Navigation – Plan du site

Avant-propos

Severiano Rojo Hernández

Texte intégral

1En ce début de XXIe siècle, de nombreuses cérémonies sont venues rappeler aux sociétés européennes et américaines les conflits majeurs qui ont marqué leur histoire. L’anniversaire du début de la Première Guerre mondiale (2004) et la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale (2005) sont autant de dates qui soulignent à quel point la violence est indissociable de leur passé. Les différentes cérémonies consacrées en 2005 à la libération des camps de concentration nazis doivent rappeler à tous ceux dont la mémoire serait défaillante le degré de barbarie que les sociétés prétendument « civilisées » sont capables d’atteindre. Ce constat accablant, qu’il est bon d’évoquer en ces temps où certains parlent de « guerre des civilisations », « d’affrontement entre civilisation et barbarie », se voit conforté par la célébration du 70ème anniversaire du début de la Guerre Civile espagnole (18 juillet 2006), guerre qui se solda par la mort d’environ 600 000 personnes et l’exil de centaines de milliers d’autres. La liste des commémorations passées et à venir est extrêmement longue. Elle est à l’image des millions de noms qui figurent sur les monuments aux morts des guerres européennes et américaines.

2Depuis le XIXe siècle, le nombre de victimes engendré par les conflits s’est accru considérablement, même si actuellement certains militaires n’hésitent pas à parler de « guerres propres » et de « frappes chirurgicales ». Au cours de la période contemporaine, et en particulier au XXe siècle, les civils sont bien souvent devenus des objectifs militaires prioritaires, au même titre que les combattants. Dès lors, l’évolution de l’armement, des techniques et des stratégies s’est traduite par une hausse substantielle du nombre de victimes civiles, nombre supérieur à celui des soldats morts sur le champ de bataille. En devenant totale, la guerre a touché l’ensemble de la société et des communautés humaines, d’autant que certains États, influencés par des idéologies extrémistes, ont théorisé et mis en pratique l’annihilation de l’ennemi, l’extermination totale ou partielle de groupes religieux, de minorités ethniques et d’opposants politiques. Cette évolution a non seulement modifié la perception des victimes de guerre dans les sociétés européennes et américaines, mais elle a aussi transformé progressivement le droit international. Avec le procès de Nuremberg, des expressions telles que « crimes contre l’humanité » sont apparus, afin de nommer l’inhumanité de certains actes et traduire leur caractère indicible. Cependant, il faut attendre les années 1990 et le conflit dans l’ex-Yougoslavie pour voir apparaître l’embryon d’une instance judiciaire internationale permanente, un tribunal « habilité à juger les personnes présumées responsables des crimes […] lorsqu’ils ont été commis au cours d’un conflit armé, de caractère international ou interne, et dirigés contre une population civile quelle qu’elle soit : (a) Assassinat ; (b) Extermination ; (c) Réduction en esclavage ; (d) Expulsion ; (e) Emprisonnement ; (f) Torture ; (g) Viol ; (h) Persécutions pour des raisons politiques, raciales et religieuses ; (i) Autres actes inhumains. » (Statut du Tribunal international, Article 5).

  • 1  Canetti, Elias, Masse et Puissance (1960), trad. fr. de Robert Rovini, Paris, Gallimard, 1966, p.  (...)
  • 2 Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, 1995 ; pour l’édition de référence : Paris, Arléa, 1998.
  • 3  Ibid., p. 15.

3Pour son sixième numéro, la revue Amnis a donc proposé d’engager une réflexion sur la question des victimes de guerre en Europe et en Amérique, du XIXe siècle à nos jours. Au sein de cette problématique, une première question s’impose : comment exactement définir la victime, comment la penser ? On peut certes aborder la question d’un point de vue philosophique, ce que propose Richard Figuier, en analysant une figure, semble-t-il, incontestable de la victime : le survivant. A partir du concept de « survivant-souverain », forgé par Elias Canetti dans Masse et puissance1, Richard Figuier montre toute l’ambiguïté de cette figure et s’interroge sur l’existence d’une « mauvaise survivance ». Si la figure de la victime qui paraissait a priori la plus consensuelle se dérobe, que dire par exemple des victimes de guerre célébrées par un Etat afin de souder par la souffrance de son peuple une « communauté imaginaire » ? La mémoire « est forcément une sélection »2 et, dès lors, comme le précise Tzvetan Todorov « une première distinction s’impose : celle entre le recouvrement du passé et son utilisation subséquente »3. C’est autour de cette distinction que nous avons opéré deux premiers regroupements. Une première série d’articles pose la question du débat tant historiographique que politique, qui consiste pour un groupe de victimes à obtenir sa reconnaissance en tant que tel et, par là, à pouvoir revendiquer sa spécificité, voire certains droits distinctifs. Ce sont parfois les Etats ou des instances internationales qui tentent de résoudre cette épineuse question, en engageant des procédures judiciaires ou en constituant des « commissions de Vérité », dont la tâche est particulièrement ardue en Amérique Latine (Juan Rial dans « La clausura del pasado. Los conflictos del cono sur de América » ; Flor Edilma Osorio Pérez dans « Verdad, justicia y reparación en medio de la guerra : los desplazados en Colombia »). Cependant, le plus souvent, dans cette opération de reconnaissance qui passe prioritairement par le recouvrement du passé, la revendication du groupe doit subir l’épreuve du travail de l’historien, comme le montre Frédéric Dorel dans « La thèse du "génocide indien" : guerre de position entre science et mémoire ». Si l’historien peut de la sorte générer certaines polémiques, on imagine combien le débat se complexifie dès lors que les représentants du groupe – en l’occurrence les milliers d’Allemands expulsés d’Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale – pratiquent la surenchère en considérant l’expulsion comme un crime contre l’humanité, afin de faire valoir des revendications territoriales de moins en moins avouables au fil du temps (Florence Lelait, « Les expulsés allemands en quête de reconnaissance »). Reconnaissance des victimes, mais aussi reconnaissance de leurs droits, c’est à cette question complexe que s’attachent deux chercheurs : Julian Fernandez, d’une part, qui analyse l’évolution de la Cour Pénale Internationale et la prise en compte progressive des droits fondamentaux des victimes, ainsi que Peggy Bette, d’autre part, qui s’intéresse aux emplois réservés aux victimes de guerre dans les administrations et les établissements publics français à partir de 1923, emplois devant concilier les intérêts des victimes, mais aussi les exigences du service public…

4Une seconde série d’articles interroge les utilisations du passé et souligne à quel point l’historien se doit de mettre en garde contre l’instrumentalisation des victimes à des fins partisanes, et la pratique d’amalgames par trop simplistes (Stéfanie Prezioso dans « Prise en otage des victimes et usages publics de l’histoire : le cas de la Résistance italienne »). Face à une histoire « lissée », telle que la présentent des institutions comme la gendarmerie française (Emmanuel Chevet, « La mortalité gendarmique sous l’Occupation (1940-1944). Les corps d’un Corps »), il est indispensable pour le professionnel de l’histoire d’interroger les sources et de remettre en question les représentations du passé fondées sur une utilisation douteuse des victimes. Ces interprétations de l’histoire sont associées parfois à des pratiques mémorielles qui peuvent sembler tendancieuses, comme c’est le cas de certains dispositifs muséographiques qui « spectacularisent » le passé, en entremêlant « des techniques scénographique, théâtrale et cinématographique » (Dominique Trouche « Les procédés contemporains de mise en scène des guerres »).

5Mais si les victimes sont bien souvent les enjeux d’un débat historiographique et – comme on vient de le montrer – éminemment politique, un autre angle mérite d’être abordé pour saisir la portée de la victime de guerre dans l’imaginaire, sa charge et, par là, sa puissance émotionnelle : sa représentation. Même si parfois l’entreprise relève de l’élaboration d’une mémoire nationale, d’autant plus douloureuse qu’elle est celle de vaincus (Carla Fernandes, « La guerre du Chaco et ses survivants dans la littérature paraguayenne »), dans l’ensemble, on est frappé par le caractère universel – ou du moins emblématique – qu’acquiert la représentation de la victime. Ce passage du particulier à l’exemplaire n’est nullement systématique, il tient au travail de recherche effectué par l’auteur ou l’artiste non pas pour innover gratuitement, mais pour trouver le moyen de représenter l’irreprésentable. Ainsi, avec Desastres de la guerra (Désastres de la guerre), Goya impose « un nouveau point de vue sur la guerre, perçue comme choc sauvage entre bourreaux et victimes ». Il met à nu « l’insupportable cruauté des rapports entre les peuples, ombres [de l’histoire] qui nous cernent toujours » (Jean-Philippe Chimot, « Les désastres de la guerre »). Balzac, quant à lui, dans Adieu, nouvelle peu connue, invente une forme narrative inédite et surprenante. La nouvelle relève en effet l’invraisemblable défi de nous faire pénétrer l’univers d’une folle aphasique et évoque le stratagème spectaculaire qu’invente son ancien amant pour éveiller un instant sa raison et sa parole (France Vernier, « Adieu, de Balzac : “Une absence au monde qui vient de se déclarer au cœur de l’histoire” »). A l’inverse, comme l’écrit Carine Trevisan, c’estpar le choix d’une « écriture glacée » – on a parfois qualifié le livre d’« exercice de cruauté » –, qu’Agota Kristof, dans Le Grand Cahier, conduit à son extrême limite la représentation de l’enfance dévastée « au point qu’elle en devient inquiétante : abolition de toute faculté à rêver, à imaginer, anesthésie de la vie émotive, destruction de tout ce qui peut faire lien avec autrui, d’où insensibilité à la mort, reçue ou donnée ». Ici, l’exemplum est d’autant plus perturbant pour le lecteur qu’une fois encore, c’est la frontière entre victimes et bourreaux qui semble s’estomper : témoin mais aussi souvent victime de la sauvagerie des adultes, l’enfant peut néanmoins s’« identifier à l’agresseur » et devenir à son tour meurtrier.

6Enfin, le traumatisme historique est également un legs dont on hérite par filiation, tantôt familiale tantôt communautaire. Trois articles se sont intéressés à ce phénomène de transmission. Dans « Quand Aznavour va chanter Les disparus… », Janine Altounian interroge la parole impossible que les descendants des survivants du génocide arménien de 1915 ont été chargés de porter, et la nécessité dans laquelle ils se sont trouvés « de déplacer et métisser leur héritage pour le faire parler et le transmettre ». Crystel Pinçonnat, quant à elle, dans « Les écrivains issus de l’immigration face à la guerre d’Algérie : quelle mémoire pour quelles victimes ? », analyse la façon dont l’écrivain remodèle le passé familial et communautaire, en optant tantôt pour « le quasi-effacement de la violence, tantôt au contraire, pour l’inscription d’événements demeurés longtemps enfouis, comme refoulés de la mémoire nationale française ». Dans un troisième article, à partir de deux films : El mar d’Agustí Villaronga (2000) et En la ciudad sin límites d’Antonio Hernández (2001), Marta Marín-Dòmine étudie comment, après à la dictature franquiste, la transition espagnole – en choisissant de refouler des milliers de cadavres dans les oubliettes de l’histoire officielle – produit inévitablement leur resurgissement, voire engendre de nouvelles morts réelles ou symboliques, fruits d’une incorporation des cadavres du passé par les générations suivantes (« Sueños y pesadillas : efectos subjetivos de la Guerra Civil española a través de cierta mirada cinematográfica »).

  • 4  Steele, Shelby, The Content of Our Character, New York, Harper Perennial, 1991, p. 118.

7En somme, à partir de regards croisés sur un même objet, les victimes de guerre – objets, dont on ne peut toutefois oublier la nature de sujets, sujets de l’histoire, mais aussi sujets de mémoire – Amnis propose une vaste réflexion, à laquelle ont participé historiens, juristes, philosophes, littéraires, psychanalystes, historiens de l’art et spécialistes du cinéma. Que dessine ce travail commun ? Même si la lecture de cet ouvrage incite à des rapprochements, à aucun moment nous n’avons tenté de gommer la singularité de chaque cas. Dans la même perspective, nous avons évité de parler de « la victime de guerre », dilution dangereuse de la singularité dans une catégorie universelle stable qui existerait de tout temps, en dehors de tout contexte. Bien que refusant toute comparaison simplificatrice, il nous a toutefois paru nécessaire de s’interroger sur la tentation – récurrente aujourd’hui – « d’exploiter [un] passé de souffrances comme une source de pouvoirs et de privilèges »4.

  • 5  Sichère, Bernard, Eloge du sujet, Du retard de la pensée sur le corps, Paris, Grasset, 1990, p. 18 (...)
  • 6  Descendre, Nadine, « Franta, le corps de la douleur », in Esprit, Le corps… entre illusions et sav (...)

8Nous voudrions clore cet avant-propos en soulignant une nouvelle ambiguïté. En achevant la lecture de ce numéro d’Amnis, on constate que l’axiome proposé par Todorov dans Les Abus de la mémoire : « commémorer les victimes du passé est gratifiant et s’occuper de celles d’aujourd’hui dérange » apparaît comme largement contestable. C’est en effet la puissance de la victime qui a été en partie rétablie dans ces articles, puissance qu’une simple commémoration ne saurait réduire. Dès lors qu’elles sont représentées souffrantes, les victimes suscitent une réaction émotive directe, immédiate de la part du lecteur ou du spectateur. Une « communication latérale […], de corps à corps »5 s’établit. Ainsi, en imposant dans bien des cas leur présence corporelle, les victimes de guerre interrogent non seulement l’histoire, elles impliquent également « que tout individu se sente concerné dans sa chair »6.

Haut de page

Notes

1  Canetti, Elias, Masse et Puissance (1960), trad. fr. de Robert Rovini, Paris, Gallimard, 1966, p. 241.

2 Todorov, Tzvetan, Les abus de la mémoire, 1995 ; pour l’édition de référence : Paris, Arléa, 1998.

3  Ibid., p. 15.

4  Steele, Shelby, The Content of Our Character, New York, Harper Perennial, 1991, p. 118.

5  Sichère, Bernard, Eloge du sujet, Du retard de la pensée sur le corps, Paris, Grasset, 1990, p. 186.

6  Descendre, Nadine, « Franta, le corps de la douleur », in Esprit, Le corps… entre illusions et savoirs, n° 62, février 1982, p. 175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernández, « Avant-propos », Amnis [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2006, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://amnis.revues.org/866 ; DOI : 10.4000/amnis.866

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo AMU - Université d’Aix-Marseille
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org