Navigation – Plan du site

La télévision dans les démocraties. Années 30-années 19801

Evelyne Cohen

Résumés

Entre les années 1930 et les années 1980, la télévision s´est transformée en acteur essentiel du débat et de la vie politique, sociale, culturelle des démocraties occidentales. A la fin de la deuxième guerre mondiale la télévision s´associe à l´expression des idéaux démocratiques de la société. Entre 1945 et 1980, à travers plusieurs étapes, l´audiovisuel tend à échapper au contrôle de l´Etat. Une nouvelle télévision voit le jour.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Europa, television, democracia
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le cas de la France sera privilégié.

1Entre les années 1930 et les années 1980, la télévision s’est transformée en acteur essentiel du débat et de la vie politique, sociale, culturelle des démocraties occidentales. Cette évolution s’est déroulée en quatre phases : les années trente sont celles de l’expérimentation technique et permettent de percevoir que la télévision peut être un outil politique, un facteur de loisirs. Les véritables débuts de la télévision se situent après la deuxième guerre mondiale et sont fortement marqués par leur contexte politique et économique : c’est une période de mise en place, de mise au point des contenus et des missions. A partir des années 1960, la télévision devient le média dominant, première source d’information. Sa maîtrise devient un enjeu politique et culturel de première importance. A partir du milieu des années 1970, les modèles hérités de l’après-guerre et en particulier le modèle français de télévision publique contrôlé par l’Etat est remis en cause. L’audiovisuel déréglementé s’ouvre aux nouvelles technologies, est transformé par la vague du libéralisme politique et économique des années 1980. On assiste alors à une redéfinition des contenus politiques et culturels dans un contexte marqué par le développement des chaînes privées, par l’essor du câble et du satellite.

I Naissance de la télévision : les années 30

2Les premières expériences de programmes publics de télévision datent des années 30. Dès 1927 aux Etats-Unis, la Bell Téléphone Company réalise une des premières expériences publiques de télévision. En 1939 la BBC (British broadcasting corporation) offrait dans la région de Londres vingt-quatre heures de programme par semaine et déjà quelques grands reportages (en 1937, les cérémonies extérieures du couronnement de George VI sont télévisées et ensuite observées par plusieurs dizaines de milliers de téléspectateurs). En Allemagne, en 1935, un premier programme régulier de télévision est diffusé en grande pompe à la maison de la radio à Berlin ; la télévision n’est pas intégrée au dispositif de propagande nazie. En 1936 le public allemand la découvre massivement lors des Jeux Olympiques de Berlin. Les nazis prennent alors conscience des potentialités de la télévision et projettent le lancement d’un récepteur populaire.

  • 2  Kubler, Thierry, Lemieux, Emmanuel, Cognacq-Jay 1940, Paris, Plume/Calmann-Levy 1990.

3Ces premières expérimentations sont presque partout interrompues pour des raisons économiques pendant la guerre. Cependant la télévision allemande continue à diffuser des émissions à l’intention des soldats et des blessés mais le nombre des téléspectateurs diminue considérablement. A Paris, les émetteurs de Radio de la Tour-Eiffel passent sous contrôle militaire. Kurt Hinzmann sous-directeur de l’antenne de Berlin, mobilisé et envoyé à Paris parvient à développer une télévision allemande à Paris : « Fernsehsender Paris » est inaugurée en septembre 1943 et s’installe rue Cognacq-Jay. Cette nouvelle télévision privilégie les programme de variétés, les programmes culturels à l’intention des soldats blessés. Elle est un lieu de recherche et devient même une sorte de refuge pour réquisitionnés du STO…2.

II L’invention, la mise en place de la télévision dans le contexte de l’après-guerre. Variantes nationales et différences. Les années 50

  • 3  La progression du parc de recepteurs aux USA est foudroyante : 1947 30 000 ; 1948 : 157000 ; 1949 (...)
  • 4  Durruty, Suzanne, Gabillet, Jean-Paul, (ouvrage collectif), Les médias et l’information aux Etats- (...)

4Les véritables débuts de la télévision se situent après la deuxième guerre mondiale. Aux Etats-Unis l’industrie télévisuelle se développe rapidement après 19453. Les grands « networks » (réseaux) qui occupaient le paysage radiophonique NBC, CBS et ABC se lancent dans l’aventure de la télévision4. La télévision est une télévision commerciale financée par la publicité.

5En France les débuts de la télévision ont été lents. Depuis 1939, la RDF (Radiodiffusion française) est placée sous l’autorité du Président du Conseil ou d’un secrétariat d’Etat délégué. Elle devient en 1949 la RTF (radiodiffusion télévision française). La RTF est une administration publique placée directement sous le contrôle de l’Etat ; elle n’a pas de statut jusqu’en 1959. Elle est financée par une redevance. Le journal télévisé naît en 1949

  • 5  Il est, par exemple, interdit que la publicité avoisine la famille royale ou les émissions religie (...)
  • 6  Scannell, Paddy, « la télévision britannique dans les années 50 », La grande aventure du petit écr (...)

6De 1946 à 1954 la BBC bénéficie d’un monopole en matière de télévision. En Angleterre le 22 mai 1952, un violent débat oppose à la Chambre des Lords les partisans de la création d’une télévision commerciale et populaire à ceux qui, comme Lord Reith comparent la télévision commerciale à la peste. La loi de 1954 donne naissance à une structure publique « the Independant Television Authority » (ITA) chargée de mettre sur pied une télévision commerciale ITV (Independent Television Authority). Celle-ci, comme la BBC, est soumise à la réglementation et au contrôle de l’organisme chargé de maintenir un haut niveau de qualité et d’impartialité des programmes (ITA). ITV bénéficie du monopole sur les revenus de la publicité télévisée5 en Grande-Bretagne. BBC et ITV sont, dans les faits, « deux services publics en compétition pour la même audience ». Comme le souligne Paddy Scannell, « la manière dont la télévision commerciale fut créée par le gouvernement en faisait dès l’origine un élément du service public »6.

7En Allemagne, le propos a été d’empêcher la création d’un organe de propagande centralisée. Pour cette raison, la télévision ne dépend pas du gouvernement fédéral mais des länder. Toutes les stations régionales sont membres de l’ARD (première chaîne) ; en 1952 elles se sont engagées à diffuser un programme commun à heure fixe en laissant un créneau horaire quotidien aux programmes régionaux. En Italie, la RAI (Radio Audizioni Italia) lance ses premiers programmes en 1952. Le capital de la RAI appartient pour 75 % à l’IRI (institut de reconversion industrielle) qui est entre les mains des pouvoirs publics et nomme au Conseil d’administration 13 membres sur 20, les 7 autres étant choisis par le gouvernement. Le système est donc très contrôlé par le gouvernement et la démocratie chrétienne.

8Dans ces années d’invention de la télévision, la définition des missions imparties, le contenu des programmes sont fortement marqués par le contexte politique : la référence à la période de la deuxième guerre mondiale, les problèmes de la reconstruction, le contexte de guerre froide, la reconstruction des médias.

9En France, s’affirme un idéal démocratique de la télévision qui s’exprime dans les années 50 et dont on peut lier l’esprit à celui des idéaux démocratiques issus de la Résistance. « Informer, éduquer, distraire » : ces trois mots unissent les hommes politiques, les responsables de la télévision, les réalisateurs et les journalistes et désignent les « missions de la télévision » .

  • 7  Jean d’Arcy parle, p. 56.

10Il s’agit d’informer par le son et par l’image sans faire ni du cinéma, ni de la radio : « la télévision est un moyen d’expression entièrement nouveau qu’il ne faut pas juger par rapport aux modes d’expression antérieurs » affirme le directeur des programmes Jean d’Arcy7 en 1957. Tout en insistant sur la nécessité d’informer les citoyens, le pouvoir redoute par-dessus tout que l’information ne se retourne contre ceux qui la donnent. En devenant plus accessible aux citoyens, il craint de devenir plus vulnérable.

11Les pouvoirs publics sont attentifs aux intérêts politiques, moraux de la France ; d’un côté ils craignent l’utilisation dans un sens contraire aux intérêts de la France de certaines informations par leurs adversaires, d’un autre côté, tous dénoncent les dangers de la propagande (la deuxième guerre mondiale n’est pas loin, on pense aussi à la propagande soviétique). La question est alors de savoir comment une télévision d’Etat peut et doit informer dans ce contexte marqué en particulier par les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie. Les cérémonies du couronnement de la Reine Elisabeth ont stimulé en France les projets en matière de télévision. En décembre 1953, le Parlement discute d’un plan d’équipement national et de son financement. A partir du jeudi 17 décembre 1953, les Français et le monde purent suivre de façon détaillée, avec fascination, la retransmission heure par heure des élections du président de la République qui se déroulaient à Versailles dans la salle du Congrès. Mais il fallut 13 tours pour élire le futur président de la République René Coty, le spectacle télévisuel donnait une mauvaise image de la France. On décida donc de le censurer à partir du sixième jour. Ce premier événement télévisuel tourna court.

  • 8  Les Européens d’Algérie protestaient contre le remplacement de Jacques Soustelle au poste de gouve (...)

12De même le reportage télévisuel sur le voyage du président du Conseil Guy Mollet en Algérie le 6 février 1956 donnait une mauvaise image du pouvoir en France : le président du Conseil Guy Mollet avait été filmé alors qu’il recevait des tomates et des mottes de terre à Alger8. Le gouvernement de Guy Mollet décida de contrôler quotidiennement les informations à la radio et à la télévision à partir de mai 1956.

  • 9  Lalou, Etienne, Regards neufs sur la télévision, p. 85.

13Pour différentes raisons politiques, mais aussi, quelquefois, techniques, certains sujets sont peu et mal traités : Comme le remarque le réalisateur Etienne Lalou dans ses Regards neufs sur la télévision9en 1957 :

Le public comprend mal ou trop bien -qu’on ne lui présente jamais de grandes émissions d’information objectives sur des problèmes comme la révolte algérienne, l’alcoolisme en France, le privilège des bouilleurs de cru ou le contrôle des naissances.

  • 10  Lors du voyage de François Mitterrand dans les Aurès.

14Il existe un réseau de contraintes qui enserrent le développement de l’information télévisuelle. Il serait faux, cependant, d’imaginer les choses dans un seul sens et nous pourrions donner des contre-exemples d’utilisation des images télévisuelles qui montrent que l’information passe aussi par la télévision de façon délibérée ou non.. La télévision présente quelquefois des images qui vont au-delà des paroles et des commentaires qu’elle transmet. Elle peut laisser voir ce qu’elle ne fait pas entendre : le visage triomphant d’un candidat au lendemain d’une élection par exemple ou encore la réalité de la guerre qui se mène en Algérie10 (décembre 1954).

  • 11  « Bilan du journal télévisé », Les Lettres françaises, juillet 1954.

15La télévision appartient au domaine des loisirs de masse. Elle veut distraire tout en éduquant. Le pari est difficile mais la problématique est classique en matière de loisirs culturels. Dans les années 50 elle accorde plus de place aux sujets sportifs ou ludiques qu’à l’information politique et dans ce domaine, elle privilégie l’actualité mondiale sur l’actualité intérieure. Une statistique établie par Les Lettres françaises portant sur 170 sujets traités à la télévision entre le 24 mai 1954 et le 26 juin 1954 montre que le tiers environ du journal télévisé est consacré au sport et qu’à peine 10 % des sujets traités concernent l’actualité intérieure et internationale11. Son public populaire réclame « redemande » des émissions de variétés comme les 36 chandelles de Gilles Margaritis.

16La responsabilité de la télévision vis-à-vis des citoyens semble d’autant plus importante que la télévision intervient jusque dans l’intimité des Français chez eux, dans leur famille. Les hommes politiques affirment (voir par exemple Guy Mollet) qu’ils recherchent l’intimité avec les Français par la télévision ; Jean d’Arcy directeur des programmes de la RTF entend éduquer le « spectateur à domicile »…Il exprime un véritable idéal humaniste et culturel devant le stage international des réalisateurs le 21 octobre 1957 : « Notre message s’adresse à un individu, par le canal de l’écran de télévision qui remplace le livre ».

17A ceux qui l’accusent de vouloir faire de la télévision une télévision du parti socialiste, le Secrétaire d’Etat à l’information du gouvernement Guy Mollet, Gérard Jaquet répond dans une conférence faite le 27 mars 1957 aux « Ambassadeurs » : « La Radiodiffusion-télévision française, ce qu’elle est, ce qu’elle sera ». Gérard Jaquet considère que la télévision en France est un service public, qu’elle est avant tout un moyen d’information, d’éducation et de divertissement au service de la nation et du public, qu’elle a une mission démocratique à remplir, que l’Etat à travers elle doit assumer ses responsabilités vis-à-vis des citoyens. Il revendique pour le gouvernement le « droit de convaincre » les citoyens par la télévision. Cette conférence est un véritable programme démocratique de la télévision française comme télévision d’Etat. Celle-ci se situe dans une perspective comparative avec d’autres télévisions. Nous citerons les principaux points de cette conférence :

- La radio- télévision[…] est une technique[…]. Elle peut être aussi à certains moments un puissant moyen de propagande. Mais à nos yeux, la radiodiffusion doit devenir « UN SERVICE PUBLIC QUI A UNE MISSION A REMPLIR […]. Qu’est-ce donc qu’un service public de radiotélévision et quelles missions doit-il remplir ? Deux conceptions extrêmes peuvent être envisagées : l’une « économique », l’autre « politique ». Aux USA la radiotélévision a été considérée avant tout comme source de richesses, facteur d’expansion économique. L’information est souvent « patronnée » par un groupe financier ou par une chaîne de journaux. En URSS où la radiotélévision est avant tout le porte-voix du régime, elle est un support et un instrument de pénétration politique. Bien entendu, dans toutes les démocraties populaires, le monopole d’Etat est direct et absolu. Les conceptions européennes sont plus nuancées. Elles reposent toutes sur la notion d’intérêt national et social au sens large.

- […] La radiotélévision est avant tout un moyen d’information, d’éducation et de divertissement au service de la nation et du public […]. La radiotélévision « représente » le pays aux oreilles et aux yeux des publics nationaux et internationaux. Elle traduit l’esprit de la nation, son héritage, ses aspirations, ses valeurs les plus caractéristiques.

- Sur le plan de l’information, la radiotélévision est un facteur décisif dans la formation de l’opinion publique

- La radiotélévision, par son pouvoir de créer un univers permanent auquel l’individu se réfère de plus en plus, apparaît comme un des moyens les plus efficaces de retrouver le contact entre gouvernants et gouvernés.

- Le devoir d’information est ainsi devenu pour tous les Etats démocratiques modernes, une nécessité physiologique

- On voit ici apparaître comme corollaire de la liberté d’opinion, la liberté de communication de la pensée. C’est elle qui fait la concurrence des idées ; cette concurrence est ouverte à tous ; elle ne saurait exclure le gouvernement, car le mandat de gouverner comporte le droit de convaincre.

- nécessité où il [le gouvernement] est parfois de protéger le régime et la société contre les coups de leurs adversaires.

  • 12  Jaquet, Gérard, Conférence aux Ambassadeurs 27 mars 1957. A.N F41-2672.

- […] La radio-télévision informative, éducative ou récréative peut et doit contribuer, grâce à sa puissance de pénétration intime à l’amélioration du sort intellectuel et à l’élévation du « goût » de ses publics particulièrement de ses publics les moins évolués ».12

  • 13  Lalou, Etienne, Regards neufs sur la télévision, p. 171.
  • 14  Ibid. p. 126.

18Quant au producteur et réalisateur Etienne Lalou, il publie en 1957 Regards neufs sur la télévision : refusant que la télévision devienne un « nouvel opium du peuple » il en appelle à une « République de télévision » : « plus il y aura de citoyens conscients et organisés dans la République de télévision, plus il y aura de chances que l’âge de la télévision ne devienne pas l’âge de l’infantilisme mais marque une nouvelle étape du progrès humain »13. Mais aussi il invective ceux « qui se prennent pour la France parce qu’ils possèdent le moyen technique de s’adresser à la France »14. Dans ces propos d’Etienne Lalou, le téléspectateur est un individu qui exerce sa citoyenneté, qu’il faut rendre « conscient ». Regardant la télévision, le spectateur participe à un exercice démocratique.

19Le gouvernement considère la télévision comme un support de son action, un véhicule de sa pensée. Les professionnels de la télévision expriment un idéal démocratique du service public auquel ils participent. Il existe un consensus national sur l’idée de la nécessaire mission, de la responsabilité qu’il faut assumer vis-à-vis des Français.

20En Grande-Bretagne les deux chaînes publique et commerciale, BBC et ITV, mettent en avant des idéaux comparables : les priorités de l’ITV (Independent Television Authority) sont « distraire, informer, éduquer » mais surtout ITV veut développer une télévision de qualité pour le peuple. Cette volonté de faire une télévision pour le peuple caractérise la télévision britannique à travers ITV.

21La télévision joue un rôle décisif dans la restitution des événements contemporains. Comme le dit, lors d’une conférence prononcée le 10 février 1954 Vital Gayman, directeur des informations et du journal parlé à la RTF, l’information télévisée « permet à la société d’acquérir une conscience unanime, immédiate et universelle de sa propre vie » ; par l’image et le son elle rend compte d’événements importants et elle est quelquefois irremplaçable.

  • 15  Les cérémonies sont diffusées en direct depuis le Royaume-Uni en Allemagne, en France, en Belgique (...)
  • 16  Gayman, Vital, « Télévision et information », conférence prononcée le 10 février 1954, Centre d’ét (...)

22Les contemporains ont été particulièrement sensibles à la diffusion en direct des cérémonies du couronnement de la reine Elisabeth II qu’ils vécurent comme un événement international grâce à la naissance de l’Eurovision15. Pour la première fois les caméras de télévision avaient été autorisées à pénétrer dans l’abbaye de Westminster si bien que les téléspectateurs du monde entier eurent le privilège de « voir mieux le visage de la reine Elisabeth que les privilégiés qui étaient eux-mêmes admis dans l’abbaye »16. Ce spectacle télévisuel constitue un moment important pour l’expansion et le développement international de la télévision. A partir de ce moment il est peu d’événements importants que la télévision n’accompagne. La télévision est un instrument de découverte du monde. Elle permet de passer les frontières : on peut assister au couronnement de la reine, à la coupe du monde de football en Suisse, à la bénédiction pontificale au Vatican.

23La télévision permet aux citoyens de connaître de plus près le déroulement des principaux moments de la vie politique, de connaître de façon « intime » les hommes politiques, de participer aux rituels civiques (élections, mariages, vœux présidentiels…), de vivre les grands moments des rencontres sportives (Tour de France, matches de catch, de boxe). Elle est vécue comme un instrument de démocratisation de la vie publique, politique et sociale.

  • 17  Mendès-France, Pierre, le 16 juin 1954.
  • 18  Elections legislatives de février 1956 en France.
  • 19  Faisons le point avec Pierre Corval en 1954 en France.
  • 20  Elections présidentielles de décembre 1953 en France.

24Progressivement les hommes politiques prennent conscience des potentialités offertes par ce nouveau média et ils l’utilisent avant leur déclaration d’investiture17, dans les campagnes électorales18, dans des émissions politiques19, lors des élections présidentielles20. A partir de 1957 la famille royale britannique communique régulièrement par la télévision.

III- Télévision de masse et télévision pour le peuple

  • 21  64,5 % des foyers américains ont la télévision en 1956.
  • 22  Le 9 mars 1954 See it now diffuse un montage de déclarations et discours de Mac Carthy, dont il co (...)

25Dès 1956 aux Etats-Unis21, 1960 en France, 1962 en Grande-Bretagne la télévision devient véritablement un média de masse, première source d’information devançant les autres médias. Les rapports de la télévision et du pouvoir politique sont un enjeu central des démocraties. Aux Etats-Unis après avoir participé aux campagnes Maccarthystes, CBS s’associe à leur dénonciation en 1953-1954 avec l’émission See it now produite par le journaliste, ancien correspondant de guerre à Londres Edward R. Murrow qui met à jour les excès de l’anticommunisme22. Pourtant la télévision américaine est avant tout une télévision commerciale, peu ouverte aux débats publics, extrêmement sujette aux pressions politiques ou économiques.

  • 23 . Cohen, Evelyne, « La télévision et les voyages en province du général De Gaulle (1958-1962) », Ac (...)
  • 24 . En 1957, 6,1 % des ménages ont un récepteur de télévision. En 1960, 13,1% ; en 1962 23,1%.
  • 25 Jean d’Arcy parle, op. cit., p. 37.
  • 26 Les apparitions de De Gaulle sur le petit écran suivent une courbe ascendante : 2 en 1959, 5 en 196 (...)
  • 27 Nous reprenons ici certains éléments de Cohen, Evelyne, « Télévision, pouvoir et citoyenneté », in (...)

26En France la télévision accompagne le retour au pouvoir du général de Gaulle. Ce retour au pouvoir est aussi un retour sur les ondes puisque le général de Gaulle avait été interdit d’antenne entre 1947 (date de la création du RPF) et 1958. A son retour au pouvoir, en 1958, De Gaulle, méfiant à l’égard du Parlement comme vis-à-vis de la presse, a trouvé dans la télévision le média idéal qui lui a permis d’opérer une véritable transformation dans les rapports directs entre le chef de l’Etat et le peuple ; la télévision s’intègre après juin 1958 dans un véritable dispositif dont participent le changement de constitution, les voyages sur le terrain en France (les « voyages en province »23), et en Algérie (dont la TV rendait compte), les allocutions pathétiques à la Télévision en forme d’appel au peuple, le recours au référendum et finalement l’institution de l’élection du président de la République au suffrage universel direct. La télévision24 donne à voir aux Français le spectacle du contact entre le peuple et le chef d’Etat, elle crée entre les Français un véritable “ langage national ”25, devient un véhicule privilégié du sentiment et de la communauté nationale ; chaque référendum organisé par De Gaulle entre 1958 et 1962 est précédé d’une intervention du chef de l’Etat26 ; De Gaulle annonce par une allocution télévisée le grand tournant politique du droit à l’autodétermination de l’Algérie le 16 septembre 1959 ; ses conférences de presse sont retransmises intégralement ; le 23 avril 1961, De Gaulle apparaît habillé en militaire sur l’écran de télévision : son intervention télévisée et radiodiffusée déjoue le putsch des généraux. De Gaulle lui-même a fixé dans les Mémoires d’Espoir le souvenir de son passage à la télévision, devant les Français entre 1958 et 1962 ; il insiste sur la « rencontre » avec les Français par l’intermédiaire de la télévision27 :

  • 28  De Gaulle, Charles, Mémoires d’espoir - Le Renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 302.

[…] Mais à présent, les téléspectateurs regardent de Gaulle sur l’écran en l’entendant sur les ondes. Pour être fidèle à mon personnage, il me faut m’adresser à eux comme si c’était les yeux dans les yeux, sans papier et sans lunettes[…] . Maintes fois en ces quatre ans, les Français par millions rencontrent ainsi le général de Gaulle[…] Me gardant […] d’utiliser les vieilles recettes de la démagogie, je m’efforce au contraire de rassembler les cœurs et les esprits sur ce qui leur est commun, de faire sentir à tous qu’ils appartiennent au même ensemble, de susciter l’effort national.28

  • 29  Bourdon, Jérôme, Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, INA-Anthropos, 1990, p. 102.

27Le pouvoir gaulliste exerce son contrôle sur la télévision. Les ministres de l’Information en ont la charge. Le service des liaisons interministérielles pour l’information (SLII) mis en place en avril 1963 organise jusqu’au printemps 1968 des rencontres quotidiennes entre les représentants de divers ministères et les responsables de l’information radio et télévision. Ce service organise un véritable contrôle sur les journalistes29. Pourtant la censure s’exerçait par d’autres voies plus directes. Jérôme Bourdon a dressé une liste des principaux cas de censure :

  • 30  Bourdon, Jérôme, « Censure et télévision », Ory, Pascal, (dir.) La censure en France, Complexe, 19 (...)

les offenses au chef de l’Etat, au gouvernement, aux institutions publiques, la mise en cause des « pays amis » dans les sujets de politique étrangère, la place « trop favorable » des partis politiques d’opposition, le compte rendu trop « zélé » des conflits sociaux, l’évocation d’épisodes douloureux du passé récent (guerre d’Algérie, collaboration), la présence de sujets offensant la morale et les bonnes mœurs.30

  • 31  Les artistes qui ont signé le manifeste des 121 sont interdits d’antenne après septembre 1960 ; la (...)

28Cette période connaît donc à la fois la création de grandes émissions prestigieuses d’information (5 Colonnes à la une, magazine de grand reportage naît en 1959), de débats politiques (La liberté de l’esprit de Pierre Corval), des émissions satiriques (La Boîte à sel) et l’exercice du contrôle et de la censure sur les contenus des programmes31.

  • 32  Massiani-Fayolle, Marie-Paule, « Télévision et politique aux Etats-Unis », Les médias et l’informa (...)

29Dans la préparation des élections présidentielles, la télévision joue un rôle qui semble aux contemporains de plus en plus décisif. On estime que 71 millions d’Américains ont regardé le « grand débat » entre le vice-président Richard Nixon et le sénateur John F. Kennedy le 26 septembre 1960 alors qu’ils répondaient aux questions des reporters. Ce débat, premier du genre, a contribué à répandre l’idée du rôle décisif et de l’impact de la télévision comme « arme politique ». En effet, Nixon apparut exténué, amaigri, mal fardé, présenté sous un éclairage et un angle peu flatteur, face à un Kennedy, jeune, beau, détendu et bronzé, trait qui plut particulièrement aux téléspectateurs32.

  • 33  Rémond, René, Neuchwander, Claude, « Télévision et comportement politique », Revue française de sc (...)

30Après les votes du référendum sur l’élection du président de la république français au suffrage universel direct en octobre 1962, la question de l’impact politique de la télévision est posée dans La Revue française de science politique par René Rémond et Claude Neuchwander33 : la télévision, remarquent-ils, semble promue « au rang de facteur politique ». L’opinion est persuadée « que la télévision dispose d’un pouvoir considérable, encore que mystérieux et mal défini, sur l’opinion publique », qu’elle représente donc un danger pour la démocratie. Les auteurs démontrent alors, chiffres à l’appui, qu’il n’existe pas de corrélation entre le nombre de récepteurs par département et le total des « oui » au référendum du 28 octobre 1962 et s’élèvent contre l’idée que la télévision puisse, dans une démocratie, du jour au lendemain « créer de toutes pièces une opinion ».

31Il faut situer les décisions sur le statut de la R.T.F. et la création de l’Office de radiodiffusion télévision française en 1964 dans un contexte de revendications des libertés garanties par la loi.Par l’ordonnance du 5 février 1959 qui ratifie le monopole de l’Etat, la R.T.F. devient un établissement public à caractère industriel et commercial disposant d’une certaine autonomie de gestion. La loi du 27 juin 1964 définit les missions du service public de la radiodiffusion « en vue de satisfaire les besoins d’information, de culture, d’éducation et de distraction du public ». L’ « Office », administré par un conseil d’administration est placé sous la « tutelle » (et non l’autorité) du ministre de l’Information et dirigé par un Directeur Général. Une deuxième chaîne voit le jour.

32Les élections présidentielles de 1965 en France sont l’occasion de reposer ces questions dans un contexte de relative libéralisation. Chaque candidat de la majorité comme de l’opposition (Jean Lecanuet, François Mitterrand…) dispose de 2 heures d’antenne à la télévision et de 2 heures à la radio (décret du 14 mars 1964). Quant à de Gaulle jusqu’au premier tour il n’usa pas vraiment de son temps d’antenne. A l’issue du premier tour, le général est en ballottage et prend conscience de la nécessite d’organiser sa riposte télévisée, de toucher l’opinion. Il décide de faire trois entretiens télévisés avec le journaliste Michel Droit. Il devient une véritable « vedette de télévision ».

33La maîtrise de la télévision devient dans les années 1960 indispensable pour les hommes politiques. Les premières émissions de débat politique à la télévision représentent de véritables enjeux de pouvoir : en 1966 naît la première de ces grandes émissions « Face à face » qui organise le débat entre un homme politique (Guy Mollet, V. Giscard d’Estaing, G. Pompidou…) et des journalistes.

34La question du choix des événements représentés ou occultés au petit écran est remplie de significations qu’il faut analyser. Nous en choisirons quelques exemples significatifs : les « premiers pas » de l’homme sur la lune le 16 juillet 1969, la guerre du Vietnam, le mouvement de mai 1968 en France.

35Le 21 juillet 1969 600 millions de téléspectateurs assistent, grâce à un dispositif exceptionnel de Mondovision aux premiers pas de l’homme sur la lune. Cet « événement-monstre » (pour reprendre une expression de Pierre Nora) qui désormais appartient à la mémoire audiovisuelle est avant tout un événement télévisuel, que seule la télévision permet de porter à la connaissance du monde.

36Désormais les « silences » du « petit écran » sont d’autant plus chargés de sens. Jusqu’à l’offensive du Têt en 1968, les informations sur la guerre au Vietnam proviennent presque exclusivement de sources militaires et alimentent dans les faits la mobilisation du courant anti-guerre aux Etats-Unis. Après 1968 le changement est brutal : les journalistes prennent en compte l’offensive du Têt et les hésitations sur la conduite de la guerre.

  • 34  Lévy, Marie-Françoise, Zancarini, Michelle, « La légendede l’écran noir : L’information à la télév (...)

37La télévision française a rendu compte, accompagné et quelquefois devancé le cours des événements de mai 196834. Marie-Françoise Lévy et Michelle Zancarini ont montré comment s’était formée, par la parole et par l’image, une « légende de l’écran noir [de télévision] », ceci dès l’année 1968. Du 2 au 6 mai le silence du pouvoir à la télévision construit une idée de vacance du pouvoir (en particulier de Gaulle n’apparaît pas) ; du 6 au 14 mai on entend davantage les représentants du pouvoir que ceux de la contestation : il en ressort l’idée d’une information partiale. Le 14 mai, le magazine Zoom donne la parole aux leaders étudiants et montre des images des violences policières. A partir du 23 mai les étudiants ne sont présents que dans des reportages sur les violences. Du 22 au 24 mai le JT fait la chronique des grèves mais se construit autour de l’attente des négociations. De Gaulle apparaît à l’écran le 24 mai : il semble accablé par la situation alors que Georges Pompidou semble suivre une voie de sortie de la crise par les négociations. Du 28 mai au 11 juin, le JT insiste sur la reprise du travail qu’il anticipe. Le 1er juin les téléspectateurs peuvent voir que l’essence réapparaît aux pompes en même temps que sont montrées des images de la manifestation gaulliste du 30 mai.

  • 35  Martin, Marc, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, p. 341.

38Pendant les événements de mai 1968 les personnels de l’ORTF sont en grève (les journalistes de la télévision sont en grève jusqu’au 13 juillet) ; le mouvement de mai critique l’information à la télévision comme l’illustrent de nombreux slogans : « libérez l’ORTF », « Information libre », « L’ORTF vous ment » « Ouvrez les yeux, fermez la télé ! ». Le mouvement des grévistes de l’ORTF rejette l’emprise du pouvoir politique sur l’ORTF. Ils seront sanctionnés : quand ils se préparent à reprendre leur travail, ils sont invités à attendre une convocation individuelle35. En fait le mouvement d’opinion autour de l’ORTF remet en cause le consensus hérité de la Libération quant au contrôle de l’audiovisuel par l’Etat. Une autre phase s’amorce dans les rapports entre audiovisuel et politique.

IV Vers la « libération « de l’audiovisuel » (années 70-années 80)

39L’après-1968 hésite entre la tentative de libéralisation amorcée par Jacques Chaban-Delmas et la réaffirmation du contrôle de l’Etat sur l’information (Georges Pompidou). Jacques Chaban-Delmas amorce une libéralisation en supprimant le ministère de l’information et en créant deux journaux télévisés autonomes (dirigés par Pierre Desgraupes ex-gréviste de 1968 et Jacqueline Baudrier).

40Le 14 décembre 1971, le scandale déclenché par le journaliste Maurice Clavel qui quitte l’émission A Armes égales en s’écriant « Messieurs les censeurs bonsoir ! » après qu’on a coupé une phrase de son film sur « l’aversion et l’agacement [qu’inspire au Président de la République] la Résistance française » ravive le débat public sur la censure. Cet épisode caractérise la fin d’une époque marquée par le contrôle de l’Etat sur la télévision. L’atmosphère politique semble favorable à une reprise en main quand le président Georges Pompidou déclare dans une conférence de presse le 21 septembre 1972 :

  • 36  Cité par Bachmann, Sophie, L’éclatement de l’ORTF, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 27.

[…] Le journaliste de télévision n’est pas tout à fait un journaliste comme les autres. Il a des responsabilités particulières. Qu’on le veuille ou non, la télévision est considérée comme la voix de la France et par les Français et par l’étranger.36

  • 37  Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie La politique à la télévision française 1958-1990, (...)

41Avec Valéry Giscard d’Estaing s’esquisse véritablement l’amorce d’une autre tradition politique ; dès la campagne présidentielle, lors du débat pour le deuxième tour qui l’oppose à François Mitterrand, il modifie consciemment à son avantage les règles du débat télévisé37 du 10 mai 1974 ; la télévision met en valeur ses réparties, ses réactions et contribue à faire de l’opinion publique la complice de ses réactions face au candidat Mitterrand.

42La loi du 7 août 1974 fait disparaître l’ORTF. Celui-ci éclate en sept sociétés : quatre sociétés de programmes, une pour la radio, Radio-France, et trois pour la télévision TF1, Antenne 2 et FR3, une société chargée de la diffusion TDF, une société de production, la SFP et une enfin chargée de la conservation des émissions, de l’exploitation des archives et de la recherche, l’INA. Cette réforme a des raisons économiques – les sociétés sont des établissements à caractère industriel et commercial – mais aussi des raisons politiques : l’éclatement de l’ORTF est une réponse du pouvoir à la crise de l’ORTF en 1968, car il affaiblit les syndicats. Le 6 janvier 1975, Giscard d’Estaing montre qu’il veut développer une autre conception de l’information quand il déclare :

[…] La radio et la télévision ne sont pas la voix de la France[…] Leurs journalistes sont des journalistes comme les autres.

43Giscard d’Estaing institue par la télévision de nouveaux modes de communication avec les Français en particulier les « Français ordinaires » : le 2 février 1977 le président rencontre dans une émission extraordinaire « les Français à l’Elysée » ; ceux-ci ont été choisis pour leurs caractères « représentatifs ». L’émission alimente de nombreuses polémiques quant à son authenticité. Elle pose problème quant à un nouveau mode de dialogue et de représentativité entre le président et les Français .

44Dans les années 1980, on peut observer un double mouvement d’autonomisation, de distanciation de l’audiovisuel et du pouvoir politique, en même temps que s’affirme avec force le « pouvoir des médias » . Les études menées dans « Télévision et démocratie » par Jean-Pierre Esquenazi montrent la constitution, après l’élection de Giscard d’Estaing d’un « réseau politicien » caractérisé par une forme « d’alliance » entre politiques, journalistes et médias de masse. Au milieu des années quatre-vingt :

  • 38  Ibid., p.268.

Les institutions médiatiques deviennent une force capable d’imposer sa loi au monde politique. Le réseau politicien devient un réseau médiatique et la télévision éclate.38

45Une émission L’heure de vérité de Henri de Virieu a été le « cadre de la majorité des événements politiques de la décennie 80 ». Son producteur la présente comme un « nouvel âge de la démocratie ».

  • 39  Article 1er : « La communication audiovisuelle est libre » ; article 2 : « les citoyens ont droit (...)
  • 40  Elle est remplacée par la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) en 1986 (...)
  • 41  Les acquéreurs sont Bouygues, Maxwell, la GMF, Les éditions mondiales, Bernard Tapie.

46Une série de lois ponctuent en France cette évolution qui de façon concomitante autorise la création d’un secteur commercial de la télévision et la création de chaînes commerciales. 101 ans après la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, la loi Fillioud du 29 juillet 1982 met fin au monopole de programmation39 et permet le lancement de Canal-plus, de la Cinq et de TV6. La création de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle40 (1981-1986) permet de constituer un écran entre les pouvoirs publics et la télévision tout en veillant au respect des missions du service public. En 1986 La loi Léotard autorise la privatisation de chaînes publiques. Pour la première fois dans une démocratie occidentale, en 1987 une chaîne publique TF1 a été privatisée41. « La une » affirme clairement son nouveau credo : elle ne veut faire ni du culturel, ni du politique, ni de l’éducatif. Seule l’intéresse la distraction : les jeux, les variétés, le sport. Elle est financée par la publicité. Le 17 janvier 1989 la loi Tasca a créé la présidence commune A2 et FR3.

47Dans la plupart des pays d’Europe l’évolution est comparable : le régime du monopole a été mis à mal. La question du respect des libertés démocratiques est un enjeu politique qui voit s’affronter les différents courants politiques dans une sorte de surenchère. La Grande -Bretagne connaissait déjà un fort secteur commercial (on parle du « modèle anglais ») mais celui-ci est maintenant adopté en Italie (1976), en France, en Espagne, en Allemagne (1985). En Allemagne, en 1986, le tribunal constitutionnel garantit l’existence des chaînes publiques en leur attribuant des missions précises en matière de culture, d’éducation et d’expression des minorités. Quant à la télévision privée, elle a une vocation prioritaire pour le divertissement. De plus, en Europe, chaque télévision se doit aujourd’hui de prendre en compte un ensemble, national, européen, international.

  • 42  Sémelin, Jacques, L’écho du siècle, op.cit., p. 77.

48La télévision européenne accompagne, amplifie les événements de l’année 1989 qui font écho à la célébration du bicentenaire de la Révolution française. Les Allemands de l’Est suivent les informations par les médias occidentaux et en particulier la nouvelle que la Hongrie a ouvert sa frontière avec l’Autriche ainsi que les manifestations à Leipzig en septembre. Le 9 novembre des dirigeants communistes de l’Est annoncent dans une conférence de presse télévisée un « décret sur les voyages qui vise à faciliter le passage de la frontière » entre Ouest et Est : la première chaîne de la télévision ouest-allemande apprend aux Berlinois de l’Est que quelques personnes ont passé le mur de Berlin. Tout Berlin se dirige vers le Mur sous l’œil des caméras. De même en Roumanie la télévision suit l’insurrection contre Ceaucescu. Mais, comme l’écrit Jacques Sémelin42, les médias occidentaux ne font pas preuve d’esprit critique, ne vérifient pas leurs informations et diffusent des images de répression sanglante qui ne correspondent pas à la réalité. Fin janvier 1990, on apprend que les « images » du charnier de Timisoara en Roumanie sont le résultat d’une mise en scène. Ces images du procès des Ceaucescu qui s’achève par leur condamnation et leur mise à mort diffusées sur TF1 quelques mois plus tard suscitent le malaise et un mouvement de réflexion critique sur le rôle démocratique des médias.

Conclusion

49Les premières années de la télévision ont été marquées par la découverte des potentialités ouvertes par ce nouveau média dans le domaine de l’information, de la restitution de l’événement et dans celui du loisir. Dans cette période plusieurs modèles coexistent, celui de la télévision commerciale (aux USA), celui du monopole d’Etat (la France) celui du système mixte public et commercial (la Grande-Bretagne). A partir de la fin des années 60, le modèle hérité de la Libération du contrôle du domaine audiovisuel par l’Etat est remis en cause par la société civile. Cette critique est particulièrement marquée en France. L’audiovisuel se sépare progressivement du contrôle par le politique. Il y avait une unité dans la définition des missions démocratiques de la télévision qui s’exprimait dans le triptyque « Informer, éduquer, distraire ». Aujourd’hui, même si l’on n’abandonne pas chacun de ces objectifs, il semble de plus en plus difficile de les réunir. Dans les années 80, l’audiovisuel est davantage soumis aux pressions économiques et commerciales. Une nouvelle télévision voit le jour mais il est difficile de trouver un équilibre entre secteur public et secteur privé afin de maintenir les exigences du service public en particulier dans le domaine de l’information. De plus la diffusion du câble et des satellites encourage l’offre d’information, la multiplication des programmes. Pour cette raison, le rôle des instances de régulation de l’audiovisuel semble répondre à une exigence démocratique nouvelle.

Haut de page

Bibliographie

Tudesq, Pierre Albert, André-Jean, Histoire de la radiotélévision Paris, Puf, QSJ, 1995.

Barbier, Frederic, Bertho-Lavenir, Catherine, Histoire des médias de Diderot à Internet, Paris, Colin, 1996.

Bourdon, Jérôme, Haute fidélité, Pouvoir et télévision 1935-1994, Paris, Seuil, 1994.

Bourdon, Jérôme, Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, Anthropos, 1990.

Brochand, Chritophe, Histoire générale de la radio et de la télévision en France, Paris, La Documentation française, 1994, 2 vol. 

Cazenave, François, (propos recueillis par) Jean d’Arcy parle,, La Documentation française, 1984.

Crivello-Bocca, Maryline, L’écran citoyen, Paris, L’Harmattan, 1998.

Durruty, Suzanne, Gabillet, Jean-Paul, Les médias et l’information aux Etats-Unis depuis 1945, Paris, Le Temps, 1997.

Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie Le politique à la télévision française 1958-1990, Paris, Puf, 1999.

« De Gaulle et l’usage des médias », Espoir, Revue de l’Institut Charles de Gaulle, n° 66, Paris, Plon, Mars 1989.

Institut Charles de Gaulle, De Gaulle et les médias, Paris, Fondation Charles de Gaulle, Paris, Plon, 1994.

Jeanneney, Jean-Noël, Une histoire des médias des origines à nos jours, Paris, Le Seuil, 1996, 375 p.

Jeanneney, Jean-Noël, (dir.) L’écho du siècle, Dictionnaire historique de la radio et de la télévision, Paris, Hachette, 1999.

-La grande aventure du petit écran, La télévision française, 1935-1974, BDIC, 1997, 320 p.

Lalou, Etienne, Regards neufs sur la télévision, Paris, Le Seuil, 1957.

Lévy, Marie-Françoise, (ed.) La télévision dans la République, Paris, Complexe, CNRS, 1999, 242 p.

Lévy, Marie-Françoise, Zancarini, Michelle, « La légende de l’écran noir : L’information à la télévision en mai-juin 1968 », Réseaux, CNET n° 90, 1998 pp. 95-117.

Martin, Marc, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997.

Mediaspouvoirs, 1995 n° 37.

Olivesi, Stéphane, Histoire politique de la télévision. Préface d’Erik Neveu, Paris, L’Harmattan, 1998, 322 p.

Ory, Pascal (dir.), La censure en France, Bruxelles, Complexe, 1997.

Ramonet, Ignacio, La tyrannie de la communication, Paris, Galilée, 1999.

Rémond, René, Neuschwander, Claude, « Télévision et comportement politique », Revue française des sciences politiques, n° 2, juin 1963.

Wolton, Dominique, La communication politique, construction d’un modèle, Paris, Hermès IV, éditions du CNRS, 1989.

Haut de page

Notes

1  Le cas de la France sera privilégié.

2  Kubler, Thierry, Lemieux, Emmanuel, Cognacq-Jay 1940, Paris, Plume/Calmann-Levy 1990.

3  La progression du parc de recepteurs aux USA est foudroyante : 1947 30 000 ; 1948 : 157000 ; 1949 : 876 000 ; 1950 : 3,9 millions ; 1952 : 15 millions ; 1961 : 34,7 millions [chiffres P. Albert et A-J Tudesq].

4  Durruty, Suzanne, Gabillet, Jean-Paul, (ouvrage collectif), Les médias et l’information aux Etats-Unis depuis 1945, Paris, Le Temps, 1997.

5  Il est, par exemple, interdit que la publicité avoisine la famille royale ou les émissions religieuses.

6  Scannell, Paddy, « la télévision britannique dans les années 50 », La grande aventure du petit écran p. 263.

7  Jean d’Arcy parle, p. 56.

8  Les Européens d’Algérie protestaient contre le remplacement de Jacques Soustelle au poste de gouverneur général de l’Algérie.

9  Lalou, Etienne, Regards neufs sur la télévision, p. 85.

10  Lors du voyage de François Mitterrand dans les Aurès.

11  « Bilan du journal télévisé », Les Lettres françaises, juillet 1954.

« Sur 170 sujets (du 24 mai au 26 juin) : Sports 55 ; Fêtes, foires et mondanités 27, Cérémonies, anniversaires, 24, Actualités dans le monde 14 […dont Indochine 8], Expositions, manifestations culturelles 12, […] Actualité politique 4 […] ».

12  Jaquet, Gérard, Conférence aux Ambassadeurs 27 mars 1957. A.N F41-2672.

13  Lalou, Etienne, Regards neufs sur la télévision, p. 171.

14  Ibid. p. 126.

15  Les cérémonies sont diffusées en direct depuis le Royaume-Uni en Allemagne, en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

16  Gayman, Vital, « Télévision et information », conférence prononcée le 10 février 1954, Centre d’études radiophoniques, service des affaires générales, archives ORTF, journal télévisé, 1949-1968, p. 21.

17  Mendès-France, Pierre, le 16 juin 1954.

18  Elections legislatives de février 1956 en France.

19  Faisons le point avec Pierre Corval en 1954 en France.

20  Elections présidentielles de décembre 1953 en France.

21  64,5 % des foyers américains ont la télévision en 1956.

22  Le 9 mars 1954 See it now diffuse un montage de déclarations et discours de Mac Carthy, dont il contribue à dénoncer la violence.

23 . Cohen, Evelyne, « La télévision et les voyages en province du général De Gaulle (1958-1962) », Actes du colloque La télévision et l’espace régional, INA-CNRS, 1999.

24 . En 1957, 6,1 % des ménages ont un récepteur de télévision. En 1960, 13,1% ; en 1962 23,1%.

25 Jean d’Arcy parle, op. cit., p. 37.

26 Les apparitions de De Gaulle sur le petit écran suivent une courbe ascendante : 2 en 1959, 5 en 1960, 7 en 1961, onze en 1962, d’après Lazareff, Pierre, Cahiers de la télévision, décembre 1962 cité par Rémond, René, Neuschwander, Claude, « Télévision et comportement politique », Revue française des sciences politiques, n° 2, juin 1963, p. 325.

27 Nous reprenons ici certains éléments de Cohen, Evelyne, « Télévision, pouvoir et citoyenneté », in La télévision dans la République, p. 32.

28  De Gaulle, Charles, Mémoires d’espoir - Le Renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 302.

29  Bourdon, Jérôme, Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, INA-Anthropos, 1990, p. 102.

30  Bourdon, Jérôme, « Censure et télévision », Ory, Pascal, (dir.) La censure en France, Complexe, 1997, p.313.

31  Les artistes qui ont signé le manifeste des 121 sont interdits d’antenne après septembre 1960 ; la caméra explore le temps est supprimée en 1965 car l’un des réalisateurs Stello Lorenzi est communiste.

32  Massiani-Fayolle, Marie-Paule, « Télévision et politique aux Etats-Unis », Les médias et l’information aux Etats-Unis, op.cit., p. 103.

33  Rémond, René, Neuchwander, Claude, « Télévision et comportement politique », Revue française de science politique, vol. XIII, n° 2, juin 1963, p. 325.

34  Lévy, Marie-Françoise, Zancarini, Michelle, « La légendede l’écran noir : L’information à la télévision en mai-juin 1968 », Réseaux, juillet-août 1998, n°90, pp. 97-117.

35  Martin, Marc, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, p. 341.

36  Cité par Bachmann, Sophie, L’éclatement de l’ORTF, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 27.

37  Esquenazi, Jean-Pierre, Télévision et démocratie La politique à la télévision française 1958-1990, Paris, PUF, 1999.

38  Ibid., p.268.

39  Article 1er : « La communication audiovisuelle est libre » ; article 2 : « les citoyens ont droit à une communication libre et pluraliste ».

40  Elle est remplacée par la Commission nationale de la communication et des libertés (CNCL) en 1986 puis par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA)en 1989.

41  Les acquéreurs sont Bouygues, Maxwell, la GMF, Les éditions mondiales, Bernard Tapie.

42  Sémelin, Jacques, L’écho du siècle, op.cit., p. 77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evelyne Cohen, « La télévision dans les démocraties. Années 30-années 1980 », Amnis [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2004, consulté le 22 août 2017. URL : http://amnis.revues.org/767 ; DOI : 10.4000/amnis.767

Haut de page

Auteur

Evelyne Cohen

Université Denis Diderot, (Paris VII), France
E-mail : evelyne.cohen@wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org