Navigation – Plan du site

Life et la politique d’endiguement ou la photographie de presse comme outil de propagande

Jane Bayly-Colin Heather

Résumés

La puissance de l’image par son impact émotionnel est indéniable, mais quand la photographie est associée au texte, voire le remplace totalement comme dans le cas du magazine Life pour devenir la source principale de l’information, de quelle manière influence-t-elle la lecture de l’actualité ? De semaine en semaine, Life a proposé à son public une sélection très large d’images afin de lui permettre d’approfondir ses connaissances dans les domaines les plus variés : actualités, histoire, science, mode, arts, etc. Cependant, il ne faisait pas que divertir et informer son public, il transmettait une vision orientée de l’Amérique et du monde. Cet article à pour but de montrer comment pendant la deuxième moitié des années 40, les photographies de presse du magazine Life ont transmis un message de propagande en faveur de la politique d’endiguement.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant les années 40, les Américains ont utilisé divers moyens pour s’informer : la radio, les actualités du cinéma et les magazines. A cette époque, le magazine Life était aux Américains ce que le journal télévisé et les chaînes d’information en continu leur sont aujourd’hui. En tant que premier « newsmagazine » avec un tirage à plus de 5.000.000 d’exemplaires en 1949 et un lectorat total estimé à plus de 20.000.000 de personnes, Life touchait donc un énorme public sur l’ensemble du territoire.

2Cependant, ne voir dans Life qu’une source de faits et d’informations réduit beaucoup la portée réelle du magazine. Tout en apportant aux lecteurs les dernières nouvelles, les photographies avaient une autre fonction : elles contribuaient à la prétention américaine à l’universalité de son système. Loin de l’objectivité proclamée, Life présentait une vision particulière du monde. Les riches magnats de presse, indépendants de l’Etat mais partie intégrante du système capitaliste, comme Henry Luce, promouvaient les idéaux du capitalisme. La vision du monde de Life était ainsi liée aux intérêts économiques et même politiques du pays ce qui conduisit le magazine à soutenir la politique d’endiguement menée par le gouvernement américain.

3Ainsi les photographies de presse, qui paraissaient refléter l’actualité ou des scènes ordinaires du pays , présentaient en fait le système américain comme ce qu’il y a de meilleur et justifiaient le soutien à une politique destinée à contenir le communisme dans ses frontières. Il s’agissait de l’avilir et d’encourager l’aide économique aux pays menacés par cette idéologie. Les photographies de Life glorifiaient le système américain en faisant apparaître les valeurs du pays comme universelles. En se fondant sur une définition de l’Amérique en opposition avec une présentation, pour le moins orientée, de l’U.R.S.S. et du communisme, Life affirmait la supériorité du système national.

  • 1  Time fut lancé en 1923 et Fortune en 1930. Ces deux supports permirent d’étudier l’impact des  pho (...)

4Avec ses magazines Time et Fortune, Henry R. Luce occupait déjà une place très importante dans le monde de l’information1 ; Dès les années 30, il avait voulu faire voir l’actualité. Le nouveau magazine espérait attirer un grand nombre de lecteurs (et vendre le plus d’exemplaires possible) en associant le divertissement à l’information, en montrant, de semaine en semaine, l’actualité grâce à des photographies. Cet objectif était facilité par le fait qu’à l’époque la photographie était considérée comme un miroir du réel qui n’interprète pas mais se contente d’enregistrer.

  • 2  Peterson, Theodore, Magazines in the 20th Century, Urbana, U. of Illinois, 1956, p. 99. Du début d (...)
  • 3  Baughman, James L., « Who Read Life? », Doss, Erika, Looking at Life, Washington : Smithsonian Ins (...)

5Habitué à ce nouveau médium, le public américain des années 40 y voyait une attestation du réel. Quand la Seconde guerre mondiale éclata, Life devint la source principale d’information visuelle fixe à la disposition des Américains2. Luce remarqua des années plus tard: « Though we did not plan Life as a war magazine, that’s the way it turned out to be. »3. De plus, les techniques et les styles des photographes de cette époque cherchaient à reproduire la réalité le plus fidèlement possible. Les photographes se voyaient en tant qu’« enregistreurs » des faits. Le « lecteur » était projeté au cœur de l’événement. Les photographies des événements « remplaçaient » l’événement lui-même, confirmant pour le lecteur l’exactitude des faits, presque plus que les faits eux –mêmes.

6La propagande est la présentation d’un message qui s’efforce de servir un but spécifique. Même si le message présente des faits exacts, il peut être partisan par exemple en étant incomplet. L’ontologie de l’image photographique et ses usages culturels avaient préparé le public américain à accepter sans la remettre en question son efficacité à transmettre une vérité empirique – au moins, jusqu’à la première moitié du vingtième siècle. Le mélange de photographies et de divertissement avec l’information fit le succès de Life, mais ce fut également une formule adroite pour faire oublier au lecteur la subjectivité inévitable de toute presse.

7 Cette subjectivité peut résulter de nombreux facteurs. Outre les aspects techniques proprement dits (cadrage, angle de prise de vue, etc.), il y a aussi le choix de la mise en page et de la légende. En se fondant sur un échantillon de Life pendant la période de 1944 à 1950, on constate que les Grands reportages du début présentaient un récit au moyen de quelques images fortes en série, et que l’article principal, comportant beaucoup de texte, était généralement accompagné d’une ou deux très grandes photographies symboliques ou représentatives des points essentiels afin de les renforcer ou parfois de les contredire. Pour les articles/reportages moins importants, de petites photographies suffisaient.

8 Ces techniques furent mises au service d’une présentation du monde qui encourageait le capitalisme et dévalorisait des systèmes de gouvernements alternatifs, en particulier le communisme – idéologie qui menace la hiérarchie de classe et le pouvoir des propriétaires.

9 Il faut rappeler que le marché capitaliste et les médias sont également liés étroitement par leur dépendance vis-à-vis de la publicité. Indépendants de l’État, les médias américains font partie intégrante du système capitaliste où l’échange des biens et des services est fait par l’intermédiaire des marchés. Dans la société de masse, la presse devient un lieu de marché entre le consommateur et le producteur.

  • 4  « US Foreign Policy, III » éditorial, Life 20 jan. 1947, p. 34.
  • 5  Luce, Henry, R., The Papers of Henry Robinson Luce, Ms. Box 83, folder 1, Library of Congress, Man (...)
  • 6  Avant de terminer ses études à Yale, le 26 avril 1920, Henry Luce obtint le prix « de Forest Orati (...)

10La vision du monde de Life était ainsi liée aux intérêts capitalistes, et logiquement le magazine voyait dans la reprise économique une solution aux problèmes de l’après guerre. D’après Life, la longévité de la prospérité américaine dépendait de l’application de la libre entreprise avec l’Europe et la Chine4. De plus, Henry Luce, croyant que cette prospérité était la preuve de la supériorité de l’Américanisme et du système capitaliste, se chargeait de répandre l’idée selon laquelle le bonheur universel et la prospérité dépendaient du concept occidental de la « rule of law » qui exigeait le droit de produire, de vendre et d’échanger des biens5. L’idée que la prospérité américaine était liée à la démocratie fut une constante chez Luce6.

11Afin de transmettre cette vision du monde, avant tout, Life cherchait à glorifier le système américain. Il se servait de la photographie pour prouver, d’une façon quasi-indiscutable, une analogie très étroite entre les valeurs universelles et le système américain - mission facilitée par le fait qu’historiquement l’Amérique est étroitement liée aux droits naturels. Au moyen de photoreportages sur les événements de l’actualité ou grâce à des scènes de tous les jours, le magazine montrait comment ce système garantissait et protégeait les valeurs universelles les plus chères aux Américains, notamment la liberté et le bonheur, faisant apparaître ainsi à quel point la vie à l’américaine les respectait, ce qui donnait aux citoyens l’opportunité d’atteindre un niveau de progrès et de prospérité très élevés.

12Aucun lecteur de Life ne pouvait échapper au message incessant, vantant les avantages de cette démocratie qui offrait tant de liberté : des libertés politique, sociale, et individuelle garantissant l’existence du gouvernement démocratique aussi bien que l’absence d’oppression tyrannique. Les photographies étaient choisies afin de prouver le bon fonctionnement de la vie politique américaine, voire même pour transmettre une image idéalisée. On avait l’impression de découvrir une Amérique militante et active alors qu’en fait, le niveau de participation des Américains a toujours été très réduit, et plus encore à cette époque. Bien que l’élection présidentielle attire généralement le plus grand nombre d’électeurs, celle de 1948 entre Truman et Dewey atteignit difficilement un taux de participation de 51,1 %.

13Les photoreportages de Life renforçaient le mythe du Rêve américain en créant l’impression d’une véritable égalité entre citoyens et en comparant le succès de l’individu au progrès national. Bien que la formule de la Déclaration d’indépendance eût été exprimée à l’origine par John Locke sous la forme : la vie, la liberté et la propriété, Life, toujours très fidèle à la philosophie de Jefferson, épousait, en fait, cette définition première en traduisant la poursuite du bonheur par la possession des biens. Les photoreportages soutenaient l’idéologie du capitalisme et de la consommation. Les familles exemplaires dépeintes dans le magazine étaient souvent entourées de leurs biens matériels. Life assimilait la poursuite du bonheur à la liberté d’acheter et de choisir parmi un grand nombre de produits : la maison individuelle, la voiture, la machine à laver, la télévision, l’aspirateur, le four électrique et le lave-vaisselle symbolisaient le rêve américain proposé dans le magazine. Le bonheur résultait de cette accumulation de biens matériels. La répétition de ces clichés finissait par les rendre naturels. Le lecteur était amené à croire que tous les Américains vivaient dans une maison individuelle remplie d’appareils électroménagers modernes et possédaient une automobile.

14En tant que newsmagazine, Life était censé présenter à son lectorat un reflet de la réalité au moyen de photographies. Certes, il ne publiait pas une représentation mensongère, mais le fait qu’elle soit partielle façonnait une réalité déformée. Life faisait du lecteur le témoin de la réussite du système démocratique associé à la libre entreprise. L’acceptation de la photographie comme représentation fidèle et objective de la réalité apportait de la crédibilité aux images et l’effet visuel faisait que l’exception confirmait la règle. Il était bien évident que l’Amérique incarnait la liberté, le progrès et le bonheur et aucun élément de conflit ne contaminait cette vision. Life ignorait « l’Autre Amérique », pour reprendre la phrase de Michael Harrington, et ceux qui ne s’adaptaient pas au système et étaient incapables de bénéficier de tous ses avantages. Quand des aspects négatifs de l’American Way of Life affleuraient, on sentait que cette situation était la faute de l’individu, et non du système.

  • 7  Voir Luce, Henry R., « American Century », Life, 17 fév. 1941, pp. 62-65.

15L’Amérique glorifiée grâce à la définition proposée par les images de Life en parallèle avec les événements nationaux et internationaux des années 40 a intensifié certaines idées déjà dans l’air. En même temps que le « Siècle américain »7 commençait à devenir une réalité, la Russie soviétique, au lieu de revenir à sa politique étrangère relativement passive des années 30, entamait une croisade pour le communisme. Life, hostile à ce système, a fait beaucoup d’efforts pour dévaloriser le communisme et pour empêcher qu’il apparaisse comme une alternative plausible au système américain. Le magazine affirmait :

  • 8  « US Foreign Policy, III », éditorial, Life, 20 jan. 1947, p. 34. « Nous devons rallier à notre ca (...)

We must win the billion-odd people in the grandstand to our side by a demonstration that ours is the better idea, the better system.8

  • 9  Voir Heale, M.J., American Anticommunism: Combating the Enemy Within, 1830-1970, Baltimore, Johns (...)
  • 10  Gallup Poll – A.I.P.O., 1944-1950.
  • 11  Bayly-Colin, Heather Jane, Presse et Nationalisme : le cas de Life, 1944-1950. Vol.II diss. Univer (...)

16L’engagement précipité des Etats-Unis dans la guerre suite à l’attaque de Pearl Harbor avait atténué les sentiments d’hostilité à l’égard de la Russie soviétique – leur alliée dans la bataille contre le fascisme. Pendant cette période d’alliance (et jusqu’au début de 1945 et 1946) la Russie avait bénéficié d’une image positive grâce au soutien actif du parti communiste, ainsi qu’à la campagne lancée par le gouvernement et les médias dans le but d’améliorer son image9. Cette attitude était reflétée dans la perception de l’U.R.S.S. par le public. Ainsi, des sondages Gallup entre 1944 et 1949 avaient montré que le peuple américain avait conservé une image favorable et optimiste des relations entre l’Amérique et la Russie jusqu’en 194610. En dépit de l’opinion majoritaire favorable à la Russie, dès 1944, et bien que les Etats-Unis et la Russie soient encore alliés, Life avait lancé sa propagande anticommuniste. C’est dans l’article « World from Rome » écrit en septembre 1944 pour Life par William C. Bullitt que le magazine claironne pour la première fois sa conviction de la menace d’une invasion communiste en Europe de l’Est. Il façonnait une image négative de l’U.R.S.S. et du système communiste, contribuant ainsi à faire pencher la balance de la perception populaire vers une Russie cruelle et impérialiste11. Dès 1946, ces idées habilement injectées dans le magazine ne reflétaient plus celles d’une frange conservatrice, mais faisaient partie d’un courant important de la pensée américaine.

  • 12  Pour une description des pertes suite à la guerre voir McCauley, Martin, The Origins of the Cold W (...)
  • 13  « The First Peace Conference », Life, 15 oct. 1945, p. 36. Voir également le photoreportage « Russ (...)

17Deux grands thèmes se dégagent des photographies publiées dans les pages de Life : La Russie comme une menace impérialiste, et une Russie incapable de répondre aux besoins « naturels » des peuples. Semaine après semaine, Life s’attaquait à la Russie et à sa politique étrangère. Il accentuait les ambitions impérialistes et cherchait à exagérer une menace croissante du communisme (tout en minimisant la situation de crise causée par la guerre et les sentiments russes d’un réel besoin de sécurité12), comme l’illustre l’éditorial « The First Peace Conference » qui affirma : « …les discussions ont révélé l’étendue des revendications et des ambitions russes, qui auparavant n’étaient que des “suppositions”. »13. Les photoreportages rendaient préoccupante la probabilité de voir des peuples européens succomber au communisme et servaient à prévenir les Américains du danger imminent de la montée de cette idéologie. Bien que l’équipe rédactionnelle de Life fît un effort éditorial et photographique pour associer le communisme à l’impérialisme, le plus frappant était le contraste continuel entre les modes de vie russe et américain. D’une façon continue, le lecteur se retrouvait devant des photographies d’actualité qui lui permettaient de comparer les mœurs et les valeurs américaines au système communiste. Il apparut rapidement que la Russie était devenue l’antithèse de l’Amérique. Pour persuader le public du danger, réel ou exagéré, de ce système, Life opposait simplement les images des libertés américaines au tableau des persécutions du peuple sous le régime soviétique. Dans la mesure où l’Amérique incarnait la liberté, l’opportunité et le bonheur, le système soviétique était représenté comme oppressif et manipulateur. Life plaignait ces peuples qui devaient subir les contraintes du communisme. Ils étaient bons (mais bafoués) et les photographies les montraient souvent comme victimes d’un système qui les obligeait à vivre enchaînés dans la pauvreté. Les images insistaient fortement sur le caractère tyrannique du système soviétique et sur la suppression volontaire des libertés qui, selon les Américains, étaient « naturelles ».

  • 14  Foreign Affairs, Vol. 25, No.4, juillet 1947, p. 580. « proposait un endiguement durable et souten (...)
  • 15 Truman, Harry S., Truman Doctrine, 12 mars 1947, Congressional Record. www.yale.edu/lawweb/avalon/t (...)

18Cette expression visuelle des deux systèmes offrait aux américains une présentation anticipant la politique étrangère des Etats-Unis appliquée à partir de 1947 – l’endiguement. Ce terme, introduit dans le débat politique grâce à l’article de George F. Kennan publié sous X dans Foreign Affairs, proposait : « a long term, persistent but firm and vigilant containment of Russian expansive tendencies »14 et trouvait son expression dans la Doctrine de Truman et ensuite dans le Plan Marshall. A la base de cette doctrine se trouvait l’affirmation: « At the present moment in world history nearly every nation must choose between alternative ways of life. »15. Ces « modes de vie » étaient clairement définies:

One way of life is based upon the will of the majority, and distinguished by free institutions, representative government, free elections, guarantees of individual liberty, freedom of speech and religion, and freedom from political oppression.

  • 16  Ibid. « Un mode de vie repose sur la volonté de la majorité et se caractérise par des institutions (...)

The second way of life is based upon the will of the minority forcibly imposed upon the majority. It relies upon terror and oppression, a controlled press and radio, fixed elections, and the suppression of personal freedoms.16

19C’était, bien entendu, l’image qui prévalait depuis 1944 dans les photographies de Life. Il cherchait à insuffler une forme de peur au peuple américain et à le manoeuvrer pour qu’il accepte l’idée de la culpabilité des Russes et pour qu’il voie dans leur recherche de sécurité, des intentions impérialistes qui devaient être absolument contrecarrées. Les images comme celles-ci justifiaient le caractère inévitable et nécessaire d’une politique d’endiguement.

  • 17  Luce, The Papers, op. cit., p. 55.

20La démonstration de Life, continuelle et visuellement convaincante, de la supériorité du système américain sur les conditions de vie dépravées des pays communistes facilitait le passage inévitable de l’étape identitaire du nationalisme à l’affirmation de la valeur universelle de la civilisation nationale. La rhétorique visuelle (et textuelle) du magazine confirmait la nécessité et l’urgence de répandre les valeurs américaines exprimées dans l’« American Way of Life ». Life faisait croire que ce système était le meilleur et que tous les peuples devaient le prendre pour modèle et tendre vers une forme d’assimilation qui seule leur permettrait d’une part, d’éviter les horreurs et les aberrations du monde communiste et d’autre part, d’aspirer à un progrès semblable à celui des Etats-Unis. Dans son manuscrit, Luce écrivit que la mission des Etats-Unis de l’après guerre n’était pas de rétablir l’ordre, mais de créer une nouvelle forme d’ordre mondial17. Au nom des valeurs universelles, selon Life, la mission de l’Amérique était de « sauver » les autres peuples politiquement, moralement et économiquement subjugués par le communisme.

21Le Plan Marshall est l’exemple d’une politique d’endiguement que très tôt le magazine a défendu dans ses éditoriaux et dans ses photographies. Ce plan de reconstruction et de coopération, dénommé officiellement European Recovery Program (ERP), proposait une solution économique à un problème politique. Déjà le 12 mars, le président Truman avait déclaré dans un discours devant le Congrès :

  • 18  Truman, Harry S., Truman Doctrine, Op. cit. « Je crois que la politique des Etats-Unis doit être d (...)

I believe that it must be the policy of the United States to support free peoples who are resisting attempted subjugation by armed minorities or by outside pressures. I believe that we must assist free peoples to work out their own destinies in their own way. I believe that our help should be primarily through economic and financial aid which is essential to economic stability and orderly political processes.18

22Le mécanisme ou le plan américain était fort ingénieux : des prêts en dollars permettaient aux importateurs européens d’effectuer des achats sur le marché américain. La contre-valeur de ces achats alimentait un fonds de modernisation. Le plan Marshall servait ainsi deux fois. Il ouvrait à l’économie américaine les marchés nécessaires et en accélérant le redémarrage des économies européennes ruinées par la guerre, il freinait la progression des troubles révolutionnaires et du communisme en Europe. Truman ne déclarait-il pas pendant ce même discours de 1947 :

  • 19  Ibid. « Les régimes totalitaires se nourrissent de la misère et le dénuement. »

The seeds of totalitarian regimes are nurtured by misery and want.19

23Ce programme d’aide économique suscitait le scepticisme de la part de certains Américains. Selon Gallup, en 1947 seulement 68 % des Américains avaient entendu parler du Plan, et seulement la moitié était en sa faveur20. Convaincus que l’Amérique avait assez fait pour le reste du monde et pour l’Europe, la guerre finie, ils ne voulaient plus se restreindre pour nourrir « indéfiniment » l’Europe et ils pensaient que les dollars seraient mieux utilisés en Amérique qu’à l’étranger. Une des craintes principales exprimées par certains, appelé l’argument « rathole », terme déjà utilisé par des détracteurs pour décrire l’aide à la Grèce et à la Turquie, prétendait que l’injection de dollars sur le marché européen n’encourageait pas les dirigeants Européens à prendre les mesures nécessaires, mais impopulaires, pour faire baisser l’inflation. Certains membres du Congrès, en particulier Harold Stassen, utilisaient l’argument antisocialiste qui voulait que tout pays envisageant d’utiliser cette aide pour nationaliser certaines industries, comme l’Angleterre, se voit refuser l’argent de l’ERP21. De même, certains partis politiques de gauche reprochèrent aux Etats-Unis de mêler idéaux de liberté et intérêts égoïstes : écouler leurs surplus, s’assurer des débouchés et exercer une influence politique et morale prépondérante sur l’Europe de l’Ouest.

  • 22  « Ideas For Europe », éditorial, Life, 21 juillet 1947, p. 28.
  • 23  « Food for Europe », éditorial, Life, 4 juin 1945, p. 28.
  • 24  Ibid.
  • 25  Ibid.
  • 26  Ibid.
  • 27  « What Are We Waiting For? », editorial, Life, 4 nov. 1946, p. 36.

24Cependant, Henry Luce voyait le Plan Marshall comme un moyen d’établir l’internationalisme américain et la renaissance de sentiments isolationnistes était présentée par Life comme une réaction « irréfléchie » et même « déplacée »22. Dès 1945, le magazine informait les Américains de leur « devoir » et de leur « responsabilité » envers l’Europe qui consistaient à l’aider à se redresser23. Fréquemment, le magazine signalait les nombreux avantages de cette aide. D’une part, apporter l’aide économique à l’Europe était dans l’intérêt des Etats-Unis qui y gagneraient en progrès et en prospérité24. D’autre part, les enjeux politiques étaient énormes25. D’après Life, l’Europe se trouvait dans un état de chaos économique et politique favorisant l’émergence du communisme, ce qui pouvait désormais compromettreles raisons mêmes pour lesquelles l’Amérique était entrée en guerre. La désillusion des Européens suite à la libération risquait d’être « une véritable menace pour le prestige de la démocratie et des Etats-Unis en Europe. »26. Pour ces raisons politiques et économiques Life donnait son aval à la politique économique qui proposait de renflouer l’économie européenne grâce aux dollars américains dans l’espoir d’établir « plus d’échange universel » et d’arrêter simultanément l’avancée du communisme27.

  • 28  « ERP’s Progress », op. cit.
  • 29  « Europe Responds to Marshall Plan », éditorial, Life 21 juillet 1947, p. 21 et « The Marshall Pla (...)
  • 30  « Europe Responds to Marshall Plan », op. cit., pp. 21-27.

25C’est pourquoi, quand le plan Marshall fut enfin présenté en 1947, il eut le soutien sans faille de Luce et de son magazine. Il le considérait comme « une chance unique » d’unifier l’Europe et de revigorer l’économie de marché et la libre entreprise.28 Pour la première fois depuis la guerre, les sphères de la Russie et de l’Ouest étaient nettement divisées : le plan Marshall avait tiré une ligne économique entre les pays de l’est qui étaient sous la responsabilité économique de la Russie et ceux de l’ouest qui dépendaient des Etats-Unis29. « Europe Responds to Marshall Plan » confirmait la séparation entre la Russie et l’Europe de l’Ouest (renforçant les espoirs que ce programme serait une méthode efficace contre l’avancée du communisme en Europe)30.

26Le Plan Marshall marqua, dans Life, la séparation entre les différentes représentations de l’Europe : auparavant, afin de convaincre ses lecteurs de l’importance de ce programme, les photoreportages de Life cherchaient à évoquer des sentiments de compassion et de pitié en présentant une Europe désespérée et ayant besoin de l’aide américaine ; par la suite, ils cherchaient à prouver l’efficacité du programme.

27 En 1947, trois ans après la « libération » de l’Europe de l’emprise fasciste, la population vivait toujours dans des conditions piteuses. Le territoire se remettait difficilement des ravages de la guerre et à la suite de mauvaises récoltes les gens étaient sous-alimentés. « Europe Responds to Marshall Plan » avait pour objectif était de renforcer les propos des articles en apportant des preuves photographiques puissantes afin de persuader les lecteurs que ces conditions déplorables dans lesquelles les Européens vivaient pourraient être réduites, voire éradiquées, avec l’aide américaine. Ces Européens dans un état de détresse profonde offraient un contraste violent avec l’« Amérique » et faisaient comprendre que sans aide, l’Europe allait dépérir ou pire succomber au communisme.

  • 31  Le plan Marshall fut lancé le 5 juin 1947 dans le discours à Harvard du secrétaire d’Etat George M (...)
  • 32  « Western Europe Wears a New Look », Life, 28 juin 1948, pp 25-33.

28Après l’introduction du Plan Marshall, afin de réaffirmer son importance et son efficacité, une Europe prospère et heureuse apparut dans les photographies de Life. « Western Europe Wears a New Look » est un exemple frappant de la propagande pratiquée par le magazine31. Publié seulement deux mois après la véritable mise en application de l’ERP, le laps de temps écoulé était trop court pour qu’il y ait de réels changements significatifs. Toutefois, ce photoreportage s’efforçait de prouver que l’aide économique et le libre échange lui avaient permis de s’en sortir en dépeignant une Europe avec ses problèmes résolus : la faim paraissait éradiquée, le commerce et l’industrie semblaient en bonne voie, et le niveau de vie augmentait32.

29Les photographies cherchaient à prouver le bien-fondé du Plan Marshall et à mettre en doute l’argument « rathole ». L’article précisait:

  • 33  « Western Europe Wears a New Look », op. cit., p. 28. « Contrairement à ce que pense la majorité d (...)

Western Europe’s new look rests on some solid facts which, contrary to most U.S. opinion, suggest that Marshall Plan money is not pouring into a hole totally surrounded by somnolent mice.33

30Il mettait en valeur le nouveau dynamisme de la production industrielle européenne. Les queues provoquées par le rationnement n’avaient plus d’intérêt photographique, l’objectif se tournait vers les étagères remplies de produits à acheter. On devinait que des grands magasins se trouvaient partout sur le continent et fournissaient une grande gamme de choix grâce à la reprise de la production et aux importations. Non seulement ces magasins étaient de nouveau approvisionnés, mais beaucoup de gens y allaient pour acheter. Des galeries luxueuses étaient remplies de produits et aucun vendeur ne restait inactif, ils s’occupaient des clients qui avaient tous l’air très chic : les hommes étaient en costume bien coupé et les femmes portaient des robes ou des manteaux élégants. Le lecteur ne pouvait qu’apprécier cette vision du capitalisme naissant en Europe.

31D’après Life, cette aide économique permettait à l’Europe de tendre vers un système semblable à celui des Etats-Unis qui garantissait le respect des valeurs universelles de liberté, progrès et bonheur. Il voyait dans cette reprise économique le début du « nouvel ordre américain » et de la défaite du communisme :

  • 34  « The Marshall Plan: Our Next Move », op. cit., p. 38. « Si dans [les années 1956-1960] l’Europe e (...)

If by [1956-60] Europe is also in business at the old stand, we can together lead such a crusade for prosperity in the rest of the world as has never been seen. Communism will have lost its favorite breeding ground, the swamp of economic hopelessness.34

  • 35  « Democracy », éditorial, Life, 17 fév. 1947, p. 28. « Et aujourd’hui nous offrons notre démocrati (...)

32Cette vision de « l’internationalisme américain » présentait l’Amérique sous un angle altruiste : son intérêt dans les affaires des autres ne semblait jamais provenir de motivations égoïstes telles que le désir d’obtenir des marchés économiques ou des matières premières. Au contraire, l’Amérique n’avait que de bonnes « intentions » : apporter le bien-être à toute l’humanité, aider à établir la liberté, la justice, la prospérité et le bonheur. Elle fournissait simplement aux pays ruinés un modèle à imiter avec pour objectif d’améliorer toute l’humanité : « And today we proffer our democracy to the world. »35.

Conclusion

33Life n’était pas seulement un « newsmagazine » qui informait les lecteurs, mais aussi un véhicule de propagande nationaliste. Il ne reflétait ni la situation politique de l’après-guerre, ni la pensée courante des Américains : Avant même que le gouvernement américain ait promulgué sa politique d’endiguement, Life s’efforçait de faire pencher la balance en faveur d’un arrêt de l’expansion du communisme en montrant les peuples qui avaient besoin d’être sauvés de l’oppression. Luce savait qu’il fallait remplir leur cœur de fierté pour les mêmes valeurs qu’il souhaitait imposer aux autres pays. Vu la supériorité évidente des Etats-Unis, Life pouvait promouvoir son système et son économie auprès des pays qui risquaient d’être influencés par la propagande du communisme. Les photographies rendaient « naturels » les éléments de l’américanisme qui renforçaient les idéaux du capitalisme promus par les riches magnats de la presse, comme Henry R. Luce. Sous le couvert des actualités, Luce et ses rédacteurs se servaient du magazine comme tremplin pour encourager les Américains à répandre leur idéologie. La rhétorique textuelle et visuelle du magazine cherchait à les rassurer et à préserver leurs intérêts et leurs valeurs. Cela permettait de faire prospérer une société capitaliste toute prête à imposer sa domination au reste du monde. Ainsi une impression de cohésion se formait entre la société américaine et le reste du monde qui adhérait à ces principes. L’analyse iconographique des photographies de presse a permis de dégager l’aspect sournois de Life : la formulation des informations cherchait à exalter le système américain et à le montrer comme universel et salutaire. En accentuant les avantages du système américain et la volonté des peuples de vouloir un système selon ce modèle qui promettait de la liberté, de la prospérité et du bonheur, en montrant comment ceux qui imitaient le système américain en tiraient les même avantages et comment le système communiste ne répondait pas aux besoins immédiats et fondamentaux de l’homme, Life véhiculait un message fortement nationaliste.

34On ne peut affirmer qu’il y ait eu un rapport de cause à effet entre les photographies de Life et les relations tendues entre les Etats-Unis et l’URSS ou entre la rhétorique universaliste du magazine et la position dominante des Américains dans le monde, du fait que Life n’était pas seul à utiliser cette rhétorique du communisme perçu comme le Mal qu’il fallait arrêter et même éliminer. Toutefois, on peut considérer qu’il y a eu un phénomène continu d’imprégnation lente qui a contribué au changement progressif de l’opinion américaine envers la Russie soviétique pendant les années charnières de 1944 à 1950.

Haut de page

Notes

1  Time fut lancé en 1923 et Fortune en 1930. Ces deux supports permirent d’étudier l’impact des  photographies de presse.

2  Peterson, Theodore, Magazines in the 20th Century, Urbana, U. of Illinois, 1956, p. 99. Du début du conflit en Europe (bien avant l’engagement américain) jusqu’à la fin, le magazine fut un outil de propagande etne cessa de promouvoir l’importance de la participation américaine. Semaine après semaine, plus de 200 numéros abreuvèrent les lecteurs d’articles et d’images concernant des batailles, des héros, des tactiques etc.

3  Baughman, James L., « Who Read Life? », Doss, Erika, Looking at Life, Washington : Smithsonian Institution Press, 2001. p. 44. « Nous n’avions certes pas imagine de faire de Life un magazine de guerre mais c’est pourtant ce qu’il est devenu. »

4  « US Foreign Policy, III » éditorial, Life 20 jan. 1947, p. 34.

5  Luce, Henry, R., The Papers of Henry Robinson Luce, Ms. Box 83, folder 1, Library of Congress, Manuscript Division, Washington D.C., p. 57.

6  Avant de terminer ses études à Yale, le 26 avril 1920, Henry Luce obtint le prix « de Forest Oration » sur le thème : « When We Say “America”». Dans son essai, il exposait ses idées sur la démocratie en liaison avec ses convictions capitalistes et impérialistes. En 1941, les thèmes de l’expansionnisme, du capitalisme et de l’interventionnisme exprimées dans « When We Say “America”» furent fidèlement repris dans un éditorial de Life qu’il intitula, « American Century ». Il est aussi intéressant à noter qu’en mai 1940, quelques mois avant d’écrire « American Century », Luce avait été influencé par le livre Isolated America, écrit par son collègue Raymond Leslie Buell. Une partie des arguments du « Siècle américain » se trouvaient déjà dans l’œuvre de Buell. Il dénonçait la politique isolationniste des Etats-Unis et considérait que ceux-ci devaient prendre la place de l’Angleterre en tant que puissance mondiale. Voir Elson, The World of Time Inc., op. cit., p.18.

7  Voir Luce, Henry R., « American Century », Life, 17 fév. 1941, pp. 62-65.

8  « US Foreign Policy, III », éditorial, Life, 20 jan. 1947, p. 34. « Nous devons rallier à notre cause une multitude d’un milliard de personnes en lui prouvant que notre conception du monde et notre système sont les meilleurs. »

9  Voir Heale, M.J., American Anticommunism: Combating the Enemy Within, 1830-1970, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1990, (en particulier le chapitre 7) et Liebovich, Louis, The Press and the Origins of the Cold War, 1944-1947, New York, Praeger Publishers, 1988.

10  Gallup Poll – A.I.P.O., 1944-1950.

11  Bayly-Colin, Heather Jane, Presse et Nationalisme : le cas de Life, 1944-1950. Vol.II diss. Université d’Angers, 2003, pp. 184-200.

12  Pour une description des pertes suite à la guerre voir McCauley, Martin, The Origins of the Cold War 2nd ed., Harlow, Longman, pp. 32-33 et Hosking, Geoffrey, A History of the Soviet Union: 1917-1991, London, Fantana Press, 1992 (en particulier le chapitre 11).  

13  « The First Peace Conference », Life, 15 oct. 1945, p. 36. Voir également le photoreportage « Russains Keep Fighting Fit », Life, 16 sept. 1946, pp. 29-33.

14  Foreign Affairs, Vol. 25, No.4, juillet 1947, p. 580. « proposait un endiguement durable et soutenu mais aussi fermeté et vigilance face aux tendances expansionnistes de la Russie. »

15 Truman, Harry S., Truman Doctrine, 12 mars 1947, Congressional Record. www.yale.edu/lawweb/avalon/trudoc.htm « A ce moment de l’histoire mondiale chaque nation ou presque doit opérer un choix entre deux modes de vie. »

16  Ibid. « Un mode de vie repose sur la volonté de la majorité et se caractérise par des institutions libres, un gouvernement représentatif, des élections libres, la garantie des libertés individuelles, la liberté de culte et d’expression et une prévention contre toute oppression politique. 

« Le second mode  de vie repose sur la volonté de la minorité imposée de force à la majorité. Il s’appuie sur la terreur et l’oppression, une presse et des radios sous contrôle, des élections truquées, et la suppression des libertés individuelles. »

17  Luce, The Papers, op. cit., p. 55.

18  Truman, Harry S., Truman Doctrine, Op. cit. « Je crois que la politique des Etats-Unis doit être de soutenir les peuples libres qui résistent à des tentatives d’asservissement, qu’elles soient le fait de minorités armées ou de pressions étrangères. Je crois que nous devons aider les peuples libres à forger leur destin de leurs propres mains. Je crois que notre aide doit consister essentiellement en un soutien économique et financier essentiel à leur stabilité économique et au bon fonctionnement politique. »

19  Ibid. « Les régimes totalitaires se nourrissent de la misère et le dénuement. »

20  « The Gallup Poll: 65 Years of Polling History. », sept. 2004, www.gallup.com/poll/content/?ci=9967

21  « ERP’s Progress », éditorial, Life, 1 mars 1948, p. 28.

22  « Ideas For Europe », éditorial, Life, 21 juillet 1947, p. 28.

23  « Food for Europe », éditorial, Life, 4 juin 1945, p. 28.

24  Ibid.

25  Ibid.

26  Ibid.

27  « What Are We Waiting For? », editorial, Life, 4 nov. 1946, p. 36.

28  « ERP’s Progress », op. cit.

29  « Europe Responds to Marshall Plan », éditorial, Life 21 juillet 1947, p. 21 et « The Marshall Plan: Our Next Move », éditorial, Life, 22 sept. 1947, p. 38.

30  « Europe Responds to Marshall Plan », op. cit., pp. 21-27.

31  Le plan Marshall fut lancé le 5 juin 1947 dans le discours à Harvard du secrétaire d’Etat George Marshall. Au mois de juillet les ministres des Affaires étrangères de Grande Bretagne, de France et de l’Union soviétique se rencontrèrent à Paris pour discuter du projet. Le ministre russe quitta la table en signe de protestation, accusant les Etats-Unis d’ourdir un complot « impérialiste ». Quelques jours plus tard des représentants de seize pays se réunissaient pour établir un bilan des besoins. En décembre 1947, le congrès vota le Foreign Aid Act fournissant une aide importante pour la France, l’Italie, l’Autriche et un peu pour la Chine. Le 19 décembre, le président Truman soumit au Congrès le European Recovery Program. Ce programme fut autorisé le 2 avril 1948.

32  « Western Europe Wears a New Look », Life, 28 juin 1948, pp 25-33.

33  « Western Europe Wears a New Look », op. cit., p. 28. « Contrairement à ce que pense la majorité de l’opinion américaine, le nouveau visage de l’Europe de l’ouest repose sur des faits concrets qui laissent entendre que l’argent du Plan Marshall ne coule pas dans un trou entouré de souris somnolentes. »

34  « The Marshall Plan: Our Next Move », op. cit., p. 38. « Si dans [les années 1956-1960] l’Europe est en état de pratiquer des échanges économiques, nous pourrons mener ensemble une croisade pour la prospérité dans le reste du monde telle qu’on en n’a jamais vue. Le communisme aura perdu son terreau favori : le marais du désespoir économique. »

35  « Democracy », éditorial, Life, 17 fév. 1947, p. 28. « Et aujourd’hui nous offrons notre démocratie au monde. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jane Bayly-Colin Heather, « Life et la politique d’endiguement ou la photographie de presse comme outil de propagande », Amnis [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 24 mars 2017. URL : http://amnis.revues.org/727 ; DOI : 10.4000/amnis.727

Haut de page

Auteur

Jane Bayly-Colin Heather

Université de Nantes, France
E-mail : capfrehel@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org