni, Euskadi sin prejuicios, Barcelona, Plaza y Janes, 2002 & Zallo, Ramón, El país de los vascos, Madrid, Fundamentos, 2001.

22  Sur le conflit, voir aussi Rojo Hernández, Severiano, Le Pays Basque : une région en quête d'identité, in Revue Amnis, Brest, 2002.

23  Idoiaga, Petxo & Ramírez de la Piscina, Txema, Al filo de la (in) comunicación: Prensa y conflicto vasco, Fundamentos, Madrid, 2002.

24  Mota, Jesús, Aves de raPPiña, Madrid, Temas de Hoy, 2001.

25  Voir à ce sujet, Núñez Seixas, Xosé Manoel, « Chapapote a les ales. La crisi del Prestige a Galícia » , in Les mentides del PP, VVAA, Barcelona, Angle editorial, 2003, pp. 240-273.

26  Le 12 avril 1931, le peuple vote massivement pour la gauche aux élections municipales. Pour le roi et le gouvernement, c’est un désaveu. Les ministres démissionnent et le 14 avril, la République est proclamée.

27  Terme employé par Vincent Partal pour désigner l'alliance civils – NTIC.

28  Urrutía, Juan, « Aburrimiento, rebeldía y cibertubas », 2004. www.urrutiaelejalde.org/aburrimiento/ & Forest, Eva, « Barcelona 13-M. La noche de los móviles » . www.rebelion.org/spain/040318esf.htm

29  Girò, Xavier, « Indisgestió informativa parcial de la crisi de l’11-M », in Revolta global, Barcelona, n° 5, Abril 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludivine Thouverez, « « Mr Azn@r, parT » », Amnis [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 23 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/amnis.710

Haut de page

Auteur

Ludivine Thouverez

Université Autonome de Barcelone, Espagne & Université de Franche-Comté, France
E-mail : El_thouverez@yahoo.es

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org